PROFESSOR ETIENNE NSIE IS IN FAVOR OF ALI BONGO’S IMPOSTURE. LE PROFESSEUR ETIENE NSIE SOUTIEN L’IMPOSTURE D’ALI BONGO






English Version

In an opinion editorial published in the Gabonese government daily newspaper L’Union, which you can read above, one Gabonese university law professor, Etienne Nsie, argues that in his legal opinion, Ali Bongo is perfectly square with the law and should stand the election unimpeded.

Dear readers, this is the kind of depth some Gabonese intellectuals are willing to stoop to, in order to secure an appointment to a well-paid government position.

It is a well-known fact that dictators, who presumably fear that poor economic performance or the inability to tightly control the country, might cost them their position in power, prefer to appoint incompetent cronies or relatives to crucial economic, political and military positions in government. Why is that?

Historians and political scientists have analyzed that personalized dictatorships, such as what we have in Gabon, are especially marred by incompetence and that in such regimes, the main problem for an autocrat might not be the incompetence of his associates but their possible disloyalty. Therefore, for people like Etienne Nsie, who want to appear loyal to Ali Bongo, and thus reap the benefits of this loyalty, they have to, in the defense of Ali Bongo, to take sometimes the most absurd positions, in order to prove their loyalty.

Dear readers, you know very well that virtually all constituents in Ali Bongo’s entourage, at least those who value their necks and their paychecks, have to ostensibly profess loyalty to the dictator, at the expense of reason and of the law.

We let you first digest this article, and we will come back to destroy it in a subsequent post.



Version française

Dans un éditorial publié en libre propos dans le quotidien gouvernemental gabonais L'Union, que vous pouvez lire ci-dessus, un gabonais professeur de droit d'université, Etienne Nsie, fait valoir que, de son avis juridique, Ali Bongo est parfaitement en règle avec la loi et devrait participer à l'élection présidentielle sans entrave.

Chers lecteurs, voici le genre de profondeurs abrutissantes dans lesquelles certains intellectuels Gabonais sont prêts à sombrer, afin d'obtenir une nomination à un poste gouvernemental grassement rémunéré.

Il est un fait bien connu voulant que les dictateurs, qui pourtant craignent que les performances économiques médiocres ou l'incapacité à contrôler étroitement le pays, puissent leur coûter leur position au pouvoir, préfèrent nommer des copains ou des parents incompétents à des postes économiques, politiques et militaires cruciaux. Pourquoi donc?

Les historiens et les politologues sont d’avis que les dictatures personnalisées, comme celle que nous avons au Gabon, sont particulièrement marquées par l'incompétence et que, dans de tels régimes, le principal problème pour un autocrate n’est pas l'incompétence de ses associés, mais leur possible manque de loyauté. Par conséquent, pour des gens comme Etienne NSIE, qui veulent apparaître fidèles à Ali Bongo, et ainsi récolter les bénéfices de cette fidélité, ils doivent dans leur défense d'Ali Bongo, prendre parfois les positions les plus absurdes, afin de prouver leur fidélité.

Chers lecteurs, vous savez très bien que pratiquement tous les constituants de l'entourage d'Ali Bongo, au moins ceux qui tiennent à leur tête et à leur salaire, se doivent de professer ostensiblement leur loyauté envers le dictateur, au détriment de la raison et de la loi.

Nous vous laissons digérer d'abord cet article, et nous reviendrons le démolir dans un billet ultérieur.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR