A CLEAR MESSAGE BY GRÉGORY NGBWA MINTSA THAT ANSWERS THE REGIME’S RANTS. UN MESSAGE CLAIR DE GRÉGORY NGBWA MINTSA QUI RÉPOND AUX ÉLUCUBRATIONS DU RÉGIME




English version


This Wednesday, 22 January 2014, the regime probably worried by the robust response by the free Gabonese citizens to the ethnic and divisive pronouncements of one of Ali Bongo’s Communication Advisors, without sanctioning that Advisor, opted to send before TV cameras for diversion purposes, the Spoke Person of the Presidency, Alain Claude Bilié Bi Nzé, to feed to the Gabonese people with a teaspoon, the ideas, the platitudes and commonplaces of the alleged xenophobia of that people. In response to this regime's attempt to drown out the concerns of the Gabonese people in sediments of antics for which it has expertise, we publish the video above, of Gregory Ngbwa-Mintsa, an internationally recognized activist for the dignity and sovereignty of Gabon and of the Gabonese people right to demand honesty of their leaders and hold them accountable. Since the video is in French, below we translate the audio content of this video in English. We will not ever let deceit and falsehood triumph over the true objectives for which free Gabonese must fight.


Gregory Ngbwa Mintsa’s declaration


The Front of Indignants was created in 2012 in response to the New York Forum Africa Ali Bongo organized with Richard Attias, where they were bringing people from Australia, the U.S., singers, Turkish, Spanish, to come to think Gabon in our place. We said no, that's why we decided to have a counter forum because our motto is: "Nobody will make Gabon in our place." And this is what the Front of Indignants is pleased to see such coordination that we had hoped for a long time. This means that the protest movement is out and running, it has gained in consciousness and it is moving towards the full and final victory that I wished when I presented my vows to you.

The fundamental purpose of The Front of Indignants is to defend the sovereignty of the Gabonese people in Gabon. Because the country does not belong to us. We have a two tier Gabon which has been very well described by "Ça passe ou Ça Casse", there is a minority that is the State and a majority who are the slaves. We have said: we are not slaves and Gabon belongs to all Gabonese citizens. That’s why since its inception, The Front of Indignants supports all protest movement, whatever, as long as it is consistent, as long as it defends the sovereignty, freedom and the rights of the Gabonese people. This is why we have actively supported the CONASYSED, because we understood that, and I do not want to predict the members CONASYSED, we realized that these people want to remain in power. Recognizing that democracy of power goes through democracy of knowledge, they sabotage the public education system so their children can take over today and our children have to be their slaves. This is why the protest movement that we are today, goes much further than simple small sectorial claims or wage demands. Many of you are not aware, the movement we have today, all of you who are here, you are advancing the progress of the country and you are contributing to the emancipation of the Gabonese people. Because what you stand for goes beyond issues of wages, issues withheld salaries. Because it says to the government that it must respect the sovereignty of the people of Gabon.

If The Front of Indignants is here today, it is because, I do not know the intentions of each other, but we did not come here to joke. If there are some who came here because it is the weekend, to find something to do, etc., we’re not with you! But we will support all those who are convinced that when a regime is unfair, we must not obey it. We are here because when a government is unjust and composed of thieves, we must make the injustice and theft, intolerable.

Well, all tuned, we will see what decisions you will take, but know that we remain engaged in the substantive issues. Substantive issues are: the government must begin to respect us as citizens, and that it must meet at least the commitments it made itself; that it itself signed. But when it is in the interest of the Gabonese people, there is always sabotage, and that's what really we cannot accept. We are not slaves and we will never be slaves, and we will fight to the end for the Gabonese people to resume their place in society and for them to be at the center of all activities and all political guidance. There!

I would not be long, The Front of Gabonese Indignants is with you, but again I repeat: those who came as a joke, those who came for fun, those who have come to defend a piece of bread as they say in Gabon, it really is a pity, because the Gabonese people, as someone said earlier, are internationally recognized as a cowardly people, a rich country inhabited by poor people; and poor people defending a small piece of bread, while they could have a cabinet full of cakes ... But they defend crumbs! Those who came to defend crumbs, it is their right, everyone is free! But The Front of Indignants is here to defend the best interests and the progress of the Gabonese people. And the government in place, I say it clearly, this regime has shown its limits and has no respect for the Gabonese as citizens. And they are even trying to build a substitute electorate by allowing the massive vote of foreigners; disqualifying the Gabonese citizens from elections and protest movements so that after all they the Gabonese become slaves ... But I do not want my son to be the Watchman for ... tomorrow! I will never accept it, and we will fight until the end and The Front of Indignants will always be with you and rely on your determination, because we know that you are becoming aware and that victory is near if we are vigilant and if we are determined.

Thank you



Version française


Ce mercredi 22 janvier 2014, le régime sans doute inquiété par la robuste réponse des gabonais libres aux prononcements ethnicistes et divisionnistes d’un des Conseillers en Communication d’Ali Bongo, sans sanctionner ce Conseiller, a opté d’envoyer en diversion le Porte-Parole de la Présidence, Alain Claude Bilié Bi Nzé, devant les caméras de télévision, servir aux Gabonais à la petite cuillère, les idées reçues, les banalités et les lieux communs de la prétendue xénophobie de ce peuple. En réponses à cette tentative du régime de noyer les préoccupations des Gabonais dans des sédiments de bouffonneries dont il est expert, nous publions la vidéo ci-dessus, de Gregory Ngbwa-Mintsa; un activiste internationalement reconnu, de la dignité et de la souveraineté des Gabonais, et du droit du peuple Gabonais à exiger de l’honnêteté à ses dirigeants et à leur demander des comptes. Ci-dessous, nous avons retranscrit le contenu sonore de cette vidéo de manière à ce qu’il soit distribué à ceux qui n’ont pas accès à Internet. Nous ne devrons plus jamais laisser la fourberie et le mensonge triompher des véritables objectifs pour lesquels les Gabonais libres doivent se battre.


La déclaration de Gregory Ngbwa Mintsa


Le Front des Indignés a été créé en 2012 en réaction au New York Forum Africa qu’Ali Bongo a organisé avec Richard Attias, où ils faisaient venir des australiens, des américains, des chanteurs, des turcs, des espagnols, pour venir réfléchir le Gabon à notre place. Nous avons dit non, c’est pour ça que nous avons décidé de faire un contre forum parce que nous avons pour devise: «personne ne fera le Gabon à notre place». Et c’est cela que le Front des indignés se réjouit de voir une telle coordination que nous espérions depuis très longtemps. Ça veut dire que le mouvement revendicatif est en marche, il a pris conscience et il est en marche vers la victoire totale et définitive que j’ai souhaité en vous adressant des vœux.

Le Front des Indignés a pour objectif essentiel de défendre la souveraineté des Gabonais au Gabon. Parce que le pays ne nous appartient pas. Nous avons un Gabon à deux vitesses qui a été très bien décrit par «Ça passe ou Ça Casse»; il y a une minorité qui est l’Etat et une majorité qui sont les esclaves. Nous avons dit: nous ne sommes pas des esclaves et le Gabon appartient à tous les Gabonais. C’est pour ça que depuis sa création, le Front des Indignés soutient tout mouvement revendicatif, quel qu’il soit, tant qu’il va dans le sens, tant qu’il défend la souveraineté, la liberté et les droits des Gabonais. C’est comme ça que nous avons activement soutenu la CONASYSED, parce que nous avons compris que, et je ne veux pas prédire sur les membres de la CONASYSED; nous avons compris que ces gens-là veulent se perpétuer au pouvoir. Conscient que la démocratie du pouvoir passe par la démocratie du savoir, ils sabotent le système éducatif public pour que ce soient leurs enfants qui prennent la relève aujourd’hui et que nous enfants soient leurs esclaves. C’est pour ça que le mouvement revendicatif que nous sommes aujourd’hui; il va beaucoup plus loin que les simples petites revendications sectorielles ou les revendications salariales. Beaucoup d’entre vous n’en sont pas conscients, le mouvement que nous avons aujourd’hui, vous tous qui êtes là, vous êtes en train de faire avancer le progrès du pays et vous contribuez à l’émancipation du peuple Gabonais. Parce que ce que vous défendez va plus loin que les problèmes de salaires, les problèmes de rappels. Parce qu’il dit à ce gouvernement qu’il faut respecter le Gabonais dans sa souveraineté.

Si le Front des Indignés est là aujourd’hui, c’est parce que; je ne connais pas les intentions des uns et des autres, mais nous, nous ne sommes pas venus ici pour blaguer. S’il y en a qui sont venus ici parce que c’est le weekend, pour s’occuper, etc., nous on n’est pas avec vous! Mais nous soutiendrons tous ceux qui sont convaincus que lorsqu’un pouvoir est inique, il ne faut pas lui obéir. Nous sommes ici parce que lorsqu’un gouvernement est injuste et composé de voleurs, nous devons rendre l’injustice et le vol intolérables.

Bon, tous à l’écoute, nous allons voir qu’elles sont les décisions que vous allez prendre; mais sachez que nous, nous restons dans les problèmes de fond. Les problèmes de fond c’est: il faut que le gouvernement commence par nous respecter en tant que citoyens, et qu’il respecte au moins les engagements qu’il a pris lui-même; qu’il a lui-même signé. Mais quand ça va dans l’intérêt des Gabonais, il y a toujours sabotage; et c’est ça que vraiment nous, nous ne pouvons pas accepter. Nous ne sommes pas des esclaves et nous ne serons jamais des esclaves; et nous nous battrons jusqu’au bout pour que le Gabonais reprenne sa place dans la société et qu’il soit au centre de toute l’activité et de toute l’orientation politique. Voilà!

Je ne serais pas long, le Front des Indignés du Gabon est avec vous; mais encore une fois je le répète: ceux qui sont venus pour blaguer, ceux qui sont venus pour se balader, tous ceux qui sont venus pour défendre un petit bout de pain comme on dit au Gabon, vraiment ça c’est dommage, parce que le Gabonais, tel que quelqu’un l’a dit tout à l’heure, est mondialement reconnu comme un peuple lâche; un pays riche peuplé de pauvres; et les pauvres défendent un petit bout de pain, alors qu’il pourraient avoir un placard plein de gâteaux… Mais ils défendent des miettes! Ceux qui sont venus pour défendre des miettes, c’est leur droit; chacun est libre! Mais le Front des Indignés est là pour défendre l’intérêt supérieur et le progrès du peuple Gabonais. Et le gouvernement en place, moi je le dis de façon claire, ce régime a montré ses limites et il n’a aucun respect pour le gabonais en tant que citoyen. Et il est même en train de se constituer un électorat de substitution en faisant voter massivement les étrangers; on disqualifie les Gabonais des élections et des mouvements revendicatifs pour que les Gabonais soient après des esclaves… Mais moi je ne veux pas que mon fils soit le Watch de … demain! Je ne l’accepterai jamais; et nous nous battrons jusqu’au bout et le front des indignés sera toujours avec vous et compte sur votre détermination, parce que nous savons que vous avez pris conscience et que la victoire est proche si nous sommes vigilants et si nous sommes déterminés.

Je vous remercie

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE