THE RECORDS OF THE SOVEREIGN NATIONAL CONFERENCE: WHAT KIND OF CONSTITUTION FOR GABON? LES DOSSIERS DE LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE: QUELLE CONSTITUTION POUR LE GABON?








English version


This is an excellent contribution from a reader and friend of this blog about the necessity of a new constitution for Gabon.



Sovereign National Conference: Who do we want to write a new Constitution for Gabon?

The process leading to the Sovereign National Conference (SNC) has been underway since the launch of registrations on 8 December by members of the Civil Society. Each Gabonese who is aware of the situation of crisis our country is experiencing is called to contribute to the establishment of a solid foundation on which Gabon must be rebuilt for its development to take place.

An important step of the SNC will be choosing the people who will write the new constitution that will be submitted to the people by referendum.

This text aims to make some suggestions on how people who will be in charge of drafting the new Constitution should be chosen. It aims to stimulate debate.

Indeed, the Constitution is the fundamental law of the nation and therefore, it should strongly represent the aspirations of the Gabonese people, a people for too long under the dictatorship and abuse of an illegitimate and autocratic regime, under the control of the same family, the Bongos. The current Constitution is intended solely to perpetuate the power of a president always badly “elected” and coming from the Bongo family. A dynastic regime that dares not speak its name. The Gabonese people no longer want these tailor-made Constitutions applied by a Constitutional Court equally tailored and whose decisions always tilt on the same side, the one of the Bongo-PDG regime. The Gabonese people therefore want to get out of this trap, out of this "olam" (trap in the Fang language).

In terms of process, we should definitely break with the past. Ordinary people should be part of the process of drafting the Gabonese Constitution. Examples exist elsewhere. While the Gabonese people truly wants to engage in a new era of democracy and political transparency, the drafting of the new Constitution cannot only be a matter of a few privileged people, as experts as they may be. Moreover, if we look at the past, we know that the so-called experts, who wrote the previous Constitutions, served us dictatorial constitutions. The Gabonese people no longer want that!

Finding a multifactorial balance 

The committee drafting the new constitution of Gabon (CRNCG) must reflect the Gabonese society in its diversity and complexity. The choice of people who will be part of it should consider the following important factors: ethnic composition, age distribution, gender (gender balance), geographical representation and expertise.

The CRNCG should be a reflection of the Gabonese society in its ethnic diversity. It is time to consider the ethnic diversity in our country as an asset and not as a divisive factor as some people have done too many times, especially those in power who try to divide people and demonize the opposition. Thus, the committee should be representative of all ethnic groups present in Gabon. Effective representation on the committee may be based on official figures of this representation. The key is to ensure that all major ethnic groups are represented on the Committee, including our indigenous peoples (Pygmies).

Then the CRNCG must take into account the age distribution so to avoid that the process becomes monopolized by a particular group. It must be stressed here that young people must be part of this committee. Indeed, Gabon has one of the youngest populations in the world and it is only normal to ensure that the CNRCG reflects this reality. The estimated distribution of the Gabonese population as follows:

Under 15 years old: 42%
15 and 64 years old: 54%
65 years old and over: 4%
19 years old: the average age

Obviously, without having to invite young people of 5 or 6 years old, we must ensure that young people aged 12 to 14 come to express their hopes and vision of Gabon.

The representation of women should also be representative of Gabonese society, without sexist debates and without gender discrimination.

Geographically, it is obvious that the CRNCG must be representative of all provinces of Gabon.

Finally, beyond the formal representations related to ethnicity, age, gender and geography, the CRNG must include people who are there primarily for their legal expertise, including constitutional law. For other fields of expertise, there could be added: philosophers, anthropologists, sociologists, economists, biologists and other scientists. A discussion on the types of expertise needed could be done before deciding which will be chosen and what number of representatives for each.

Beyond the experts, we must recognize that the CRNG must be a way for "ordinary people" to shape the new constitution of Gabon. The formal representations on the basis of the factors listed above may be accompanied by the following specific representations: doctors, priests or pastors, journalists, business leaders, village chiefs, etc.

All such representations must be formalized by a percentage of a maximum number of people who can be part of the committee (e.g. 100). People to be part of the committee may be chosen from the lists of persons registered for the SNC.

Note that this committee will not come from nothing. Its work can have as starting point the past constitutions and proposals already made by other political actors and the Gabonese Civil Society, for some time. It is also possible to draw from other constitutions and universal standards of human rights.

A Constitution 2.0

The new constitution could be the first Constitution 2.0 of our country.
The CRNG may post the draft constitution on the Internet to allow people (including the Gabonese diaspora) to respond and to enrich the text by proposing amendments. It will be an exercise in direct democracy unprecedented in Gabon: a Facebook page would be opened, so as a YouTube channel, a Twitter profile, a Flickr photo account, etc.

The proposed new constitution will be submitted to a popular referendum and it will definitely be the symbol of a new start for Gabon.

We, the people of Gabon, want to create a just and equitable society with equal opportunities for all. Our different origins or ethnic groups are a common wealth, and together we are responsible for the inheritance of generations: the nature, the earth and its resources, history, language and culture. The Sovereign National Conference should allow us to solemnly reaffirm this principle and put together the basics that will help us rebuild our country, ravaged and devastated by 45 years of bongoism, of alism and pédégism.

CLG






Version française


Voici une excellente contribution d'un lecteur et ami de ce blog au sujet de la nécessité d’une nouvelle constitution pour le Gabon.



Conférence nationale souveraine : Qui voulons-nous pour écrire la nouvelle Constitution gabonaise?

Le processus devant mener à la Conférence nationale souveraine (CNS) est en marche depuis le lancement des inscriptions le 8 décembre dernier par des membres de la Société civile. Chaque Gabonais conscient de la situation de crises que vit notre pays est appelé à contribuer à la mise en place des bases solides sur lesquelles le Gabon doit se rebâtir pour son développement.

Une des étapes importantes de la CNS sera de choisir les personnes qui devront écrire la nouvelle Constitution qui sera soumise au peuple par referendum.

Le présent texte vise à faire quelques suggestions sur la manière dont les personnes qui seront chargé de rédiger la nouvelle Constitution devront être choisies. Il vise à susciter le débat.

En effet, la Constitution est la loi fondamentale de la Nation et par conséquent, elle doit fortement représenter les aspirations du peuple gabonais; un peuple trop longtemps soumis à la dictature et aux exactions d’un pouvoir illégitime et autocratique, sous contrôle d’une même famille, les Bongo. La Constitution actuelle n’a pour seul but que de perpétuer le pouvoir d’un président toujours mal élu et issu de la famille Bongo. Un régime dynastique qui ne dit pas son nom. Les Gabonais ne veulent plus de ces Constitutions taillées sur mesure et appliquées par une Cour constitutionnelle toute aussi taillée sur mesure et dont les décisions penchent toujours du même côté, celui du pouvoir Bongo-Pdg. Les Gabonais veulent donc sortir de cette trappe; de cet “olam” (piège, en langue Fang).

En termes de processus, il faut définitivement rompre avec le passé. Les gens ordinaires doivent faire partie du processus de rédaction de la Constitution gabonaise. Des exemples existent ailleurs. Alors que le peuple gabonais souhaite véritablement s’engager dans une nouvelle ère démocratique et de transparence politique, la rédaction de la nouvelle Constitution ne peut plus être uniquement l’affaire de quelques privilégiés, aussi experts soient-ils. D’ailleurs, si on s’en tient au passé, nous savons ce que les soi-disant experts qui ont écrit les Constitutions précédentes nous ont servis: des Constitutions dictatoriales. Les Gabonais n’en veulent plus!

Recherche d’un équilibre multifactoriel

Le comité de rédaction de la nouvelle constitution gabonaise (CRNCG) doit être le reflet de la société gabonaise dans sa diversité et sa complexité. Le choix des personnes qui devront y faire part devrait tenir compte des facteurs importants suivant : la composition ethnique, la répartition des âges, le genre (équilibre hommes-femmes), la représentation géographique et les expertises.

Le CRNCG devra être le reflet de la société gabonaise dans sa diversité ethnique. Il est temps de considérer la diversité ethnique dans notre pays comme une richesse et non pas comme un facteur de division comme l’ont trop fait certaines personnes, notamment ceux au pouvoir qui essayent de diviser les gens et de diaboliser l’opposition. Ainsi, le comité devra est représentatif de toutes les ethnies présentes au Gabon. Leur représentation effective au comité peut se baser sur les chiffres officiels de cette représentation. L’essentiel étant de s’assurer que tous les grands groupes ethniques sont représentés au Comité, sans oublier nos peuples autochtones (pygmées).

Ensuite, le CRNCG doit tenir compte de la répartition des âges afin d’éviter que la démarche soit accaparée par un groupe en particulier. Il faut insister ici sur une présence des jeunes à ce comité. En effet, le Gabon dispose de l’une des populations les plus jeunes au monde et il ne serait que normal de s’assurer que le CNRCG reflète cette réalité. On estime la répartition de la population gabonaise de la manière suivante :

Moins de 15 ans : 42%
15 et 64 ans : 54%
65 ans ou plus : 4%
19 ans: âge moyen

De toute évidence, sans devoir inviter des jeunes de 5 ou 6 ans, il faut s’assurer que les jeunes de 12 à 14 ans viennent exprimer leurs espoirs et leur vision du Gabon.

La représentation des femmes doit aussi être représentative de la société gabonaise, sans débats sexistes et sans discrimination.

Au niveau géographique, il va de soi que le CRNCG doit être représentatif des toutes les provinces du Gabon.

Enfin, au-delà des représentations formelles reliées à l’ethnie, l’âge, au genre et à la géographique, le CRNG devra être inclure les personnes qui sont là d’abord pour leurs expertises en matière légale, notamment en droit constitutionnel. Comme autres champs d’expertises, on peut ajouter les philosophes, anthropologues, sociologues, économistes, biologistes et autres scientifiques. Un débat sur les types d’expertises nécessaires pourrait être fait avant de décider lesquelles seront choisies et quel sera le nombre de représentants pour chacune d’elle. 

Au-delà des experts, il faut reconnaître que le CRNG doit être un moyen pour les «gens ordinaires» de façonner la nouvelle Constitution gabonaise. Les représentations formelles sur la base des éléments énumérés plus haut peuvent être accompagnées par les représentations spécifiques suivantes : médecins, prêtres ou pasteurs, journalistes, chefs d’entreprises, chefs de villages, etc.

Toutes ces représentations doivent être formalisées par pourcentage d’un nombre maximum de personnes pouvant faire partie du comité (ex. 100 personnes). Les personnes à faire partie du comité peuvent être choisies à même les listes des personnes inscrites à la CNS.

Mentionnons que ce comité de partira pas de rien. Son travail peut avoir comme point de départ les Constitutions passées ainsi que des propositions déjà faites par d’autres acteurs politiques et de la société civile gabonaise depuis quelques temps. Il est possible de s’inspirer aussi d’autres Constitutions et règles universelles des droits humains.

Une Constitution 2.0

La nouvelle constitution gabonaise pourrait être la première Constitution 2.0 de notre pays.
Le CRNG pourra poster le projet constitutionnel sur Internet pour permettre à la population (notamment la diaspora gabonaise) de réagir et d'enrichir le texte en proposant des amendements. Ce sera un exercice de démocratie directe sans précédent au Gabon: une page Facebook serait ouverte, tout comme, une chaîne sur YouTube, un profil sur Twitter, un compte de photos Flickr, etc.

La proposition de nouvelle Constitution sera soumise à un référendum populaire et il sera définitivement le symbole d’un nouveau départ pour le Gabon.

Nous, peuple du Gabon, souhaitons créer une société juste et équitable offrant les mêmes opportunités à tous. Nos origines ou ethnies différentes sont une richesse commune, et ensemble nous sommes responsables de l'héritage des générations : la nature, la terre et ses ressources, l'histoire, la langue et la culture. La Conférence nationale souveraine devrait nous permettre de réaffirmer ce principe solennel et de mettre ensemble les bases qui nous permettront de rebâtir notre pays, meurtri et dévasté par 45 ans de bongoïsme, d'aliisme et de pédégisme.

CLG

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE