ALI BONGO IS LYING, HE SAW NO FRENCH PARATROOPERS FALL FROM THE SKY ON LIBREVILLE IN FEBRUARY OF 1964! ALI BONGO MENT, IL N’A VU AUCUN PARACHUTISTE FRANCAIS TOMBER DU CIEL SUR LIBREVILLE EN FEVRIER 1964 !






English Version

Ali Bongo, wanting to insinuate that he was in Libreville in 1964, goes from lies to lies. He said in an interview that during this military event, he observed firsthand, the airborne invasion of Libreville by French paratroopers to end the coup. He said exactly the following:

"We were forced to leave the small house that was ours to go much more in town; and from there I remember having looked up to the sky and seeing the paratroopers coming down; and therefore the liberation, the president is released, my dad comes home ... "

Dear readers, to document for you, for us, for our collective duty of remembrance, another unbearable lie by Ali Bongo, and to deal with all the so called Gabonese intellectuals who unfortunately put up with the imposture by falsifying history, in exchange for juicy adviser positions; this blog has done a thorough job of looking in the archives and we provide here what the archives are saying, so you will not still be wondering who is right and who is lying.

In 2006, a Gabonese named Herve Essono Mezui defended a doctoral thesis at the University of Lyon, under the direction of Professor Prudhomme, whose title is "The Catholic Church, Politics and Democratization Life in Gabon (1945-1995) ". This thesis is published and you can check it on the internet. In addition to this thesis, we also consulted the book by François Gaulme: “Le Gabon et Son Ombre ", and that of Nsole Biteghe:"Echec aux militaires au Gabon en 1964".

In all these publications, there was never any question of any French paratroopers over Libreville.

Chapter 3 begins on page 263 of the thesis of Mr. Essono Mezui and deals with the coup of 1964 in detail. On page 288, the author writes:

On the night of February 17 to 18 of 1964, six days before the election, Leon Mba was deposed by the army. All members of the government and some officials were arrested except Gustave Anguilé, who surrendered to the rebels by solidarity, and Paul-Marie Yembit who was on the countryside. At the head of this rebellion of the army was a revolutionary committee made of Lieutenants Jean Essone, Jacques Mombo and Deputy Lieutenants Daniel Mbéné and Daniel Ondo Edou. The coup, from the military point of view, had proceeded without a hitch. The mutineers occupied the presidency of the Republic, the Radio headquarters and certain other strategic locations except the airport. On February 18 and the next night (from 18 to 19 of February) the country and the capital remained quiet. There was no reaction from Christians or from the people. On the day of 18 February some businesses and administrations had even opened. The Sillard fathers, Morel and Emmanuel François said they had not read signs of worry immediately among Christians, on the contrary they normally went about their parish and civil activities. The coup took dramatic and popular proportions with the French military intervention. Unlike what happened in other former French colonies in which coup had occurred, France had decided to intervene in Gabon to restore Leon Mba. This was done on a direct decision of the General Gaulle... Nevertheless, the French government needed a request from the regime prior to military intervention. It's Paul-Marie Yembit whom the putschists forgot to arrest who signed the request. Thus the French troops, under the command of General Kergavarat and arriving from French bases in Brazzaville, Bouar and Dakar, landed in Libreville on the night of 18 February. On February 19 in the morning, the French troops launched an assault against the rebel positions. The military confrontation was especially harsh in Baraka camp where the rebels commanded by Lieutenant Ondo Edou had stood up to the French troops. The mutineers took heavy losses before disarming and releasing the political prisoners they held hostage. On February 19, at around 5:00 pm, the rebels positioned at the presidential palace commanded by Lieutenant Jean Essone surrendered too. The clash between French and Gabonese rebels took place in one day."

Dear readers, the worst for Ali Bongo, is that this version of the facts in the thesis of our compatriot is the one found in the books by Gaulme and Nsole Biteghe, that is to say that all French troops landed at Libreville airport which the Gabonese mutineers had forgotten or failed to secure. But the coup de grace that proves that Ali Bongo is lying down the line, comes from the French military archives, which are available on the website archives of marine troops. The archives relating to the French intervention in Gabon in 1964 are found there and they say this:

The French military intervention in Gabon is the only example of an operation conducted by France, under defense agreements signed between the two States in 1961 and after the signing of request by a responsible member of the Gabonese government. It is also one of the only cases in Africa where soldiers and civilians found themselves associated in the preparation of a coup. On the night of February 17 to 18, Gabonese rebel officers seizing the presidency and the main strategic points of Libreville, forced President Leon Mba to resign and transferred him to Lambaréné. On the ground, at the camp of the Guards, the 126 ° Garrison Company of marine troops (CGTDM), having only one combat section, is invited by the coup leaders not to intervene. However, the Gabonese Vice President appealed to the French government under the defense agreements and cooperation of 1961. The reaction of Paris is fast and on February 18, General Kergaravat, commander of the ZOM 2, receives the order to free the head of State and restore order. The CAPIMa of Brazzaville, a company of the 7th RPIMa of Dakar and the 6th RIAOM of Bouar and 6 MD 315 aircrafts based in Pointe-Noire and a coastal escort ship sailing from Douala to Libreville are engaged. On the 18th at around 4:00 pm, the CAPIMa performs on assault landing at the Libreville airport which it takes and from where it hosts the rest of its unit until 7:00 pm and the units of the 6th RIAOM. On February 19, from midnight to 6:00 am, in the pouring rain and using circuitous routes, the Marsouins reach the Baraka camp where the rebels had taken refuge, take it and then insure the control of the city ; but the operation cost the lives of two Marsouins. Once President Mba released, they return to their garrison, with the exception of a tactical staff (EMT) and of the 1st and 2nd companies of the 6th RIAOM to ensure the maintenance of order. "(Click here to read for yourself).”

Dear readers, the paratroopers Ali Bongo had seen falling from the sky over Libreville in 1964 came from where? Who else saw them? Why he has this never been mentioned by any other witness or published book? Dear readers, here is the proof of another lie by Ali Bongo to try to convince us that he was in Gabon before 1968, which is absolutely false!



Version française

Ali Bongo, pour vouloir insinuer qu’il se trouvait à Libreville en 1964, va de mensonges en mensonges. Il a affirmé dans une interview que lors de cet évènement militaire, il a de visu observé l’invasion aéroportée de Libreville par les parachutistes Français, pour mettre fin au putsch. Il a dit exactement ceci :

«Nous avons été obligés de quitter la petite maison qui était la nôtre pour aller beaucoup plus en ville ; et de là, j’ai le souvenir d’avoir levé les yeux vers le ciel et de voir les parachutistes qui arrivent ; et donc la libération, le président est libéré, mon père revient à la maison… »

Chers lecteurs, pour documenter pour vous, pour nous, pour notre devoir de mémoire collective, ce autre mensonge insupportable d’Ali Bongo, et pour parer à tous les fameux intellectuels Gabonais qui malheureusement s’accommodent de l’imposture en falsifiant l’histoire, moyennant de juteux postes de conseillers; ce blog a fait un travail minutieux d’archives et nous vous livrons ici ce que disent les archives, pour pas que vous vous demandiez encore qui dit vrai et qui dit faux.

En 2006, un Gabonais du nom de Herve Essono Mezui a soutenu une thèse de doctorat à L’Université de Lyon, sous la direction du Professeur Prudhomme, dont le titre est : « Eglise Catholique, Vie Politique et Démocratisation au Gabon (1945-1995) ». Cette thèse est publiée et vous pouvez la consulter sur internet. En plus de cette thèse, nous avons aussi consulté le livre de Francois Gaulme : «Le Gabon et Son Ombre», et celui de Nsole Biteghe : «Echec aux militaires au Gabon en 1964».

Dans toutes ces publications, il n’a jamais été question d’un quelconque parachutage des troupes françaises au-dessus de Libreville.

Le chapitre 3 commence à la page 263 de la thèse de Monsieur Essono Mezui et traite du coup d’Etat de 1964 dans ses détails. A la page 288, l’auteur écrit ce qui suit :

«Dans la nuit du 17 au 18 février 1964, six jours avant les élections, Léon Mba fut destitué par l'armée. Tous les membres du gouvernement et certaines autorités furent arrêtés à l'exception de Gustave Anguilé, qui se rendit aux mutins par solidarité, et de Paul Marie Yembit qui se trouvait à l'intérieur du pays. A la tête de ce mouvement de rébellion dans l’armée se trouvait un comité révolutionnaire composé des Lieutenants Jean Essone, Jacques Mombo et des sous-Lieutenants Daniel Mbéné et Daniel Ondo Edou. Le coup d'Etat, sur le plan militaire, s'était déroulé sans accroc. Les mutins occupèrent la présidence de la République, la maison de la Radio et certains autres lieux stratégiques sauf l'aéroport. Le 18 février et la nuit suivante (du 18 au 19 février) tout le pays et la capitale étaient restés très calmes. Il n'y eut aucune réaction des chrétiens ou du peuple. Dans la journée du 18 février certains commerces et administrations avaient même ouvert. Les pères Sillard, Morel et Emmanuel François affirment qu'ils n'avaient pas lu de signes d'inquiétude tout de suite chez les chrétiens, au contraire ils vaquèrent normalement à leurs activités paroissiales et civiles. Le coup d'Etat prit des proportions dramatiques et populaires avec l'intervention militaire française. Contrairement à ce qui s'était passé dans les autres anciennes colonies françaises où avait eu lieu des coups d'Etat, la France avait décidé d'intervenir au Gabon pour rétablir Léon Mba. Elle le fit sur une décision directe du Général Gaulle… Néanmoins, le gouvernement français avait besoin d’une requête du régime avant d’intervenir militairement. C’est Paul Marie Yembit que les putschistes oublièrent d’arrêter qui signa cette demande. Ainsi, les troupes françaises, placées sous le commandement du Général Kergavarat et arrivant des bases françaises de Brazzaville, Bouar et Dakar, débarquèrent à Libreville dans la nuit du 18 février. Le 19 février au petit matin, les troupes françaises lancèrent l'assaut contre les positions des putschistes. L'affrontement militaire fut surtout rude au camp Baraka où les mutins commandés par le Sous-Lieutenant Ondo Edou avaient tenu tête aux troupes françaises. Les mutins enregistrèrent de lourdes pertes avant de déposer les armes et libérer les prisonniers politiques qu'ils détenaient en otages. Le 19 février vers 17 heures les mutins positionnés à la présidence de République commandé par le Lieutenant Jean Essone se rendirent aussi. L’affrontement entre militaires français et putschistes gabonais se déroula en une journée

Chers lecteurs, le pire pour Ali Bongo, est que cette version des faits dans la thèse de notre compatriote est celle qu’on retrouve dans les livres de Gaulme et de Nsole Biteghe, c'est-à-dire que les troupes françaises ont toutes atterri à l’aéroport de Libreville que les mutins Gabonais avaient oublié ou omis de sécuriser. Mais le coup de grâce prouvant qu’Ali Bongo ment sur toute la ligne, nous vient des archives de l’armée française, qui sont disponibles sur le site des archives des troupes de marine. Les archives relatives à l’intervention française au Gabon en 1964, s’y trouvent et disent ceci :

« L'intervention militaire française au Gabon est le seul exemple d'une action menée par la France, en application des accords de défense signés entre les deux Etats en 1961 et après la signature d'une réquisition par un membre responsable du gouvernement gabonais. C'est aussi un des seuls cas en Afrique où des militaires et des civils se soient trouvés associés dans la préparation d'un coup d'Etat. Dans la nuit du 17 au 18 février, des officiers putschistes gabonais s'emparant de la présidence et des principaux points stratégiques de Libreville, obligent le Président Léon M'Ba à démissionner et le transfèrent vers Lambaréné. Sur place, au camp des Gardes, la 126° Compagnie de garnison des troupes de marine (CGTDM), ne comportant qu'une section de combat, est invitée par les putschistes à ne pas intervenir. Cependant, le vice-président gabonais fait appel au gouvernement français en vertu des accords de défense et de coopération de 1961. La réaction de Paris est rapide et le 18 février, le général Kergaravat, commandant la ZOM n° 2, reçoit l'ordre de délivrer le chef de l'Etat et de rétablir l'ordre. La CAPIMa de Brazzaville, une compagnie du 7° RPIMa de Dakar et le 6° RIAOM de Bouar ainsi que 6 avions MD 315 basés à Pointe-Noire et un escorteur côtier faisant route de Douala à Libreville sont engagés. Le 18 vers 16 h 00, la CAPIMa effectue un poser d'assaut sur l'aérodrome de Libreville dont elle s'empare et où elle accueille le reste de son unité vers 19 h 00 ainsi que les unités du 6° RIAOM. Le 19 février, de zéro à 06 h 00 du matin, sous une pluie diluvienne et en utilisant des itinéraires détournés, les marsouins atteignent le camp Baraka où sont réfugiés les putschistes, s'en emparent et s'assurent ensuite du contrôle de la ville ; mais l'opération coûte la vie à deux marsouins. Une fois le président M'Ba libéré, ils regagnent leur garnison, à l'exception d'un état-major tactique (EMT) et des 1re et 2e compagnies du 6e RIAOM, afin d'assurer le maintien de l'ordre. » (cliquer ici pour lire vous-mêmes).


Chers lecteurs, les parachutistes qu’Ali Bongo a vu tomber du ciel sur Libreville en 1964 sortaient d’où ? Qui d’autre que lui les a vu ? Pourquoi cela n’a-t-il jamais été mentionné par aucun autre témoin ni ouvrage publié ? Chers lecteurs, voici la preuve d’un autre mensonge d’Ali Bongo pour vouloir nous convaincre qu’il était au Gabon avant 1968, ce qui est archi faux !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE