GO TO THE BOTTOM OF THINGS TO FLUSH OUT THE FALSE CHARISMATIC MESSIAHS. ALLER AU FOND DES CHOSES POUR DÉBUSQUER LES PSEUDOS MESSIES CHARISMATIQUES

Samuel Ngoua-Ngou at a recent event by the opposition
Samuel Ngoua-Ngou à un évènement récent de l’opposition
(Photo : Gabonreview)



English Version

Given the feedback we have received, our recent text dealing with the betrayal (yes it is one, whatever the person may say) by Samuel Ngoua-Ngou, struck a chord with many of our readers. What many of our finest and most knowledgeable readers find particularly disappointing is not so much the transition to the manger of that man; they almost do not care, but the symbolism it represents as the demonstration of the lack of consistence of those who call themselves leaders in Gabon; their lack of substance, lack of statism, of character.

Imagine the makings of a Mandela, a Nujoma, etc..; we are far from that in Gabon. No one under in our equatorial sun, apart from a few specimens as Jean Marc Ekoh and a handful of others, is able to show us an exemplary path of a life of principles and righteousness. We are always in front of people that we do not know if we can turn our backs without them planting a dagger into it. When Martine Oulabou was losing her blood in the street, after receiving the brunt of the regime’s bullets, the poor lady certainly thought that her union colleagues would continue the struggle for a modern school for Gabonese children. If this were the case, then her death was not in vain. If she was told during her bloody agony that she was going to expire in a fight that some union leaders would abandon without remorse to join the regime and its emoluments, she would have realized that the enemy was not only those against whom she fought, but especially those with whom she fought.

When the brilliant Sam Mve Ondo died in the 90s in unclear circumstances which many believe to be poisoning, he left thinking that Mba Abessole was a sincere liberator of people. But if someone had told him that sometime after his death, the same Mba Abessole would disown those who gave their lives for the RNB, saying to an audience who asked him to account: "but they did not die for me ", he would have been very sorry to have believed in a false messiah. So we need, and everyone at their level dear readers, activate a cleaning of our pockets of political sympathies. Dear readers, as our friend Martin Edzodzomo Ela tells us in our exchanges, the enemy is perhaps not only where we believe it to be! It is in all of us; in the worship of the politics of the belly. It is about no longer evading either the debate, or the fight. No longer to accept the pseudo charismatic messiahs, who often have only the charisma that was provided by the billions they stole to the people with their Pygmalions and helmsmen, the Bongos. In Gabon, the first thing to fight if we hope to get rid of the current regime, it is the politics of the belly. Once money will no longer have its appeal to people fighting the regime, victory will become possible and even certain.

Dear readers, it is surprising that the same people who, since 1990 know that there can be no election worthy of the name under the Bongo-PDG regime; they were themselves the architects of the structure of the electoral farce (some as Ministers, other Prime Ministers, and others as Chief of Staff, etc.), knowing perfectly how the electoral farce mechanism works, are now actively preparing to go to the election in 2016 against Ali Bongo, regardless of the electoral process. There has to be something wrong. Nelson Mandela said: "The leaders commit crimes against their own people if they are reluctant to sharpen their political weapons when they have become less effective.” It is not enough to denounce evil where it exists, not even fight it; we must also reform a society in which evil finds an environment too favorable for its development. Let us be clear, we have more problems to solve than enemies to fight. Our politicians who claim to be of the opposition should have the humility and the courage to transcend their egos, to promote real reform of the current political system, involving all wills. They must be able to manage; to unite for a common single cause. We must transcend the egos by silencing vain quarrels of personality, and also by abandoning once and for all, disputes of façade among the supporters of the same camp. Above all, they must ensure that the people can see clearly the issues at stake.

It is together with one voice that true patriots must fight the battle. It is together that they must break with the system. . To create the conditions for adoption of a new system, past structures must be abandoned. Ultimately, there must be an abolition of everything before the rebuilding. Situations that are blocked can progress only by rupture. We need to present concrete action and not just settle for intemperate statements regarding such person leaving or joining the "emergence", and are often only of distracting nature to the public, and create confusion in the people. That an important and docile servant of Omar Bongo, the founder of the system, is no longer in business under the reign of the son, or that a pseudo opponent has joined the table of guests, is only posturing within the microcosm and is not what will move the country forward. We must fight on fundamental change. It is when we will see the start of this battle that we will know that people are serious about change.


Version française

Vu les réactions que nous avons reçu, notre récent texte traitant de la traitrise (oui c’en est une, quoi que l’intéressé en dise) de Samuel Ngoua-Ngou, a touché une corde sensible chez bien de nos lecteurs. Ce que beaucoup de nos lecteurs les plus raffinés et les plus avertis trouvent particulièrement décevant, n’est pas tant que ça le passage à la mangeoire de ce dernier ; à la limite ils s’en moquent, mais plutôt la symbolique que cela représente comme étant la démonstration du manque d’épaisseur de ceux qui se disent leaders au Gabon ; de leur manque d’étoffe, de leur manque d’Etatisme, de caractère.

Imaginez l’étoffe d’un Mandela, d’un Nujoma, etc.; nous en sommes bien loin au Gabon. Personne sous notre soleil équatorial, en dehors de quelques rares spécimens comme Jean Marc Ekoh et une poignée d’autres, n’est capable de nous présenter une trajectoire de vie exemplaire de principes et de droiture. On est toujours face à des gens dont on ne sait pas si on peut leur tourner le dos sans qu’ils y plantent un poignard. Quand Madame Martine Oulabou se vidait de son sang sur la voie publique, après avoir reçu de plein fouet les balles du régime, la pauvre pensait certainement que ses collègues du syndicat continueraient la lutte pour l’obtention d’une école moderne pour les enfants gabonais. Si tel était le cas, alors sa mort n’aurait pas été vaine. Si on lui aurait dit dans son agonie sanglante, qu’elle était en train d’expirer dans une lutte que les ténors abandonneraient sans état d’âmes pour rejoindre le régime et ses prébendes, elle aurait réalisé que l’ennemi n’était pas seulement ceux contre qui elle combattait, mais surtout ceux avec qui elle combattait.

Quand le très brillant Sam Mve Ondo décéda dans les années 90 dans des circonstances troubles dont beaucoup pensent être un empoisonnement, il est parti en pensant que Mba Abessole était un sincère libérateur de peuple. Mais si on lui avait dit que quelques temps après sa mort, le même Mba Abessole renierait jusqu'à ceux qui ont donné leur vie pour le RNB, en disant devant une assistance qui lui demandait des comptes : « mais ils ne sont pas morts pour moi !», il aurait été très désolé d’avoir cru en un faux messie. Il nous faut donc, et chacun à son niveau chers lecteurs, opérer un nettoyage et un curage de nos poches de sympathies politiques. Chers lecteurs, comme nous le dis notre ami Martin Edzodzomo Ela dans nos échanges, l'ennemi n'est peut-être pas seulement là où on croit qu’il soit! Il est en chacun de nous ; dans le culte de la politique du ventre. Il s’agit aujourd’hui de ne plus escamoter ni le débat, ni le combat. De ne plus accepter les pseudos messies charismatiques, qui n'ont souvent de charisme que celui procuré par les milliards volés au peuple avec leurs pygmalions et timoniers, les Bongo. Au Gabon, la première chose à combattre si nous voulons espérer nous débarrasser du régime actuel, c’est la politique du ventre. Une fois que l’argent n’aura plus son attrait pour les gens combattant le régime, la victoire deviendra possible et même certaine.

Chers lecteurs, il est donc étonnant que les mêmes qui, depuis 1990 savent qu'il ne peut pas y avoir d'élection digne de ce nom sous le régime PDG Bongo ; puisqu'ils ont été eux-mêmes les artisans de cette structure de la mascarade électorale (les uns ministres, d'autres Premiers Ministres, d'autres encore, Directeur de Cabinet, etc.), connaissant donc parfaitement comment fonctionne le mécanisme de la mascarade électorale, s'activent d'aller aux élections en 2016 contre Ali Bongo, sans se soucier du processus électoral. Il y a forcément quelque chose qui cloche. Nelson Mandela disait: « Les responsables commettent un crime contre leur peuple s’ils hésitent à affûter leurs armes politiques quand elles sont devenues moins efficaces. » Il ne suffit pas de dénoncer le mal quand il existe, pas même le combattre, il faut aussi réformer une société dans laquelle le mal trouve un milieu trop favorable à son développement. Rendons-nous à l’évidence, nous avons plus de problèmes à résoudre que d’ennemis à combattre. Nos responsables politiques qui se réclament de l’opposition, doivent avoir l’humilité et le courage de transcender les égos, pour promouvoir une vraie réforme du système politique actuel, faisant appel à toutes les volontés. Ils doivent être capables de se gérer ; s’unir pour une même unique cause. Il faut transcender les égos en faisant taire les vaines querelles de personnes, et aussi, en abandonnant une bonne fois, des discussions de façade parmi les partisans du même camp. Et surtout, ils doivent faire en sorte que le peuple puisse y voir claire dans les enjeux en présence.

C’est ensemble et d’une même voix que les vrais patriotes doivent mener le combat. C’est ensemble qu’ils doivent rompre avec le système. . Pour créer les conditions d'appropriation d'un organisme nouveau, il faut faire table rase des structures passées. Il faut, en fin de compte, tout abolir pour pouvoir commencer à tout reconstruire. Les situations bloquées ne progressent que par rupture. Il nous faut à l’heure actuelle agir concrètement et non juste se contenter de déclarations intempestives concernant tel personne quittant ou rejoignant « l’émergence », et qui ne sont souvent que de nature à divertir l’opinion, et à créer la confusion dans le peuple. Que tel grand et docile serviteur d’Omar Bongo Ondimba fondateur du système, ne soit plus aux affaires sous le règne du fils, ou tel pseudo opposant rejoignent la table des convives, n’est qu’une gesticulation au sein du microcosme et ce n’est pas cela qui fera avancer le pays. Il faut se battre sur les fondamentaux du changement. C’est quand on verra cette bataille commencer qu’on saura que les gens sont sérieux à propos du changement.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE