POLITICAL BARGAINING: REHABILITATION IN EXCHANGE OF A FORM OF ALLEGIANCE (PART 2)! MARCHANDAGE POLITIQUE: RÉHABILITATION CONTRE UNE FORME D’ALLÉGEANCE (PART 2)!






English version


The opposition should not be a simple escort for the dictatorial regime. There must be an end to the "chosen" opposition!


Since 1990, the opposition was never integrated into the normal political process to serve as an instrument of significant political change, but to play the role of furniture in a showcase of democracy and provide an alibi for fake elections which are just strictly controlled plebiscites to provide certain legitimacy to the natural nominee or his supposed offspring. Under this scheme, the "representative" opposition is simply selected and asked to do their number until people discovered the trick; then the regime moves on to a new "selected" opponent who also will burn out, and so on. The status of leader of the opposition becomes even a key position, unofficial but yet richly paid in briefcases and various juicy mayoral positions for one term or two. Everyone is happy in this arrangement; the regime continues its unchallenged looting reign, while the chosen opposition plays perfectly hers which is to escort the regime in its deception. But for many Gabonese citizens, this comedy has gone on for too long and no one is laughing anymore. The formula of the chosen opposition no longer works!

1. Who speaks today of regime change through negotiation in Gabon, is selling us an anticipation total disillusionment

It was Pascal Lissouba who like a prophet (nobody being that in their country!), said that it was not in the nature of dictators to hold free and transparent elections likely to oust them from power. So starting from this axiom, we can empty here a number of garbage arguments being peddled in Gabon:

a) We can say that those who claim reveries like the need to wait for 2016, merely delay their programmed disillusionment, because everything is in place for the same mechanism to always produce the same telegraphed effects. To naively think that one has to just affirm and visualize change for that to happen, is to lie to one self; therefore anyone who supports that view cannot be serious.

b) The apostles of patience who are asking for the people to wait until providence does its work, are unfortunately negativists who doubt in their own abilities to alter the course of history. Even the most sincere among them who feel that it is enough to remain faithful to one's principles and ideals which would have to happen anyway with the evolution of things, are wrong. These people have admirable qualities, but unfortunately the status quo cannot be broken by wishful thinking. If the Gabonese people do nothing, the dictatorship still has good days ahead.

c) Negotiators who offer to sit around a table with the dictator, while forgetting that without leverage or a solid deterrent, it is useless to negotiate with a dictator because the dictator is reluctant to make concessions in order to reach a satisfactory situation for the oppressed. Negotiate what, how and using what means of pressure? That is the question! The most important element when negotiating with a dictator is the balance power. Without a deterrent, no success!

2. To consolidate the "resistance" into a pluripotent "force" and a devastating deterrent

Ali Bongo understands that it is in his interest to observe the appearance of democratic norms, especially if he corrupts them. This is why he is negotiating a conditional rehabilitation of the Union Nationale party in order to organize pluralistic elections in which everybody would be participating and that the PDG would win of course, but also good losers would be rewarded as agreed in the discussion away from prying ears, in a non too ungrateful way by a few crumbs. That's the scenario of the chosen opposition for which some are already struggling to get attention as the first to have responded to the call for a new peace of the braves. That said, in the present state of things, it is not surprising that with a fragmented opposition in small incoherent groups and representing no strength nor mobilization capacity and less deterrence, the regime does not make much of real concessions to meet the demands of increasingly insistent suffering citizens. Today, only the Union Nationale party has the political and human potential that could swing the pendulum; the regime knows this and that's why the negotiations that everybody talks about are happening, with the U.S. ambassador as intermediary. Given the focus about the potential of the Union Nationale, it would be both necessary and appropriate for that party's executive and other Gabonese volunteers to first and foremost prioritize resistance and maintaining it among the population, before thinking of negotiations. A large balance of power is essential to achieving a fundamental change in Gabon; the Bongos should know that they are in danger, they need to feel danger. The firm resistance has the advantage of changing the balance of power between the oppressor and the people. It is thanks to the unfailing strength of resistance that dictatorships have always fallen. First there must be an effort to change the balance of power on the ground, and then negotiate the departure of the dictator as we have seen in other places. It is when Ali Bongo would understand that his stubbornness could lead for him to be put into a wheelbarrow like Samuel Doe, that he would take the Gabonese people seriously.

Those who today say they reject the regime, while excluding the path of resistance in favor of negotiations without strength on the opposition's side, are comedians who do not deserve our attention because they want to play opponents that accompany the dictatorship while feasting on some stipends that are discarded to them.

So goes Gabon




Version française


L'opposition ne devrait pas être une simple escorte au régime dictatorial. En finir donc avec l'opposition choisie!


Depuis 1990, l'opposition n'a jamais été intégrée dans le processus politique normal pour jouer le rôle d'instrument de changement politique significatif, mais pour jouer celui de mobilier dans une vitrine démocratique et de caution pour des simulacres électoraux qui ne sont que des plébiscites rigoureusement contrôlés pour assurer une certaine légitimité au candidat désigné comme naturel ou a sa supposée descendance. Sous ce schéma, les oppositions "représentatives" sont tout simplement choisies et on leur demande de faire leur numéro jusqu'à ce que le peuple découvre le pot au rose; on passe alors à un nouvel opposant "choisi" qui lui aussi va épuiser ses cartouches et ainsi de suite. Le statut de leader de l'opposition devient même un strapontin non officiel mais richement rémunéré en mallettes diverses et mairies juteuses le temps d'un mandat ou deux. Tout le monde y trouve son compte, le régime continue son règne de pillage sans partage, alors que l'opposition choisie joue à merveille le sien qui consiste à escorter le régime dans son entreprise en trompe l'œil. Mais pour bien des gabonais, la comédie a assez durée et plus personne ne rigole. La formule de l'opposition choisie ne marche plus!

1. Qui parle aujourd'hui d'un changement de régime par la voie négociée au Gabon, nous vend avec anticipation, une désillusion totale

C'était Pascal Lissouba qui nous disait en prophète (nul ne l'étant dans son pays!) qu'il n’était pas dans la nature des dictateurs d’organiser des élections libres et transparentes susceptibles de les évincer du pouvoir. Donc partant de cet axiome, nous pouvons vider ici un certain nombre d'arguments-poubelles dont certains nous abreuvent au Gabon:

a. Nous pouvons dire que ceux qui clament à tue tête des rêveries du type qu'il faille attendre 2016, ne font que programmer en différé leur désillusion, car tout est fin prêt pour que les mêmes mécanismes en place depuis toujours, produisent les mêmes effets télégraphiés. Penser naïvement qu’il suffit d’affirmer et de visualiser le changement pour que les choses bougent, c'est se mentir à soit même; par conséquent toute personne qui soutient ce message ne peut être sérieuse.

b. Les apôtres de la patience qui demandent qu'on attende que la providence fasse son travail, ne sont malheureusement que des défaitistes qui doutent en leurs propres capacités d'altérer le courant de l'histoire du pays. Même les plus sincères d'entre eux qui estiment qu‘il suffirait de rester fidèle à ses principes et idéaux qui de toute manière avec l'évolution des choses, sont condamnés à se réaliser, se trompent. Ces personnes ont d’admirables qualités, mais malheureusement on ne brise pas le statut quo avec des vœux pieux. Si le peuple gabonais n'entreprend rien, la dictature a encore des beaux jours devant elle.

c. Les négociateurs qui propose de s'assoir autour d'une table avec le dictateur, en oubliant que sans moyen de pression solide et dissuasif, il soit inutile de négocier avec un dictateur car le dictateur est peu enclin à lâcher du lest afin d’arriver à une situation satisfaisante pour le Peuple opprimé. Négocier quoi, contre quoi et avec quel moyen de pression? Là est la question! L'élément le plus important quand on négocie avec un dictateur, est le rapport de force. Sans rapport de force, point de succès!

2. Consolider la "résistance", en faire une "force" pluripotente et un dévastateur outil de dissuasion

Ali Bongo comprend qu’il est dans son intérêt de respecter les apparences des normes démocratiques, surtout s'il les corrompt. C'est pourquoi il négocie une réhabilitation conditionnelle de l'Union Nationale pour pouvoir organiser des élections plurielles où tout le mode se présentera et que le PDG gagnerait naturellement, mais les bons perdants aussi seraient récompensés comme convenu dans les discussions loin des curieux par une distribution pas trop ingrate de quelques miettes. C'est ça le scenario de l'opposition choisie pour lequel certains se battent déjà pour se faire remarquer comme étant les premiers à avoir répondu à l'appel d'une nouvelle paix des braves. Ceci étant, dans l’état actuel des choses, il n’est pas étonnant qu’avec une opposition atomisée en groupuscule incohérents et ne représentant aucune force ni de mobilisation et encore moins de dissuasion, le régime ne fasse pas grand cas de véritables concessions face aux demandes de plus en plus insistantes du peuple en souffrance. Aujourd'hui, seule l'Union Nationale a le potentiel politique et humain susceptible de faire osciller le pendule; le régime le sait, d'où les négociations dont tout le monde parle, avec l'ambassadeur des USA comme entregent. Vu la focalisation faite autour du potentiel de l'Union Nationale, il serait à la fois nécessaire et judicieux pour le directoire de ce parti et autres gabonais volontaires de privilégier la résistance avant tout, et de l’entretenir auprès des populations avant de penser à des négociations. Un gros rapport de force est essentiel pour parvenir à un changement fondamental au Gabon; les Bongo doivent savoir qu'ils sont en danger; ils doivent se sentir en danger. La résistance ferme a l'avantage de changer le rapport de forces entre l’oppresseur et le peuple. C'est grâce à cette résistance sans faille que les dictatures sont toujours tombées. Il faut lutter d’abord pour changer le rapport de forces sur le terrain, puis négocier la sortie du dictateur comme on l'a vue sous d'autres cieux. C'est quand Ali Bongo saura que tout entêtement pourrait le conduire à être mis dans une brouette comme Samuel Doe, qu'il prendra les gabonais au sérieux.

Ceux qui aujourd’hui disent rejeter le régime, tout en excluant la voie de la résistance au profit d'une négociation sans rapport de force du cotée de l'opposition, sont des comédiens qui ne méritent pas notre attention, car ils veulent jouer les opposants qui accompagnent la dictature en se régalant des quelques prébendes qui leur sont jetées.

Ainsi va le Gabon

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT