ABSURD ARGUMENTS AND DICTATORSHIP GO HAND IN HAND! LE RAISONNEMENT PAR L’ABSURDE ET LA DICTATURE FONT BON MÉNAGE!

Laure Gondjout and/et Pacome Moubelet (Photo L.O. G.)




English version

Absurd reasoning is said to be of any principle that a purport to show that the proposition "P" is true, by saying that it is in fact the opposite proposition "not P" that is true; that is to say, it establishes absurdly that the "P" proposition is de facto false, while stating that it is true. Ending up with a proposal that is internally contradictory, while stating that it is true. The most obvious example of absurd reasoning was given by Ali Bongo, in an interview with RFI in which he claimed that his parentage was not suffering from any contradiction, and then answered the question of the authenticity of his birth certificate used in 2009 by admitting that it is a fake. Mr. tells us that his civil status is clear, but admits using false documents! Classic absurd reasoning. The Gabonese are asked to accept that kind of bullshit.

Following the publication of the video of law enforcement mistreating women traders, some defenders of the indefensible are displaying their absurd reasoning by saying that these women traders are responsible for what happened to them, because they allegedly exposed themselves indecently to the Gabonese people. These people do not speak of the racketeering by the police on these women and of the fact that the authorities never did anything to stop it. Their reasoning is simply staggering. The absurdity here is to say that women traders would have it coming by daring to defy the state by removing their clothes; ignoring the many claims of these women that fell into the deaf ears of those who govern Gabon. This same regime which told us that Brazilians showing off their thongs on the street of Libreville is an exercise to encourage and even applaud, is now talking about its concern for decency and morals! But who are they kidding?

This is the same absurd reasoning that operates every time yet another child is found on the seafront, the body missing some of its organs, the same defenders of the indefensible hurriedly come to tell us "but why did the child go to the beach?" Dear readers, here the absurdity is that going to the beach becomes the condemnable act, not the ritual crime itself. This is why to this day no sponsors of these crimes has ever been arrested. The regime merely pretending to act around the small fry. When these crimes happen in the homes of these children, as was seen with the girl ripped open in Nkembo, those protective of the sponsors come to us saying, "but where were the parents?" When you tell them that one cannot have a child in their sight around the clock, even in their own home, they tell you the absurdity of this being possible, and that they themselves go to the toilet in the company of their children ... This is serious, dear readers, some can go that far to justify the unjustifiable and defend the indefensible.

We all witnessed with bewilderment the absurdity of Ali Bongo’s deputy chief of staff, Samuel Ngoua-Ngou, following the announcement of the arrest of his boss Maixent Accrombessi in Paris, coming to spread on social networks the claim that this information was false because he himself had seen with his own eyes Accrombessi in Libreville that morning, and that he could not have been arrested in Paris. But the arrest proved accurate and the lie of Samuel Ngoua-Ngou became evident. Yet the same gentleman still spends part of his time lecturing people on social networks, to the glory of Ali Bongo and Maixent Accrombessi, with a syncophantic logic that brings us to the vassal/lord relationship of antiquity, claiming his moral integrity and religious beliefs so deep that it is the God of heaven, he tells us, who guides his steps! Ngoua-Ngou may have a red phone connecting him with God:

-Allo Lord!
*Yes !
-My Boss has been arrested, so we're all under arrest, what can I go tell the flock to save face?
*But my son, Saint Accrombessi cannot be arrested, oh no, go tell the miserable Gabonese people that you have seen him with your own eyes in Libreville! Honor must be saved!
*I am going Lord, I am running to it, right away ... Lord, I am flying to it!

When one comes to such decay, could they still be normal?

Dear readers, the dictatorial regime exercised for several decades by the Bongos upon the Gabonese people, is today unjustifiable and indefensible. This personal, even familial regime, which denies us free elections, which censure us, that keeps us under constant police repression, which arrests dissidents, deserves no mitigating circumstance. The silence of some and the absurd reasoning of others wanting to justify this regime are only forms of complicity with a system whose future is only annihilation. Those who continue to say everything and its opposite, using the absurd reasoning to justify dictatorship, will be properly reattributed and listed in the dustbin of history!


Version française

On appelle raisonnement par l’absurde, tout principe voulant que pour démontrer qu'une proposition « P » soit vraie, affirme que la proposition opposée « non P » soit vraie ; c'est-à-dire qu’elle établit de manière absurde que la proposition « P » est de facto fausse, tout en affirmant qu’elle soit vraie. On se retrouve avec une proposition qui se contredit en interne, tout en affirmant qu’elle soit vraie. L’exemple le plus patent du raisonnement par l’absurde nous a été donné par Ali Bongo, dans une interview à RFI dans laquelle il affirmait que sa filiation ne souffrait d’aucune contestation, pour ensuite répondre à la question de l’authenticité de son acte de naissance utilisé en 2009 en avouant que ce c’est un faux. Monsieur nous dit que son état civil est limpide mais avoue utiliser des faux documents ! Classique raisonnement par l’absurde. On demande aux Gabonais d’accepter ce genre de connerie.

Suite à la publication de la vidéo des forces de police maltraitant les femmes commerçantes, certains défenseurs de l’indéfendable y vont de leur raisonnement par l’absurde en affirmant que ces femmes commerçantes sont responsables de ce qui leur est arrivé, parce qu’elles auraient attenté à la pudeur des Gabonais. Ces gens ne parlent pas du racket dont se livre la police sur ces femmes et dont les autorités n’ont jamais rien fait pour qu’il cesse. Leur raisonnement est tout simplement effarant. L’absurdité ici étant de dire que les femmes commerçantes l’auraient bien cherché en osant défier l’Etat et la pudeur en se dénudant ; passant outre les nombreuses revendications de ces femmes tombées dans les oreilles de sourd de ceux qui gouvernent le Gabon. Ce même régime qui nous avait dit que des Brésiliennes s’exhibant en string sur la voie publique librevilloise soit un exercice à encourager et même à applaudir, vient ici nous parler de préoccupation pour la pudeur et les mœurs! Mais de qui se moque-t-on ?

C’est le même raisonnement par l’absurde qui veuille qu’à chaque fois qu’un énième enfant est retrouvé sur le bord de mer, le corps manquant de certains de ses organes, les mêmes défenseurs de l’indéfendable viennent précipitamment nous dire : « mais pourquoi l’enfant est allé à la plage ?» Chers lecteurs, l’absurdité ici étant qu’aller à la plage devient l’acte condamnable et non le crime rituel lui-même. C’est d’ailleurs pourquoi aucun commanditaire de ces crimes n’a jamais été arrêté à ce jour. Le régime se contentant de faire du cinéma autour du menu fretin. Quand ces crimes ont lieu dans les maisons de ces enfants, comme on l’a vu avec la petite fille éventrée de Nkembo, les protecteurs des commanditaires viennent nous dire : « mais où étaient les parents ? » Quand vous leur répondez qu’on ne puisse pas avoir son enfant sous les yeux 24 heures sur 24, même dans votre propre maison, ils vous répondent par l’absurdité qui veut que ce soit possible, et qu’eux-mêmes aillent aux toilettes en compagnie de leurs enfants… C’est grave, chers lecteurs, jusqu’où certains peuvent aller pour justifier l’injustifiable et défendre l’indéfendable.

Nous avons tous assisté ahuri à l’absurdité qui a vu le directeur de cabinet adjoint d’Ali Bongo, Samuel Ngoua-Ngou, suite à l’annonce de l’arrestation de son patron Maixent Accrombessi à Paris, venir se répandre sur les réseaux sociaux en affirmant que cette information était fausse car il avait lui-même vu de ses propres yeux Accrombessi à Libreville ce matin-là, et que ce dernier ne pouvait pas avoir été interpellé à Paris. Mais l’arrestation s’avéra exacte et le mensonge de Samuel Ngoua-Ngou devint évident. Pourtant, le même monsieur passe toujours le clair de son temps à faire la morale aux gens sur les réseaux sociaux, à la gloire d’Ali Bongo et de Maixent Accrombessi avec une logique larbinique qui nous ramène au rapport vassal/suzerain de l’antiquité, clamant sa probité morale et ses convictions si religieuses que c’est le Dieu du ciel, nous dit-il, qui guide ses pas ! Ngoua-Ngou aurait un téléphone rouge qui le relie avec Dieu :

-Allo Seigneur !
*Oui !
-Mon patron a été arrêté, nous sommes donc tous en état d’arrestation, que puis-je aller dire à la plèbe pour sauver la face ?
*Mais mon fils, Saint Accrombessi ne saurait être arrêté, ah non, allez dire aux misérables Gabonais que vous l’avez vu de vos yeux à Libreville ! L’honneur doit être sauf !
*J’y vais Seigneur, j’y cours, tout de suite Seigneur…, j’y vole !

Quand on en arrive à une telle déchéance, est-on encore normal ?

Chers lecteurs, le régime dictatorial exercé depuis plusieurs décennies par les Bongo sur le peuple Gabonais, est aujourd’hui injustifiable et indéfendable. Ce pouvoir personnel, voire familial, qui nous refuse des élections libres, qui nous censure, qui nous maintient sous une répression policière permanente, qui enferme les dissidents, ne mérite aucune circonstance atténuante. Le silence des uns et les raisonnements par l’absurde des autres voulant justifier ce régime, ne sont que formes de complicité à l'égard d'un système dont le seul futur est l’anéantissement. Ceux qui continuent de dire tout et son contraire en utilisant le raisonnement par l’absurde pour justifier la dictature, seront proprement rétribués et répertoriés dans les poubelles de l’histoire !

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR