THE KILLERS ANNOUNCE THE OPENING OF AN INVESTIGATION ON THEIR ATTACK ON ALBERT ONDO OSSA’S LIFE. LES MEURTRIERS ANNONCENT QU’ILS OUVRENT UNE ENQUÊTE SUR LEUR ATTENTAT À LA VIE D’ALBERT ONDO OSSA

Germain Mba

Ndouna Depenaud

Joseph Rendjambe

Doukakas Nziengui




English Version


The Ali Bongo regime flouts the public; the absurdity of the criminal investigator, investigating their own crimes; Such were the sentiments of this blog following the announcement by Ali Bongo’s under link whom Guy Bertrand Mapangou, Minister of Interior, is, that an investigation aimed at shedding the "full light" on the attempt on the life of Albert Ondo Ossa, which occurred last Sunday on a street in Libreville, in the middle of the day.


On 17 September 1971, at the age of 39 years old, the brilliant Germain Mba, son of Ntoum in Gabon, a graduate of the Sorbonne and the Ecole Nationale des Douanes et de Législation Financière of Neuilly, former Deputy Secretary General of African and Malagasy Union (UAM), former Deputy Chief Editor of the magazine Jeune Afrique, Ambassador of Gabon in Germany and Japan, was shot dead at night outside his home in Libreville in the presence of his daughter and his wife who was also wounded. The Albert Bernard Bongo’s government expressed in a statement its "indignation" against this loss, and promised to shed light on this matter. But dear readers, to date, only two persons have ever been arrested for this case: they are the widow of the deceased, Martine Mba born Oyane, who was arrested, raped and imprisoned for "insulting the President of the Republic" for having the nerve to ask Albert Bernard Bongo to restitute to her the body of her husband he had killed. The second person who was ever arrested in connection with this case is the late barrister Louis Agondjo Okawé for "endangering state security." As Gregory Ngbwa-Mintsa did bravely in the case of the ill-gotten gains, Mr. Louis Agondjo Okawé with great bravery joined as a plaintiff alongside the widow Martine Mba against Albert Bernard Bongo’s regime. Barrister Louis Agondjo Okawé, the lawyer to the widow, clearly demonstrated the culpability of the regime in the murder via thugs. Albert Bernard Bongo entered into a rage and considered the attitude of the lawyer as an affront to his authority and had him arrested in the course of 1972 and condemned by his kangaroo court to 8 years in prison on trumped up conspiracy charges.


To this day, despite all the evidence contained in the press and in the literature on Gabon, the assassination of Germain Mba remains an unpunished crime. Maybe the investigation continues!


On 19 July 1977, the brilliant Ndouna Depenaud, whose real name was: Pascal Dieudonné Ndouna Okogo, then 40 years old, son of the village of Osskama in Haut-Ogooué, a teacher, poet and writer, was shot like a dog in front of his home in the neighborhood of Akébé-Ville in Libreville by Omar Bongo’s thugs (who in the meantime became a Muslim). This brilliant man educated in College Bessieux, Ecole Normale of Mitzic, in Centre d’Enseignement Supérieur of Brazzaville and the Ecole Normale Supérieure of Abidjan, was at the time of his assassination, Director of Centre de formation des instituteurs of Oyem. After the murder, an investigation was opened by the regime, promising to shed light on the slaying.


Until this day, despite all the evidence contained in the press and in the literature on Gabon, the assassination of Pascal Dieudonné Ndouna Okogo alias Ndouna Depenaud remains an unpunished crime. Maybe the investigation continues!


On 23 May 1990, the brilliant Joseph Rendjambe, then 53 years old, son of the Fernand-Vaz Lagoon in Ogooué-Maritime, brother to Jean Ping and Pierre-Louis Agondjo Okawé, holder of a doctorate in Economics, was assassinated by injection in a hotel of Libreville. At the time of his death, he was Secretary General of PGP, the Gabonese Progress Party and some time before that, at the National Conference held from March 23 to April 19, 1990, Joseph Rendjambe had reminded Ali Bongo of his Biafran origins; a taboo subject if ever, in Gabon. Rendjambe had to die and immediately, for he had compromised the most important secret of the one who was going to be the next president of Gabon. He had revealed his true identity of Nigerian. An investigation was opened by the regime, promising to shed light on this crime.


