A TRIBUNE BY PAULETTE OYANE ONDO. UNE TRIBUNE DE PAULETTE OYANE ONDO

Paulette Oyane-Ondo (photo: Gabonreview)




English Version

THE TRIBUNE OF GABON CDDH OF 10 January 2015

The consequences of impunity on Gabonese society

The reign of impunity in Gabon has become as natural as breathing. I do not know if impunity has reached the same proportions in Gabon than in the other countries of the world, since the beginning of humanity. The victim accepts impunity and of course the oppressor lives only by impunity. This situation has become quite normal. While it should not be so.

For some time, everyone has been speaking in Gabon of the need for dialogue between Gabonese, agreeing that the Gabonese people must make peace in order to develop the country. The first thing I notice when I hear all these arguments is that Gabon which has always boasted to live in peace has therefore never been so. On the other hand, if one pleads for peace in Gabon, this means that peace does not mean the absence of war. Since it appears as a necessity that the Gabonese people must make peace between themselves, while Gabon has never been at war, this therefore means that Gabon has never been at peace, if that were the case, nobody would ask the Gabonese people to make peace.

In my view, if observers agree today to ask the Gabonese to make peace, to dialogue, it is because Gabon since 1967, has chosen as single element of governance, impunity.

The reign of impunity is so harmful, so corrosive that it causes collective amnesia and muzzles the collective memory. Which lead to the incalculable consequences that undermine Gabonese society today.

However, for a real dialogue to take place in Gabon, we must first and foremost ensure justice for victims of all the atrocities committed by the State of Gabon since 1967. This is the first step in laying the foundations to build a Nation. Gabon, which is a virtual country, is not at all a nation. The dialogue in these conditions should not therefore be political cosmetic, but a real instrument whose role is to build the Gabonese nation. And the first duty of public actors is to prevent, by all means, that the atrocities committed on people, and which have prevented Gabon from becoming a nation, are not repeated.

The first imperative that must impose actors of public life upon themselves to achieve this, is to know in detail and in all its magnitude the consequences of the suffering experienced by the Gabonese victims of the political power which has managed the country since 1967.

It is important to note that to remember the past, in order to draw true teachings, supposes that we can have an accurate knowledge of it. This is never the case during a period of dictatorship: the whole society is subjected to the most total disinformation, isolation, the lack of communication and fear. These are the heavy years, during which the population is trapped in silence, striving to develop coping mechanisms.

The majority of the population suffering from dictatorship ignores the extent of violations of human rights and civil and political rights which the Gabonese are the victims. It is always difficult to believe what the torture victims testify to, for example, because the system of destruction of the human being implementation in Gabon is so barbaric and vicious. What Gabonese remembers accurately or even vaguely what happened to people like Luc Bengono Nsi who were tortured and passed for crazy, just to have been the first to demand freedom in Gabon? Who remembers that the poverty of the Woleu-Ntem province had been politically planned to remove any material autonomy to citizens of that province and in turn, their freedom of thought, for the sole purpose of turning them into political clientele? Into "dogs" according to the well-known expression of Madame Pascaline Bongo! What I am saying here is the truth, but the fact that I say it will provoke cries of ospreys, since precisely the Gabonese regime whose engine is impunity, does everything in its power to cause general incredulity against anyone who would dares to tell the truth.

In these circumstances, the investigation into the past is key to any dialogue: it is about knowing what happened for Gabon to be where it is now, to approach the truth, but also to learn. If such an investigation does not take place, it would be a clear victory for the defenders of impunity in Gabon who do everything to prohibit the Gabonese people from knowing their own history, and thus to reconstruct a collective identity. Because without collective memory, there is no collective identity. And if there is no collective identity, nation building is simply impossible. Any dialogue that would be done in such conditions, will only be a repetition of all dialogues that have happened in Gabon since 1990, with the joke being on the Gabonese people, as usual.

To remember the atrocities committed by the regime does not necessarily means that one is preparing to exercise futile retaliation against a flushed out enemy. The example of the Nuremberg Tribunal is instructive in this regard. Nuremberg condemned Nazism, laying the legal, political and moral ground to prevent this madness from repeating itself. We also have the example of the Truth and Reconciliation Commission chaired by Desmond Tutu, to allow living together between South Africans.

