PRESS CONFERENCE BY LUC BENGONO NSI. CONFÉRENCE DE PRESSE DE LUC BENGONO NSI

Luc Bengono Nsi on the right 
Luc Bengono Nsi sur la droite 
(Photo: J.P. Rougou)




English Version

Remarks of the Mouvement de Redressement National (MORENA) Press conference, pronounced by its President Luc BENGONO NSI, a Founding Member, on 31 January 2015, at the Beau Sejour residence in Libreville.


Ladies and gentlemen Representatives of the national and international press,
Mr. President of the United Front of the Opposition for Change,
Distinguished Leaders of the Front and the Gabonese civil society
Distinguished Guests,
Ladies and gentlemen,


Dear Compatriots,

The Mouvement de Redressement National (MORENA), the first party to have opposed the one-party system, current member of the Front, is pleased to welcome you this 31 January 2015, on the occasion of this press conference and wishes you a warm welcome in this site of Beau Sejour. It would also like to fulfill a pleasant duty on this last day of January 2015, one to express to you, to your families and to all the people of Gabon, all the best for the New Year 2015. May the almighty and merciful God, watch over our country for the consolidation of its effective independence and the establishment of a true democracy based on the actual exercise of the sovereignty of the people for their happiness and prosperity.

Would it be necessary to remind all these lines that the MORENA, born on 23 November 1981, set as its the major objectives:

1) The liberation of the Gabonese people by the return to multiparty politics, the introduction of true democracy for a peaceful transfer of power,
2) The exercise of the people’s sovereignty.

This fight started since that date was first strengthened, despite the imprisonment of all of its founding members, until the early 90s, and then the movement gradually withered due to its multiple splits.

Our great regret is that MORENA, the engine of political protest in Gabon did not become proportionately the equivalent of the ANC in South Africa. Unfortunately, it was made to crumble by inertial forces.

Yet 34 years after the creation of the party, the political, economic, social and cultural situation of the country has deteriorated dangerously. This is proof, if any were needed, that the absence of alternation, instead of driving the country's development and the people’s happiness, inexorably is leading us in the abyss.

REGARDING POLICY

Gabon's situation has been worrysome for many years. This was reinforced by the maintenance of Omar Bongo Ondimba in office when his health no longer justified it. The country found itself in a situation of instability and virtual unacknowledged vacancy of power by the rulers. This imbroglio would allow groups of local or foreign interests to prepare their coup. This mess will be strengthen during the anticipated presidential election of 30 August 2009 with the filing of the application of Mr. Ali BONGO containing a false birth certificate to circumvent the provisions of Article 10 paragraph 4 of the Gabonese Constitution, which states that any person who acquired the Gabonese nationality cannot be a candidate in the presidential election. Only their descendants, from the fourth generation are eligible.

Dear compatriots,

Not satisfied with having used a false birth certificate in his application to the anticipated presidential election of 30 August 2009, Mr. ALI BONGO and the PDG would carry an electoral coup by reversing the figures of the polls. Worst this election coup will be validated by the institutions of the Republic; namely the President of the Constitutional Court, the President of the CENAP and the acting President of the Republic.

Five years after that forfeiture, Mr. Ali Bongo, to the dismay of the Gabonese people, incredulously would admit during an interview with RFI journalist Alain FOKA that the birth certificate used in his application is a fake.

This is an opportunity to challenge the Gabonese Parliament again, the entire Gabonese people and the international community to denounce this perjury of extreme gravity, because no country in the world can accept to be led by a man without identity and whose origins are dubious, in a word a true forger.

In terms of domestic governance, there has been since 2009 a worrying regression of democratic achievements, namely:

- The dissolution of political parties.
- The suspension of press titles.
- The intimidation of leaders of political opposition parties, of journalists and members of civil society.
- The murder of compatriots like that of the late MBOULOU BEKA.
- The systematic repression of public demonstrations of the opposition and free trade unions.
- The kidnapping attempts of leaders of the UNITED FRONT OF THE OPPOSITION.
- Arbitrary arrest of students or compatriots who demand their legitimate rights.

On the social level, the governance of Mr. ALI BONGO is characterized by his atavistic inability to meet the expectations and needs of the populations. No lasting response is given to the demands of the public and private sectors. On the contrary, there is a rapid impoverishment of the Gabonese people.

In the education sector, no structural response is given to the legitimate needs of students and teachers (not enough classrooms, obsolescence of equipment built in the 60s and 70s, lack of instructional and teaching materials).

In the area of health care, the situation is bitter. The technical facilities are inadequate or non-existent in many parts of the country.

Economically, since 2009, we have been told about investment budgets from 900 to 1,000 billion francs, nearly 5,000 BILLION CFA over 5 years, but the government struggles to build 10 km of 2 X 2 highway from Libreville to Ntoum, the mammoth project of the marina is stopped, the delivery of the Omnisport stadium has been postponed indefinitely.

Where are the billions announced with fanfare in different supplementary budgets?

Ironically, while the government has not communicated over the surpluses of oil resources in recent years, it tells us, with great fanfare, that the Gabonese population will, again, due to falling prices of oil, tighten their belts, while a handful of people shamelessly squander public resources.

This is an opportunity to reaffirm, but with regret, that the rising oil prices per barrel and oil capital gains have not benefited the people of Gabon.

Ladies and gentlemen,

There is no point in distracting the people of Gabon with false promises, with various pretexts to which they cling so not to take responsibility. For the MORENA, time has come to put an end to the current regime, despite the ongoing decline in Gabonese justice. As I pointed out in 2009, that the origins of Ali Bongo were doubtful; he has himself come to confirm this during the interview mentioned above, therefore, he should not be President of the Gabonese Republic.

To the people of Gabon to learn from this.

Thank you for your kind attention.

The President of MORENA

Luc BENGONO NSI



Version française

Allocution liminaire de la Conférence de presse du Mouvement de Redressement National (MORENA), prononcée par son Président Luc BENGONO NSI, Membre Fondateur, le 31 Janvier 2015, à la résidence de Beau-Séjour à Libreville.

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organes de la Presse nationale et internationale,
Monsieur le Président du Front Uni de l’Opposition pour l’Alternance,
Mesdames et Messieurs les Leaders du Front et de la Société Civile gabonaise
Honorables Invités,
Mesdames et Messieurs,

Chers Compatriotes,

Le Mouvement de Redressement National (MORENA), premier parti à s’être opposé au système à parti unique, membre actuel du Front, est heureux de vous accueillir, ce 31 Janvier 2015, à l’occasion de la présente conférence de presse et vous souhaite la plus cordiale des bienvenues dans ce site de Beau Séjour. Il voudrait également s’acquitter d’un agréable devoir en ce dernier jour de janvier 2015, celui de vous adresser à vous-même, à vos familles et à tout le peuple gabonais, tous nos meilleurs vœux pour la Nouvelle Année 2015. Que le DIEU tout puissant et miséricordieux, veille sur notre pays pour la consolidation de son indépendance effective et l’instauration d’une Démocratie véritable basée sur l’exercice réel de la souveraineté du peuple pour son bonheur et sa prospérité.

Sera-t-il utile de rappeler dès ces quelques lignes que le MORENA, né le 23 novembre 1981, s’est fixé comme objectifs majeurs :

1) La libération du peuple gabonais par le retour au multipartisme, l’instauration d’une démocratie véritable en vue d’une alternance pacifique au pouvoir,
2) L’exercice de la souveraineté du peuple.

Ce combat initié depuis cette date s’est tout d’abord renforcé, en dépit de l’emprisonnement de l’ensemble de ces membres fondateurs, jusqu’au début des années 90, puis le mouvement s’est progressivement étiolé du fait de ses multiples scissions.
Notre grand regret est que le MORENA, moteur de la contestation politique au Gabon ne soit pas devenu l’équivalent de l’A.N.C. en Afrique du Sud toutes proportions gardées. Il a malheureusement et émietté par les forces d’inertie.

Pourtant 34 ans après la création du parti, la situation politique, économique sociale et culturelle du pays s’est dangereusement dégradée. C’est la preuve, s’il en était encore besoin, que l’absence d’alternance, au lieu de conduire au développement du pays et au bonheur du peuple nous conduit inexorablement a l’abîme.

AU PLAN POLITIQUE

La situation du Gabon est préoccupante depuis de nombreuses années. Elle a été renforcée par le maintien d’Omar BONGO ONDIMBA dans ses fonctions alors que son état de santé ne le justifiait plus. Le pays se retrouvait dans une situation d’instabilité et de quasi vacance du pouvoir non assumée par les gouvernants. Cet imbroglio va permettre à des groupes d’intérêts locaux ou étrangers de préparer leur coup de force. Ce cafouillage va se renforcer lors de l’élection présidentielle anticipée du 30 Aout 2009, avec le dépôt du dossier de candidature Monsieur Ali BONGO contenant un acte de naissance faux pour contourner les dispositions de l’article 10 alinéa 4 de la Constitution gabonaise qui stipule que toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise ne peut être candidate à l’élection présidentielle. Seule sa descendance, à partir de la quatrième génération est éligible.

Chers compatriotes,

Non content d’avoir utilisé un faux acte de naissance dans son dossier de candidature à l’élection présidentielle anticipée du 30 aout 2009, Monsieur ALI BONGO et le PDG vont perpétrer un Coup d’Etat électoral en inversant les chiffres issus des urnes. Pire ce Coup d’Etat électoral sera validé par les institutions de la République ; à savoir le Président de la Cour Constitutionnelle, le Président de la CENAP et le Président de la République par intérim.

Cinq ans après cette forfaiture, Monsieur Ali BONGO, au grand désarroi du peuple gabonais, incrédule, va admettre, au cours d’une interview accordée au journaliste de RFI Alain FOKA, que l’acte de naissance utilisé dans son dossier de candidature est bel et bien un faux.

C’est l’occasion d’interpeller à nouveau les parlementaires gabonais, le peuple gabonais tout entier et la communauté internationale afin de dénoncer ce parjure d’une extrême gravité, car aucun pays au monde ne peut accepter d’être dirigé par un homme sans identité et dont les origines sont douteuses, en un mot un véritable faussaire.

Au plan de la gouvernance intérieure, on assiste depuis 2009 à une régression inquiétante des acquis démocratiques, en l’occurrence :

- La dissolution des partis politiques.
- La suspension des organes de presse.
- L’intimidation des dirigeants des partis politiques de l’opposition, des journalistes et des membres de la société civile.
- L’assassinat de compatriotes comme celui du regretté MBOULOU BEKA.
- La répression systématique des manifestations publiques de l’opposition et des syndicats libres.
- Les tentatives d’enlèvement des leaders du FRONT UNI DE L’OPPOSITION.
- L’arrestation arbitraire des étudiants ou de compatriotes qui rev
endiquent leurs droits légitimes.

Sur le plan social, la gouvernance de Monsieur ALI BONGO se caractérise par son incapacité atavique à répondre aux attentes et aux besoins des populations. Aucune réponse durable n’est apportée aux revendications des secteurs publics et privés. Au contraire, on assiste à une paupérisation galopante des gabonais.

Dans le secteur de l’éducation, aucune réponse structurelle n’est donnée aux besoins légitimes des élèves et enseignants (nombre de salles de classe insuffisant, obsolescence des équipements construits dans les années 60 et 70, absence de matériel didactique et pédagogique).

Dans le domaine de la santé, le constat est amer. Les plateaux techniques sont insuffisants voire inexistants dans plusieurs localités du pays.

Au plan économique, depuis 2009, on nous a annoncé des budgets d’investissement de 900 à 1000 milliards de Francs, soit près de 5000 MILLIARDS de Francs CFA sur 5 ans, mais le gouvernement peine à construire 10 km d’autoroute 2 X 2 voies de Libreville à Ntoum, le projet pharaonique de la marina est à l’arrêt, la livraison du stade Omnisport est reportée sine die.

Où vont les milliers de milliards qu’on annonce en fanfare dans les différents collectifs budgétaires ?
Paradoxalement, alors que le gouvernement n’a pas communiqué sur les excédents de ressources pétrolières des dernières années, il nous annonce, à grand renfort de publicité, que les Gabonais devront, de nouveau, du fait de la chute des cours du baril de pétrole, se serrer la ceinture, alors qu’une poignée de personnes dilapident sans vergogne les ressources publiques.

C’est l’occasion de réaffirmer, mais pour le regretter que les hausses des prix du baril du pétrole et les plus values pétrolières n’ont jamais bénéficié au peuple gabonais.

Mesdames et Messieurs,

Il n’est point question de divertir le peuple gabonais par des promesses fallacieuses, par des prétextes divers auxquels on s’accroche pour ne pas assumer ses responsabilités. Pour le MORENA, l’heure est venue de mettre un terme au régime actuel, malgré les reculs permanents de la justice gabonaise. Comme je l’ai souligné en 2009, que les origines d’Ali BONGO étaient douteuses ; il vient lui même de le confirmer au cours de l’interview citée plus haut, de ce fait, il ne doit pas être Président de la République Gabonaise.

Au Peuple Gabonais d’en tirer les leçons.

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Le Président du MORENA
Luc BENGONO NSI

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI