WHAT IS THE MORALITY OF AN AMERICAN UNIVERSITY TAKING HUGE AMOUNT OF CASH FROM AN AFRICAN DICTATOR? QUELLE EST LA MORALE POUR UNE UNIVERSITÉ AMERICAINE D’ACCEPTER DE GROSSES SOMMES D’ARGENT D’UN DICTATEUR AFRICAIN?





English version



In October of this year, the University of Oregon signed an agreement with the Gabonese government, but essentially with Ali Bongo, to establish something called The Transnational Research Center (Gabon-Oregon) on Environment and development. The agreement came with a fat check from Gabon toward Oregon of $20 million dollars. The money used belonged to the Gabonese people who ironically, were never asked if they agree for their money to be spent in this manner. You see, dictatorships are very efficient about how to make these kinds of decisions. Only one person gets to decide; the dictator. When it came time to decide to write a $20 million check to the University of Oregon, only Ali Bongo’s opinion mattered.


The Gabonese people have a caustic sense of humor in these matters. As one of our readers told us via email, in the past during the cold war, all a dictator had to say was that they were anti-communist and the west would become their best friend. Now, all the dictators have to say is that they are pursuing green objectives and western institutions are ready to jump on their lap. It must be said that in the case of Ali Bongo, the $20 million check was probably a better argument.


The University of Oregon should not have been too impressed by Ali Bongo’s big money. After all, this is a university whose famous alum such as Phil Knight the founder and chairman of Nike have donated hundreds of millions of dollars to its endowment. While the university is justified in accepting money from the likes of Phil Knight who have built companies and made their money in the private sector, it is puzzling why the University of Oregon would accept money from Ali Bongo, somebody who has built nothing and who has just stolen everything he has and owns from the Gabonese people.


Big money sometimes stinks and the University of Oregon, despite trying to say that the money is for a good cause, an Environment Center, must know that it is entering bobbing and weaving its way into a sleazy embrace of Ali Bongo and everything foul that he represents. No one is going to be fooled by the excuse of the establishment of a dodgy Environment Center whose role and function no one really knows at the moment. It seems to this blog that to accept to cooperate with such a character as Ali Bongo, especially with Ali Bongo putting up all the money, the University of Oregon must be willing and ready to suppress its ethical rigor. Is the University of Oregon so eager for money?


It is really sad to see a respected academic institution such as the University of Oregon, actively participating in sanitizing the image of a dictator. Yes, dear readers, this is what it is: the sanitization of Ali Bongo’s image internationally, especially in the United States. Through the University of Oregon, Ali Bongo is going to be able to declare that he has environmental credentials since the proof of the pudding is going to be his association with the University of Oregon. It will not matter that Ali Bongo continues to crush democracy, to hamper the civil society and to steal the Gabonese treasury. These facts certainly did not matter to the University of Oregon. The mind boggles at it all.


Are there distinguished faculties at the University of Oregon who have not yet surrendered to the lure of big money and see Ali Bongo for who he truly is? Would they protest their university link with Ali Bongo? Is money the only voice that is heard nowadays on the University of Oregon’s campus? Is money, big money, enough of an incentive to sweep aside all dignity and common sense even among the best educated people? Would this bizarre episode in the University of Oregon’s history, be allowed to stand? Does the student body of that university even care?


In light of this association between the University of Oregon and Ali Bongo, one can legitimately ask if universities such Oregon have finally decided to sacrifice their scholarly integrity and independence to sell their souls to anybody who could pay. Just like countries, it appears that higher education institutions also need good governance; which means that they need to have the guts to differentiate good donations from bad ones. They should be able to make a difference between a capitalist tycoon who donates to the university as does Phil Knight, and dictators who steal from their poor people. Did anyone at the University of Oregon ask to know the source of the $20 million they were receiving and whether the Gabonese people need that money more than the University of Oregon does?


Last week, Yahoo Finance had an article about the richest dictators. They calculated that during the 3 years of his presidency, Ali Bongo had accumulated a fortune of over a billion dollars. This is on top of the considerable fortune of several billion his father had already accumulated during his 42 year rule of Gabon. It is a secret for no one that Ali Bongo and his family have gotten immensely rich by misappropriating the Gabonese government revenues, which are largely derived from oil pumped by multinational companies. Concerns about money laundering and corruption have also been constant issues for the Bongos in Europe and in the USA. Investigation both in France and in the US have found numerous holdings of luxurious real estates and well garnished bank accounts belonging to that family. The University of Oregon has to know that the Bongos inner circle controls both the political and economic power of Gabon and that they are the near-exclusive beneficiaries of Gabon's wealth.


The University of Oregon should return this money because it is most needed by the Gabonese people who would use it for their own education, health care and other basic needs. This is the right thing to do and failing to return the money would only mean that the University of Oregon pays lip service to ethics and morality. This would be a shame and a new low for a prestigious institution of higher learning that permits cash that a dictator like Ali Bongo has stolen from those he subjugates, the people of Gabon, to roll into the University of Oregon's coffers.






Version française



En Octobre de cette année, l'Université de l'Oregon a signé un accord avec le gouvernement gabonais, mais essentiellement avec Ali Bongo, pour la mise en place d'un truc appelé le Centre de Recherche Transnationale (Gabon-Oregon) sur l'environnement et le développement. L'accord a été facilité par l'émission d'un gros chèque du Gabon vers l'Oregon de 20 millions de dollars. L'argent utilisé appartenant au peuple gabonais qui, ironiquement, n'a jamais eu à se prononcer ou donner son accord sur l'utilisation de son argent de cette manière. Vous voyez, les dictatures sont très efficaces sur la façon de prendre ce genre de décisions. Une seule personne doit décider, le dictateur. Quand vint le moment de décider de faire un chèque de 20 millions de dollars à l'Université de l'Oregon, seul l'opinion d'Ali Bongo comptait.


Les Gabonais ont un sens de l'humour caustique sur ce genre de choses. Comme l'un de nos lecteurs nous l'a dit par email; dans le passé pendant la guerre froide tout dictateur qui se déclarait anti-communiste voyait l'Occident devenir son meilleur ami. Maintenant, il suffit aux dictateurs de dire qu'ils poursuivent des objectifs écologiques et les institutions occidentales sont prêtes à sauter sur leurs genoux. Il faut dire que dans le cas d'Ali Bongo, le chèque de 20 millions de dollars était probablement un meilleur argument.


L'Université de l'Oregon en principe, n'aurait pas dû être trop impressionnée par le gros chèque d'Ali Bongo. Après tout, il s'agit d'une université dont les célèbres anciens élèves tels que Phil Knight le fondateur et PDG de Nike, offrent des centaines de millions de dollars à son fond de dotation. Alors que cette université est justifiée d'accepter de l'argent de gens comme Phil Knight, qui ont construit des entreprises et ont fait fortune dans le secteur privé, il est difficile de comprendre pourquoi l'Université de l'Oregon accepterait de l'argent d'Ali Bongo, quelqu'un qui n'a rien construit sinon a volé tout ce qu'il possède au peuple gabonais.


L'argent pue parfois et l'Université de l'Oregon, malgré ses tentatives d'affirmer que cet argent est pour une bonne cause, un Centre pour l'Environnement, doit savoir qu'elle est en train de s'engager dans une étreinte louche avec Ali Bongo. Personne ne va se laisser leurrer par l'excuse de la création d'un Centre pour l'Environnement douteux dont le rôle et la fonction restent nébuleux pour le moment. Il semble à ce blog qu'accepter de coopérer avec un personnage tel qu'Ali Bongo, surtout avec Ali Bongo apportant toute la contribution financière, signifie que l'Université de l'Oregon soit disposée et à supprimer sa rigueur éthique. Est-ce que cette Université de l'Oregon est tant avide d'argent?


Il est franchement triste d'observer une institution universitaire respectée comme l'Université de l'Oregon, participant activement à la désinfection de l'image d'un dictateur. Oui, chers lecteurs, c'est ce dont il s'agit: l'assainissement de l'image d'Ali Bongo au niveau international, en particulier aux États-Unis. Grâce à l'Université de l'Oregon, Ali Bongo va pouvoir déclarer qu'il dispose d'un palmarès environnementaliste puisque la preuve en sera son association avec l'Université de l'Oregon. On s'en foutra qu'Ali Bongo continue d'écraser la démocratie, d'entraver la société civile et de piller la trésorerie gabonaise. Ces faits n'ont déjà certainement pas d'importance pour l'Université de l'Oregon. Incompréhensible n'est-ce pas?


Y a t-il d'éminents professeurs à l'Université de l'Oregon, qui ne se sont pas encore rendus à l'attrait de grosses sommes d'argent et sont encore capables de prendre Ali Bongo pour ce qu'il est vraiment? Vont-ils protester contre le lien de leur université avec Ali Bongo? L'argent est-il le seul timbre qui se fasse entendre aujourd'hui sur le campus de l'Université de l'Oregon? L'argent, beaucoup d'argent, est-ce une incitation suffisante pour balayer toute la dignité et le sens commun, même parmi les gens les plus instruits? Est-ce que cet épisode sordide dans l'histoire de l'Université de l'Oregon, va être toléré? Est-ce que l'ensemble des étudiants de cette université s'en soucient?


À la lumière de cette association entre l'Université de l'Oregon et Ali Bongo, on peut légitimement se demander si les universités telles que celle de l'Oregon ont finalement décidé de sacrifier leur intégrité scientifique et indépendance, et de vendre leur âme à tous ceux qui pourraient payer. Tout comme les pays, il semble que les institutions d'enseignement supérieur aient également besoin de la bonne gouvernance, ce qui signifie qu'elles doivent avoir le courage de faire la différence entre les bons et les mauvais dons. Elles devraient être capables de faire la différence entre un magnat capitaliste qui fait un don à l'université comme le fait Phil Knight, et les dictateurs qui volent leurs populations pauvres. Quelqu'un au sein de l'Université de l'Oregon a-t-il demandé de connaître la source des 20 millions de dollars qu'ils recevaient et si le peuple gabonais avait plus besoin de cet argent que l'Université de l'Oregon?


La semaine dernière, Yahoo Finance a publié un article sur les dictateurs les plus riches. Ils ont calculé que pendant les 3 années de sa présidence, Ali Bongo avait accumulé une fortune de plus d'un milliard de dollars. En plus de la fortune considérable de plusieurs milliards de dollars que son père avait déjà accumulée au cours de ses 42 ans de règne au Gabon. Il n'est un secret pour personne qu'Ali Bongo et sa famille sont devenus immensément riche en détournant les recettes de l'État gabonais, qui sont en grande partie issues du pétrole pompé par les entreprises multinationales. Les préoccupations concernant le blanchiment d'argent et la corruption sont également des sources de problèmes constants pour les Bongos en Europe et aux Etats-Unis. Des enquêtes en France et aux États-Unis ont découvert de nombreux biens immobiliers de luxe et des comptes bancaires bien garnis, appartenant à cette famille. L'Université de l'Oregon doit savoir que le cercle intime des Bongos contrôle à la fois le pouvoir politique et économique du Gabon et qu'ils sont les bénéficiaires quasi-exclusifs de la richesse du Gabon.


L'Université de l'Oregon doit retourner cet argent au peuple gabonais, car il est plus nécessaire pour le peuple gabonais qui l'utiliserait pour sa propre éducation, ses soins de santé et d'autres besoins de base. C'est ce qu'il faille faire et ne pas rendre cet argent signifierait que l'Université de l'Oregon se moque de l'éthique et de la morale. Ce serait une honte et un nouveau palier vers le bas pour une prestigieuse institution d'enseignement supérieur qui permettrait que l'argent qu'un dictateur comme Ali Bongo a volé à ceux qu'il subjugue, le peuple du Gabon, vienne échoir dans ses coffres.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>