Until today, despite all the evidence contained in the press and in the literature on Gabon, the assassination of Joseph Rendjambe remains an unpunished crime. Maybe the investigation continues!


On 25 September 1989, the brilliant co-founder of the Union of the Gabonese People, Doukakas Nziengui Mukwati, son of Ngounié, an executive at the Company of Energy and Water of Gabon, was arbitrarily arrested by the Omar Bongo’s regime on trumped up charges of an attempted coup. He will be terribly tortured and liquidated while in custidy of the security forces of the regime. An investigation was opened by the regime, promising to shed light on the disappearance of an inmate.


Until today, despite all the evidence contained in the press and in the literature on Gabon, the assassination of Doukakas Nziengui Mukwati remains an unpunished crime. Maybe the investigation continues!


On 8 June 2014, Professor Albert Ondo Ossa, son of Minvoul, a renowned Economist, brilliant intellectual of international repute, was stabbed by killers clearly acting with premeditation and following an established plan; the intention was to kill. The day after this abomination, the regime promised to shed light on the attack. What else to say, dear readers? Otherwise than as in the previous cases, the investigation is ongoing and will be so eternally!


We leave you with a quick question: when the investigator himself is the criminal, what are the chances that this investigator will apprehend and incarcerate the guilty? When you have answered this question, you have answered the reason for all these crimes going unpunished in Gabon.



Version française


Le régime Ali Bongo nargue le public; l’absurdité de l’enquêteur-criminel enquêtant sur ses propres crimes; tels ont été les sentiments de ce blog suite à l’annonce du sous fifre d’Ali Bongo qu’est Guy-Bertrand Mapangou, Ministre de l’Intérieur, de l’ouverture d’une enquête visant à faire « toute la lumière » sur l’atteinte à la vie d’Albert Ondo Ossa, qui s’est produite Dimanche dernier dans une rue de Libreville, en plein milieu de la journée.


Le 17 septembre 1971, alors qu’il est âgé de 39 ans, le brillant Germain Mba, fils de Ntoum au Gabon, diplômé de La Sorbonne et de l’École Nationale des Douanes et de Législation Financière de Neuilly, ancien Secrétaire Général Adjoint de l’Union Africaine et Malgache (UAM), ancien Rédacteur en Chef Adjoint du magazine Jeune Afrique, Ambassadeur du Gabon en Allemagne puis au Japon, est abattu par balle en pleine nuit devant son domicile à Libreville, en présence de sa fille et de son épouse qui sera blessée par balle. Le gouvernement d’Albert Bernard Bongo dans un communiqué, fit part de sa « grande indignation » face à cette disparition, et promis de faire toute la lumière sur cette affaire. Mais chers lecteurs, à ce jour, seules deux personnes ont été arrêtées dans cette affaire : il s’agit de la veuve du défunt, Martine Mba, née Oyane, qui fut arrêtée, violée et incarcérée pour : « outrage au Président de la République », pour avoir eu le culot de demander à Albert Bernard Bongo de lui rendre le corps de son mari qu’il avait tué. La deuxième personne qui fut jamais arrêtée dans le cadre de cette affaire, est feu Maître Louis Agondjo Okawé, pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». Comme Grégory Ngbwa-Mintsa le fit courageusement dans l’affaire des biens mal acquis, Maître Louis Agondjo Okawé avec grande bravoure se porta partie civile aux côtés de la veuve Martine Mba contre le régime Albert Bernard Bongo. Maître Louis Agondjo Okawé, avocat de la veuve éprouvée, établira clairement la culpabilité du régime dans ce meurtre par barbouzes interposées. Albert Bernard Bongo entrera dans une colère noire et considérera l’attitude de cet avocat comme étant un affront à son autorité et le fera arrêter dans le courant de l’année 1972 et condamner par sa cour aux ordres, à 8 ans de réclusion sur des charges bidons de complot.


Jusqu’au jour d’aujourd’hui, malgré toutes les évidences contenues dans la presse et dans les ouvrages sur le Gabon, l’assassinat de Germain Mba demeure un crime impuni. Peut-être que l’enquête suit son cours !


Le 19 Juillet 1977, le brillant Ndouna Depenaud, de son vrai nom: Dieudonné Pascal Ndouna Okogo, alors âgé de 40 ans, fils du village Osskama dans le Haut-Ogooué, enseignant, poète et écrivain, est abattu comme un chien devant son domicile d’Akébé-Ville à Libreville, par les barbouzes d’Omar Bongo (devenu entretemps musulman). Ce brillant homme formé au Collège Bessieux, à l’Ecole Normale de Mitzic, au Centre d’Enseignement Supérieur de Brazzaville et à l’Ecole Normale Supérieure d’Abidjan, est au moment de son assassinat, Directeur du Centre de formation des instituteurs d’Oyem. Après le forfait, une enquête fut ouverte par le régime, promettant de faire toute la lumière sur cet assassinat.


Jusqu’au jour d’aujourd’hui, malgré toutes les évidences contenues dans la presse et dans les ouvrages sur le Gabon, l’assassinat de Dieudonné Pascal Ndouna Okogo alias Ndouna Depenaud, demeure un crime impuni. Peut-être que l’enquête suit son cours !


Le 23 Mai 1990, le brillant Joseph Rendjambé, alors âgé de 53 ans, fils de la lagune du Fernand-Vaz dans l’Ogooué-Maritime, frère de Jean Ping et de Pierre Louis Agondjo-Okawé, titulaire d’un Doctorat en Sciences Economiques, est assassiné par injection dans un hôtel de Libreville. Au moment de sa mort, il est Secrétaire General du PGP, le Parti Gabonais du Progrès et quelques temps auparavant, lors de la Conférence Nationale tenue du 23 mars au 19 avril 1990, Joseph Rendjambe avait signifié à Ali Bongo ses origines Biafraises ; un sujet tabou s’il en est un au Gabon. Rendjambe devait mourir et tout de suite, car il venait de compromettre le plus grand secret de celui qui devait être le prochain président du Gabon. Il venait de révéler sa véritable identité de Nigérian. Une enquête fut ouverte par le régime, promettant de faire toute la lumière sur ce crime.


Jusqu’au jour d’aujourd’hui, malgré toutes les évidences contenues dans la presse et dans les ouvrages sur le Gabon, l’assassinat de Joseph Rendjambe, demeure un crime impuni. Peut-être que l’enquête suit son cours !


Le 25 septembre 1989, le brillant cofondateur de l’Union du Peuple Gabonais, Doukakas Nziengui Mukwati, fils de la Ngounié, cadre à la Société D’Energie et D’eau du Gabon, est arbitrairement arrêté par le régime Omar Bongo, pour tentative de coup d’Etat. Il sera terriblement torturé et liquidé dans les services des forces de sécurité du régime. Une enquête fut ouverte par le régime, promettant de faire toute la lumière sur cette disparition d’un détenu.


Jusqu’au jour d’aujourd’hui, malgré toutes les évidences contenues dans la presse et dans les ouvrages sur le Gabon, l’assassinat de Doukakas Nziengui Mukwati, demeure un crime impuni. Peut-être que l’enquête suit son cours !



Le 8 Juin 2014, le Professeur Albert Ondo Ossa, fils de Minvoul, Agrégé de Sciences Economiques, brillant intellectuel de réputation internationale, est agressé au couteau par des tueurs agissant clairement avec préméditation et suivant un planning bien établi ; l’intention était de tuer. Le lendemain de cette abomination, le régime promettait de faire toute la lumière sur cette agression. Que dire d’autre, chers lecteurs ? Sinon que comme dans les cas précédents, l’enquête suit et suivra son éternel cours !


Nous vous laissons avec une toute petite question : quand l’enquêteur est lui-même le criminel, quels sont les chances qu’a cet enquêteur d’appréhender et d’incarcérer le coupable ? Quand vous avez répondu à cette question, alors vous avez répondu à la raison de tous ces crimes impunis au Gabon.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI