THE GABONESE PEOPLE MUST NEVER AGAIN BECOME RESIGNED. POUR LE PEUPLE GABONAIS, IL S’AGIT DE NE PLUS JAMAIS CÉDER Á LA RÉSIGNATION





Students of ENS demonstrating in front of their institution
Les étudiants de l’ENS manifestant devant leur institution



English version


As you can see from the picture above, students of ENS, Ecole Normale Supérieure, after those of UOB and USTM, have also turned out to express their dissatisfaction with recurrent difficulties they encounter in their studies. The least we can say is that the higher education sector is in turmoil these days in Gabon and that the rise in temperature comes from the fact that students are fed up and exasperated by the broken promises and the casual carelessness of administrative officials, at the ministerial and presidential levels. But looking at the lens of the seasoned observer, one notices that if higher education is only the visible part of the iceberg, it is in fact the whole Gabonese social fabric that is in a deep malaise that all regimes’ henchmen cannot hide. Sector after sector, the Gabonese people are no longer inclined to rely on the promises of the authorities; public and private trade unions may have finally understood what the free civil society has realized for several years now, which is that: resignation, dear readers, is the worst postures when claiming to fight for a better life, better conditions and a better system.

In Gabon, and we see it daily, the status quo remains the watchword. Everything is nailed, sealed, locked. Festering of things is a political weapon because this decay is meant to weaken those who fight for better living conditions, better study conditions and a better political system. The suspensions of wages obey this decay; so does the administrative bullying, not to mention the ubiquitous threats of physical harm through endless anonymous phone calls. The objective of this decay is to blunt the will of the population. For the regime, those who are refractory must be pushed to a choice: to join them or choose a life made of repressive nightmares. What are these repressive nightmares, you ask? Well, Marc Ona Essangui, Paulette Oyane Ondo, Prof. John Nambo and others can give you the ins and outs of these. This form of governance by terror and deprivation still curbs and frustrates our compatriots who no longer want to suffer and therefore are more likely to be open to all fields of hope and freedom. For example we saw last year, fifty students give themselves up to be arrested, rather than accept military intimidation which asked them not to hold their meeting. Progressively and often far from politics, some Gabonese citizens voluntarily decide to be helpful and available to offer the best of themselves to improve the quality of life and education of their countrymen who have been so bruised and so frustrated by decades of dictatorial deprivation. It is reassuring that honor and dignity remain for many Gabonese, the best posture to adopt against dictatorship and despotism.

The thinking Gabonese people no longer want to hear incapable fellows telling them bullshit. The thinking Gabonese people no longer want hear people who are unable to stop a shortage of gas in a city like Port-Gentil whose ground is full of this matter and which is also the site of the national refinery, talk about more technically complex subjects like providing the country with essential and strictly necessary equipment such as ports and airports, dams and power plants, roads, motorways and railways, health centers and housing. No, thinking Gabonese people are intended to be serious, that is to say people who believe that only serious and competent partners should have a voice when it comes to creating a dynamic boost of an essential and efficient integrated education system, from primary school to university research. But the regime wants to suppress this desire for freedom, not knowing that by doing so it only incubates the gestation of an explosion that will be all the more violent as it has been long dormant. This regime still thinks that the Gabonese people will be tamed with a whip! The regime calls for the resignation of the citizen through the whip boost or money. The choice is there! This is how the Gabonese people are kept away from progress; by stripping them of their humanity, and preventing them from growing reflexes for the acquisition of knowledge and the national political consciousness and respect for others in their difference and rights. It is in this light that one must understand all the regime's efforts to catalyze the aggravation of ethnic politics, of only turn to one’s family, ones tribe and ones clan, in Gabon. The regime's survival is threatened by any nation-building movement. This is why, Gabon must be split into plots of micro power, favoring the expansion of all kinds of selfishness, cynicism and cruelty, to the detriment of the general and national interest.

In Gabon, people are anesthetized by subjecting them to a process consisting of wearing then down by impoverishment and distrust of the other national components. If the Gabonese people cannot trust each other, then "what else can we do?" The regime does everything to maintain this asymmetry which is that power and the means are with them; while the needs and poverty are with the people. This asymmetry will persist as long as the Gabonese people do not say no! It is the thinking Gabonese people who must put an end to this because when they are experiencing today would be a nightmare of 45 years, if a burst of dignity could overcome fear and become a liberating momentum. Then, a new era will be born.




Version française


Comme vous pouvez le constater sur l’image ci-dessus, les étudiants de l’ENS, L’Ecole Normale Supérieure, après ceux de l’UOB et de l’USTM, sont à leur tour sortis manifester leur mécontentement face aux difficultés récurrentes qu’ils rencontrent dans leurs études. Le moins qu’on puisse dire est que le secteur de l’enseignement supérieur soit en ébullition par les temps qui courent au Gabon et que cette montée de la température ne traduise qu’un ras le bol des plus exaspéré face aux promesses non tenues et à la désinvolture administrative des responsables, autant ministériels que présidentiels. Mais le regard à la loupe de l’observateur averti nous dit que si l’enseignement supérieur n’est que la partie visible de l’iceberg, c’est en fait tout le tissu social gabonais qui connait un malaise profond que tous les bardes du régime ne sauraient masquer. Secteur après secteur, les gabonais ne sont plus enclin à s’en remettre aux promesses des autorités; les syndicats du public et du privé ont peut être finalement compris ce que la société civile libre a réalisé depuis plusieurs années déjà; c'est-à-dire: que la résignation, chers lecteurs, soit la pire des postures quand on revendique un mieux-être, un mieux faire et un mieux vivre.

Au Gabon, et nous le voyons et constatons quotidiennement, la pesanteur reste le mot d’ordre. Tout reste cloué, scellé, verrouillé. Les choses sont voulues ainsi par le régime. Le pourrissement est une arme politique car cette déchéance est faite pour affaiblir ceux qui revendiquent de meilleures conditions de vie, de meilleures conditions d’études et un meilleur système politique. Les suspensions de salaires obéissent à ce pourrissement; les brimades administratives correspondent à ce pourrissement, sans oublier les omniprésentes menaces d’agression physique via les sempiternels coups de fils anonymes. L’objectif de ce pourrissement est d’émousser le réservoir de volonté dont dispose la population. Pour le pouvoir il faut pousser les réfractaires vers un choix: se joindre au pouvoir, ou choisir une vie faites de cauchemars répressifs. Quels sont ces cauchemars répressifs, demandez-vous? Eh bien Marc Ona Essangui, Paulette Oyane Ondo, Prof. John Nambo et d’autres peuvent vous en donner les tenants et aboutissants. Cette forme de gouvernance par la terreur et la privation n’a pas fini de brider et frustrer nos compatriotes, qui ne veulent plus subir et par conséquent prennent de plus en plus de risques pour se voir ouvrir tous les champs de l’espoir et de la liberté. On a par exemple vu l’année dernière, une cinquantaine d’étudiants se constituer prisonnier plutôt que d’accepter l’intimidation militaire qui leur demandait de ne point tenir leur meeting. De fil en aiguille et souvent loin des politiques, des gabonais se rendent volontairement utiles et disponibles à offrir le meilleur d’eux-mêmes pour l’amélioration du cadre de vie ou d’éducation de leurs compatriotes, si meurtris et si frustrés par tant de décennies de privation dictatoriales. Il est rassurant de constater que l’honneur et la dignité restent encore pour bien des gabonais, les meilleures postures à adopter face à la dictature et à l’arbitraire.

Les gabonais pensants ne veulent plus que des incapables leurs racontent du baratin. Les gabonais pensants ne veulent plus que des gens qui sont incapables d’enrailler une pénurie de gaz dans une ville comme Port-Gentil dont le sous-sol regorge de cette matière et qui est aussi le site de la raffinerie nationale, viennent discourir sur des sujets bien plus techniquement complexes comme doter le territoire national d’équipements essentiels et strictement nécessaires, tels, les ports et les aéroports, les barrages et les centrales électriques, les routes, les autoroutes et les voies de chemins de fer, les centres de santé et les logements. Non, les gabonais pensants se veulent être des gabonais sérieux; c'est-à-dire des gens qui estiment que seuls des interlocuteurs compétents et sérieux devraient avoir voix au chapitre lorsqu’il s’agit d’impulser une dynamique de création indispensable d’un système éducatif performant et intégré, allant de l’école primaire à la recherche universitaire. Mais le régime veut étouffer cette volonté de liberté; ne sachant pas que ce faisant, il ne fait qu’incuber la gestation d’une explosion qui sera d’autant plus violente qu’elle aura été longtemps latente. Ce régime pense encore que les gabonais seront domptés à coups de fouet! Le régime demande la résignation du citoyen à coup de fouet ou de prébendes. Le choix est là! Voici comment les gabonais sont maintenus à l’écart du progrès; en les dépouillant de leur humanité et en les empêchant de cultiver des réflexes d’acquisition du savoir et de la conscience politique nationale, ainsi que du respect d’autrui dans sa différence et ses droits. C’est sous cette optique qu’il faut comprendre tous les efforts du régime pour catalyser l’aggravation du repli sur soi, sur sa famille, sur sa tribu et son clan, au Gabon. La survie du régime est menacée par tout mouvement d’édification nationale. Voici pourquoi, le Gabon doit être morcelé en menues parcelles de micro pouvoir, privilégiant l’expansion de toutes sortes d’égoïsme, de cynisme et de barbarie, au détriment de tout intérêt général et national.

Au Gabon, on essaie d’anesthésier le peuple en le soumettant à un processus d’usure consistant à le maintenir dans l’appauvrissement et la défiance des autres composantes nationale. Si les gabonais ne peuvent se faire confiance entre eux, alors «on va encore faire comment?» Le régime fait tout pour maintenir cette asymétrie qui veut que la puissance et les moyens soient avec lui et le besoin et la pauvreté avec le peuple. Cette asymétrie va perdurer aussi longtemps que les gabonais ne diront pas non! Il s’agit au Gabonais pensant d’y mettre fin car ce qu’il traverse aujourd’hui ne serait qu’un cauchemar de 45 ans, si un sursaut de dignité pouvait vaincre la peur et se transformer en élan libérateur. Alors, une nouvelle ère naitrait.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>