LES GRANDS POINTS DU DOCUMENTAIRE «FRANÇAFRIQUE» SUR FRANCE-2 (ACTE 2): POURQUOI BONGO AU GABON?





L'un des passages les plus importants du documentaire est la série de témoignages que donne Maurice Delaunay, l'un des fabricants d'Omar Bongo, c'est-à-dire de la dynastie Bongo (vu que le Gabon soit désormais une monarchie, vous l'aurez compris), et Albin Chalandon, ex-PDG d'Elf-Aquitaine. A un moment, Delaunay révèle que la montée en puissance de Bongo répondait à une inquiétude du Général De Gaulle, qui voulait absolument s'assurer du rayonnement de la France par une indépendance énergétique. En 1960, l'indépendance énergétique signifie singulièrement: des ressources pétrolières sûres, sous la garde d'officiels dont le dévouement á la France fut tout aussi manifeste.

1. Pour Chalandon et Delaunay, tout part de l'Algérie
C'est le 15 juin 1956, en fin d'après-midi, que l'information tomba sur les télescripteurs des rédactions françaises: "du pétrole a jailli au Sahara". Retransmis d'Alger, le communiqué de la S.N.RE.P.AL. (Société nationale de recherches de pétrole en Algérie) annonce l'aboutissement d'un travail de longue haleine de la France qui cherche obstinément l'or noir dans le Sahara. Les géologues français poussent l'euphorie jusqu'à proclamer: "le Sahara deviendra le Texas français". Mais cette prévision ne se réalisera jamais, car deux années auparavant, en 1954, les indépendantistes algériens, emmenés par le FLN (Front de Libération National), entamèrent une lutte armée contre l'occupant français. C'est le début d'une guerre de décolonisation qui durera huit années. En 1961, le référendum proposé par le Général de Gaulle visant à statuer sur l'autodétermination des populations algériennes est organisé; et 70 % disent "oui" à l'autodétermination. A la suite des accords d'Evian (18 mars 1962) qui reconnaissent l'indépendance de l'Algérie, Ahmed Ben Bella, chef du Front de libération nationale (FLN), est élu premier président du Conseil par la nouvelle Assemblée nationale algérienne. Il accédera à la présidence en 1963. La France vient de perdre son "Texas" saharien; alors que faire?
Tout a donc basculé pour l'autonomie énergétique de la France avec l'indépendance de l'Algérie. La nouvelle mission des pétroliers français est de compenser la perte de l'or noir algérien en se déplaçant vers l'Afrique noire. C'est à l'Afrique noire que va revenir la mission d'assurer l'approvisionnement pétrolier de la France. C'est á Pierre Guillaumat, qui fut le ministre de la défense du général de Gaulle lors de la guerre d'Algérie, qu'on confie la tache de mettre sur pieds un système pétrolier en Afrique Noire qui ne permettra jamais que ce qui s'est passé en Algérie se reproduise.

2. ELF est créée en 1966, au moment ou Léon Mba est déjà malade. Il faut un homme sur pour protéger les intérêts pétroliers français
D'après Albin Chalandon, le successeur de Guillaumat comme PDG d'ELF en 1977, et Delaunay, ancien ambassadeur de France au Gabon, après le coup d'état de 1964, il fallait s'assurer de 2 choses. Premièrement mieux protéger Léon Mba en créant une garde présidentielle confiée á Maloubier la barbouze; ensuite, ayant constaté la fragile santé de Léon Mba, s'assurer d'une succession "RASSURANTE". ELF créée en 1966, alors que Léon Mba est souffrant. Foccart, Guillaumat et Delaunay veulent verrouiller ce pays qui doit remplacer l'Algérie dans le dispositif pétrolier français. Pour ce faire, ils recruteront Albert Bernard Bongo. De l'aveu de Delaunay dans le documentaire, la nomination de Bongo comme Vice-président successeur constitutionnel de Léon Mba, la présentation de Bongo comme colistier de Léon Mba et la prestation de serment á l'ambassade du Gabon á Paris, sous l'œil bienveillant de Rawiri, ne furent que des mises en scène orchestrées par les services français. Pour eux, il fallait absolument qu'Albert Bernard Bongo arrive au pouvoir sans élections. Ils s'arrangeront par la suite, qu'il y demeure aussi longtemps qu'il serait en vie. Les français vont remplir cette mission à merveille. Bongo restera 42 ans et son fils adoptif, issue de la guerre du Biafra, lui succédera á sa mort.

C'est ainsi qu'est né le système Bongo au Gabon. Le général de Gaulle justifiait la françafrique comme le seul moyen d’échapper à la mainmise anglo-saxonne sur le pétrole. Il fallait mettre les pays du pré-carré africain sous haute surveillance. Et cela à tout prix, car l'indépendance énergétique française en dépendait. Comme vous le voyez, chers lecteurs, aujourd'hui encore, l'argument de la menace "anglo-saxonne" est encore utilisé pour justifier des crapuleries dans la françafrique. C'est ainsi que les émergents et leur nouvel ami, Pierre Péan, veulent nous faire croire que les anglo-saxon sont plus menaçant pour le peuple gabonais, qu'Omar Bongo et sa famille qui les dépouillent tous les jours, de milliards de francs CFA. Quand Bongo disait: «la France sans l’Afrique, c’est une voiture sans essence; et l’Afrique sans la France, c’est une voiture sans chauffeur", il parlait littéralement et non métaphoriquement. En effet, le Gabon servit de modèle au « système Elf ». Le Gabon, fut en permanence sous haute surveillance. En définitive, le documentaire établi que Bongo fut une créature de la France, portée au pouvoir pour verrouiller le pétrole gabonais.

Comments

Popular posts from this blog

WHAT IS GOING ON IN GABON? (3) QUE SE PASSE-T-IL AU GABON ? (3)

FRANCE USES LA LETTRE DU CONTINENT TO PLAY THE CLOCK ABOUT ALI BONGO’S HEALTH. LA FRANCE SE SERT DE LA LETTRE DU CONTINENT POUR GAGNER DU TEMPS AU SUJET DE L’ÉTAT DE SANTÉ D’ALI BONGO

VEOLIA AGAINST ALI BONGO: GOING TO COURT. VEOLIA CONTRE ALI BONGO : DIRECTION LE TRIBUNAL