WHY DO THE GABONESE PEOPLE HAVE TO LIVE IN A PARALLEL UNIVERSE (the end)? POURQUOI LE PEUPLE GABONAIS DOIT-IL VIVRE DANS UN UNIVERS PARALLÈLE (fin)?



From “La Griffe” a newspaper form the Gabonese presidential palace
Tiré de “La Griffe” un journal de la présidence du Gabon





English version


"To divide and rule. The injection of division into the Gabonese diversity."


All over the world, dictators have always used strata to divide and rule. They use anything they know would make people susceptible to internal strife. They inject artificial divide into a society that is already diverse in order to make people focus on their differences instead of what is happening to them as a society and their lack of political rights. In Gabon, we are witnessing a growth of an unprecedented attempt to pin the various ethnic groups against each other. This is done sometimes subtly, but increasingly the press service of the presidential palace is becoming boldly overt in its intention and accusations against a particular ethnic group.

At the moment, the incriminated ethnic group happens to be the Fang; but it could have been any other. The Fang are being portrayed at a danger for the stability of the country, yet there is no evidence that such a danger is looming. Yet day after day, the Ali Bongo regime is tapping into the veins of fear to scare people on the consequences of a Fang takeover of power. Subtly and not so subtly, the Gabonese public is being told that such an event would mean direct ‘revenge’ by the Fang on the other groups. The calculation of the regime is that while the Gabonese people are being concerned about the perilous Fang, it would not focus on its own misery and lack of freedom. You see, dictators thrive on equal opportunity of misery. This blog wishes that the Gabonese people would not be fooled by these artificial divides. We can surely say that in Gabon, there are only two classes; namely the dictator with his corrupt cronies and the people who want freedom and justice. Unless the Gabonese people recognize their enemies to be the dictator and his followers, they could be easily distracted and their unity disrupted as they would be at each other’s throat instead of trying to get rid of the Bongo regime.

Divide and conquer is an old strategy that has been in place in Gabon for 45 years. The Bongos, the father then and the son now, have used the strategy of breaking the totality of the Gabonese population into smaller, more manageable sociological and political pieces, and then take control of those pieces one by one, without any opportunity of these pieces to merge or form sustainable or viable coalitions. This strategy has never been more visible than what is going on in the political arena since 1990 when multi-party system was allowed. Since then, there have been more than 300 political parties that have been created. While most of them have disappeared almost as soon as created, some have had the opportunity to be big viable ensembles and to seriously challenge the hegemony of the ruling party, the PDG. In the 1990s, there were two enormously popular parties, the Morena-Bucheron and the PGP. At the height of its popularity, the Morena-Bucheron was able to seriously challenge the regime; but this did not last, because slowly but surely, the regime began to use money and corruption to buy allegiance and foment dissensions within both the Morena-Bucheron and the PGP and inexplicably, these parties splintered into a multitude of smaller parties without any real influence except that that they were controlled by the regime and used as the face of democracy in Gabon. But these parties were so flimsy that they could not under any circumstances challenge the regime in any way.

Then came the UPG of Pierre Mamboundou, late in the 90s and the early 2000. Then again, this party was not able to form strong national coalition that could threaten the regime and slowly but surely had the same trajectory of the Morena-Bucheron and PGP. Today the divide and conquer is in full swing, with the party Union Nationale being banned, the UPG being splintered into two factions, the recent coalition of the opposition, the UFC, itself has also known the same splintering. All of this does not occur by accident; it is orchestrated and wanted by the regime. The Gabonese people must never be in position to form a critical mass that could rebel against the regime.

How does this mechanism of divide and conquer work? The regime uses the method of the stick and the carrot. If one cooperates, they get the carrot in the form of nice government jobs, nice cars, money, women (or men), prestige, you name it. But if one does not play by the regime’s rule, the full power of the state will be brought to bear to make sure that their life was going to be as miserable and difficult as possible. This means no job for the family, harassment at every occasion, no travel, no prospect for the future etc. This is a system that encourages selfishness and prevents the Gabonese people from linking forces with one another to break the log jam within which they have been imprisoned by the Bongos. This is why the regime encourages and foster feuds between various political leaders and ethnic groups. This kind of political maneuvering requires a great understanding of the people who are being manipulated. In order to foster feuds, for example, one must understand the political and social histories of the parties intended to take part in the feuds. There is only one beneficiary of ethnic division in Gabon, it is the Bongo regime.

Enormous funds and resources are required to divide and conquer. For example, the regime has often lavished money on insignificant people just to give them an inflated egos and delusions of grandeur and tell them that they too should create a party in their region, just to dilute the effort of an already establish more genuine political leadership that is not seen as favorable to the Bongos. The divide and conquer strategy has been widely used throughout history. It was not invented in Gabon. The Roman Empire, the French and the British Empires played small tribes and groups against one another in order to control their lands and territories. Africa still suffers today because of that legacy. But divide and conquer strategies work on ineffective, corrupt, and fragmented people. If the Gabonese people decide to become strong in the face of adversity, if they were to buttress a strong societal moral code, they will not fall prey to these manipulations.

It is “divide and conquer” that has made it possible for an insignificant family without any particular talent or accomplishment, to rule Gabon for 45 years. Division and ethnic hatred are the secret to the Gabonese parallel universe. If divide and conquer has been a successful tactic for the Bongos domination of Gabon, it is slowly however becoming a potential disaster. As a system of rule, division and conquer may work in the short run, but over time it engenders nothing but hatred. Divide and conquer fails in the long run, but only after it inflicts stupendous damage, engendering hatreds that can convulse countries for centuries. In the end the parallel universe of Gabon will lose all credibility and collapse under the weight of its foolishness. But in the meantime, the damage will be very deep.





Version française


"Diviser pour mieux régner. L'injection de la division dans la diversité gabonaise."


Partout dans le monde, les dictateurs ont toujours utilisé la stratification de la société pour mieux la diviser pour régner. Ils utilisent tout ce qui rendrait les gens susceptibles d’entrer en conflits internes. Ils injectent des divisions artificielles dans une société qui est déjà très diversifiée afin que les gens se concentrent sur leurs différences au lieu de faire attention à ce qui leur arrive en tant que société et à leur manque de droits économiques et politiques. Au Gabon, on assiste à une croissance sans précédent de tentatives de monter les différents groupes ethniques les uns contre les autres. Cela se fait parfois de manière subtile, mais de plus en plus, le service de presse du palais présidentiel est hardiment manifeste dans ses intentions et accusations contre un groupe ethnique particulier.

À l'heure actuelle, le groupe ethnique incriminé se trouve être celui des Fang; mais ça aurait pu être un autre. Les Fang sont dépeints comme un danger pour la stabilité du pays, mais il n'existe aucune évidence qu'un tel danger soit imminent. Pourtant, jour après jour, le régime Ali Bongo puise dans les veines de la peur pour alimenter de frayeur les populations sur les conséquences d'une prise de pouvoir Fang. Subtilement et pas si subtilement, il est dit au gabonais qu'un tel évènement entraînerait des «vengeances» directes par les Fang sur les autres groupes. Le calcul de ce régime est que, pendant que le peuple gabonais est préoccupé par le danger Fang, il ne saurait s’interroger sur sa propre misère et son manque de liberté. Vous voyez, les dictatures se développent sur l'égalité des chances vers la misère. Ce blog souhaite que le peuple gabonais ne se laisse pas abuser par ces artificielles divisions. Nous pouvons fermement affirmer qu'au Gabon, il y ait seulement deux classes, à savoir le dictateur et ses copains corrompus d’un côté et les populations qui veulent la liberté et la justice de l’autre. À moins que le peuple gabonais ne reconnaisse ses ennemis comme étant le dictateur et ses partisans, il pourrait être facilement dissipé et son unité perturbée par des conflits de chiffonnier à fond ethnique totalement absurdes, en lieu et place d'essayer de se débarrasser du régime Bongo.

Diviser pour mieux régner est une vieille stratégie qui a été mise en place au Gabon depuis 45 ans. Les Bongo, le père et maintenant le fils, ont utilisé la stratégie du morcellement de l'ensemble de la population gabonaise en de tout petits, plus malléables morceaux sociologiques et politiques; dont ils ont pris le contrôle pièce par pièce, sans aucune possibilité que ces pièces se fusionnent afin de former des coalitions durables ou viables. Cette stratégie n'a jamais été plus visible dans l'arène politique, que depuis 1990 quand le multipartisme a été introduit. Depuis lors, il y a eu plus de 300 partis politiques qui ont été créés. Bien que la plupart d'entre eux aient disparu presque sitôt créés, certains ont eu la brève occasion d'être de grands ensembles viables et de sérieusement contester l'hégémonie du parti au pouvoir, le PDG. Dans les années 1990, il y avait deux parties extrêmement populaires, le Morena-Bucheron et le PGP. A l'apogée de sa popularité, le Morena-Bucheron a été en mesure de défier sérieusement le régime, mais cela n'a pas duré, parce que lentement mais sûrement, le régime a commencé à utiliser l'argent et la corruption pour acheter les allégeances et fomenter des dissensions tant au sein du Morena-Bucheron que du PGP et inexplicablement, ces partis se scindèrent en une multitude de petits partis sans aucune influence réelle, sauf qu'ils étaient tous ou presque contrôlés par le régime et utilisés comme vitrine de la démocratie au Gabon. Mais ces partis étaient si fragiles qu'ils ne pouvaient en aucune façon remettre en cause le régime.

Puis vint l'UPG de Pierre Mamboundou, à la fin des années 90 et au début des années 2000. Là encore, ce parti ne fut pas en mesure de former une forte coalition nationale qui aurait pu menacer le régime et lentement mais sûrement, eut la même trajectoire que le Morena-Bucheron et le PGP. Aujourd'hui, le diviser pour mieux régner est plus que jamais en plein essor, avec le parti Union Nationale qui est interdit, l'UPG se scindant en deux factions, la coalition récente de l'opposition, l'UFC, elle a aussi connaissant le même éclatement. Tout cela ne se produit pas par hasard, mais est orchestré et voulu par le régime. Le peuple gabonais ne doit jamais être en mesure de former une masse critique qui pourrait se révolter contre le régime. De nombreux leaders dits de l’opposition sont financés pour que cela n’arrive jamais!

Comment fonctionne ce mécanisme du diviser pour mieux régner? Le régime utilise la méthode du bâton et de la carotte. Si l'on coopère, on obtient la carotte sous la forme d'emplois gouvernementaux enviables, de belles voitures, d'argent, de femmes (ou hommes), de prestige, et que sait-on encore... Mais si on ne joue pas le jeu du régime, toute la puissance de l'État sera exercée pour s'assurer que la vie des récalcitrants allait être aussi misérable et difficile que possible. Cela signifie: pas de travail pour toute la famille, le harcèlement à chaque occasion, aucun déplacement à l’étranger, aucune perspective pour l'avenir, etc. Il s'agit d'un système qui encourage l'égoïsme et le repli sur soi; et empêche aux populations gabonaises de relier leurs forces pour briser le cocon dans lequel elles sont emprisonnées par les Bongo. C'est pourquoi le régime encourage et favorise les querelles entre les différents leaders politiques et les groupes ethniques. Ce genre de manœuvres politiques nécessite une excellente compréhension des populations qu’on souhaite manipuler. Pour bien favoriser les querelles, par exemple, il faut comprendre l'histoire politique et sociale des parties qu’on souhaite mettre en querelle. Il n'y a qu'un seul bénéficiaire de la division ethnique au Gabon, c'est le régime Bongo.

Des fonds et des ressources énormes sont investis afin de diviser pour mieux régner. Par exemple, le régime a souvent déversé de l'argent sur les gens insignifiants juste pour leur gonfler l’égo et activer en eux des délires de grandeur pour ensuite leur dire qu'ils devraient aussi créer un parti dans leur région d’origine, juste pour diluer l'effort de établissement d’un plus authentique leadership politique qui n'est pas considéré comme favorable aux Bongo. La stratégie de diviser pour mieux régner a été largement utilisée à travers l'histoire. Elle n'a pas été inventée au Gabon. L'empire romain, les empires français et britanniques ont joué les tribus et les groupes ethniques, les uns contre les autres, afin de contrôler leurs terres et territoires. L'Afrique souffre encore aujourd'hui à cause de cet héritage historique. Mais les stratégies du diviser pour mieux régner ne marchent que sur des peuples inefficaces, corrompus et fragmentés. Si le peuple gabonais décidait de devenir fort face à l'adversité, s’il devenait détenteur d’un code moral de société solide, il ne serait plus en proie à ces manipulations.

C’est le «diviser pour mieux régner» qui a permis à une famille insignifiante, sans aucun talent particulier ou de distinction notoire, de dominer le Gabon depuis 45 ans. La division et la haine ethnique sont le secret de l'univers parallèle gabonais. Si diviser pour mieux régner a été une tactique efficace pour la domination des Bongos sur le Gabon, cette stratégie est lentement en train de devenir un désastre potentiel. Comme système de domination, diviser pour mieux régner peut marcher un moment; mais au fil du temps il n’engendre rien d'autre que la haine. Diviser pour mieux régner échoue dans le long terme, mais seulement après avoir infligé des dégâts prodigieux à la société, ce qui engendre des haines qui peuvent bouleverser des pays pendant des générations. En fin de compte, l'univers parallèle du Gabon perdra toute crédibilité et s'effondrera sous le poids de sa folie. Mais entretemps les dégâts seront très profonds.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR