THE BONGO-PDG REGIME IS WORRIED, VERY WORRIED! LE RÉGIME BONGO PDG EST INQUIET, TRÈS INQUIET !


Photos: Gabonreview




English Version

The cocktail of courage, endurance, loyalty and solidarity that was the huge popular mobilization during the funeral of André Mba Obame, has the Ali Bongo’s regime worried in all its stratifications, as shown by the Government memo demanding that an explanatory census be made in all administrative offices in the country to uncover the employees missing from their post during the day of 28 April 2015, date of the arrival of Andre Mba Obame’s body, when according to many sources about 200,000 people participated in this massive homecoming.

Within the regime, specifically the Gabonese Democratic Party, the popular mobilization was seen with great panic. Some even recognized that the events of the past week had taken their toll on their power and their party, in a deep and irreversible manner. Within the PDG, they have no idea how to react, because that too is a byproduct of dictatorship; spontaneous automatism functions like thinking and imagination become sclerotic overtime and when they need to find a solution to a problem, they fall back to the old recipes: corruption or repression, as seen with the note from the Government on the look-back enquiry.

In violently arresting Annie Lea Meye and Georgette Toussaint, on the eve of the arrival of the body, this regime thought that it would strike fear in the Gabonese people who would go into their shell, allowing the regime to control the events of the repatriation of André Mba Obame’s body. But the opposite happened; the repression of the regime rather galvanized the people who demonstrated organizational skills and discipline hitherto unsuspected. When Ali Bongo insisted in interfering with these funerals through the non-so Catholic Archbishop Basile Mve Engone, the reaction of the André Mba Obame’s family and the public was immediate: withdrawal and cancellation of the Sainte Marie’s mass. From that moment, anyone who wanted to present themselves as intermediary of the regime and André Mba Obame’s family, was unceremoniously spurned; as was learned the hard way by Paul Biyoghe Mba. He went to complain on Gabon Television about the treatment inflicted to his camp. But Paul Mba Biyoghe has not seen anything yet. The funeral of Andre Mba Obame might only be the appetizer of the removal of the regime and that is what makes the regime’s proponents febrile! Take note, dear readers, in a year, that is to say, for the end of mourning for André Mba Obame in 2016, the people must do away with Ali Bongo. The objective should be that one. Any deviation should not be tolerated!

Another reality that worries some in the PDG is the prominence of social networks in the awakening of the Gabonese people. All state media in Gabon had an embargo, a blackout, on the funeral of André Mba Obame, the newspaper L’Union did not print any obituaries for days, Gabon Television showed no image; yet the Gabonese people followed all the activities of the funeral in near real time, thanks to the social networks that have proven, and that's a good thing, that the Gabonese State media are irrelevant. The people do not need the Bongo media to be informed! This reality is being experienced particularly harshly by the regime. Within the PDG, they are well aware that telling people to harp "PDG-Oye" 24 hours a day in their media, is the best way to strengthen the opposition because it increases the sickness of the population.

In their internal communications, some members of the PDG cling to illusions like: "we are free to think and speak withim the PDG." It's hilarious because during Andre Mba Obame’s funeral, members of the PDG were so free to think that no statement appeared in their media for days; none has so far denounced police brutality against civilians and especially, none of the PDG members has railed against the ridicule testimony of Bobo the toothless, and the arrest until recently of Annie Lea Meye and Georgette Toussaint. Members of the PDG are so free of their opinions that they are unanimously silent on the Delta-Synergy affair. They claim to have a "big heart," but we are still waiting for the slightest condemnation on their part of the murder of Bruno Mboulou Beka, whose body is still in the morgue, we remind them. They say they have a program for Gabon, about what? Killing those who disturb them? Finance with millions of euros Tele-Accrombessi?

In their internal communication, some PDG members justify police violence against civilians by saying "one does not enter an airport as in a supermarket." What is weird is that the people coming in and out of the airport as if a supermarket, are the Bongos. These PDG members remain silent before the revelations by Mediapart, La Lettre du Continent and more recently in the latest book by Pierre Péan, informing us that neither the aircrafts nor the passengers of Afrijet undergo any control from or upon arrival in Libreville or anywhere in Gabon. Could these PDG members tell us who uses the airport as in a mill and what have they ever said about it?

But members of the PDG, in their internal communications, do worse, in distributing a video in which Marc Ona Essangui was filmed without his knowledge, at the airport freight, talking to someone on the phone about ongoing activities at the funeral of André Mba Obame. This video proves one thing, dear readers, that the regime had many infiltrators in the crowd whose mission was to spy on the acts and gestures of some people. It is a technique inherited from the Stasi of East Germany and as the Stasi could not save Communism in East Germany, the espionage techniques on free citizens will not save the Bongo-PDG regime.

Members of the PDG must know one thing; they have reason to shiver because what they saw last week was only the prelude to their demise. They must prepare for that, if they have the freedom of thought they claim!



Version française

Le cocktail fait de courage, d’endurance, de fidélité et de solidarité qu’a été l’immense mobilisation populaire lors des obsèques d’André Mba Obame, inquiète le régime Ali Bongo dans toutes ses stratifications, comme l’indique la note du gouvernement exigeant qu’un recensement explicatif soit fait dans toutes les administrations du pays afin de démasquer les agents absents de leur poste pendant la journée du 28 Avril 2015, date de l’arrivée du corps d’André Mba Obame, quand de sources concordantes, environ 200000 personnes ont participé à cet accueil massif.

Au sein du régime, plus précisément du Parti Démocratique Gabonais, cette mobilisation populaire a été perçue avec une grande panique. Certains allant jusqu'à reconnaitre que les évènements de la semaine écoulée avaient sérieusement ébranlé et leur pouvoir et leur parti, de manière profonde et irréversible. Au PDG, ils ne savent pas comment réagir, car c’est aussi cela le produit de la dictature ; les automatismes spontanés comme la réflexion et l’imagination se sclérosent à la longue et quand il faut trouver solution à un problème, on se rabat vers les vieilles recettes : la corruption ou la répression, comme on le voit avec la note du gouvernement au sujet du recensement à posteriori.

Ce régime pensait qu’en arrêtant violemment Annie Léa Méyé et Georgette Toussaint, à la veille de l’arrivée du corps, cela tétaniserait les Gabonais libres de peur, et les ferait entrer dans leur carapace, permettant au régime de contrôler les évènements du rapatriement du corps d’André Mba Obame. Mais c’est l’inverse qui s’est produit, la répression du régime a plutôt galvanisé un corpus populaire qui a démontré des capacités d’organisation et de discipline jusqu’ici insoupçonnées. Quand Ali Bongo a voulu insister à s’immiscer dans ces funérailles par le truchement du Monseigneur pas très catholique Basile Mve Engone, la réaction de la famille d’André Mba Obame et de la population a été immédiate : dénonciation et annulation de la messe de Sainte Marie. A partir de cet instant, toute personne voulant se présenter comme intermédiaire entre le pouvoir et la famille André Mba Obame était éconduite sans ménagement ; comme l’a appris à ses dépens, Paul Biyoghe Mba. Ce dernier est allé se plaindre sur les antennes de Gabon Télévision du traitement infligé à son camp. Mais Paul Biyoghe Mba n’a encore rien vu. Les funérailles d’André Mba Obame pourraient n’être que l’entrée en matière de la destitution du régime et c’est cela qui rend les tenants du pouvoir très fébriles ! Prenez note chers lecteurs, dans un an, c'est-à-dire pour le retrait de deuil d’André Mba Obame en 2016, le peuple doit se débarrasser d’Ali Bongo. L’objectif doit être celui-là. Toute déviation ne devrait être tolérée !

Une autre réalité qui inquiète certains au sein du PDG est la prépondérante place des réseaux sociaux dans le réveil des Gabonais. Tous les media d’Etat au Gabon ont fait embargo, black-out, sur les funérailles d’André Mba Obame, le journal L’Union ne diffusait aucun communiqué pendant des jours, Gabon Télévision ne montrait aucune image ; et pourtant les Gabonais suivaient toutes les activités de ces funérailles en temps presque réel, grâce aux réseaux sociaux qui ont donc entériné, et c’est une bonne chose, la caducité des media d’Etat au Gabon. Le peuple n’a pas besoin des media Bongo pour s’informer ! Cette réalité est vécue très durement par le régime. Au sein du PDG, ils se rendent bien compte que rabâcher aux gens « PDG-Oye » 24h sur 24, sur leur media, est le meilleur moyen de renforcer l’opposition car cela accroit le ras le bol de la population.

Dans leurs communications internes, certains membres du PDG s’accrochent à des mirages du style : « on est libre de penser et de s’exprimer au PDG ». C’est à mourir de rire, car pendant les obsèques d’André Mba Obame, les membres du PDG ont été si libres de penser qu’aucun communiqué n’est apparu dans leur media pendant des jours ; qu’aucun n’a jusqu'à ce jour dénoncé la brutalité policière contre les civils et surtout, aucun membre du PDG ne s’est insurgé contre la ridicule mise en scène de Bobo l’édenté, et l’arrestation jusqu'à un passé récent d’Annie Léa Méyé et de Georgette Toussaint. Les membres du PDG sont tellement libres de leurs opinions qu’ils sont unanimement silencieux sur l’affaire Delta-Synergie. Ils prétendent avoir une « grandeur d’âme » mais on attend toujours la moindre condamnation de leur part de l’assassinat de Bruno Mboulou Beka, dont le corps est toujours à la morgue, nous le leur rappelons. Ils disent avoir un programme pour le Gabon, mais lequel ? Celui de tuer ceux qui les dérangent ? De financer à coup de millions d’euros Télé-Accrombessi ?

Dans leurs communication internes, certains membres du PDG justifient les violences policières contre les civils en disant : « on n’entre pas dans un aéroport comme dans un supermarché ». Ce qui est bizarre, c’est que les gens qui entrent et sortent de l’aéroport comme dans un supermarché, sont bien les Bongo. Ces membres du PDG restent silencieux devant les révélations de Mediapart, de la Lettre du Continent et plus récemment dans le dernier livre de Pierre Péan, nous informant que ni les avions, ni les passagers d’Afrijet ne subissent de quelconque contrôle au départ ou à l’arrivée à Libreville ou n’importe où au Gabon. Que les membres du PDG nous disent donc qui se comporte à l’aéroport comme dans un moulin et qu’ont-ils jamais dit à cet égard ?

Mais les membres du PDG, dans leurs communications internes font pire, en distribuant une vidéo dans laquelle Marc Ona Essangui a été filmé à son insu au fret de l’aéroport, s’entretenant avec quelqu’un d’autre au téléphone, au sujet des activités en cours lors des obsèques d’André Mba Obame. Cette vidéo ne prouve qu’une chose, chers lecteurs, que le régime avait bien des agents infiltrés dans la foule dont la mission était d’épier les faits et gestes de certaines personnes. C’est une technique héritée de la Stasi en Allemagne de l’Est et comme la Stasi n’a pas pu sauver le communisme en Allemagne de l’Est, les techniques d’espionnage sur des citoyens libres ne sauveront pas le régime Bongo-PDG.

Que les membres du PDG sachent une chose ; ils ont raison de trembler car ce qu’ils ont vu la semaine dernière n’est que le prélude de leur fin. Qu’ils s’y préparent, s’ils ont la liberté de pensée dont ils se réclament !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE