REPLY TO LIONEL ZINSOU INTERVIEW PUBLISHED IN GABONREVIEW. REPLIQUE Á L’INTERVIEW DE LIONEL ZINSOU PARUE DANS GABONREVIEW

Lionel Zinsou (photo: Gabonreview)



English Version


A surprising interview published in Gabonreview, causes us to write the post below. The interview in question is by Lionel Zinsou and it is surprising because it so outrageously and offensively misinforms about the power relationship established for decades between France and the countries of the CFA zone, regarding monetary policy. It is a distressing interview full of half-truths and yet highlighting our concerns regarding this media which we have been accustomed to think of as more discerning. It is obvious that the paternity of the content belongs to Lionel Zinsou; but that media could still have been able to give some space to a less françafricain economist for a balance of viewpoints. Published in solo, that interview seems to validate all assertions by France portraying the CFA has having only advantages and very few disadvantages for African countries, which is absolutely false. There is a Himalayan documentation showing that Lionel Zinsou is dead wrong in this interview. Reading this interview, we almost want to scream with rage. We will summarize a few points and hope that Gabonreview’s editors would have the courage to publish another interview with a less "political and devoted to Françafrique” economist. But until then, here is our point of view, because deception must be fought on all fronts!


It is important to start this reply by a review of who is Lionel Zinsou; this man is the son of the former Beninese Personal Doctor of President Léopold Sedar Senghor, who was also the brother of former President Emile Derlin Zinsou of Dahomey, who spent his exile in… Gabon, under the protection of a certain Omar Bongo, after being ousted from power in 1969. Lionel Zinsou is the nephew of Emile Zinsou. For the record, it is to reinstate Emile Derlin Zinsou to power that France organized from Libreville, the failed coup against Kerekou in 1976, which caused the expulsion of thousands of Beninese citizens from Gabon. This truth had to restore, since Gabonreview did not!


Lionel Zinsou is a protégé and former Councilor of Laurent Fabius, the former French Prime Minister and Minister of Foreign Affairs currently in office, who also took part in the Attias’ Forum. He is also closely linked to the Rothschild bank where he was Managing Partner. These truths deserved to be restored because Gabonreview did not!


In the interview, Lionel Zinsou said: "I am Beninese citizen and the French President asked me to prefigure, to organize a foundation of private and public sector to cooperate together for Africa's growth "


Comment of Annoying Gabon / Gabon Enervant: when the French President, Francois Hollande, asks an African to organize a foundation for growth in Africa; knowing the Franco-African relations, can we for a moment think that this African is chosen to work in the interests of Africa? The answer, given the history of the last fifty years, is obvious. When you read that admission by Lionel Zinsou, you understand better the meaning of his positions regarding the role of the CFA francs in Franco-African relations; for him, the CFA is a marvel for Africa. It is understandable! This is the opinion of his mentors, so he thinks the same!


In the interview, Lionel Zinsou said: "This is a debate that I often have, especially with young people, with intellectuals who think that we do not have monetary independence. Me, I think we have a monetary independence. We have a currency, the CFA franc, which is a vector of stability plus it is a strong currency. "


Comment of Annoying Gabon / Gabon Enervant: the CFA monetary independence is so effective, that for the devaluation of the CFA in 1994, no African was either consulted or involved in this decision. The African Heads of State were simply presented with a fait accompli. Remember, dear readers, that it is neither the French President nor the Prime Minister and even less the Minister of Finance, who informed the African Heads of State, but the Cooperation Minister who came to inform these Heads of State, herded like cattle in a hotel, of the fait accompli. Mr. Lionel Zinsou, if that is what you call monetary independence of Africans, we afraid to ask you to give us your definition of financial bondage. No Mr. Lionel Zinsou, Africans have no authority over that currency; if you do not mind that, however, do not take your feelings for universal truisms.


In the interview, Lionel Zinsou said: "No, it is a myth. Thank you for asking that question. I remind you of the scandals of the management of sub primes by central banks. It is the central banks that manage their foreign currency assets, period. This operation account in the French treasury is a fantasy. It must be understood that the operation account at the Treasury is an account through which transit very low balances. It is necessary that you keep in mind that the money supply of the franc zone is a few days of French money and a few hours of money in euro. So you cannot imagine that there is a treasure in the French treasury. There is no smaller treasure. There is an operation account where are entries that do not matter."


Comment of Annoying Gabon / Gabon Enervant : So like that, Lionel Zinsou wants us to believe that the operation account of the countries of the CFA zone only has a negligible amount in it, is a trifle, a myth that has no importance. Not only by this statement, Lionel Zinsou insults our intelligence, but he also denigrates our sovereignty, and our right to fully control our economic emancipation. As have shown literally thousands of articles and books on the subject, the two African central banks of the CFA, located in Dakar and Yaoundé, are only antennas of the French Treasury. This arrangement places the former French colonies in black Africa in a situation of monetary "dependency" because it requires that these countries deposit 50% of their foreign exchange reserves in that account at the Bank of France. Mr. Zinsou, 50 % of the reserves of the countries of the CFA zone, may be nothing for you who enjoy petit fours with Fabius and friends of the Rothschild bank, but it is huge for African countries. Mr. Zinsou , you who are high-ranking economist, can you give us an example of another currency area or even another country in the world, in which half of the reserves are deposited in another country, to the exclusive use of that country? When you say, Mr. Zinsou, that these amounts are insignificant and do not represent but a tiny percentage of French or European money supply, you speak with a forked tongue, as this is akin to saying that African routes of Air France are ridiculous because they represent only a small percentage of the total operating scope of Air France; but the reality is that the Libreville-Paris-Libreville line can cost up to three times the price of the Paris-New York-Paris one, with almost equal distance and lower operating costs in Africa (overflight costs and landing costs, etc.), in the end, African lines are the most profitable of all of Air France operation; why? Due to the monopoly enjoyed by that company in françafricaine Africa. Dear readers, make no mistake about it, the same is applied in monetary relations between France and Africa. People like Lionel Zinsou are there to ease the swallowing of the pill by other Africans; and we say no to this manipulation. If France does not want this operation account, it can close it and repatriate these funds that have accumulated to their rightful owners, the Africans...


Nice try at misinformation Mr. Lionel Zinsou; but all Gabonese are not stupid!



Version française


Une surprenante interview, publiée dans Gabonreview, nous induit à produire le billet ci-après. L’interview en question est de Lionel Zinsou et elle est surprenante car elle désinforme de manière outrageuse, outrageante et outrancière, les rapports de force établis depuis des décennies entre la France et les pays de la zone CFA, en matière de politique monétaire. C’est une interview affligeante de contres vérités et qui relève encore une fois nos inquiétudes vis-à-vis de ce media qui nous a habitué à plus de discernement. Il est évident que la paternité du propos revient à Lionel Zinsou; mais l’organe de presse aurait quand même pu accorder un espace à un économiste moins françafricain, pour un équilibre des points de vue. Publiée en solo, cette interview semble destinée à valider toutes les assertions de la France voulant que l’utilisation du francs CFA n’ait que des avantages et très peu d’inconvénients pour les pays Africains, ce qui est faux et archi faux. Il existe une documentation hymalayesque démontrant que Lionel Zinsou raconte sa vie dans cette interview. En lisant cette interview, on a presqu’envie de hurler de colère. Nous vous en résumons quelques points et espérons que la rédaction de Gabonreview aura le courage de publier une autre interview d’économistes moins «politiques et francafricains». Mais d’ici là, voici notre point de vue, car l’imposture doit être combattue sur tous les fronts!


Il est important de commencer cette réplique par une revue de qui est Lionel Zinsou ; ce monsieur est le fils de l’ancien Médecin Personnel Béninois du Président Léopold Sédar Senghor, qui était aussi le frère de l’ancien Président du Dahomey Émile Derlin Zinsou qui passa son exil au Gabon, sous la protection d’un certain Omar Bongo, après avoir été évincé du pouvoir en 1969. Lionel Zinsou est donc le neveu d’Emile Zinsou. Pour la petite histoire, c’est d’ailleurs pour remettre Émile Derlin Zinsou au pouvoir que la France organisa depuis Libreville, le coup d’Etat raté contre Mathieu Kérékou en 1976, qui occasionna l’expulsion de milliers de Béninois du Gabon. Cette vérité, il fallait la rétablir puisque Gabonreview ne l’a pas fait!


Lionel Zinsou est un protégé et ancien Conseiller de Laurent Fabius, l’ancien Premier Ministre et Ministre Français des Affaires Etrangères en poste, qui prenait lui aussi part au Forum d’Attias. Il est aussi très lié à la banque de Rothschild dont il a été Associé-Gérant. Ces vérités méritaient d’être rétablies vu que Gabonreview ne l’a pas fait!


Dans l’interview, Lionel Zinsou dit : «je suis citoyen béninois et le président français m’a demandé de préfigurer, d’organiser une fondation du secteur privé et du secteur public pour qu’ils coopèrent ensemble pour la croissance de l’Afrique »


Commentaire de Annoying Gabon/Gabon Enervant : quand le Président Français, François Hollande, demande à un africain d’organiser une fondation pour la croissance de l’Afrique; connaissant les rapports franco-africains, peut-on un seul instant penser que cet africain qui est choisi puisse œuvrer dans l’intérêt de l’Afrique? La réponse au vu de le l’histoire de ces cinquante dernières années, va de soi. Quand on lit cet aveux de Lionel Zinsou, on comprend mieux le sens de ses positions quant à la place du francs CFA dans les relations franco-africaines; pour lui, le CFA est une merveille pour l’Afrique. Ça se comprend! C’est ce que pensent ses mentors, alors il pense pareil!


Dans l’interview, Lionel Zinsou dit : « C’est un débat que j’ai souvent, notamment avec les jeunes, avec les intellectuels aussi qui pensent que nous n’avons pas d’indépendance monétaire. Moi, je pense que nous avons une indépendance monétaire. Nous avons une devise, le franc CFA qui est un vecteur de stabilité et en plus c’est une devise forte. »


Commentaire de Annoying Gabon/Gabon Enervant : l’indépendance monétaire de la zone CFA est si effective, que pour la dévaluation du CFA en 1994, aucun Africain n’a été ni consulté, ni associé à cette décision. Les Chefs d’Etat Africains ont été tout simplement mis devant le fait accompli. Souvenez-vous, chers lecteurs, que ce n’est ni le Président Français, ni le Premier Ministre et encore moins le Ministre des Finances, qui en a informé les Chefs d’Etat Africains, mais le Ministre de la Coopération qui est venu mettre ces Chefs d’Etat, entassés comme du bétail dans un hôtel, devant ce fait accompli. Monsieur Lionel Zinsou, si c’est ce que vous appelez l’indépendance monétaire des Africains, nous aurons bien peur de vous demander de nous donner votre définition de l’esclavage financier. Non Monsieur Lionel Zinsou, les Africains n’ont aucun pouvoir de décision sur cette monnaie; si cela ne vous dérange pas, néanmoins ne prenez pas vos sentiments pour des truismes universels.


Dans l’interview, Lionel Zinsou dit : « Non, c’est un mythe. Merci de me poser cette question. Je vous rappelle les scandales sur la gestion en sub primes par les banques centrales. Ce sont les banques centrales qui gèrent leurs avoirs en devises, point. Ce compte d’opération au trésor français est un fantasme. Il faut bien voir que le compte d’opération au trésor est un compte par lequel passe les soldes très faibles. Il faut bien que vous ayez en tête que la masse monétaire de la zone franc représente quelques jours de masse monétaire française et quelques heures de masse monétaire en euro. Donc, vous n’imaginez pas qu’il y a un trésor au trésor français. Il n’y a pas de plus petit trésor. Il y a un compte d’opération où se font des écritures qui n’ont pas d’importance. »


Commentaire de Annoying Gabon/Gabon Enervant : Alors, comme ça, Lionel Zinsou veut nous faire croire que le compte d’opération des pays de la zone CFA n’est qu’une quantité négligeable, une broutille, un mythe qui n’a aucune importance. Non seulement dans cette affirmation, Lionel Zinsou insulte notre intelligence, mais il dénigre aussi notre souveraineté, notre droit à contrôler pleinement notre émancipation économique. Comme l’ont démontré littéralement des milliers d’articles, et de livres sur le sujet, les deux banques centrales Africaines pour le CFA, situées à Dakar et à Yaoundé, ne sont que des antennes du Trésor Français. Ce dispositif place les anciennes colonies françaises d’Afrique noire dans une situation de « dépendance » monétaire car il exige que ces pays déposent 50 % de leurs réserves de change dans ce compte à la Banque de France. Monsieur Zinsou, 50% des réserves des pays de la zone CFA ne représente peut être rien pour vous qui dégustez les petits fours avec Fabius et vos amis de la banque de Rothschild, mais c’est énorme pour les pays Africains. Monsieur Zinsou, vous qui êtes économiste de haut rang, pouvez-vous nous donner l’exemple d’une autre zone monétaire, ou même d’un autre pays dans le monde, dont la moitié des réserves sont déposées dans un autre pays, à l’utilisation exclusive de ce pays? Quand vous dites, Monsieur Zinsou, que ces sommes sont dérisoires et ne représentent qu’un infime pourcentage de la masse monétaire française ou européenne, vous faite dans la langue de bois, car cela revient à dire que les lignes Africaines d’Air France soient dérisoires car elles ne représentent qu’un infime pourcentage du total de l’exploitation d’Air France; mais la réalité est que la ligne Libreville-Paris-Libreville peut couter jusqu'à trois fois le prix de la ligne Paris-New York-Paris, avec une distance presqu’égale et des couts d’exploitation moindre vers l’Afrique (couts de survol des territoires et couts d’atterrissage, etc.) ; au finish les lignes Africaines sont les plus rentables de toute la flotte d’Air France; pourquoi ? A cause de la situation de monopole dont jouit cette société en Afrique françafricaine. Chers lecteurs, ne vous y trompez pas, la même chose est appliquée dans les relations monétaires entre la France et l’Afrique. Les gens comme Lionel Zinsou sont là pour faire avaler la pilule aux autres Africains; et nous disons non à cette manipulation. Si La France n’a rien à faire de ce fond d’opération, qu’elle le supprime et rapatrie les fonds qu’y s’y accumulent aux ayant-droit Africains…


Belle tentative de désinformation Monsieur Lionel Zinsou ; mais tous les Gabonais ne sont pas bêtes !

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>