As a lawyer, I know that the real judgment is always moral and registered in the heritage of peoples and history, that is why rights are favored over the law. But the "real" judgment implies that the mechanisms of impunity have been removed and that the social and economic disasters that are its consequences have been evaluated. This is where the fundamental role of collective memory plays: to protect the present, it is urgent to recognize onerself and find out what belongs to the common heritage.

A society unable to prove that impunity has no place within it is ready to perform a kind of social suicide. Oppressors who walk freely in the street are then strengthened in their belief that acts of terror they have perpetrated and they accomplish as part of the state, are more effective than anything else.

To trample the knowledge of the truth and the pursuit of justice is to hinder the possibility of recovering the core values that were lost during the dark years running up to now in Gabon. It follows a loss of meaning for the Gabonese population. The reasons for all this suffering it experienced, for which it finds no meaning, remain unanswered. The psychological and social consequences are unpredictable undoubtedly for the future of the Gabonese society if it does not publicly put an end to impunity.

And all dialogue, which will be done in these circumstances, will only be an injection of an anesthetic dose to the Gabonese population already mithridatized, condemned to remain in Plato's Cave.

P2O

Paulette Oyane Ondo



Version française

TRIBUNE DU CDDH-GABON DU 10 JANVIER 2015

Les conséquences de l’impunité sur la société gabonaise

Le règne de l’impunité au Gabon est devenu aussi naturel que le fait de respirer. Je ne sais pas si l’impunité a atteint les mêmes proportions au Gabon que dans les autres pays du monde, depuis que l’humanité existe. La victime accepte l’impunité et naturellement l’oppresseur ne vit que grâce à l’impunité. Cette situation est devenue tout à fait normale. Alors qu'elle ne devrait pas l'être.

Depuis un certain temps, tout le monde parle au Gabon de la nécessité d’un dialogue entre Gabonais, s’accordant à dire que les Gabonais doivent faire la paix pour pouvoir développer le pays. La 1ère chose que je constate, quand j’entends tous ces arguments, c’est que le Gabon qui s’est toujours vanté de vivre en paix ne l’a donc jamais été. D’autre part, si l’on plaide pour la paix au Gabon, cela veut donc dire que la paix ne signifie pas l’absence de guerre. Puisqu’il apparaît comme une nécessité que les Gabonais doivent faire la paix entre eux, alors que le Gabon n’a jamais été en guerre, cela signifie donc que le Gabon n’a jamais été en paix, si tel avait été le cas, personne ne demanderait aux Gabonais de faire la paix.

A mon sens, si les observateurs s’accordent aujourd’hui à demander aux Gabonais de faire la paix, de dialoguer, c’est parce que le Gabon, depuis 1967, a choisi comme seul élément de gouvernance, l’impunité.

Le règne de l’impunité est si nocif, si corrosif qu’il provoque l’amnésie collective et muselle la mémoire collective. Ce qui implique les conséquences incalculables qui minent aujourd’hui la société gabonaise.

Or, pour instaurer un véritable dialogue au Gabon, il faut d’abord et avant tout rendre justice aux victimes de toutes les exactions commises par l'Etat gabonais depuis 1967. C’est le premier jalon pour poser les bases afin de bâtir une Nation. Le Gabon qui est un pays virtuel, n’est pas du tout une nation. Le dialogue, dans ces conditions, ne doit pas donc pas être une cosmétique politique, mais un véritable instrument dont le rôle est de bâtir la nation gabonaise. Et la première obligation des acteurs publics est d’empêcher, par tous les moyens, que les exactions commises sur les populations, et qui ont empêché le Gabon de devenir une Nation, ne se répètent.

Le premier impératif que doivent s’imposer les acteurs de la vie publique pour y parvenir, est de connaître en détail et dans toute son ampleur les conséquences des souffrances vécues par les Gabonais victimes du pouvoir politique qui gère le pays depuis 1967.

Il est important de signaler que se rappeler le passé, pour en tirer de véritables enseignements, suppose que l’on puisse en avoir une connaissance exacte. Ce n’est jamais le cas pendant une période de dictature : la société toute entière est soumise à la désinformation la plus totale, à l’isolement, à l’incommunication et à la peur. Ce sont des années de chape de plomb, où la population est emprisonnée dans le silence, s’évertuant à développer des mécanismes de survie.

La majorité de la population victime de la dictature ignore l’ampleur des violations des droits de l’homme et des droits civils et politiques dont les Gabonais sont victimes. Il est toujours difficile de croire ce que racontent les victimes de la torture par exemple, tant le système de destruction de la personne humaine mise en place au Gabon est barbare et vicieux. Quel gabonais se souvient avec exactitude ou même vaguement ce qu’ont vécu des personnes comme Luc Bengono Nsi qui ont été torturées et passées pour folles, juste pour avoir été les premières à réclamer la liberté au Gabon ? Qui se souvient que la pauvreté de la province du Woleu-Ntem a été politiquement planifiée, afin d’enlever toute autonomie matérielle aux ressortissants de cette province et par ricochet, leur liberté de pensée, dans le seul but de les transformer en clientèle politique ?, En "chien" selon l'expression bien connue de Madame Pascaline Bongo ! Ce que je dis là est pourtant la vérité, mais le fait que je le dise va provoquer des cris d’orfraies, car, précisément, le système gabonais, dont l’impunité est le moteur, fait tout ce qui est en son pouvoir pour provoquer l’incrédulité générale contre toute personne qui oserait dire la vérité.


Dans ces conditions, l’enquête sur le passé est fondamentale à tout dialogue: il s’agit de savoir ce qui s’est passé pour que le Gabon soit où il en est, pour approcher la vérité, mais aussi pour apprendre. Si une telle enquête n’a pas lieu, c’est la victoire incontestable des défenseurs de l’impunité au Gabon qui font tout pour interdire aux gabonais de connaître leur propre histoire, et donc de se reconstruire une identité collective. Car, sans mémoire collective, il n’y a point d’identité collective. Et s’il n’y a pas d’identité collective, bâtir une nation est tout simplement impossible. Tout dialogue qui serait fait dans de telles conditions, ne sera que du bis repetita de tous les dialogues faits au Gabon depuis 1990, avec comme « dindon de la farce » le peuple Gabonais, comme d’habitude.

Se rappeler les exactions commises par le régime ne signifie pas nécessairement se préparer à exercer de vaines représailles contre un ennemi débusqué. L’exemple du Tribunal de Nuremberg est à cet égard instructif. Nuremberg a condamné le nazisme, jetant ainsi les bases juridiques, politiques et morales pour empêcher que cette folie ne se répète. Nous avons également l’exemple de la Commission vérité-réconciliation présidée par Desmond TUTU, pour permettre le vivre ensemble entre en Sud-Africains.

En tant que juriste, je sais que le véritable jugement est toujours moral et est inscrit au patrimoine des peuples et de l’histoire, c’est pourquoi l’on privilégie le droit à la loi. Mais le « véritable » jugement suppose que les mécanismes de l’impunité aient été démontés et que le désastre social et économique qui en est la conséquence ait été évalué. C’est là qu’intervient le rôle fondamental de la mémoire collective : pour protéger le présent, il est urgent de se reconnaître soi-même et découvrir ce qui appartient au patrimoine commun.

Une société incapable de prouver que l’impunité n’a pas de droit de cité en son sein est prête à accomplir une sorte de suicide social. Les oppresseurs qui déambulent librement dans la rue sont alors confortés dans leur conviction que les actes de terreur qu’ils ont accomplis et qu'ils accomplissent dans le cadre de l’Etat, sont plus efficaces que n’importe quoi autre.

Bafouer la connaissance de la vérité et la quête de justice, c’est faire obstacle à la possibilité de récupérer des valeurs essentielles qui ont été perdues pendant les années sombres qui courent jusqu’à ce jour au Gabon. Il s’ensuit une perte de sens pour la population gabonaise. Les raisons de toute cette souffrance qu’elle a vécue à laquelle elle ne trouve pas de sens, restent sans réponse. Les conséquences psychologiques et sociales sont indubitablement imprévisibles pour l’avenir de la société gabonaise si elle ne met pas publiquement un terme à l’impunité.

Et tout dialogue, qui sera fait dans ces conditions, ne sera qu’une injection d’une dose d’anesthésiant de plus aux populations gabonaises déjà mithridatisées, condamnées à demeurer dans la Caverne de Platon.

P2O

Paulette Oyane Ondo

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT