THE SUCCESS OF THE ANC EMPTY CHAIR POLITICS IN SOUTH AFRICA. LE SUCCÈS DE LA POLITIQUE DE LA CHAISE VIDE DE L’ANC EN AFRIQUE DU SUD





English version

In South Africa, Bantustans also called black homelands or Bantu homelands were territories that were designated for the majority black population as part of the system of apartheid. The South African government divided the black population according to ethnic groups and assigned them to separate regions which the government considered to be ethnic homelands. The terms Bantustan or Bantu homeland originated from the fact that the different languages were considered to be Bantu languages. These Bantustans were economically and politically dependent on the South African government. The South African Government in the Natives Land Act set aside as native reserves a specific amount of land that could be occupied by blacks that amounted to only 7 percent of South Africa's total land; while the 5% of the white population could occupy 93% of the territory. A territorial authority appointed by the South African government controlled each region. All blacks were considered citizens of a Bantustan.

From the very beginning, the African National Congress (ANC) denounced the concept of Bantoustans as a ploy by the apartheid regime to give some veneer of reality to the fantasy of the happy black people accepting apartheid. To achieve this goal, the Afrikaner government needed some black stooges who would accept to rule these “independent” Bantustans. Toward this end, the apartheid regime hand-picked and seeded “Black leaders” into these Homelands, threw money at them, built elaborate parliaments, palaces for them, built airports, sports stadiums, etc., so these Bantustans could become the showcase for how successful apartheid had been. Almost immediately, the vast majority of blacks rejected the Bantustans; except for a nice crop of corrupt black “leaders” who accepted to play along with the apartheid government so they could become embedded into lucrative niches of financial privileges and patronage networks that the white government thoughtfully cultivated. The most ridiculous among them was Lucas Mangope, who was made President of the Bantustan of Bophuthatswana. If the vast majority of people in Bophuthatswana were abjectly poor, the apartheid regime saw to it that their friend Lucas Mangope was rich, lived in a palace, had access to as many cars and women as he wanted, as long as he was telling the word that apartheid was a good system for Black people.

While the leadership of the ANC was in exile or in prison, the armed struggled of the rank and file ANC members escalated in the 70s and to try to short circuit the ANC, the apartheid government offered to Nelson Mandela, in 1973, a pardon if he would settle down in the Bantustan of Transkei and denounce violence and collaborate with the apartheid regime to stop the armed struggle of the ANC. Not only did Nelson Mandela steadfastly refuse to compromise his political ideals by writing his scathing response to the apartheid regime that was read in a stadium in Soweto by his daughter; from Lusaka, Zambia, Oliver Tambo who was at the head of the ANC in exile, sent the following message to the people of South Africa:


“Fight the Bantustan Program

From every conceivable point of view, the Bantustan program is a deadly scheme which seeks to roll back the progress of our noble struggle over the graves of fallen heroes and martyrs, across many decades, to the days before Bambatha. We have no alternative but to fight the Bantustan program with ruthless determination, render it ineffective and unworkable. But also, and at the same time, since it is a weapon of destruction, while it lasts we must grab it from the enemy`s grip and turn it against him and for the liberation of our country. In the meantime, the offensive for freedom must forge ahead in every other field or area of action. This call goes out to all opponents of racist oppression and exploitation; to all people who want to see, not just change, but radical change that brings freedom to our oppressed people. Those of our men who find themselves trapped into administering the Bantustan program to the detriment of our past, present and future, and who clearly understand their objectively dangerous role in making the scheme succeed, are in a situation bristling with difficulties. If on occasion we criticize them, it is not for lack of appreciation of the problems they face. It is because our first responsibility is to the revolutionary struggle and to the success of that struggle. We owe this to our people, to Africa, to our colleagues in the national liberation movements, to the world, to all mankind. These men will be strengthened to serve the interests of genuine freedom for the people of South Africa if the masses of the people correctly identify their enemy as the white supremacist structure, and if they fight for their full political rights in their motherland, if they reject the Bantustan scheme as they have always done... Our brothers in Africa will surely exercise the greatest vigilance and work with us to frustrate and defeat Vorster`s devilish scheme. Our supporters the world over, and recalling the 1973 Oslo Conference for support of the liberation movements in Africa, will campaign against the Bantustan program and work for its defeat.”


Dear readers, this is how a free people responds to the oppressors. There is no point to try to sit down with them when it is clear that their goal is to destroy you. In such a case, the politics of the empty chair is the best way to go. History proved that the ANC was right, because as soon as Mandela was freed from jail, his first request for the negotiations was that the apartheid regime dismantles all Bantustans. The President F.W. De Klerk sent an emissary to tell his “friend” Lucas Mangope that his tenure as president of Bophuthatswana was over; that his “independent republic” no longer existed. Lucas Mangope cried saying that he had been abandoned by the people he loyally served. He tried to keep his puppet power by calling his friend Eugene Terreblanche, the racist leader, to come protect him. But when the forces of Terreblanche went to Bophuthatswana to rescue Mangope, they were met by armed men of the ANC who killed them like dogs in the street. That was the end of Mangope, of the Bantustans, of Apartheid. Determination and strength had won. The politics of the empty chair had, in the end, won!


Version française

En Afrique du Sud, les Bantoustans aussi appelés Territoires Bantous étaient des territoires ayant été désignés pour la population noire majoritaire dans le cadre du système de l’apartheid. Le gouvernement sud-africain avait divisé la population noire selon les groupes ethniques et leur assigna des régions séparées que le gouvernement considérait comme «patries» ethniques. Le terme Bantoustan ou Territoire Bantou provient du fait que les différentes langues des africains étaient considérées comme des langues bantoues. Ces bantoustans étaient économiquement et politiquement dépendants du gouvernement sud-africain. Ce gouvernement dans la Loi sur les Terres Autochtones, mis de côté comme réserves autochtones une étendue spécifique de terres pouvant être occupées par les 90% de Noirs qui s'élevait à seulement 7 pour cent de la superficie totale de l'Afrique du Sud, tandis que les 5% de la population blanche pouvait occuper 93% du territoire. Une collectivité territoriale nommée par le gouvernement sud-africain contrôlait chaque région. Tous les Noirs étaient considérés comme des citoyens d'un Bantoustan.

Dès le départ, le Congrès National Africain (ANC) dénonça le concept des Bantoustans comme étant un stratagème par le régime de l'apartheid pour offrir quelques placages d’humanité à la réalité de l’apartheid en donnant l' image de noirs heureux et acceptant l'apartheid. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement afrikaner eu besoin de quelques comparses noires qui accepteraient de diriger ces Bantoustans «indépendants». À cette fin, le régime de l'apartheid recruta des "leaders noirs " triés sur le volet, dans ces territoires; leur distribua de l'argent, leur y construisit des parlements d’opérette, des palais, des aéroports, des stades, etc., de sorte que ces Bantoustans puissent devenir la vitrine de la réussite de l'apartheid. Presque immédiatement, la grande majorité des Noirs rejeta les Bantoustans, sauf une belle brochette de «leaders» Noirs corrompus qui acceptèrent de jouer le jeu du gouvernement de l'apartheid afin qu'ils puissent s'incruster dans des niches lucratives de privilèges financiers et dans les réseaux de patronage que le gouvernement blanc cultivait soigneusement. Le plus ridicule d'entre eux fut Lucas Mangope, qui fut fait Président du Bantoustan du Bophuthatswana. Si la grande majorité des gens dans le Bophuthatswana étaient d'une pauvreté accablante, le régime de l'apartheid veillait attentivement à ce que son «ami» Lucas Mangope soit riche, qu’il vive dans un palais, qu’il ait accès à autant de voitures et de femmes qu’il le désirait, aussi longtemps qu'il continuait à crier haut et fort que l'apartheid était un bon système pour les Noirs.

Alors que la direction de l'ANC était en exil ou en prison, la lutte armée engagée par les membres de l'ANC s’escaladait dans les années 70 et pour essayer d’affaiblir l'ANC, le gouvernement de l'apartheid offrit à Nelson Mandela, en 1973, une possibilité de grâce s’il acceptait de s'installer dans le bantoustan du Transkei et de dénoncer la violence et collaborer avec le régime de l'apartheid pour arrêter la lutte armée de l'ANC. Non seulement Nelson Mandela refusa catégoriquement de compromettre ses idéaux politiques en envoyant par écrit sa réponse cinglante au régime de l'apartheid, qui fut lue dans un stade de Soweto par sa fille; mais aussi de Lusaka, en Zambie, Oliver Tambo, qui était à la tête de l'ANC en exil, envoya le message suivant à la population de l'Afrique du Sud:


"Combattez le programme des Bantoustans

De tous les points de vue imaginables, le programme des Bantoustans est un plan meurtrier qui cherche à faire reculer le progrès de notre noble combat, établit sur les corps des héros et des martyrs tombés, à travers plusieurs décennies, depuis l’ère avant Bambatha. Nous n'avons pas d’autre alternative que de combattre le programme des Bantoustan avec une détermination impitoyable, de le rendre inefficace et inapplicable. Mais aussi, et en même temps, parce qu’il est une arme de destruction, tant qu'il sera présent parmi nous, nous devons le saisir des mains de l'ennemi et le retourner contre lui pour la libération de notre pays. Dans le même temps, l'offensive pour la liberté doit aller de l'avant dans tous les autres champs ou domaines d'action. Cet appel est lancé à tous les adversaires de l'oppression et de l'exploitation raciste; à toutes les personnes qui veulent voir, pas seulement le changement, mais le changement radical qui peut apporter la liberté à notre peuple opprimé. Ceux de nos hommes qui se retrouvent pris au piège dans l'administration du programme des bantoustans qui se fait au détriment de notre passé, présent et futur, et qui comprennent clairement leur rôle objectivement dangereux si ce plan réussissait, sont dans une situation pleine de difficultés. Si à l'occasion nous les critiquons, ce n'est pas par manque d'appréciation des problèmes auxquels ils sont confrontés. C'est parce que notre première responsabilité est à la lutte libératrice et à la réussite de cette lutte. Nous le devons à notre peuple, à l’Afrique, à nos collègues dans les mouvements de libération nationale dans le monde, à toute l'humanité. Ces hommes se sentiraient renforcés à servir les intérêts de la véritable liberté pour le peuple d'Afrique du Sud, si les masses populaires identifiaient correctement leur ennemi comme étant toute la structure supportant la suprématie blanche, et si les masses se battent pour leurs droits politiques complets dans leur patrie, et si elles rejettent le système des Bantoustans comme elles l'ont toujours fait ... Nos frères en Afrique vont sûrement exercer la plus grande vigilance et travailler avec nous pour frustrer et vaincre régime diabolique de Vorster. Nos supporters dans le monde entier, et rappelant la Conférence de 1973 à Oslo pour le soutien des mouvements de libération en Afrique, feront campagne contre le programme des Bantoustans et travailleront pour sa défaite."


Chers lecteurs, c'est de cette façon qu’un peuple libre répond aux oppresseurs. Il est inutile d'essayer de s'asseoir avec eux quand il est clair que leur but est de vous détruire. Dans un tel cas, la politique de la chaise vide est la meilleure voie à suivre.

L’histoire prouvera que l'ANC avait eu raison de bout en bout, parce que dès que Mandela fut libéré de prison, sa première demande pour les négociations fut que le régime de l'apartheid démantèle tous les Bantoustans. Le président F.W. De Klerk envoya un émissaire dire à son «ami» Lucas Mangope que son mandat de président du Bophuthatswana était terminé, que sa «république indépendante» n'existait plus. Lucas Mangope s’est mis à pleurer en disant qu'il avait été abandonné par les gens qu'il a loyalement servis. Il a essayé de garder son pouvoir de marionnette en appelant à la rescousse son «ami» Eugène Terreblanche, le leader raciste, à venir le protéger. Mais lorsque les forces de Terreblanche arrivèrent dans le Bophuthatswana pour sauver Mangope, elles furent accueillies par des hommes armés de l'ANC qui les ont abattus comme des chiens, dans la rue. Ce fut la fin du règne de Mangope, la fin des bantoustans et de l'apartheid. La force de détermination et de caractère avaient gagné. La politique de la chaise vide avait, au finish, raflé la mise!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE