WHY DO THE GABONESE PEOPLE HAVE TO LIVE IN A PARALLEL UNIVERSE (Part 2)? POURQUOI LE PEUPLE GABONAIS DOIT-IL VIVRE DANS UN UNIVERS PARALLÈLE (deuxième partie)?

The keepers of Gabonese principal institutions
Les tenanciers des principales institutions gabonaises




English version


"There are no problems, the institutions are working"


There is a famous anecdote told by the author Valerii Fefelov, describing how soviet officials used to lie to themselves during communism. In that story, set during the 1980 Olympic Games in Moscow, a Western journalist is to have inquired whether the Soviet Union would participate in the first Para-Olympic Games, which were scheduled to take place in Great Britain later that year. The reply from a Soviet representative was swift, firm, and definitive: "There are no invalids in the USSR!" This apparatchik's denial of the very existence of citizens with disabilities encapsulated the politics of systematic negation of any fact that did not advance the cause of communism. As you see in this case, these denials could sometime become ridiculously absurd. In a dictatorship, all is always going well. In Gabon, every time you open any of the official newspapers such as L'Union or Gabon Matin, which can be characterized as the Gabonese version of the Pravda and the Izvestia; or watch Gabon Television, you are being bombarded by similarly absurd claims, which can be summed up as essentially trying to convince you that Gabon is doing very well and its institutions are doing their job; all is just swell in the little Bongo paradise.

The regime says: "there are no problems, the institutions are working." But any objective observer of Gabonese life would recognize that in many parts of Gabonese life, people are still struggling for the most basic of rights. People are still literally risking their lives just for a chance to argue about the issues that matter to them. It is a fact that Ali Bongo prefers to play the role of the typical strongman dictator, as he proved it when a group of university students early this year, had the temerity to protest their poor study conditions, or when citizen wanted to have a meeting in the Cocotiers neighborhood. In both cases, the regime's response was typically threatening and brutal. Ali Bongo had a simple message: "if anyone is foolish enough to try to hold a demonstration, they will be beaten, perhaps killed and certainly put in prison." Protesting in Gabon is not allowed because it is a strong way to suggest that things are not all that great in the country, but how could there be any protest in a country where there are no problems? So demonstrations must be prevented to keep the façade of Gabon as a paradise!

"There are no problems, the institutions are working." Yet, in Gabon every year, dozens of ritual murders are committed; where people are abducted to have their vital organs removed so they could be used for fetishism. The curiosity is that often, despite the fact that in many cases the killers are known, in not one case has there been a credible investigation and conviction. Worse, many have been promoted to better government positions over the years. Paradoxically, people who are trying to fight for human rights, and against corruption and abuses, are the one swiftly arrested by the security forces. These people routinely face trumped-up charges such as when Marc Ona Essangui of the Civil Society was arrested for daring to organize a forum denouncing Ali Bongo's governance. The official charges against him were that he had assaulted and injured two police officers. The Ali Bongo regime was not at all bothered by the fact that their claim of assault was ridiculous and absurd given that everybody knows that Marc Ona Essangui moves around in a wheelchair. But in a parallel universe, it is the facts that must be bent to conform to fiction. In such a universe, fiction is reality and reality is fiction.

"There are no problems, the institutions are working." Yet in Gabon, the social and political atmosphere is tense. There is total deficit of every measurable indicator of democracy and rule of law: freedom of speech is restricted, freedom of press is seriously limited, opposition parties can be dissolved at any moment for any reason and there are no independent courts or free and fair elections. The fact is that the Gabonese people and their ideas do not matter to the Ali Bongo's regime. Those who believe that all people deserve access to democratic rights, that people should not be muzzled from speaking their minds, that they should be free to write and should be free to expose the truth as people see it and there should be a rule of law and a constitution where the people formulate their own system of governance, are viewed as troublemakers who deserved to be persecuted, because how could they make these demands since there are no problems in Gabon? They must be dangerous subversives! So is life in a parallel universe!

Gabon is a country mired in corruption, bad policies and poor planning. It is governed by a rigid system with an incredible level of bureaucracy and the Bongos are forced upon the people instead of chosen by them. The Gabonese people are never given a choice, but they are always given orders. But other than that, all is well in Gabon and there are no problems!



To be continued. Next post: "To divide and rule. The injection of division into the Gabonese diversity."




Version française


"Il n'y a aucun problème, les institutions fonctionnent"


Une célèbre anecdote racontée par l'auteur Valerii Fefelov, décrit la façon dont les responsables soviétiques avaient l'habitude de se mentir à eux-mêmes pendant le communisme. Dans ce récit, qui se passe lors des Jeux Olympiques de Moscou en 1980, un journaliste occidental posa la question de savoir si l'Union soviétique participerait à la première édition des Paralympiques qui devait avoir lieu en Grande-Bretagne plus tard cette année là. La réponse d'un représentant de l'URSS fut rapide, ferme et définitive: "Il n'y a pas d'invalides en URSS!" Le déni de l'existence même des citoyens handicapés, par cet apparatchik, encapsulait la politique de négation systématique de tout fait qui ne faisait pas avancer la cause du communisme. Comme vous le voyez dans ce cas, ces refus pouvaient parfois devenir ridiculement absurdes; dans une dictature, tout allant toujours bien. Au Gabon, chaque fois que vous ouvrez l'un des journaux officiels tels que L'Union ou Gabon Matin, qui peuvent être caractérisés comme les versions gabonaises de la Pravda et d'Izvestia; ou regardez Gabon Télévision, vous êtes bombardé par des affirmations similairement absurdes, qui peuvent se résumer comme essentiellement essayant de vous convaincre que le Gabon se porte très bien et que ses institutions fassent leur travail; tout étant juste et bon dans le petit coin de paradis des Bongo.

Le régime dit: "il n'y a pas de problèmes, les institutions fonctionnent." Mais tout observateur objectif de l'existence gabonaise reconnaîtra que dans de nombreux secteurs de celle-ci, les gens se débattent encore pour leurs droits fondamentaux. Les citoyens en sont toujours à littéralement risquer leur vie juste pour pouvoir s'exprimer sur les questions qui les tiennent à cœur. Il est un fait qu'Ali Bongo préfère jouer au dictateur typique, comme il l'a prouvé quand un groupe d'étudiants de l'université de Libreville, au début de cette année, a eu l'audace de protester contre leurs misérables conditions d'études, ou quand des citoyens on voulu tenir un meeting au quartier Cocotiers. Dans les deux cas, la réponse du régime fut agressive et brutale. Ali Bongo avait un message simple: "si les gens sont assez fous pour essayer d'organiser des manifestations, ils seront battus, peut-être tués et certainement arrêtés." Protester au Gabon n'est pas autorisé car ce serait une preuve démonstrative que les choses n'aillent pas aussi bien qu'on le prétend; mais comment pourrait-il y avoir des manifestations dans un pays où il n'y a pas de problèmes? Ainsi, les manifestations doivent être empêchées pour maintenir la façade du Gabon qui fonctionne!

"Il n'y a aucun problème, les institutions fonctionnent." Pourtant, au Gabon, chaque année, des dizaines de meurtres rituels sont commis, meurtres pour lesquelles des gens sont enlevés pour le prélèvement de leurs organes vitaux qui seront utilisés à des fins fétichistes. La curiosité est que souvent, en dépit du fait que dans de nombreux cas les assassins soient connus, il n'y ait souvent pas d'enquêtes crédibles ni d'inculpations. Pire encore, de nombreux commanditaires sont promus à des postes de responsabilité élevés. Paradoxalement, les gens qui essaient de lutter pour les droits de l'homme et contre la corruption et les abus, sont plus rapidement arrêtés par les forces de sécurité. Ces personnes font quotidiennement face à de fausses accusations, comme lorsque Marc Ona Essangui de la Société Civile a été arrêté pour avoir osé organiser un forum dénonçant la gouvernance d'Ali Bongo. Les accusations officielles portées contre lui étaient qu'il aurait agressé et blessé deux policiers. Le régime d'Ali Bongo n'était pas du tout gêné par le fait que leur allégation d'agression était ridicule et absurde étant donné que tout le monde sait que Marc Ona Essangui se déplace dans un fauteuil roulant. Mais dans un univers parallèle, ce sont les faits qui doivent se conformer à la fiction. Dans un tel univers, la fiction est la réalité; et la réalité est fiction.

"Il n'y a aucun problème, les institutions fonctionnent." Pourtant, au Gabon, le climat social et politique est tendu. Il y a déficit total de tous les indicateurs mesurables de démocratie et d'État de droit: la liberté d'expression est limitée, la liberté de la presse est sérieusement étroite, les partis d'opposition peuvent être dissouts à tout moment pour n'importe quelle raison et il n'y a pas de système judiciaire indépendant ou d'élections libres et équitables. Le fait est que le peuple gabonais et ses idées ne comptent pas pour le régime Ali Bongo. Ceux qui croient que les gens méritent d'avoir des droits, que les gens ne doivent pas être muselés, qu'ils devraient être libres d'écrire et devraient être libre d'exposer la vérité comme ils la voient et l'entendent, qu'il devrait y avoir un état de droit et une constitution permettant aux populations de formuler leur propre système de gouvernance; sont considérés comme des fauteurs de troubles méritant d'être persécutés, car comment pourraient-ils faire ces demandes vu qu'il n'y ait aucun problème au Gabon? Ils doivent être de dangereux subversifs! Ainsi va la vie dans un univers parallèle!

Le Gabon est un pays enseveli par la corruption, les mauvaises politiques et une mauvaise planification. Il est régi par un système rigide avec une bureaucratie lourde et obsolète et les Bongo qui se sont imposés aux gens au lieu d'être choisis par eux. Le choix n'est jamais laissé au peuple gabonais; on préfère toujours lui donner des ordres. Mais à part ça, tout va bien au Gabon et il n'y a aucun problème!



A suivre. Prochain billet: "Diviser pour mieux régner L'injection de la division dans la diversité gabonaise."

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE