FOR THE BONGO OFFSPRINGS, THE GABONESE STATE IS THE ONLY SALVATION; HERE IS THE PROOF.... POUR LA PROGÉNITURE DES BONGO, L’ÉTAT GABONAIS EST LE SEUL SALUT; LA PREUVE…

Malika Bongo (photo: PDG)

(Photo: House of Mandela)







English version

In his book "Du pouvoir et des hommes" the psychoanalyst Jean-Pierre Friedman explains that being a dictator is not a job but a way of conceiving power. That children of dictators are raised by dictators, like dictators. That such children often have in common the disease of power; that absolute power they have always known and that has rocked them since childhood. By nature, these children are megalomaniacal, paranoid and narcissistic. For power, they are ready to murder and like their father, will be tempted to abuse it, because everything is possible for them. Once in power, they can often remain infantile and it is difficult for them to escape this reflex because it is powered by a form of sycophancy that is built around them.

Dear readers, when one looks at what is happening in Gabon with the Bongos, Jean-Pierre Friedman’s analysis hit the nail one its head. Ali Bongo succeeded his father at the price of Gabonese blood. His power, as predicted Friedman, is absolute, megalomaniac, narcissistic and paranoid. It is especially infantile and the object of an intense and ridiculous sycophancy. The Daughter, Pascaline Bongo, has spent her entire career alongside her father, as Minister of Foreign Affairs, Chief of Staff of the father, etc. Her spouses or concubines have all been entitled to important political careers in Gabon, because of that vulvar passage. Brothers, cousins, uncles and aunts; and all the hanger-on’s brother in law are all hooked one way or another on the Gabonese state. They bleed the Gabonese state thoroughly.

If Omar Bongo was the first generation of this disorder, and Ali Bongo the second, it is clear that after nearly 50 years of rule, the third generation of Bongos is being prepared for the next round of milking the public udder public. Thus out of nowhere, Malika Bongo, daughter of Ali Bongo, has been parachuted Deputy Mayor of the controversial and manufactured "common" of Akanda; the deception is made larger, considering that the main Mayor of this municipality, whose land on the seafront sharpens lust, is none other than the developer Claude Sezalory who runs the real estate agency belonging to Sylvia Bongo, the wife of Ali Bongo who is the father of Malika Bongo. Meaning that, the Bongos are knitting tightly within the family. In that position of Mayor of Akanda, between Claude Sezalory and Malika Bongo, rest assured that the Bongo family would adjure to itself most of the best viable land of the area. But so goes the dictatorship in Gabon! On this blog, we asked ourselves the question of how other children of powerful people in Africa, in respectable areas, not dictatorial, behave. We compared what is happening in Gabon with the Bongos to what is happening in South Africa with the Mandela family.

The first thing is that none of the Mandela’s children worked in their father’s administration when he was president of South Africa or at the ANC. They were all private citizens. They started private businesses as illustrated by the very impressive and successful House of Mandela (HOM) wine company, created by Nelson Mandela eldest surviving child, Dr. Makaziwe Mandela, who is a known and respected business woman in South Africa. Please click on the link above to go to the website of that wine company and be mesmerized. On the company website, the Mandelas provide their family tree, since the origin of their clan, going back centuries. They provide all information about how their wines are made and sold. Their wine company is represented in the following locations internationally: South Africa, China, Canada, Brazil and the USA; in Europe their offices are located in Luxemburg. On their company website, they explain the significance of the Mandela family crest (the bee) and why respect for tradition and legacy is important in Africa. Contrary to the Bongos whose biographies are often murky and unclear, the Mandelas provide clear information about their life trajectory. For example, in the magazine Jeune Afrique, the biography of Malika Bongo is described as: high school in Los Angeles; International relations studies in Paris; she went to UNESCO and then to the UN European headquarters. This is not a biography, this is a joke. As a comparison, Dr. Makaziwe Mandela biography is presented as follows: born in Johannesburg; when her father was arrested in 1962, she was sent to boarding school at the Waterford Kamhlaba School in Swaziland, then after her secondary school came back to South Africa to attend the University of Fort Hare in Eastern Cape where she obtained her undergraduate degree; She then went to the University of Massachusetts in the USA to get her doctorate; then went back to South Africa to become a professor at the University of the Witwatersrand (the best university in Africa); she was then hired by the Development Bank of Southern Africa and is now the head of a business conglomerate called the Industrial Development Group (IDG) and has created the House of Mandela winery. By the way, she is married to Dr. Isaac Kwame Amuah, who is a Ghanaian nuclear scientist from Harvard University. Dear readers, this is a biography in steel, the kind you will never find from the Bongos.

Dear readers, Gabon deserves better than to be led by people whose only salvation can be summarized by the umbilical cord that binds them to the Gabonese treasury. In dictatorships, the dictator’s children inherit power from their parents; in democracies, the children of presidents have to compete with other citizens and demonstrate their qualities to succeed. Gabon is on the wrong track with the Bongos’ monarchy!

Chers lecteurs, le Gabon mérite mieux que d’être dirigés par des gens dont le seul salut ne se résume qu’au cordon ombilical qui les lie à la trésorerie gabonaise. Dans les dictatures, les enfants des dictateurs succèdent à leurs parents, dans les démocraties, les enfants des présidents doivent entrer en compétition avec les autres citoyens et démontrer leurs qualités pour réussir. Le Gabon est sur la mauvaise voie avec la monarchie des Bongo!


Version française

Dans son livre «Du pouvoir et des hommes» le psychanalyste Jean-Pierre Friedman explique qu’être dictateur n’est pas un métier, mais une manière de concevoir le pouvoir. Que les enfants de dictateurs sont élevés par des dictateurs, comme des dictateurs. Que de tels enfants ont souvent en commun la maladie du pouvoir; ce pouvoir absolu qu’ils ont toujours connu et qui les a bercés depuis leur tendre enfance. Par nature, ces enfants sont mégalomanes, paranoïaques et narcissiques. Pour le pouvoir, ils iront jusqu’au meurtre et comme leur père auront la tentation d’en abuser, puisque tout leur est possible. Au pouvoir, ils peuvent souvent rester infantiles et il leur est difficile d’échapper à ce reflexe car il est alimenté par une forme de courtisanerie qui se construit autour d’eux.

Chers lecteurs quand on regarde ce qui se passe au Gabon avec les Bongo, l’analyse de Jean-Pierre Friedman tape dans le mille. Ali Bongo a succédé à son père, au prix du sang des Gabonais. Son pouvoir, comme le prédit Friedman, est absolu, mégalomane, paranoïaque et narcissique. Il est surtout infantile et l’objet d’une intense et ridicule courtisanerie. La fille, Pascaline Bongo a fait toute sa carrière auprès de son père comme Ministre des Affaires Etrangères, Directeur de Cabinet du père, etc. Ses époux ou concubins ont tous eu droit à des belles carrières politiques au Gabon, grâce à ce passage vulvaire. Les frères, les cousins, les oncles et les tantes et tous les piques assiettes de beaux-frères, sont tous accrochés à un pan ou à un autre de l’état gabonais. Ces gens saignent l’état gabonais à blanc.

Si Omar Bongo a été la première génération de ce désordre, et Ali Bongo la deuxième, force est de constater qu’après près de 50 ans de règne, la troisième génération de Bongo est train d’être préparée pour la relève à traire la mamelle publique. C’est ainsi que sortie de nulle part, une certaine Malika Bongo, fille d’Ali Bongo, vient d’être bombardée Maire adjoint de la controversée «commune» manufacturée de toute pièce d’Akanda; la supercherie est rendue plus grosse, considérant que le Maire principal de cette commune dont les terrains sur le front de mer aiguisent des convoitises, n’est autre que le promoteur immobilier Claude Sezalory qui dirige l’agence immobilière de Sylvia Bongo, l’épouse d’Ali Bongo, le père de Malika Bongo. Comme quoi, chez les Bongo, on tricote serré en famille. A ce poste de Maire d’Akanda, entre Claude Sezalory et Malika Bongo, vous pouvez avoir la certitude que la famille Bongo s’adjurera la plupart des terrains les plus viables de la zone. Mais ainsi va la dictature au Gabon! Sur ce blog, nous nous sommes posé la question de savoir comment font les autres enfants de pouvoir en Afrique, dans les zones respectables, non dictatoriales? Nous avons comparé ce qui se passe au Gabon avec les Bongo à ce qui se passe en Afrique du Sud avec la famille Mandela.

La première chose à retenir est qu'aucun des enfants de Mandela n’a travaillé dans l'administration de leur père quand il était président de l'Afrique du Sud ou à l'ANC. C’étaient tous des citoyens privés. Ils ont créé des entreprises privées comme illustré par la très impressionnante et totale réussite de la House of Mandela (HOM), une société de production de vin de qualité, créé par l’aîné toujours en vie des enfants de Nelson Mandela, le Dr Makaziwe Mandela, qui est une femme connue et respectée dans les milieux intellectuels et d’affaires en Afrique du Sud. S'il vous plaît, cliquez sur le lien ci-dessus pour aller sur le site de cette société de production de vin et vous serez hypnotisé. Sur le site de leur entreprise, les Mandela donnent leur arbre généalogique, depuis l'origine de leur clan qui remonte à des siècles. Ils fournissent toutes les informations sur la manière dont leurs vins sont fabriqués et vendus. Leur entreprise de vin est représentée dans les endroits suivants: en Afrique du Sud, en Chine, au Canada, au Brésil aux Etats-Unis, en Europe leurs bureaux sont situés au Luxembourg. Sur leur site internet, ils expliquent l'importance de l’emblème de la famille Mandela (l’abeille) et pourquoi le respect de la tradition et des coutumes est important en Afrique. Contrairement aux Bongo dont les biographies sont souvent floues et incertaines, les Mandela fournissent des informations claires sur leur trajectoire de vie. Par exemple, dans le magazine Jeune Afrique, la biographie de Malika Bongo est décrite comme suit: lycée à Los Angeles, des études de relations internationales à Paris, elle est allée à l'UNESCO et au siège européen des Nations Unies; point final! Ce n'est pas une biographie, c'est une blague. A titre de comparaison, la biographie du Dr Makaziwe Mandela se présente comme suit: né à Johannesburg, quand son père fut arrêté en 1962, elle est envoyée dans un pensionnat à l'école Kamhlaba Waterford au Swaziland, puis après son école secondaire, elle est revenue en Afrique du Sud pour aller à l'Université de Fort Hare en Eastern Cape, où elle obtint son diplôme de premier cycle; elle s'est ensuite envolée pour l'Université du Massachusetts aux Etats-Unis pour obtenir son doctorat; puis retourna en Afrique du Sud pour devenir professeur à l'Université de Witwatersrand (la meilleure université en Afrique), elle fut ensuite embauchée par la Banque de Développement de l'Afrique Australe et est maintenant à la tête d'un conglomérat d'entreprises appelé Industrial Development Group (IDG) et a créé la vigne appelée House of Mandela. Par ailleurs, elle est mariée au Dr Isaac Kwame Amuah, qui est un physicien nucléaire ghanéen formé à l'Université de Harvard. Chers lecteurs, c'est une biographie en acier, le genre que vous ne trouverez jamais chez les Bongos.

Chers lecteurs, le Gabon mérite mieux que d’être dirigé par des gens dont le seul salut ne se résume qu’au cordon ombilical qui les lie à la trésorerie gabonaise. Dans les dictatures, les enfants des dictateurs succèdent à leurs parents, dans les démocraties, les enfants des présidents doivent entrer en compétition avec les autres citoyens et démontrer leurs qualités pour réussir. Le Gabon est sur la mauvaise voie avec la monarchie des Bongo!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI