BERTRAND ZIBI ABEGHE HIGHLIGHTS THE BIRTH OF THE GABONESE CONSCIOUSNESS (part 2). BERTRAND ZIBI ABEGHE MET EN ÉVIDENCE LA NAISSANCE DE LA CONSCIENCE GABONAISE (deuxième partie)







English Version

In the previous post, we presented the act of resignation of MP Bertrand Zibi Abeghe, as symbolizing the awakening of a Gabonese consciousness. In this post below, we want to analyze in retrospect this act, coldly.

1. Why leave the PGD now?

It is possible that as a PDG parliamentarian under the leadership of Guy Nzouba Ndama, with the resignation of the latter, and the consolidation of the movement Heritage and Modernity, Bertrand Zibi Abeghe has found that the PDG was reduced to being only a caravan for distributing small denomination of CFA, bread, cans of sardines and T-shirts; and that some of his colleagues of the PDG, who had not dared to follow him when he opposed alone, the Olam rubber project in Minvoul and Woleu-Ntem, were now agreeing with him that it was necessary to end the systematic plundering of our resources and the theft of our land, by a small group located within the regime. To keep his independence from any tendency of the PDG or the opposition, and present his resignation as emanating only from his free will, Bertrand Zibi Abeghe took the biggest political risk that is; meaning to resign before Ali Bongo and live under the cameras. He faces big reprisals, and maybe even his life, for Ali Bongo is spiteful.

2. What does the inventory of the Minvoul situation tell us?

In drawing up the disastrous Minvoul state, which has received no significant investment since independence, but whose children will still have to repay the Gabonese debt, isn’t Bertrand Zibi Abeghe indicating to us that the Bongo regime claims to govern with citizens of all regions of Gabon, only to show to the whole world a semblance of national unity; but that for serious matters, it relies only on people of specific circles, or well-defined clans, who have full authority to intervene in areas which only the untouchables of the gang have access?

3. Is Ali Bongo preparing a peril for the country?

From the very biginning, Bertrand Zibi Abeghe said in his statement that:

"I was one of the most faithful, among the faithful, for 26 years. Today, given the poisonous, morose atmosphere, where there is only talk of people dying in our country, I decided today, 23 July 2016, in all good conscience before God and men, to resign from the PDG. "

The question that must be asked regarding this paragraph is to know who is talking about dead men? Who wants to kill whom? Who is threatened with death and to what end? Is Bertrand Zibi Abeghe aware or a witness of a horrible conspiracy, long hatched within the presidential cabinet, which is now a den of organized crime in Gabon, to physically eliminate the citizens who could obstruct the perpetuation of the monarchy? Is Bertrand Zibi Abeghe convinced that Ali Bongo has decided to plunge the country into a cycle of violence to stay in power?

All indications are that this resignation answers yes to all these questions. In leaving the regime’s camp, Bertrand Zibi Abeghe washes his hands and is purified before God and men, as he himself indicated by concluding his resignation with a Christian prayer imploring the magnanimity of the Lord for his will to be accomplished around us. One can interpret this desire in the current political context as that of the departure of Ali Bongo from power.

4. Is it all over for Ali Bongo?

Does Bertrand Zibi Abeghe, one month from the presidential election, know that the forces that propelled Ali Bongo to the head of Gabon in 2009, have since dropped him, because the west always ends up dropping their African presidents “friends” who have become anachronistic? Was the resignation a coded message to the Gabonese people to indicate that Ali Bongo was a toothless and clawless panther? What did his PDG comrades tell him after his act of defiance? We believe that they did not exchange poems! It would be good for Bertrand Zibi Abeghe to lifts the veil on what the occult PDG networks are preparing for Gabon in 2016, so that the people can be prepared accordingly.

5. Can the Gabonese citizen be rebuilt?

In his remarks, Bertrand Zibi Abeghe seems to regret the fact that his people are lost; people whom he addressed in the local language to explain his act. The condition of the Gabonese people is dire; after almost fifty years in power, the Bongo regime has succeeded in creating an atypical Gabonese citizen: unconscious, high roller, wasteful, incompetent, power thirsty, immoral, unstable... Even when one is a PDG MP; after a while this can weight on the consciousness. For the Gabon takes off in the future, we will have to exorcise the citizen "Bongo" types.

Ultimately, this blog wants to say thank to Bertrand Zibi Abeghe and to all those who think like him. Having been yesterday with the regime, they have decided to join our challenge to project ourselves positively toward the future. Those who have succeeded in the world, have experienced the same problems we are facing today and they overcame them. For a people that wants to be free, there is no place for wasting energy, for disorder, for incompetence or laziness. Let us form coalitions and push Ali Bongo out!

May the resignation of Bertrand Zibi Abeghe inspire other members of the regime and the PDG, to do the same. For now we can only ask questions. The answers may fall soon, because the election is in a month.




Version française

Dans le billet précédent, nous présentions l’acte de démission du député Bertrand Zibi Abeghe, comme symbolisant l’éveil d’une conscience gabonaise. Dans ce billet ci-après, nous voulons avec le recul analyser cet acte de manière plus froide.

1. Pourquoi partir du PDG maintenant ?

Il est possible qu’en tant que parlementaire PDG sous la baguette de Guy Nzouba Ndama, avec la démission de ce dernier, et la consolidation du mouvement Héritage et Modernité, Bertrand Zibi Abeghe ait constaté que le PDG n’était plus qu’une caravane de distribution de petites coupures de CFA, de pain, de boites de sardines et de T-shirts; et que certains de ses collègues du PDG, qui n’avaient pas osé le suivre quand il s’opposa en singleton au projet d’hévéa d’Olam à Minvoul et dans le Woleu-Ntem, étaient désormais du même avis que lui qu’il fallait mettre fin au pillage systématique de nos ressources et à la spoliation de nos terres, par un groupuscule tapis au sein du régime. Pour conserver son indépendance vis-à-vis de toute tendance du PDG comme de l’opposition, et présenter sa démission comme émanant de son seul libre arbitre, Bertrand Zibi Abeghe a pris le plus gros risque politique qui soit ; c'est-à-dire de démissionner devant Ali Bongo en direct et sous les caméras. Il risque gros, et peut-être même sa vie, car Ali Bongo est rancunier.

2. Que signifie l’état des lieux de Minvoul ?

En dressant l’état des lieux désastreux de Minvoul qui n’a reçu aucun investissement conséquent depuis les indépendances, mais dont les enfants devront quand même rembourser la dette du Gabon, Bertrand Zibi Abeghe n’est-il pas là en train de nous faire savoir que le régime Bongo ne prétend gouverner avec tous les ressortissants de toutes les régions du Gabon, uniquement pour montrer à la face du monde un semblant d'unité nationale ; mais que pour les choses sérieuses, il ne repose que sur les personnes d’obédiences bien précises, ou de clans bien déterminés, qui ont les pleins pouvoirs d’intervenir dans des secteurs auxquels seuls les intouchables de la coterie aient accès ?

3. Ali Bongo prépare-t-il un péril pour le pays ?

D’entrée, Bertrand Zibi Abeghe a affirmé dans sa déclaration ce qui suit :

« J’ai été l’un des plus fidèles, des plus fidèles, depuis 26 ans. Aujourd’hui, compte tenu du climat délétère, morose, où on ne parle plus que de mort d’hommes dans notre pays, j’ai décidé aujourd’hui, 23 juillet 2016, en toute âme et conscience, devant Dieu et les hommes, de démissionner du PDG.»

Les questions que l’on doit se poser devant ce paragraphe, sont de savoir qui parle de mort d’hommes ? Qui veut tuer qui ? Qui est menacé de mort et à quelle fin ? Bertrand Zibi Abeghe est-il au courant, ou témoin direct d’une horrible machination, ourdie de longue date, au sein du cabinet présidentiel qui n’est aujourd’hui qu’une officine du crime organisé au Gabon, visant à éliminer physiquement des nationaux qui gêneraient la pérennisation de la monarchie ? Bertrand Zibi Abeghe est-il persuadé qu’Ali Bongo soit décidé à plonger le pays dans le cycle infernal de la violence, pour se maintenir au pouvoir ?

Tout porte à croire que cette démission réponde par l’affirmative à toutes ces questions. En quittant le camp du régime, Bertrand Zibi Abeghe se lave les mains et se sanctifie devant Dieu et les hommes, comme il l’a lui-même signifié en concluant son propos de démission par une prière chrétienne implorant la magnanimité du seigneur pour que sa volonté se fasse autour de nous. On peut interpréter cette volonté dans le contexte politique actuel, comme étant celle du départ d’Ali Bongo du pouvoir.

4. Les carottes sont-elles cuites pour Ali Bongo ?

Bertrand Zibi Abeghe, à un mois de l’élection présidentielle, sait-il que les forces qui ont propulsé Ali Bongo à la tête du Gabon en 2009, l’ont depuis lâché, car l’occident fini toujours par lâcher ses « amis » présidents Africains devenus anachroniques? Cette démission a-t-elle été un message codé aux populations gabonaises pour indiquer qu’Ali Bongo était une panthère édentée et sans griffes ? Que lui ont dit ses camarades du PDG après son acte de défiance ? Nous pensons qu’ils n’ont pas dû échanger des poésies ! Il serait bon que Bertrand Zibi Abeghe lève le voile sur ce que les réseaux occultes du PDG préparent pour le Gabon en 2016, de manière à ce que le peuple soit préparé en conséquence.

5. Peut-on rebâtir le Gabonais ?

Dans son propos, Bertrand Zibi Abeghe semble regretter la déperdition de son peuple auquel il s’est adressé en langue locale, pour lui expliquer son acte. Le constat en ce qui concerne le peuple Gabonais est sans appel; en presque cinquante ans de pouvoir, le pouvoir Bongo a réussi à créer un citoyen gabonais atypique: inconscient, flambeur, dépensier, incompétent, pouvoiriste, immoral, inconstant… Même quand on est député PDG, à un moment, tout cela peut peser sur la conscience. Pour que le Gabon décolle dans le futur, il va falloir exorciser le citoyen de type « Bongo ».

En définitive, ce blog veut dire un grand merci à Bertrand Zibi Abeghe et à tous ceux qui pensent comme lui. Ayant composé hier avec le pouvoir, ils ont décidé de se joindre à notre défi qui est de nous projeter positivement vers l'avenir. Ceux qui ont réussi dans le monde, ont connu les mêmes difficultés que nous connaissons aujourd’hui et ils les ont surmontées. Pour un peuple qui se veut libre, il n'y a pas de place pour le gaspillage d’énergie, pour le désordre, pour l'incompétence, ni l'oisiveté. Coalisons-nous et poussons Ali Bongo dehors !

Puisse la démission de Bertrand Zibi Abeghe inspirer d'autres membres du régime et du PDG, de faire de même. Pour l’instant nous ne pouvons poser que des questions. Les réponses tomberont peut-être sous peu, car l’élection c’est dans un mois.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>