FRANKLY MR. LEMAIRE, WE HAVE GOTTEN USED TO EXPECT BETTER FROM YOU! FRANCHEMENT M. LEMAIRE, VOUS NOUS AVEZ HABITUÉS Á MIEUX!





English version


Curious article that the one published by Luc Lemaire on the website "Gabonreview" which incidentally is one of the best Gabonese news sites. But what creates our surprise today is the content of the article entitled: " La Fondation Sylvia Bongo Ondimba Réfute les Accusations de Corruption", which we find far too voluntarily lenient toward Sylvia Bongo as well as the foundation that bears her name. Our curiosity is sharpened by the singular characteristic that this article avoids a number of deductions to quietly lead the reader to admit if not outright accept the hypothesis that the article published by the newspaper Le Temps is based on forged emails initially published on a Blog qualified unnecessarily as "obscure" belonging to a compatriot, Ms. Bendome. In our role as opponent of waffling, here we just dissect the article by Mr. Luc Lemaire and let him know what we think, with all the respect due to his usually reliable pen.

1. The introduction of the article is outrageously biased

From the outset, Mr. Luc Lemaire pounces: "The hunt for scandals of all stripes, and incidentally of the political scoop, last week led to the publication in the newspaper" Le Temps", newspaper with political sensitivity or the opposition and considered in the profession as serious, of documents that attest to bribes through the Sylvia Bongo Ondimba Foundation."

This paragraph says clearly to the casual reader that the opposition newspaper Le Temps, hungry for scandal, accuses Sylvia Bongo of corruption. Mr. Lemaire will disown our deduction, but the intention of the introduction is too easy to fool a middle school student who has mastered writing and composition. Well, but browsing articles published by M. Lemaire, many of which often refer to information from official outlets such as the newspaper L'Union and Gabon Television, we did not remember seeing Mr. Lemaire ever preface any of these articles by saying that these press outlets had a sensitivity closer to the regime. Even when there were questions about the scandal of fake and forgery by members of the Gabonese Presidential Palace at the Summer Universities of the French Socialist Party, at no time covering this scandal, did Mr. Lemaire say that L'Union or Gabon Television, who both have however said that the invitation of the Presidential Palace cranks was authentic, were news outlets of the regime sensitivity. Why ignore this association when speaking of the regime's outlets, but highlight it when it comes to the opposition? Mr. Lemaire, we've gotten used to better from you!

2. The emails from an "obscure blog"

Everyone knows that to better discredit a source, one must remove any feature of importance, this is elementary. Mr. Lemaire knows full well that if he wants the reader to doubt a bit more these emails, it is sufficient to add the epithet "obscure" to their place of origin. Thus, the blog of Ms. Bendome ceases to be simply a blog as there are millions, but is demoted to "obscure" to better indicate that this blog would not possibly have such crucial information. We almost laugh! But since Mr. Lemaire speaks of "obscure" origins, we would ask him to tell us who knew Wikileaks before that site exposed U.S. embassy cables? According to his definition, was Wikileaks an obscure website or not? Mr. Lemaire has accustomed us to much better than that!

3. For M. Lemaire, "It seems odd that the director of a large company speaks clearly on unencrypted emails"

This sentence by Mr. Lemaire has left us particularly incredulous and surprised because of the naivety displayed by this assertion. Indeed, email has become the most used means of communication on the planet, after speech of course. How many financial or morals scandals were discovered through emails belonging to business leaders or politicians? Often these emails are not encrypted. In England, in the case of Rupert Murdoch's News of the World, emails showing the bosses clearly speaking in clear about how they allowed the illegal wiretapping of British citizens, is what sunk them. In this case, incriminating emails were even found between Rebekah Brooks and David Cameron, the British Prime Minister. Not encrypted please! No later than 3 weeks ago, the head of the CIA was forced to resign because the FBI had discovered that he had an extramarital relationship; how did the FBI do that? Simple Mr. Lemaire, the FBI seized emails between the two lovebirds who used not encrypted Gmail accounts for their virtual cuddling. Its stupid isn't it? Then to think that writing something specific in emails is impossible for a Chinese company director is to voluntarily put blinders on. In this world, everything is possible and Mr. Lemaire, we do not really think that you are naive enough to not know that. No, you have accustomed us to better!

Finally, we want to say the following: let's rely on verifiable and verified facts and we will get closer to the truth. What do we know thus far?

a. That the Chinese CBRC has contacted the Sylvia Bongo Foundation for a partnership. This fact has been confirmed by all parties.

b. Why would a Chinese company in negotiations with the Gabonese government for contracts, choose the foundation of the wife of the omnipotent President of Gabon as a partner, if it is not to be very generous to the foundation if the contract is sealed?

c. The Foundation Sylvia Bongo said that these emails exist but they have been modified. Well, then let them publish the content of their emails and allow their computer hard dives to be examined by experts.

These 3 points allow us to take a position contrary to that of Luc Lemaire and give credibility to the deductions of the "obscure" blog, the newspaper Le Temps and our own article on the subject because we all know how the ruling family of Gabon operates and nothing of what is alleged has been denied with palpable facts. So far only the Journal Le Temps and the "obscure" blog presented reliable evidence, so advantage to the "obscure" blog and the newspaper Le Temps. As for Mr. Luc Lemaire, we hope to find him better inspired as soon as possible.




Version française


Curieux article que celui publié par Luc Lemaire sur le site web "Gabonreview" qui soit dit en passant est l'un des tous meilleurs présentant l'actualité gabonaise. Mais ce qui crée notre étonnement aujourd'hui, est le contenu de l'article au titre: "La Fondation Sylvia Bongo Ondimba Réfute les Accusations de Corruption", que nous trouvons bien trop volontairement indulgent envers aussi bien Sylvia Bongo que la fondation qui porte son nom. Notre curiosité est affutée par la singulière caractéristique que cet article escamote un certain nombre de déductions pour tranquillement amener le lecteur à admettre sinon carrément accepter l'hypothèse que l'article publié par le journal Le Temps se base sur des emails falsifiés provenant initialement du blog qualifié inutilement "d'obscur" d'une compatriote, Mme Bendome. Dans notre rôle d'adversaire de la langue de bois, nous venons ici décortiquer l'article de M. Luc Lemaire et lui faire savoir ce que nous en pensons, avec tout le respect que nous devons à sa plume d'ordinaire fiable.

1. L'introduction de l'article est outrancièrement tendancieuse

D'entrée, M. Luc Lemaire assène: "La chasse aux scandales de tous bords, et accessoirement au scoop politique, a débouché la semaine dernière sur la parution dans le journal «Le Temps», journal à sensibilité politique opposée au pouvoir et considéré dans la profession comme sérieux, de documents qui attesteraient de dessous de table au travers de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba."

Ce paragraphe dit clairement au profane que le journal d'opposition Le Temps, assoiffé de scandale, accuserait Sylvia Bongo de corruption. Mr. Lemaire désavouera notre déduction mais l'intention de cette introduction est trop simple pour flouer un étudiant de 3ième qui maitrise la rédaction ou la composition française. Bien, mais seulement, en parcourant les articles publiés par M. Lemaire, dont plusieurs ont souvent fait référence à des informations provenant des organes très officiels que sont le journal L'Union et Gabon Télévision, nous n'avons pas le souvenir d'avoir jamais lu M. Lemaire préfacer ces articles en disant que ces organes était à sensibilité du pouvoir. Même quand il a été question du véritable scandale du faux et usage de faux de la présidence de la république gabonaise aux universités d'été du PS, à aucun moment, couvrant cette actualité, M. Lemaire n'a affirmé que L'Union ou Gabon Télévision, qui tous les deux ont pourtant fait passer l'invitation des hurluberlus de la présidence d'Ali Bongo comme authentique, étaient des organes de presse à sensibilité du pouvoir. Pourquoi passer cette association sous silence quand on parle des organes du pouvoir, mais la mettre en avant quand il s'agit de l'opposition? M. Lemaire, vous nous avez habitués à mieux!

2. La provenance des emails d'un "obscur blog"

Tout le monde sait que pour mieux discréditer une source, il faut lui enlever toute caractéristique d'importance; c'est élémentaire. M. Lemaire sait pertinemment que s'il veut que le lecteur doute un peu plus de ces emails, il suffirait d'ajouter l'épithète "obscur" à leur lieu de provenance. Ainsi, le blog de Mme Bendome cesse d'être simplement un blog comme il y en a des millions, mais est rétrogradé au rang "d'obscur", pour mieux indiquer qu'un tel blog ne pourrait pas disposer d'informations aussi capitales. Nous en rions à peine! Mais puisque M. Lemaire parle de provenance "obscure", nous nous permettons de lui demander de nous dire qui connaissait Wikileaks avant que ce site n'expose les câbles des ambassades américaines? D'après sa définition, Wikileaks était-il ou non un site obscur? M. Lemaire nous a habitués à bien mieux que ça!

3. Pour M. Lemaire, "Il semble donc curieux que le directeur d’une grande entreprise parle en clair, sur des emails non cryptés"

Cette phrase de M. Lemaire nous a laissé particulièrement incrédule car surpris de la naïveté affichée par cette assertion. En effet, email est aujourd'hui le mode de communication le plus utilisé sur la planète, après la parole bien entendu. Combien de scandales financiers ou de mœurs ont été découverts à travers les emails des chefs d'entreprises ou de politiciens? Souvent ces emails sont non cryptés. En Angleterre, dans l'affaire News of the World de Rupert Murdoch, ce sont les emails des patrons de la boite parlant en clair de comment ils autorisaient les écoutes illégales des citoyens anglais, qui les ont coulés. Dans cette affaire, on a même trouvé des emails incriminants entre Rebekah Brooks et David Cameron, le Premier Ministre Anglais. Non Cryptés s'il vous plait! Pas plus tard qu'il y a 3 semaines, le patron de la CIA a dû démissionner parce que le FBI avait découvert qu'il entretenait une relation extra maritale; comment le FBI a fait? Très simple M. Lemaire, le FBI a saisi les emails entre les deux tourtereaux qui utilisaient des comptes Gmail non cryptés pour se faire des câlins virtuels. C'est tout bête n'est-ce pas? Alors penser qu'écrire des emails spécifiques est quelque chose d'impossible pour un directeur d'entreprise chinoise est se mettre volontairement des œillères. Dans ce monde, tout est possible et M. Lemaire, nous ne pensons pas vraiment que vous soyez naïf au point de ne pas le savoir. Non, vous nous avez habitués à mieux!

Pour finir, nous voulons dire ce qui suit: basons-nous sur les faits vérifiables et vérifiés et nous nous rapprocherons de la vérité. Que savons-nous?

a. Que la CRBC chinoise a contacté la Fondation Sylvia Bongo pour un partenariat. Ce fait a été confirmé par toutes les parties.

b. Pourquoi une entreprise chinoise en négociation avec le régime gabonais pour des contrats, choisirait la fondation de l'épouse de l'omnipotent président du Gabon comme partenaire, si ce n'est pour se montrer très généreuse envers cette fondation au cas où le contrat serait scellé?

c. La fondation Sylvia Bongo dit que ces emails existent mais qu'ils auraient été modifiés. Très bien, qu'elle publie le contenu des siens et mette les discs durs de ses ordinateurs à l'examen de spécialistes.

Ces 3 petits points nous permettent de prendre une position contraire à celle de M. Luc Lemaire et de donner de la crédibilité aux déductions du blog "obscur", du journal Le Temps et de notre propre article sur le sujet car nous connaissons tous le mode de fonctionnement de la famille régnante du Gabon et rien de ce qui est allégué n'a été démenti par aucun fait palpable. Jusqu'à présent seul le Journal Le Temps et le blog "obscur" ont présenté des preuves fiables; donc avantage au blog "obscur" et au journal Le Temps. Quand à M. Luc Lemaire, nous espérons le retrouver mieux inspiré dans les délais les plus brefs.

Comments

  1. Sans vouloir polémiquer sur votre analyse des termes employés, je pense avoir répondu plus précisément à vos critiques dans les commentaires de l'article incriminé. Je n'avais pas l'information, en rédigeant l'article qu'il s'agissait du blog de Mme Dworaczek-Bendome et une recherche, pourtant minutieuse, sur Google n'avait rien donné... D'où l'épithète d'"obscur" dont je m'excuse auprès de l'intéressée.

    Je vous rappelle quand même qu'au Gabon comme dans la plupart des pays au monde, en théorie du moins, ce n'est pas à la personne accusée d'apporter la preuve de son innocence mais à l'accusateur de fournir des éléments probants. On appelle ça la présomption d'innocence. Les documents présentés comme des preuves étant des copies largement falsifiables et certains, le courrier en particulier, visiblement monté à postériori (texte éditable dans le pdf et signature scannée rapportée et non un scan bitmap d'un courrier signé), j'émets effectivement des doutes sérieux sur leur authenticité. Le fichier des copies de mails ayant été fourni sous forme de fichier Word est tout aussi discutable, d'autant que de nombreuses anomalies indiquent qu'il ne s'agit pas d'une copie brute.

    Cela dit, je ne me permets pas, dans cet article, de prendre parti pour la Fondation et encore moins d'affirmer qu'elle est innocente de toute malversation. Sauf qu'il faudra des éléments plus probants pour le prouver que ceux fournis jusqu'alors et que je ne suis pas partisan d'accusations sans preuves. Si j'affirme demain que vous êtes un escroc (c'est une accusation toute théorique qui n'est fondée sur RIEN, je le précise !) et que je vous mets au défi de prouver le contraire pour vous disculper, vous comprendrez sans doute mon point de vue !

    ReplyDelete
  2. M. Lemaire,

    Merci d’être passé nous voir et de nous avoir laissé quelques éclaircissements supplémentaires. Sans vouloir inutilement chercher la petite bête, sur la nécessité de l’accusateur d’apporter les preuves, n’appliquons pas hypocritement ce principe universel aux réalités de l’opacité gabonaise. En France, si quelqu’un avait dans le temps accusé la Fondation de Danielle Mitterrand de faire du trafic d’influence et de se livrer à la corruption, il aurait été possible de vérifier les flux financiers de cette Fondation car tout cela est régulé par des organes publics assermentés. Quand vous nous suggérez que ceux qui soutiennent que la Fondation Sylvia Bongo soit en collusion avec les prospecteurs de contrats, doivent fournir toute la preuve de cette accusation, nous vous répondons respectueusement que les preuves déjà fournies sont suffisantes pour nous qui sommes nés et mourrons au Gabon, et surtout pour votre interlocuteur qui de sa naissance à son âge d’adulte en passant par toutes ses etudes, son mariage et la naissance de ses enfants, n’a connu qu’une seule famille à la tête de notre malheureux état. Leurs méthodes nous les connaissons et leur moralité ne nous est étrangère non plus. Au Passage, dans l’affaire ELF on a dit la même chose à Eva Joly ; qu’elle apporta les preuves, toutes les preuves de relations mafieuses françafricaines. Au finish ELF a dû être liquidé et recadré dans Total. Quand Gregory Ngbwa-Mintsa, il y a quelques années se porta partie civile dans la première plainte des Biens Mal Acquis, nombreux furent ceux qui comme vous y allèrent de leur demande de fourniture de toutes les preuves, mais au finish où en sommes-nous aujourd’hui ?

    Je pense sincèrement que vous voyez bien où je veux en venir et comprenez ce qui se passe, même si la lecture de vos écrits sur cet épisode me laisse franchement dubitatif. Sur ce, bien à vous !

    Charlie

    ReplyDelete
    Replies
    1. Cher Charlie

      Je n'ai aucun pouvoir contre les convictions et les certitudes. Ce n'est d'ailleurs pas mon travail. Je suis journaliste et pour moi, cela veut dire informer mes lecteurs afin qu'ils puissent, eux-même, se faire une opinion. En écrivant un article, je ne suis ni militant, ni membre d'un quelconque clergé, ni politicien. Je ne suis pas là pour convaincre ni apporter une bonne parole que je ne connais pas par ailleurs.

      Votre lecture de cet article est très sélective et vous y indexez ce qui ne va pas dans le sens de vos conviction, ce qui est votre droit. Pour ma part, j'ai le sentiment d'avoir apporté les éléments défendus par chacune des parties en présence et je reste attaché à ne pas m'abaisser à user des tricheries et mauvaises pratiques de beaucoup de ceux dont je parle. Quand les uns mentent, exagèrent, manipulent et que je dispose d'éléments pour le prouver, je le dénonce et vous le savez bien. Quand les "preuves" qui me sont fournies me paraissent douteuses ou mensongères, je le dis également. Cela ne disculpe personne ni ne préjuge de la sincérité des uns ou des autres. Ce ne sont que des faits, des appréciations sur des éléments déterminés.

      D'autre part, j'écris sur un site qui donne une part importante aux commentaires et qui permet à tous d'apprécier ou de contredire ce que j'écris. C'est, il me semble, ce que je peux faire de mieux pour permettre à mes lecteurs de se forger leur propre opinion sans pression aucune.

      Vous aurez aussi remarqué que nous dénonçons régulièrement les abus de pouvoir, les brimades de militants ou les raisonnements iniques de certains hommes du pouvoir ou de l'opposition indifféremment. Contrairement à vous, nous ne sommes pas un média d'opinion. Nous sommes un site d'information. A nos yeux, chacun de nos lecteur est assez grand pour se faire sa propre opinion, visiter autant de sites qu'il est nécessaire pour se forger ses convictions et accepter ou réfuter nos arguments. Dans le cas présent, le fait que les "preuves" fournies sont douteuse est un argument suffisant à mes yeux pour suggérer qu'on ne peut s'appuyer sur elle pour condamner. Ce n'est pas l'avis de certains de nos lecteurs et ils sont libres de le dire. Surtout, cela ne veut pas dire que nous donnons un blanc-seing à la FSBO. Le fait de ne pas pouvoir prouver leur culpabilité avec ces éléments précis n'implique en rien qu'il soient innocents. Cela veut dire qu'il faudra trouver autre chose de plus convaincant à ses accusateurs.

      Delete
  3. Un petit détail en outre... Je ne crois pas qu'il soit naïf de s'étonner qu'un directeur d'entreprise envoie un email dans lequel il affirme : "Excusez ma faible écriture en français, pour des raisons de confidentialité, ne donnez pas mon assistant à écrire." puis adresse ce mail, non pas à la personne concernée elle-même, pas plus qu'à son assistante, mais à l'adresse générique de la Fondation, c'est à dire à une secrétaire dont il ne sait rien. A n'importe qui en fait. Wikileaks était connu avant de diffuser les dépêches diplomatiques confidentielles, des messages dont ils ont fournis de nombreux éléments de preuve pour confirmer leur autenticité. Patraeus et sa maîtresse avaient ouvert un compte anonyme dans lequel ils déposaient leurs messages, par ailleurs autrement moins compromettants. Surtout, ni "Le Temps", ni Mme woraczek-Bendome n'ont eu à déployer les moyens quasi illimités du FBI pour disposer de ces copies d'emails. Ils leur ont été fournis pas des intermédiaires définis comme anonymes.

    A moins d'avoir affaire à un chef d'entreprise attardé mental, je maintiens que cet email est particulièrement suspect.

    ReplyDelete
  4. Entendu!

    Nos lecteurs (et nous espérons les vôtres aussi) sont pour la plupart matures et perspicaces. Ils sauront lire entre les lignes et déterminer de leur propre chef les différentes anguilles qui se cachent sous nos roches équatoriales.

    Bon weekend chez vous !

    Charlie

    ReplyDelete

Post a Comment

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI