ERIC BENJAMINSON ATTEMPTS TO RESCUE ALI BONGO (PART 2). ERIC BENJAMINSON S’ESSAIE Á LA RESCOUSSE D’ALI BONGO (DEUXIÈME PARTIE)








English Version

Eric Benjaminson makes the argument of an appeased opposition for Ali Bongo

In a recent interview published by Gabonreview, the United States of America’s Ambassador to Gabon, Eric Benjaminson, asks for what he calls an “active opposition” in Gabon. However this call is senselessly cynical because the ambassador just wants the opposition to stop challenging Ali Bongo and enter into an acceptance of the current political state, without Ali Bongo having to pay any price. But maybe, for that Ambassador, Ali Bongo has already paid the only price that matters, in the form of a hefty contribution to his Alma Matter, The University of Oregon, in the amount of 20 million dollars.

To fully understand and perhaps appreciate the position Eric Benjaminson takes on Gabon’s internal politics, one must look at the larger goal of the US in the region of the Gulf of Guinea. Such a look gives a clear perception of the calculus of realism as an imperative. For those who do not know, since the rise of Islamic fundamentalism in the Gulf States which have been the traditional purveyors of the majority of petroleum to the world and the USA in particular, the American political establishment has taken the strategic decision to diminish the risk to its economy by reducing its dependence on middle eastern petroleum and replacing it with African sources, primarily from the Gulf of Guinea. This strategy proposes measures by the USA to militarily protect the maritime environment in that region, where the petroleum is mostly obtained off shore and keep the region as “stable” as possible.

Realism is a political and diplomatic doctrine that is highly cynical as it is predicated on the notion that humans are selfish and states aggressive. For realists peace must be maintained by balancing power between social groups within nations, as well as among nations. They also maintain that in the pursuit of their interest, they should amass as much resources as possible, because relations between states are determined by their relative levels of power which is in turn determined by military and economic capabilities. Realists say: “permanent interests but not permanent friends”. Given his interview in Gabonreview, Eric Benjaminson appears to be a classic realist. As a US Ambassador in 2 countries of the Gulf of Guinea, Gabon and Sao Tome & Principe, he is responsible for a region that is becoming increasingly important for the economy of his country because as the United States tries to wean itself from its Middle East oil dependency, the Gulf of Guinea is emerging as potentially the most important regions on the globe for access to this diminishing resource. The United States has recently declared the Gulf of Guinea an area of strategic national interest and thereby one that could require military intervention to protect its resources. Africa provides almost 15 percent of US oil supply most of which comes from the Gulf of Guinea. Within a few years, it is projected that the Gulf of Guinea would provide 25% of US petroleum. Given this reality, the mission of Eric Benjaminson in Gabon, is first to secure the country in the context of the flow of petroleum and minerals toward the USA.

It his interview, it is clear for all to see that Benjaminson’s priority is not that Gabon becomes particularly well governed, that Gabon becomes a democracy, that Gabon has a sensible constitution, that its level of freedoms become higher than what they are today, that the rule of law prevails, that opposition parties have an effective say in the country’s affairs, that the Media is allowed to express the social realities of the country and that judiciary system becomes less corrupt. No what Eric Benjaminson job is, can be summed up in a simple sentence: “to keep the Gulf of Guinea Stable” and in this case this means keeping Gabon “stable” for its current president Ali Bongo, by any means necessary. If in the name of stability, the constitution is shaped to meet the needs of Ali Bongo rather than those of the people, don’t count on Benjaminson to lift a finger, that would be just fine as long as petroleum and minerals can still flow. If the overbearing power of the Head of State continues to be felt in all aspects of national life in Gabon, giving Ali Bongo totalitarian powers or, even as is already the case, the status of a monarch minimizing the freedoms of the people, that seems to be just swell as long as petroleum and minerals continue to flow. In fact according to Eric Benjaminson, it is the opposition that must moderate its posture. He is saying that the opposition, and by opposition he actually means the Union National party, must recognize the effort of the government and enter into the political fray. What a bunch of BS! What he is asking the opposition is to accept a parody of democracy and legitimize Ali Bongo in adopting an appeasing posture. This, dear readers, is unacceptable to this blog. It is not the opposition that is threatening to bring violence to Gabon; it is Ali Bongo who has consistently used violence against the people.

The kind of opposition Eric Benjaminson is advocating for Ali Bongo already exists. It is the opposition that is already recognized by Ali Bongo. It is the opposition that goes to sit down with Ali Bongo every time he wants to organize a photo-op with the “opposition” to show just how much of a “democrat” he happens to be. But Eric Benjaminson knows that these clowns have no credibility with the Gabonese people and that all the maneuvers Ali Bongo has attempted to portray himself as a legitimate president, have miserably failed and this is why to help Ali Bongo, he is using the prestige and the influence of his position as United States Ambassador, to ask for all those who are making Ali Bongo appear what he is, meaning a joke and a fraud, to come to their sense and join the procession of the nascent Gabonese monarchy headed by Ali Bongo. To that effect, Eric Benjaminson has even learned to speak the ethnic language of Gabon; and he like members of the Gabonese regime seems to think that only one ethnic group could cause Gabon to descend into ethnic violence and that would be the Fang. Of course he is warning that the people of Gabon must avoid any ethnic conflict, but he cites the Fang as a potential source of such a dangerous path. This is an interview that could have been given by Guy Nzouba Ndama. Gabon is not necessarily the sum of its component parts. The reality is that our country is a complex labyrinth of ethnic and family networks. When assessing Gabonese society, it is easy to group on the one side the Fang, and on the other the rest of all demographic groups. This is the calculus the Bongos have always made and it is sad to see that the US Ambassador is using the same rhetoric to simplify his understanding of the internal frictions occurring within the Gabonese society. What is he asking the Fang people to do? To be quiet and accept Ali Bongo as their leader? Why is he singling the Fang out? Are they the ethnic group that is creating problems for Ali Bongo and preventing the formation of the “active” opposition? Eric Benjaminson is Jewish, given that background, he must know the sensitivity of ethnic violence and ethnic politics.

When Benjaminson asks the opposition to participate in the current parody of democracy, what has he asked Ali Bongo to do to satisfy the needs of the Gabonese people? Has he had a single conversation with Ali Bongo about the fact that stealing elections is a recipe for disaster in the long run? What has he done to ensure that the legislative branch becomes less preoccupied by the interests of its members and more by the interests of the people they are supposed to represent? Has he told Ali Bongo that 114 PDG MPs on a total of 120 members is a joke? Has he asked Ali Bongo why the judicial branch is largely corrupt and why it exists only for the good of the executive arm of government? As he asked Ali Bongo why his magistrates are not interested in truth and justice but spend their time adjusting laws to favor corrupt friends who reward them with appointments to higher positions and with huge sums of state money? Can Eric Benjaminson tell us today that the rule of law in Gabon is an element that gives confidence to the people of the country? Can Eric Benjaminson assure us that the fundamental rights of the Gabonese people are protected? Could he ask Ali Bongo why crime has increased so dramatically since 2009? Why the police corps is an accomplice to the criminality in the country? Has Eric Bejaminson asked Ali Bongo why all the branches of government are corrupted and unpatriotic, and why these malicious activities go unchecked? He could at least ask why are there never any meaningful arrest regarding ritual crimes?

If by giving that interview, Eric Benjaminson had hoped to influence many Gabonese who were skeptical of Ali Bongo, he was badly mistaken. That interview was anachronistic, incoherent and completely cynical. Eric Benjaminson knows full well, as does every breathing Gabonese citizen, that the Bongos, their regime, governments and consortia are corrupt to the core. It may be in the short term interest of U.S. policy makers to feel that given the strategic importance of the Gulf of Guinea they must protect Ali Bongo because he would guarantee the flow of raw material to their economy; but in the long run, just like we saw in Egypt, the people will win their freedom and Ali Bongo will be deposed. This is an irreversible trajectory that even all the might of the United States cannot prevent. For the United States to try to peddle its influence in the region through Ali Bongo is a losing proposition because Ali Bongo is deeply despised because everybody knows that he is an illegitimate president. This cannot be changed. The United States should seek to advance its foreign policy objectives through an appeal directly to legitimacy, as opposed to this ridiculous attempt by Eric Benjaminson to suggest to the thinking Gabonese people to hold their nose and accept Ali Bongo; that will never happen. What Eric Benjaminson is proposing is highly cynical because he knows full well any opposition leader who will agree to become part of the Ali Bongo regime, will immediately lose all credibility with the Gabonese people. By encouraging these leaders to make this move, he is in effect putting into motion a strategy of demolition of any effective opposition to Ali Bongo. This strategy will fail because it lacks foresight and depth. The United States of America’s Ambassador should talk to the Gabonese people about democracy, education, employment, and good governance; and not about asking them to accept a dictator who steals election as their legitimate president!





Version française


Eric Benjaminson souhaite une opposition apaisée à Ali Bongo

Dans une récente interview publiée par Gabonreview, l'Ambassadeur des États-Unis d'Amérique au Gabon, Eric Benjaminson, demande la constitution de ce qu'il appelle une «opposition active" au Gabon. Cependant cet appel est insensé et cynique parce que l'ambassadeur voudrait juste qu’une certaine opposition arrête d’être difficile envers Ali Bongo et s’engage dans l'acceptation des circonstances politiques actuelles, sans qu’Ali Bongo n’ait un prix politique à payer. Mais peut-être que pour l'Ambassadeur, Ali Bongo a déjà payé le prix le plus important, sous la forme d'une très lourde contribution à son université, l’Université de l'Oregon, pour un montant de 20 millions de dollars.

Pour bien comprendre et peut-être mieux apprécier la position qu’Eric Benjaminson prend sur la politique intérieure du Gabon, il faut regarder l'objectif plus vaste des États-Unis dans la région du Golfe de Guinée. Un tel regard donne une perception claire de leur calcul de réalisme comme impératif. Pour ceux qui ne le savent pas encore, depuis la montée du fondamentalisme islamique dans les pays du Golfe Persique, qui ont été les pourvoyeurs traditionnels de la majorité du pétrole dans le monde et aux Etats-Unis en particulier, l'establishment politique américain a pris la décision stratégique de diminuer le risque à son économie que représente cette région, en réduisant sa dépendance à l'égard du pétrole du Moyen-Orient et en le remplaçant par des sources africaines, principalement en provenance du Golfe de Guinée. Cette stratégie propose des mesures par les États-Unis visant à militairement protéger l'environnement maritime de cette région, où le pétrole est le plus souvent exploité au large des côtes et garder la région aussi «stable» que possible.

Le réalisme est une doctrine politique et diplomatique très cynique car elle repose sur l'idée que les êtres humains sont invariablement égoïstes et les états agressifs. Pour les réalistes, la paix doit être maintenue par l’équilibre des forces entre groupes sociaux au sein des nations et entre les nations. Ils soutiennent également que dans la poursuite de leurs intérêts, ils doivent amasser autant de ressources que possible, car les relations entre Etats sont déterminées par leurs niveaux relatifs de puissance qui est à son tour déterminé par leurs capacités militaires et économiques. Les réalistes disent: «intérêts permanents, mais amis non permanents». Vu son interview paru sur Gabonreview, Eric Benjaminson semble être un classique réaliste. En tant qu’Ambassadeur américain dans 2 pays du Golfe de Guinée, le Gabon et Sao Tomé-et-Principe, il est responsable d'une région qui devient de plus en plus importante pour l'économie de son pays parce que les États-Unis tentent de se sevrer de leur dépendance au pétrole du Moyen-Orient; le golfe de Guinée est en train de devenir potentiellement la région la plus importante du monde en ce qui concerne l'accès à cette ressource en constante diminution. Les Etats-Unis ont récemment déclaré le Golfe de Guinée zone d'intérêt stratégique national et, partant, susceptible de nécessiter une intervention militaire pour protéger ses ressources. L'Afrique fournit près de 15 pour cent de l'approvisionnement pétrolier américain dont la plupart provient du Golfe de Guinée. Dans quelques années, il est prévu que le Golfe de Guinée fournirait 25% du pétrole américain. Compte tenu de cette réalité, la mission d'Eric Benjaminson au Gabon, consiste en premier lieu à sécuriser le pays dans le contexte de l'écoulement du pétrole et des minerais vers les Etats-Unis.

Dans son interview, il est clair aux yeux de tous que la priorité de Benjaminson n'est pas que le Gabon soit particulièrement bien gouverné, que le Gabon devienne une démocratie, que le Gabon ait une constitution raisonnable, que son niveau de liberté soit supérieur à ce qu'il est aujourd'hui, que l’état de droit prime, que les partis d'opposition aient leur mot à dire dans les affaires du pays, que les médias soient autorisés à exprimer les réalités sociopolitiques du pays et que le système judiciaire devienne moins corrompu. Non, la mission d’Eric Benjaminson peut se résumer en une simple phrase: "garder le golfe de Guinée stable" et dans le cas d’espèce, cela veut dire maintenir le Gabon "stable" pour son actuel président Ali Bongo, par tous les moyens possibles. Si, au nom de cette stabilité, la constitution est manipulée pour mieux répondre aux besoins d'Ali Bongo plutôt qu’à ceux du peuple, ne comptez pas sur Benjaminson pour lever le petit doigt, tout serait très bien aussi longtemps que le pétrole et les minerais pourraient encore s’écouler. Si le pouvoir autoritaire du chef de l'Etat continue à se faire sentir dans tous les sphères de la vie nationale, vu les pouvoirs totalitaires que s’est donné Ali Bongo ou même, comme c'est déjà le cas, le statut de monarque en écrasant les libertés du peuple; ce serait tout à fait acceptable aussi longtemps que le pétrole et les minerais continueront d'affluer. En fait, selon Eric Benjaminson, c'est l'opposition qui devrait modérer ses positions. Il dit que l'opposition, et par l'opposition il veut en réalité dire l'Union Nationale; doit reconnaître l'effort du gouvernement et entrer dans la politique participative d’Ali Bongo. Quelle foutaise! Ce qu'il demande à l'opposition, est d'accepter une parodie de démocratie et légitimer Ali Bongo en adoptant une posture apaisée et tranquillisante. Ceci, chers lecteurs, est inacceptable pour ce blog. Ce n'est pas l'opposition qui menace le Gabon de violence, c'est Ali Bongo qui a toujours utilisé la violence contre les citoyens gabonais.

Le genre d'opposition à Ali Bongo qu’Eric Benjaminson préconise, existe déjà. C'est l'opposition qui est déjà reconnue par Ali Bongo et agit de concert avec lui depuis 2009. C'est l'opposition qui va s'asseoir avec Ali Bongo à chaque fois qu'il veut organiser une séance de prise de photos avec «l'opposition» pour montrer à quel point il est «démocrate». Mais Eric Benjaminson sait très bien que ces clowns n'ont aucune crédibilité auprès du peuple gabonais et que toutes les manœuvres tentées par Ali Bongo, visant à se présenter comme un président légitime, ont lamentablement échoué et c'est pour cela que pour aider Ali Bongo, il utilise le prestige et l’influence de sa position comme Ambassadeur des États-Unis, pour demander à tous ceux qui exposent Ali Bongo tel qu'il est, c'est-à-dire un bouffon et une fraude, de revenir à de meilleurs sentiments et se joindre au cortège de la monarchie gabonaise naissante dirigée par Ali Bongo. À cet effet, Eric Benjaminson a même appris à utiliser le langage de la stigmatisation ethnique du Gabon; et lui comme les membres du régime gabonais semble désormais penser que seul un groupe ethnique pourrait causer la descente du Gabon dans la violence ethnique et que ce serait les Fang. Bien sûr, il a demandé au peuple gabonais d’éviter tout conflit ethnique, mais il cite les Fang comme la source potentielle d'une telle voie dangereuse. Il s'agit d'une interview qui aurait pu être donnée par Guy Nzouba Ndama. Le Gabon n'est pas nécessairement rien que la somme de ses parties constituantes. La réalité est que notre pays est un labyrinthe complexe des réseaux ethniques et familiaux. Quand on évalue la société gabonaise, il est facile de mettre d'un côté les Fang, et de l'autre le reste hétéroclite de tous les autres groupes ethniques. C'est le dispositif que les Bongos ont toujours utilisé et il est triste de constater que l'Ambassadeur américain utilise la même rhétorique paresseuse pour simplifier sa compréhension des frictions internes qui se produisent dans la société gabonaise. Qu'est-ce qu'il demande au peuple Fang de faire exactement? De se tenir tranquille et accepter Ali Bongo comme leur chef? Pourquoi cette singularisation des Fang? Sont-ils le groupe ethnique qui crée des problèmes à Ali Bongo et empêche la formation de l'opposition «active»? Eric Benjaminson est juif, compte tenu de ce background, il doit connaître la sensibilité de la stigmatisation, de la politique et de la violence ethnique.

Lorsque Benjaminson demande à l'opposition de participer à la parodie de démocratie actuelle, qu'a-t-il demandé à Ali Bongo de faire pour satisfaire les besoins du peuple gabonais? A-t-il eu une seule conversation avec Ali Bongo sur le fait que le truquage d’élections soit une recette à désastre à long terme? Qu'est-ce qu'il a fait pour veiller à ce que le pouvoir législatif soit moins préoccupé par les intérêts de ses membres et plus par les intérêts du peuple qu'ils sont censés représenter? A-t-il dit à Ali Bongo que 114 députés PDG sur un total de 120 membres soit une blague? A-t-il demandé à Ali Bongo pourquoi le pouvoir judiciaire est largement corrompu et pourquoi il n’existe que pour le bénéfice du pouvoir exécutif? A-t-il demandé à Ali Bongo pourquoi ses magistrats ne sont pas intéressés par la vérité et la justice, mais passent leur temps à appliquer les lois de manière sélective, favorisant les amis corrompus qui les récompensent par des nominations à des postes plus élevés et d'énormes sommes d'argent de l'Etat? Eric Benjaminson peut-il nous dire aujourd'hui que l'état de droit au Gabon est un élément qui inspire confiance aux citoyens? Eric Benjaminson peut-il nous assurer que les droits fondamentaux du peuple gabonais sont aujourd’hui protégés? Pourrait-il demander à Ali Bongo pourquoi la criminalité a augmentée de façon spectaculaire depuis 2009? Pourquoi la police est complice des criminels dans le pays? Eric Bejaminson a-t-il demandé à Ali Bongo pourquoi toutes les branches du gouvernement sont corrompues et antipatriotique, et pourquoi cet état de chose persiste? Il pourrait au moins demander pourquoi il n’y a jamais eu d'arrestation significative en ce qui concerne les crimes rituels?

Si en se prêtant à cette interview, Eric Benjaminson avait espéré influencer beaucoup de gabonais sceptiques quant à Ali Bongo, il s’est gravement trompé. Cette interview est anachronique, incohérente et complètement cynique. Eric Benjaminson sait très bien, tout comme chaque citoyen gabonais capable de respirer, que les Bongos, leur régime, leurs gouvernements et les entités qui les entourent, sont corrompus jusqu'à la moelle. Il est peut-être dans l'intérêt à court terme des décideurs politiques américains de penser que compte tenu de l'importance stratégique du Golfe de Guinée, ils doivent protéger Ali Bongo parce qu'il serait garant des flux de matières premières pour leur économie; mais dans le long terme, tout comme nous l’avons vu en Egypte, les citoyens vont conquérir leur liberté et Ali Bongo sera déposé. Il s'agit d'une trajectoire irréversible que même toute la puissance des États-Unis ne peut empêcher. Pour les États-Unis d’essayer d’enraciner leur influence dans la région à travers Ali Bongo est une proposition perdante, car Ali Bongo est profondément impopulaire du fait que tout le monde sache qu'il soit un président illégitime. Cela ne peut pas être changé. Les Etats-Unis devraient chercher à faire avancer leurs objectifs de politique étrangère par le biais d'un appel direct à la légitimité, par opposition à cette tentative ridicule par Eric Benjaminson de proposer au peuple gabonais de se pincer le nez et accepter Ali Bongo; cela n'arrivera jamais. Ce qu’Eric Benjaminson propose est très cynique, car il sait très bien que tout leader de l'opposition qui accepterait de collaborer avec le régime Ali Bongo, perdrait immédiatement toute crédibilité auprès du peuple gabonais. En encourageant ces dirigeants à faire ce pas, il est en fait en train de mettre en branle une stratégie de démolition de toute opposition efficace à Ali Bongo. Cette stratégie va échouer, car elle manque d’anticipation et de profondeur. L'Ambassadeur des États-Unis d'Amérique doit parler au peuple gabonais de démocratie véritable, d'éducation, d'emploi, et de bonne gouvernance, et non de leur demander d'accepter un dictateur qui truque les élections, comme président légitime!

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>