MENU OF THE DAY: ALAIN CLAUDE BILIÉ BI NZÉ. MAIN COURSE 2: REGARDING THE FLAG AND THE NOTE ABOUT THE POST DATED CHECK IN! MENU DU JOUR : ALAIN CLAUDE BILIÉ BI NZÉ. PLAT PRINCIPAL 2 : À PROPOS DU DRAPEAU ET DE LA NOTE DE POINTAGE EN DIFFÉRÉ!






English Version

Alain Claude Bilié Bi Nzé said: "Leon Mba died in office, was he buried covered with a flag? Omar Bongo died in office, was he buried covered with a flag? Mrs. Rose Francine Rogombe was President of the Republic, President of the Senate, was she buried covered with a flag? When there is a fault, it is not worth seeking ..., it is a fault that was committed. There was misconduct, the Defense ministry issued a statement, we must stick to that! It is a mistake that was made, we must acknowledge and recognize it humbly. We are not in Canada, we are in Gabon and in Gabon we do not practice it! About the note, what fault is there that a government finds that permissions have not been requested ... that there is dereliction? Is it normal that a Prime Minister sees a decline in attendance and wants to know why there were fewer agents? What is the problem? Everyone will justify why they were absent that day! "

Commentary by Gabon Enervant / Annoying Gabon: About the flag and the note on the deferred cjeck-ins of state agents, Alain Claude Bilié Bi Nzé once again demonstrates his inclination to go in all directions and a total disregard for the principles of states governance. First, the Republican running of a country requires that everything be codified. A State is lead on the basis of laws and not based on moods or preferences of each other. When a motorist goes through a red light on the road, they are in violation because the law says that every driver should mark a stop when the light is red; this is codified in the road regulations and known to all users. But when Alain Claude Bilié Bi Nzé said that having buried André Mba Obame with the Gabonese flag-draped casket, is fault that must be recognized, is this based on any legal text? On what law principle in place in Gabon? Voted by whom, when, where and how? What is this form of governance where law is made of what is not written anywhere? The Gabonese people are not required to consider as law, anything that is just opinion or mood. When a government fails like this, it is urgent to change it. It is time for the Gabonese people to take action. The Illegitimate of the Republic no longer have their place.

About the note of the Government imposing retroactive check ins, we simply point out to Mr. Alain Claude Bilié Bi Nzé, that since 1967, this is the first and only time that a Prime Minister had cared about absenteeism in Gabon . The fact that the chosen date was April 28, 2015 is certainly a coincidence and has nothing to do with the witch hunt opened up by the regime against supporters of Andre Mba Obame, Alain Claude Bilié Bi Nzé would probably tell us. Historically, the regime for reasons as ridiculous again and again, clears administrations to go support the Bongos; without this offending anyone. But for 28 April 2015, oh no, the culprits must be punished. With this regime, ridicule has become the standard. It is time that the people rise. They will. Change is underway. Let us hurry!

To be continued


Version française

Alain Claude Bilié Bi Nzé a dit : « Léon Mba est mort en fonction, l’a-t-on enterré recouvert d’un drapeau ? Omar Bongo est mort en fonction, l’a-t-on enterré recouvert d’un drapeau ? Madame Rose Francine Rogombe a été Président de la République, Président du Senat, l’a-on-enterré recouvert d’un drapeau ? Lorsqu’il y a une faute, ce n’est pas la peine de chercher …, c’est une faute qui a été commise. Il y a eu faute, le ministère de la défense a publié un communiqué, il faut s’en tenir à ça ! C’est une faute qui a été commise, il faut le constater et humblement le reconnaitre. Nous ne sommes pas au Canada, nous sommes au Gabon et au Gabon on ne pratique pas ça ! A propos de la note, quelle faute y a-t-il qu’un gouvernement constate qu’alors que des permissions n’ont pas été demandées… il y a abandon de poste ? Est-il normal qu’un Premier Ministre constate une baisse de fréquentation et veuille savoir pourquoi il y avait baisse de fréquentation ? Ça pose quel problème ? Chacun va justifier pourquoi il était absent ce jour-là !»

Commentaire de Gabon Enervant/Annoying Gabon : A propos du drapeau et de la note relative au pointage en différé des agents de l’Etat, Alain Claude Bilié Bi Nzé démontre encore une fois son penchant à aller dans tous les sens et à une totale méconnaissance des principes de gouvernance propres aux Etats. Premièrement, la marche républicaine d’un pays exige que tout y soit codifié. Un Etat se dirige sur la base des textes et non sur la base des humeurs ou des préférences des uns et des autres. Quand un automobiliste viole un feu rouge sur la chaussée, il est en violation car la loi dit que tout automobiliste doit marquer un arrêt quand le feu est rouge ; c’est codifié dans la règlementation routière et connu de tous les usagers. Mais quand Alain Claude Bilié Bi Nzé dit qu’avoir enterré André Mba Obame avec le cercueil recouvert du drapeau Gabonais, relève d’une faute qu’il faut reconnaitre, il se base sur quel texte juridique ? Sur quel principe en vigueur au Gabon ? Voté par qui, quand, où et comment ? Quelle est cette forme de gouvernance qui fait loi de ce qui n’est écrit nulle part ? Les Gabonais ne sont tenus de considérer comme loi, ce qui ne tient que de l’opinion ou de l’humeur. Lorsque des gouvernants faillissent à ce point, il devient urgent de les changer. Il est temps pour les gabonais de joindre la parole aux actes. Les illégitimes de la République n’ont plus leur place.

A propos de la note du gouvernement imposant un pointage rétroactif, nous faisons simplement remarquer à M. Alain Claude Bilié Bi Nzé, que depuis 1967, c’est la première et seule fois qu’un Premier Ministre se soucie de l’absentéisme au Gabon. Le fait que la journée choisie ait été le 28 Avril 2015 est certainement une coïncidence et n’a rien à voir avec la chasse aux sorcières qu’ouvre le régime contre les partisans d’André Mba Obame, voudrait nous dire Alain Claude Bilié Bi Nzé. Depuis toujours, le régime, pour des raisons aussi farfelues les unes des autres, fait vider des administrations pour aller soutenir les Bongo ; sans que cela n’offusque personne. Mais pour le 28 Avril 2015, oh non, il va falloir faire payer les coupables. Avec ce régime, le ridicule est devenu la norme. Il est temps que le Peuple se lève. Il le fera. Le Changement est en cours. Hâtons-nous !

A suivre

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR