THE RECORDS OF THE SOVEREIGN NATIONAL CONFERENCE: WHAT TYPE OF UNIVERSITY FOR GABON? LES DOSSIERS DE LA CONFÉRENCE NATIONALE SOUVERAINE: QUEL TYPE D'UNIVERSITÉ POUR LE GABON?





English version

History tells us that a university is an institution of higher education and research, which grants academic degrees in a variety of subjects; and that the word university is derived from the Latin universitas magistrorum et scholarium, which means: "community of teachers and scholars." The first university is supposed to have been The University of Constantinople, founded in 425. The characteristics associated these days with a modern university are: research and teaching, auto-administration, academic independence, et cetera. The role universities can play in relation to societal development, knowledge generation, market access, industrial development etc., is well established. Therefore, as thinking Gabonese people are willing to reexamine the role of the state and the quality of public institutions, it is imperative that Gabonese universities have to be completely reconfigured so they could become well-functioning institutions with the capability to generate knowledge and produce high caliber professionals and intellectuals.

1. Clearly define the role of Gabonese universities in the country development

The development of Gabon absolutely requires in-country capabilities and competence for knowledge generation and education of skilled personnel. Gabonese universities should be able to provide independent, critical voices in society useful for challenging the establishment and coming up with new ideas, theories and models for improvements in relation to all aspect of development. Gabonese universities should be able to provide policy relevant knowledge and recommendations based on empirical research and ability to analyze relevant data and come up with theories and models helpful for the government to make the best policy choices. For example, none of the projects being peddled by Ali Bongo has any component that has been proposed or analyzed by any Gabonese university or academic. The population is witnessing the worsening of their living conditions, with frequent flooding; but there is no Gabonese laboratory that is doing any meaningful research addressing the impact of climate change. Olam is preparing to convert 50000 ha of Gabonese rain forest into rubber plantations; but no Gabonese university has been called to examine Olam's plans and determine whether these plans are good or bad for the environment or even the Gabonese economy. Everything is done as if Gabon lacks universities and experts. It is the NGO Brainforest that is now acting as an environmental research center and this NGO is considered hostile by the Ali Bongo Regime. Gabonese universities are not consulted by the Gabonese government or involved in research on food prices, housing, changing diet leading to diabetes, market liberalization, international trade, food safety, the use of fertilizers, mining, the national debt, health care etc. This kind of knowledge generation is dearly needed for Gabon to improve. Just bringing in some expatriate to tell the Gabonese government what to do will never work, as we all see with Bechtel whose presence in the presidential palace does not make any difference to the regime's performance.

2. Give independence and resources to Gabonese universities

If Gabonese universities have to play a positive role in the transformation of Gabon, it is indeed important that these universities get the opportunity to play these 4 major functions: a) play a major role as ideological apparatuses; b) provide a mechanism of selection and socialization of dominant elites, the future leaders of the country; c) foster the generation of knowledge, which is often seen as the most important function; d) provide the training of a skilled labor force. Unfortunately, today, Gabonese universities are stagnant and ineffectual monuments to a status quo which tells professors and students to be quiet and never challenge the establishment if they wish to avoid the wrath of the regime's security forces. Additionally, the working conditions are very poor in Gabonese universities. Professors have meager salaries and a daunting task to teach hundreds of students cramped in amphitheaters. There are a few computers and even fewer printers to share, sometimes no copier and most of the time no internet. Students attend classes in inadequate conditions, too many students and not enough seats causing those in the back of the room to kneel down to take notes and many others to stand for the entire class. It is not surprising that the best students, those eager to learn, chose to leave for other countries, primarily in Europe, often having no intention of returning. But who can blame them? Why is it that so little attention and funding is given to Gabonese universities?

Why the Ali Bongo regime seems to fail to realize that improving the economic competence of graduates who enter ministries of finance would have higher economic rate of return than importing experts from elsewhere. Enabling sound governance through formation of national elites provides a platform for economic growth. But this cannot be achieved under the current conditions of Gabonese universities that are dire: with no books, no labs, often not enough qualified professors and departments being led by Ali Bongo's cronies instead of by real competent and recognized technical experts in their fields. How can a country be expected to manage itself when the institutions devoted to creating the managerial class are in such pathetic shape? The Sovereign National Conference would offer the opportunity to reevaluate Gabon's education policies and stop the waste of talent that is being observed in Gabon.

Many studies and many countries have demonstrated that design for development by outsiders is useless. Gabonese people should be enabled to design for themselves. Gabonese universities offer that opportunity. A university system where professors who want to get promoted and catch the attention of the political leaders, have to sing the praise of a totalitarian and corrupt regime, should not be allowed to continue. Professors telling their students that liberty is an illusion and that tight control by the regime and lack of political choice is a blessing, should be called out for being charlatans! Maybe the current regime has chosen to neglect education so new generations of students would not be educated enough to critique Gabon social structure, political or economic policies.




Version française


L'histoire nous apprend que l'université doit être un établissement d'enseignement supérieur et de recherche, décernant des diplômes dans une variété de sujets; et que le terme université est dérivé du latin universitas magistrorum et scholarium, qui signifie: "communauté d'enseignants et chercheurs." La première université est censée avoir été celle de Constantinople, fondée en 425 de notre ère. Les caractéristiques associées de nos jours à une université moderne sont: la recherche et l'enseignement, l'auto-administration, l'indépendance académique etc. Le rôle que peuvent jouer les universités en matière de développement social, de production de connaissances, d'accès aux marchés et de développement industriel etc., est bien établi. Par conséquent, étant donné que des gabonais pensants sont prêts à réexaminer le rôle de l'Etat et la qualité des institutions publiques, il est impératif que les universités gabonaises soient complètement reconfigurées afin qu'elles puissent devenir des institutions fonctionnelles ayant la capacité de générer des connaissances et de produire des professionnels et intellectuels de haut niveau.

1. Définir clairement le rôle des universités gabonaises dans le développement du pays

Le développement du Gabon a absolument besoin de capacités et compétences internes de production de connaissances et d'éducation de personnel qualifié. Les universités gabonaises devraient être en mesure de produire des voix indépendantes et de critiques sociales qui seraient utiles pour questionner l'establishment et proposer des nouvelles idées, théories et modèles pour l'amélioration dans tous les aspects du développement du pays. Les universités gabonaises devraient être en mesure de fournir des connaissances utiles et des recommandations fondées sur des recherches empiriques et leur capacité à analyser des données pertinentes permettant de proposer des théories et des modèles qui aideraient le gouvernement à faire les meilleurs choix politiques et économiques. Par exemple, aucun des projets colportés par Ali Bongo n'a de composante ayant été proposée ou analysée par une université gabonaise. La population assiste à l'aggravation de ses conditions de vie, avec de fréquentes inondations; mais il n'y a pas de laboratoire gabonais qui fasse des recherches sérieuses sur l'impact des changements climatiques. Olam se prépare à convertir 50000 ha de forêt tropicale du Gabon en plantations d'hévéas, mais aucune université gabonaise n'a été appelée à examiner les plans d'Olam et déterminer si ces plans sont bons ou mauvais pour l'environnement ou l'économie gabonaise. Tout se passe comme si le Gabon ne disposait pas d'universités et d'experts. C'est l'ONG Brainforest qui agit maintenant comme centre de recherche sur l'environnement et à cet égard, cette ONG est considérée comme hostile par le régime Ali Bongo. Les universités gabonaises ne sont pas consultées par le gouvernement gabonais ou impliqués dans la recherche sur les sujets tels que le prix des denrées alimentaires, le problème du logement, les modifications des habitudes alimentaires qui ont conduit à la montée de l'incidence du diabète, la libéralisation du marché économique, le commerce international, la sécurité alimentaire, l'utilisation d'engrais dans l'agriculture, l'exploitation minière, la dette nationale, la santé etc. Ce type de production de connaissances est nécessaire pour que le Gabon s'améliore. Aller simplement chercher quelques expatriés qui viendront dire au gouvernement gabonais ce qu'il faut faire ne marchera jamais, comme nous le voyons avec Bechtel, dont la présence au palais présidentiel ne fait aucune différence dans les performances du régime.

2. Donner l'indépendance et des ressources aux universités gabonaises

Si les universités gabonaises doivent jouer un rôle positif dans la transformation du Gabon, il est en effet important que ces universités aient la possibilité d'avoir ces 4 fonctions principales: a) jouer un rôle majeur comme modeleurs idéologiques, c'est-à-dire produire des courants de pensées; b) fournir un mécanisme de sélection et de socialisation des élites dominantes, les futurs dirigeants du pays; c) favoriser la production de connaissances, ce qui est souvent considéré comme la fonction la plus importante; d) assurer la formation de personnels qualifiés. Malheureusement, aujourd'hui, les universités gabonaises sont des stagnants et inefficaces monuments à un statu quo qui demande que les professeurs et étudiants se taisent et ne remettent jamais en cause l'establishment en place, s'ils veulent éviter la colère des forces de sécurité du régime. En outre, les conditions de travail sont très précaires dans les universités gabonaises. Les professeurs ont de maigres salaires et une tâche impossible consistant à enseigner des centaines d'étudiants à l'étroit dans des amphithéâtres. Il y a quelques ordinateurs et encore moins d'imprimantes à partager, parfois pas de photocopieuse et la plupart du temps pas de connexion Internet. Les étudiants suivent les cours dans des conditions inadéquates, les étudiants étant trop nombreux pour un nombre de places assises limité, causant ceux à l'arrière des salles de s'agenouiller pour prendre des notes et beaucoup d'autres de se tenir debout durant tous le cours. Il n'est pas étonnant que les meilleurs élèves, ceux qui ont l'ambition des études, choisissent de partir pour d'autres pays, principalement en Europe, souvent n'ayant pas l'intention de revenir. Mais qui peut les condamner? Pourquoi si peu d'attention et de financement sont accordés aux universités gabonaises?

Pourquoi le régime Ali Bongo semble ne pas comprendre que l'amélioration de la compétence économique des diplômés qui entrent aux services du Ministère du Budget aurait un taux plus élevé de rentabilité économique que d'importer des experts venus d'ailleurs. Etablir la bonne gouvernance à travers la formation des élites nationales fournit une plate-forme pour la croissance économique. Mais cela ne peut être réalisé dans les conditions actuelles des universités gabonaises qui sont déplorables: sans livres, sans laboratoires, avec des professeurs souvent pas assez qualifiés et des départements dirigés par les obligés d'Ali Bongo plutôt que par de vrais compétents et reconnus experts dans leurs domaines. Comment un pays peut s'attendre à s'autogérer lorsque les institutions qui se consacrent à la création de la classe dirigeante sont dans un état si lamentable? La Conférence nationale souveraine offrirait l'occasion de réévaluer les politiques d'éducation du Gabon et arrêter le gaspillage de talents que l'on observe dans le pays.

De nombreuses études et de nombreux pays ont démontré que la conception du développement d'un pays faite par des étrangers est souvent inutile. Le peuple gabonais devrait avoir le droit de concevoir son propre développement. Les universités gabonaises offrent cette possibilité. Un système universitaire au sein duquel les professeurs qui souhaitent obtenir une promotion et attirer l'attention des dirigeants politiques, doivent chanter les louanges d'un régime totalitaire et corrompu, ne devrait plus être accepté. Les professeurs disant à leurs étudiants que la liberté est une illusion et que le contrôle étouffant par le régime et l'absence de choix politique soient des bénédictions, doivent être considérés comme des charlatans! Peut-être que le régime actuel a choisi de négliger l'éducation pour faire en sorte que les nouvelles générations d'étudiants ne soient pas assez instruites pour protester et s'insurger contre la structure sociale, économique et politique du Gabon.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI