TO DEFEND ALI BONGO, BILIÉ BI NZÉ TAKES REFUGE IN THE CHAOS THEORY! POUR DÉFENDRE ALI BONGO, BILIÉ BI NZÉ SE RÉFUGIE DANS LA THÉORIE DU CHAOS!






English Version

In an article in Afriki Press, the Spokesman of the Presidency of the Republic, Alain Claude Bilié Bi Nzé, wanting to come to the rescue of Ali Bongo, jumps into an amalgam by linking Ali Bongo’s removal and the civil war that devastated the Ivory Coast. This blog objects to this type of demagogic and unhealthy shortcut; against such uses of chaos theory to justify the unjustifiable.

Afriki Press says that Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé was in Paris at the Africa Information Office and presented Ali Bongo’s economic and social policy and the results obtained in Gabon. One can imagine that without opponents, Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé did certainly delivered in its presentation an inflation of benefits of “emerging” Gabon. But Afriki Press said that in response to a question about Ali Bongo’s fake birth certificate, Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé answered as follows:

"In all my life I have not seen a child that is born and has their own birth certificate established. It is that some elements on the birth certificate of the President are challenged by the opposition and for which it has seized the Gabonese courts and these courts have ruled. President Ali Bongo Ondimba was born Alain Bernard Bongo, as he was not yet Muslim. When Albert-Bernard Bongo (the late Omar Bongo: Ed) converted to Islam in 1973, some of his children became Muslims also, not all. So Alain Bernard Bongo becomes Ali Bongo. First factual objective element for which a new entry is made on the birth certificate. Second element, Omar Bongo that everyone knew as Albert-Bernard Bongo wanted to add the surname of his father Ondimba on his name and becomes Omar Bongo Ondimba. For this second objective element, another entry will be added to the birth certificate. If the registrar who did it did not proceed in accordance with the regulations, is it the fault of the one who has sought to add a new element to their birth certificate? (...) Do you know how many Gabonese who have problems with their birth certificates? There are hundreds of thousands. We have a problem in Gabon with the civil file. That the opposition decides that this is a political argument, that's their choice. I thought they had more arguments than that. Especially from people who have seen Ali Bongo be born and grow up. He grew up sometimes with their children; these people were barons of the regime. Their children grew up in the president's court. When they become opponents and choose the political argument of the birth of the president, it reminds us of the Ivory Coast. Should Gabon go through the same paths as the Ivory Coast? I do not know if that is the political project of some. But when the concept of ivoirité was launched, nobody imagined the thousands of deaths that it would cause. Let’s us be careful with these kinds of things."

Dear readers, here we are in the middle of chaos theory. What is happening in Gabon has nothing to do with any gabonité that would be symmetrical to ivoirité in the Ivory Coast. It is that Ali Bongo is simply guilty of using false documents to circumvent Article 10 of the Constitution of Gabon. Ali Bongo himself acknowledged on RFI that the documents were forgeries. Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé tries to exonerate Ali Bongo by saying that a child does not themself establish a birth certificate; true, but the problem for Bilié-Bi-Nzé is that when Ali Bongo has this fraudulent birth certificate made, in 2009, he was an adult and not a child; he was exactly 50 years. The question to ask is: how can someone be 50 years old and accept to receive and to use a birth certificate that they know not to be conforming to the original, if that is the Bilié-Bi-Nzé argument? The other constitutional question is: why the Constitutional Court, which had the mission to authenticate the documents submitted in the application forms, found nothing abnormal about the Ali Bongo’s birth certificate, when all Gabonese in less than 30 seconds managed to deduce that the document was false? The Constitutional Court went so far as to reject the appeal of Luc Bengono Nsi who established that document as a fake, on what basis, since Ali Bongo himself acknowledged that the document was a fake on RFI? Is the acceptance of forgery and use of it a precept of the "rule of law" that Gabon intends to model as a nation?

You see. Dear readers, when one reasons coldly, logically and constitutionally, the forfeiture of Ali Bongo is confirmed without a shadow of a doubt. Especially since he can never present an original as the colonial archives of the AEF, located in Nantes in France, have already established that no child born Alain Bernard Bongo in 1959 in Brazzaville, exists on their records; and also that no school has been able to present the trace of a birth certificate establishing to Alain Bongo who became Ali Bongo an hypothetical birth in Brazzaville in 1959.

What is left to adventurers such as Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé, as an argument? Fear! They must scare the Gabonese people by brandishing the example of the Ivory Coast, so that all claims can be be buried and forgotten.

That the constitution is trampled by Ali Bongo, its ok; that the stipulation contained in the Gabonese Constitution are violated, it does not matter, you must close your eyes, under the threat of violence in Gabon. But Mr Bilié-Bi-Nzé, who will introduce violence in Gabon? Who brutelizes protesters in Gabon? Who is gagging free Gabonese? Who violates the Constitution? There must be a threshold where the average Gabonese says, "My citizenship has been flouted too many times, enought!" Advocating chaos theory as does Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé will not influence anyone in Gabon because too many free Gabonese are determined to go all the way!

Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé must know that the rejection of Ali Bongo is not the matter of a few citizens; but that of the overwhelming majority of people who believe that a "considerable" people, to paraphrase Pierre Claver Akendengué, cannot have a forger for president. So, overall, the procedure for future action is in line with the dismissal of Ali Bongo, nothing more nothing less. The Gabonese people will not be intimidated by the references to violence, by fear, whether direct or insidious; because the Gabonese people that some had believed to be dead, was only convalescent and is waking up gradually. No, the Gabonese hero who are watching from where they are, who gave their lives for the freedom of this country and who no longer have the chance to be among us, did not die for this poor result of having a forger at the head of Gabon.



Version française

Dans un article paru dans Afriki Presse, le Porte-Parole de la Présidence de la République, Alain Claude Bilié Bi Nzé, voulant venir à la rescousse d’Ali Bongo, saute à pied joint dans l’amalgame en faisant le lien entre la destitution d’Ali Bongo et la guerre civile qui a dévasté la Cote d’Ivoire. Ce blog s’insurge contre ce type de raccourci démagogique et malsain ; contre ce type d’appel à la théorie du chaos pour justifier l’injustifiable.

Afriki Presse nous dit qu’Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé était à Paris, au Bureau Africain de l’Information, et y a présenté la politique économique et sociale d’Ali Bongo et les résultats obtenus au Gabon. On imagine que sans contradicteurs, Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé s’est certainement livré dans sa présentation à une sacrée inflation des bienfaits de l’émergence au Gabon. Mais Afriki Presse dit qu’en réponse à une question relative au faux acte de naissance d’Ali Bongo, Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé aurait répondu ce qui suit:

« De toute ma vie je n’ai pas encore vu un enfant qui naît et qui s’établit lui-même son extrait d’acte de naissance. Il se trouve des éléments sur l’acte de naissance du président que l’opposition a contesté et pour lesquels elle a saisi les tribunaux gabonais, et les tribunaux gabonais se sont prononcés. Le président Ali Bongo Odimba est né Alain Bernard Bongo, quand il n’était pas encore musulman. Lorsque Albert- Bernard Bongo (feu Omar Bongo : NDLR) se converti à l’islam en 1973, certains de ses enfants deviennent musulmans également, pas tous. Donc Alain-Bernard Bongo devient Ali Bongo. Premier élément objectif factuel pour lequel une inscription nouvelle est faite sur l’acte de naissance. Deuxième élément, Omar Bongo que tout le monde a connu Albert-Bernard Bongo a voulu ajouter le patronyme de son père Odimba sur son nom et devient donc Omar Bongo Odimba. Pour ce second élément objectif, une autre inscription sera ajoutée à l’acte de naissance. Si l’officier d’état civil qui l’a fait ne l’a pas fait conformément à la réglementation, est-ce la faute à celui qui a sollicité qu’il soit ajouté un nouvel élément à son acte de naissance ? (…) Connaissez-vous le nombre de Gabonais qui ont des problèmes avec leurs actes de naissance ? Il y en a des centaines de millier. Nous avons un problème au Gabon avec le fichier d’état civil. Que l’opposition décide que ceci soit un argument politique, ça c’est son choix. Je pensais qu’ils avaient d’autres arguments que cela. Surtout de la part de personnes qui ont vu Ali Bongo naître et grandir. Il a grandi parfois avec leurs enfants, c’étaient des personnes qui étaient des barons du régime. Leurs enfants ont grandi dans la cour de la présidence. Quand ils deviennent opposants et choisissent l’argument politique de l’acte de naissance du président, ça nous rappelle la Côte d’Ivoire. Faudrait-il que le Gabon passe par les mêmes chemins de travers que la Côte d’Ivoire ? Je ne sais pas si c’est cela le projet politique de certains. Mais lorsque le concept de l’ivoirité a été lancé, personne n’avait imaginé les milliers de morts que cela causerait. Faisons donc attention à ce genre de choses ».

Chers lecteurs, nous y voilà, en pleine théorie du chaos. Ce qui se passe au Gabon n’a rien à voir avec une quelconque gabonité qui serait symétrique à l’ivoirité en Côte d’Ivoire. Il se trouve qu’Ali Bongo est simplement coupable d’avoir utilisé des faux documents pour contourner l’article 10 de la Constitution gabonaise. Ali Bongo lui-même a reconnu sur RFI que ces documents étaient des faux. Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé tente de disculper Ali Bongo en disant qu’un enfant ne se fait pas lui-même établir un acte de naissance ; soit, mais le problème pour Bilié-Bi-Nzé est qu’au moment où Ali Bongo se fait établir ce frauduleux acte de naissance, en 2009, ce dernier est adulte et non enfant; il a exactement 50 ans. La question à se poser est la suivante : comment peut-on à 50 ans, accepter de réceptionner et d’utiliser un acte de naissance que l’on sait non conforme à l’original, si tel est l’argument de Bilié-Bi-Nzé ? L’autre question constitutionnelle est la suivante : pourquoi la cour constitutionnelle, qui avait la mission d’authentifier les documents présentés dans les dossiers de candidature, n’a rien relevé d’anormal sur l’acte de naissance d’Ali Bongo, quand tout Gabonais en moins de 30 secondes, arrivait à déduire que ce document était faux ? La Cour Constitutionnelle est allée jusqu'à rejeter le recours de Luc Bengono Nsi, qui établissait le document comme faux, sur quelle base, puisqu’Ali Bongo a lui-même reconnu que ce document était un faux sur RFI? L’acceptation du faux et usage de faux est-elle un précepte de « l’Etat de droit » que le Gabon entend devenir ?

Voyez-vous. Chers lecteurs, quand on raisonne froidement, logiquement et constitutionnellement, la forfaiture d’Ali Bongo ne fait l’ombre d’aucun doute. Surtout qu’il ne puisse jamais présenter un original vu que les archives coloniales de l’AEF, situées à Nantes en France, ont déjà établi qu’aucun enfant né Alain Bernard Bongo en 1959 à Brazzaville, ne figure sur leurs registres; et aussi qu’aucune école n’ait été en mesure de présenter la trace d’un acte de naissance établissant à Alain Bongo devenu Ali Bongo une hypothétique naissance à Brazzaville en 1959.

Que reste-t-il à des flibustiers comme Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé, comme argument ? La peur ! Il faut faire peur aux Gabonais en brandissant l’exemple de la Côte d’Ivoire, pour que toutes les revendications soient enterrées et oubliées. Que la constitution soit piétinée par Ali Bongo, peu importe; que ce que stipule la Constitution gabonaise soit violée, ce n’est pas grave, il faut fermer les yeux, sous menace de violences au Gabon. Mais Monsieur Bilié-Bi-Nzé, qui introduira cette violence au Gabon ? Qui brutalise les manifestants au Gabon ? Qui Bâillonnent les Gabonais libres ? Qui viole la Constitution ? Il faut bien arriver à un seuil où le Gabonais moyen se dise : « ma citoyenneté a été assez bafouée comme ça ! ». Prôner la théorie du chaos comme le fait Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé n’influencera personne au Gabon car trop de Gabonais libres sont décidés d’aller jusqu’au bout !

Qu’Alain-Claude Bilié-Bi-Nzé sache que le rejet d’Ali Bongo n’est pas que l’affaire de quelques citoyens ; mais celle de l’écrasante majorité des nationaux qui estiment qu’un peuple « considérable », pour paraphraser Pierre Claver Akendengué, ne saurait avoir un président faussaire. Alors, ensemble, le mode opératoire des actions à venir va dans le sens de la destitution d’Ali Bongo, rien de plus rien de moins. Les Gabonais ne se laisseront pas intimider par les références à la violence, par la peur, qu’elle soit sournoise ou directe car le peuple Gabonais que certains croyaient mort, n’était qu’en convalescence et se réveille petit à petit. Non, les héros Gabonais qui nous regardent de là où ils sont, qui ont donné leur vie pour la liberté de ce pays et qui n’ont donc plus la chance d’être parmi nous, ne sont pas morts pour ce piètre résultat d’avoir un faussaire à la tête du Gabon.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE