BEING A DIPLOMAT IS NOT FOR EVERYBODY! N’EST PAS DIPLOMATE QUI VEUT!

Michael Moussa Adoma (photo: events.tvworldwide)




English Version

The Embassy of Gabon to the United States is under the spotlight since two luxury cars used by the ambassador and his wife have been repossessed by the dealer, for unpaid bills. This episode gave us, on this blog, the opportunity to question the character of that "diplomat" and his ability to hold a position of such visibility in a country like the USA. Dear readers, unfortunately, being a diplomat is not for everybody!

In all countries of the world, the most important diplomatic missions are occupied by senior officials with a stature that promotes their country and its reputation in the host nation. For example, France's ambassador in Washington is François Delattre, a career diplomat, who graduated from Sciences Po and the Ecole Nationale d'Administration. Before the post of Washington, he was Ambassador to Canada and Consul General in New York. His predecessor Gérard Araud, also a career diplomat, a graduate of the École Polytechnique, Sciences Po and the Ecole Nationale d'Administration. You see, dear readers, in the major countries, they do not send just anybody.

In the first years after independence, Gabon obeyed this rule, sending as Ambassadors in Paris and Washington, senior public servants whose stature was never in question. In the 1960s, Gabon was represented via the Ministry of Foreign Affairs, by people of the stature of Mr. André Mintsa, Jean Hilaire Aubame, Joseph Ngoua, Pierre Avaro, Jean Engone, Benjamin Ngoubou, Jean Rémy Ayoune, George Rawiri, Paul Okoumba d’Okwatsegue ... or André Gustave Anguile; but today Gabon is represented abroad by people like Felicity Ongouori Ngoubili, Germain Ngoyo Moussavou or Michael Moussa Adamo ... Dear readers, you must admit that the level is not the same!

Can you imagine people like Mr. Mintsa and Jean Hilaire Aubame or Pierre Avaro or Jean Remy Ayoune, having vehicles of an embassy seized for unpaid bills? No, that generation had a personal code of ethic and knew that in the exercise of their function, the slogan was: the homeland first. These people were not necessarily the "friends" of Leon Mba and Bongo the father, but above all high-ranking officials whose integrity was respected by all. But can the same be said of Michael Moussa Adamo? Can we assume for a moment the same about Felicity Ongouori Ngoubili? Who can defend Germain Ngoyo Moussavou as a senior diplomat? No dear readers, the country has not been driven into the ground, but in the basement.

Breaches and other abuses noted today in various Gabonese chanceries, are only the result of the lowering of the standards of those in charge of directing the chanceries. This lowering of standards must be exposed and brought to the attention of the public. Yet, Gabon produces excellent diplomats; but these are rarely appointed as ambassadors in Paris or Washington; post now reserved for close friends of Ali Bongo; a dangerous practice that contributes to in the long run, the derailment of the Republican essence of our administration. In a normal country, the administration is impartial and republican and is able to survive the political regimes. Who can say that in Gabon, Michael Moussa Adamo could have one day be the Gabonese Ambassador in the US if Ali Bongo had not been in power? Nobody, because the person has neither the profile nor the skills for the job. Given that he knows to be at this post by simple desire of the prince, he therefore does what he wants, regardless of the impact of his actions on the reputation of the country.

Under the Bongo, the practice of placing relatives, friends, mistresses, partisans, courtesans etc., as head of diplomatic representations (consulates, embassies) is well established and rehearsed. The consequence is that Gabonese diplomacy is now in chaos. Career diplomats have been replaced by people whose only qualifications are those of being stooges. We even often heard some of these diplomats without training, justifying themselves by saying "everyone can be Ambassador and there is no better representative of Gabon abroad than a very close friend of the president." They confuse everything; to represent Gabon and to represent Ali Bongo do not mean the same thing; but is it their fault? They have no diplomatic training.

Ambassadors such as Michael Moussa Adamo show that Gabon is indeed a banana republic. No wonder this man, in the eyes of other Gabonese citizens residing in the US, has no legitimacy because they know that the Ambassador is ultimately the representative of Ali Bongo and not of Gabon. This is the sad reality of a Gabonese administration undermined by clientelism and nepotism that has lost much of its former luster, despite pompous speeches served to naive people by this regime.

The presence of people like Germain Ngoyo Moussavou and Michael Moussa Adamo to ambassador’s positions in Paris and Washington, is only the expression of a dictatorship that has completed its pervertion and deflection of the institutions of our country; diverting them from their primary vocation of serving the best interests of Gabon. Instead, the country is ill serviced and its human and material resources are diverted and confiscated for the sole benefit of the Bongo family. Bottom line, we have a Plenipotentiary Ambassador in Washington who puchases vehicles for which he is unable to pay the bills, exposing himself to repossession that are humiliating for Gabon as a whole. Not everyone can be a diplomat; you have to have certain skills! There are things that a senior diplomat must refrain from!


Version française

L’ambassade du Gabon aux Etats-Unis est sous les feux de l'actualité, depuis que deux automobiles luxueuses utilisées par l’ambassadeur en poste et son épouse, aient été saisies par le concessionnaire, pour faute de traites impayées. Cet épisode nous a permis, sur ce blog, de nous questionner sur la moralité de ce « diplomate » et ses aptitudes à occuper une fonction de telle visibilité dans un pays comme les USA. Chers lecteurs, malheureusement, n’est pas diplomate qui veut !

Dans tous les pays du monde, les représentations diplomatiques les plus importantes sont occupées par des hauts fonctionnaires ayant une stature permettant le rayonnement de leur pays et de sa réputation, dans le pays d’accueil. A titre d’exemple, l’ambassadeur de France à Washington est François Delattre, diplomate de carrière, diplômé de Sciences Po et de l’École Nationale d'Administration. Avant le poste de Washington, il fut Ambassadeur au Canada et Consul General à New York. Son prédécesseur Gérard Araud, lui aussi diplomate de carrière, diplômé de l’École Polytechnique, de Sciences Po et de l’École Nationale d'Administration. Vous voyez, chers lecteurs, dans les pays importants, on n’envoie pas n’importe qui.

Dans les premières années après l’indépendance, le Gabon obéissait à cette règle, en envoyant comme Ambassadeurs à Paris et Washington, des hauts-fonctionnaires dont la stature n’était l’objet d’aucune interrogation. Dans les années 1960, le Gabon fut représenté via le truchement du Ministère des Affaires Etrangères, par des gens de la stature de Messieurs André Mintsa, Jean Hilaire Aubame, Joseph Ngoua, Pierre Avaro, Jean Engone, Benjamin Ngoubou, Jean Rémy Ayoune, Georges Rawiri, Paul OKoumba d'Okwatsegue... ou André Gustave Anguile; mais aujourd’hui le Gabon est représenté à l’étranger par des gens comme Félicité Ongouori Ngoubili, Germain Ngoyo Moussavou, ou Michael Moussa Adamo… Chers lecteurs, il faut avouer que le niveau n’est plus le même !

Pouvez-vous vous imaginer un Monsieur comme André Mintsa ou Jean Hilaire Aubame, ou Pierre Avaro ou Jean Remy Ayoune, se faire saisir les voitures officielles d’une ambassade pour des raisons d’impayés ? Non, cette génération avait un code d’éthique personnelle et savait que dans l’exercice de leur fonction, le mot d’ordre c’était: la patrie d’abord. Ces gens n’étaient pas nécessairement les « amis » de Léon Mba ou de Bongo père, mais avant tout des fonctionnaires de haut rang dont la probité était respectée de tous. Mais peut-on en dire autant de Michael Moussa Adamo ? Peut-on supposer un seul instant cela au sujet de Félicité Ongouori Ngoubili ? Qui saurait défendre Germain Ngoyo Moussavou comme étant un diplomate de haut rang ? Non chers lecteurs, le pays n’est pas au sol mais au sous-sol.

Les manquements et autres abus notés de nos jours dans diverses chancelleries gabonaises, ne sont que la résultante de l’abaissement du niveau de ceux ayant la charge de diriger ces chancelleries. Cet abaissement de niveau doit être dénoncé et porté à la connaissance de l'opinion. Le Gabon produit pourtant d’excellents diplomates ; mais ces derniers ne sont que rarement nommés comme ambassadeurs à Paris ou Washington, postes désormais réservés aux proches amis d’Ali Bongo ; une pratique dangereuse qui contribue à la longue à dévoyer l'essence républicaine de notre administration. Dans un pays normal, l’administration est impartiale et républicaine et elle est à même de survivre aux régimes politiques. Qui peut au Gabon affirmer que Michael Moussa Adamo aurait pu être un jour Ambassadeur du Gabon aux USA si Ali Bongo n’avait pas été au pouvoir ? Personne, car l’intéressé n’a ni le profil, ni les compétences de l’emploi. Vu qu’il sache être en fonction par simple désir du prince, alors il fait ce qu’il veut, sans se soucier de l’impact de ses actions sur la réputation de la patrie.

Sous les Bongo, la pratique qui consiste à placer parents, amis, maitresses, militants, courtisans etc., à la tête des représentations diplomatiques (Consulats, Ambassades) est bien ancrée et rodée. La conséquence en est que la diplomatie gabonaise est aujourd’hui en plein chaos. Les diplomates de carrière ont été remplacés par des gens dont les seules qualifications sont celles d’être des larbins. On a même souvent entendu certains de ces diplomates sans formation, se justifier en disant: «tout le monde peut être Ambassadeur et il n'y a pas meilleur représentant du Gabon à l’étranger qu'un ami très proche du président ». Ils confondent tout ; représenter le Gabon et représenter Ali Bongo ne veulent pas dire la même chose; mais est-ce leur faute ? Ils n’ont aucune formation de diplomate.

Des ambassadeurs comme Michael Moussa Adamo démontrent que le Gabon est bel et bien une république bananière. Comment s’étonner que ce monsieur n’ait aux yeux des autres citoyens Gabonais résidants aux USA, aucune légitimité, car ils savent que l’Ambassadeur n’est en définitive que le représentant d’Ali Bongo et non du Gabon. C'est la triste réalité d'une administration Gabonaise minée par le clientélisme et le népotisme qui a beaucoup perdu de son lustre d'antan, malgré les discours pompeux servis aux naïfs par ce régime.

La présence de personnes comme Germain Ngoyo Moussavou et Michael Moussa Adamo aux postes d’ambassadeurs à Paris et Washington, n’est que l’expression d’une dictature finissante qui a fini de pervertir et dévier les institutions de notre pays; les détournant de leur vocation première qui est celle de servir les intérêts supérieurs du Gabon. Au lieu de cela, le pays est asservi et ses capacités humaines et matérielles sont détournées et confisquées au seul bénéfice de la famille Bongo. Résultat des courses, on a un Ambassadeur Plénipotentiaire à Washington qui s’octroie des véhicules dont il est incapable de payer les traites, s’exposant à des saisies humiliantes pour tout le Gabon. N’est pas diplomate qui veut ; il faut avoir certaines aptitudes ! Il y a des choses qu’un diplomate de haut rang doit s’interdire !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI