SINGAPORE TO SINGAPORIANS, SAY THOSE WHO ARE TAKING OVER GABONESE LAND. SINGAPOUR AUX SINGAPOURIENS, DISENT CEUX QUI POURTANT S'ADJUGENT LES TERRES DU GABON

Singaporeans demonstrating against immigration
Des singaporiens manifestant contre l'immigration




English version



The Singaporean government faced with public the general public anger over immigration and difficult as well as pricy living costs, announced this week that it would tighten the growth of the foreign workforce in their country. The Singaporean government has announced new draconian measures pressuring businesses to eliminate their reliance on foreign labor and promised to boost Singaporean citizens' wages. Why is this important? You may ask; it is important because at the same time Singapore is doing everything to protect itself against foreign dependence, a Singaporean company Olam, is taking what is our most precious treasure, our land. In the meantime, the Gabonese people are looking at Brazilian behinds.


By now, you must already know that in Singapore, it is almost impossible for foreigners to own any land. This has historically been the case in that country. You see dear readers, Singaporeans know very well the value of the land for a people, this is why they protect theirs and want to take ours, because we are stupid. But now, the Singaporeans are expanding their protectionism to include making it difficult if not impossible for foreigners to immigrate to their country. The new government measures aim to cut dependence on foreign workers, whom many citizens blame for overcrowding, soaring home prices and depressed low-end pay. The finance minister of Singapore recently said that his country needed to do more to achieve economic growth that was driven by sustained productivity improvement rather than manpower growth. He added that businesses had to respond in new ways to the tight labor market.


Singapore is an island nation of just 714 square kilometers, Singapore has used liberal immigration policies to bring in much of the talent and workforce needed to help fuel its rapid economic growth in the past years. This brought its immigrant population to about 1.23 million as of June 2012; a third of the total workforce which is of 5.3 million people. The news measures announced this week will require companies to pay higher taxes when they hire foreign employees. Authorities have also decided to lower the ratio of foreign employees to citizens for companies, and make work-visa requirements much harder for foreign workers, professionals and managers. The Singaporean minister of finance said that these measures would especially affect services, construction and marine businesses, sectors that have shown weak productivity growth and high dependence on foreign workers.


These decisions were taken by the singaporean government, despite complaints by businesses that previous government curbs in immigration have caused labor shortage. Analysts and employers, particularly in the hospitality and restaurant sectors, have warned that reducing foreign-labor inflows could hurt Singapore's cost competitiveness and drive some companies out of business. To help businesses restructure, the government will spend about US $4.8 billion over the next three years on programs including wage supplements for Singaporean workers, as well as temporary rebates on personal income and corporate taxes.


The Singaporean population, as you can see on the picture above, has demonstrated recently its displeasure with the number of immigrants in their country, asking for their government to curb the numbers of immigrants. The Singaporean people during these demonstrations clearly stated that if they took in too many immigrants and foreign workers, they would weaken their national identity and sense of belonging, and they would feel crowded out of their own country.


What Singapore is doing is of interest to the Gabonese people because in Gabon, the citizens are being transformed into second class citizens in their land they don't react against that. Singaporeans think first and foremost about themselves, their country above else. In Gabon, there is no nationalism; the Gabonese citizen is pushed around in its own country. Even to work at the presidential palace, in the petroleum sector or in any important sector of the economy, are mostly reserved for foreigners. But the good thing is that there are Brazilian butts to occupy us!





Version française



Le gouvernement de Singapour face à la colère du grand public à propos de l'immigration et de conditions de vie de plus en plus difficiles, a annoncé cette semaine son intention de diminuer la présence de la main-d'œuvre étrangère dans leur pays. Ce gouvernement a annoncé de nouvelles mesures draconiennes exerçant des pressions sur les entreprises pour éliminer leur dépendance envers les travailleurs étrangers et a promis d'augmenter les salaires des citoyens Singapouriens. Pourquoi est-ce important? Pourriez-vous demander; c'est important parce que dans les mêmes temps que Singapour fait tout pour se protéger de la dépendance étrangère, une société Singapourienne Olam, prend ce qui est notre trésor le plus précieux, notre terre. Pendant ce temps, les gabonais regardent les postérieurs des brésiliennes.


Vous devez déjà sans doute savoir qu'à Singapour, il est presque impossible pour les étrangers de posséder la terre. Cela a toujours été le cas dans ce pays. Vous voyez, chers lecteurs, les Singapouriens connaissent très bien la valeur de la terre pour un peuple, c'est pourquoi ils protègent les leurs, en mêmes temps qu'ils viennent prendre les nôtres, parce que nous sommes stupides. Mais le protectionnisme Singapourien est en expansion avec les mesures visant à rendre difficile voire impossible pour les étrangers, d'immigrer dans ce pays. Les nouvelles mesures du gouvernement visent à réduire la dépendance sur les travailleurs étrangers, que de nombreux citoyens blâment pour la surpopulation, la flambée du prix des logements et la déprime des bas salaires. Le ministre des Finances de Singapour a récemment déclaré que son pays avait besoin de faire plus pour parvenir à une croissance économique qui serait tirée de l'amélioration soutenue de la productivité plutôt que la croissance de la main-d'œuvre. Il a ajouté que les entreprises devraient s'adapter à un marché de l'emploi serré.


Singapour est un pays insulaire de seulement 714 kilomètres carrés, Singapour a eu recours à des politiques d'immigration libérales pour se doter d'une grande partie de la main-d'œuvre et du talent nécessaires pour aider à alimenter sa croissance économique rapide de ces dernières décennies. Cela a porté sa population immigrante à environ 1,23 millions, en 2012, un tiers de l'effectif total qui est de 5,3 millions d'habitants. Les nouvelles mesures annoncées cette semaine obligeront les entreprises à payer plus d'impôts quand elles embaucheront des étrangers. Les autorités ont également décidé d'abaisser le ratio des employés étrangers par rapport aux citoyens pour les entreprises et rendre l'obtention des visas de travail beaucoup plus difficile pour les travailleurs étrangers, les professionnels et les managers. Le ministre singapourien des Finances a dit que ces mesures affectent surtout les services, les entreprises de construction et maritimes, des secteurs qui ont eu une faible croissance et la forte dépendance envers les travailleurs étrangers.


Ces décisions ont été prises par le gouvernement singapourien, malgré les plaintes des entreprises disant que les précédentes mesures de mettre un frein à l'immigration ont provoqué la pénurie de main-d'œuvre. Les analystes et les employeurs, en particulier dans l'hôtellerie et la restauration, ont averti que la réduction des apports de main-d'œuvre étrangère pourrait nuire à la compétitivité des coûts de Singapour et conduire certaines entreprises à la faillite. Pour aider les entreprises à se restructurer, le gouvernement va dépenser environ 4,8 milliards de dollars au cours des trois prochaines années sur les programmes incluant les suppléments de salaire pour les travailleurs Singapouriens, ainsi que des remises temporaires de l'impôt sur le revenu des particuliers et des sociétés.


La population de Singapour, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus, a démontré récemment son mécontentement du nombre d'immigrants dans leur pays, en demandant à son gouvernement de freiner l'immigration. Le peuple de Singapour au cours de ces manifestations a clairement indiqué que la croissance d'immigrants et de travailleurs étrangers, affaibliraient son identité nationale et son sentiment d'appartenance, et qu'il se sentirait évincé de son propre pays.


Ce que fait Singapour est d'intérêt pour le peuple gabonais, car au Gabon, les nationaux sont transformés en citoyens de seconde classe dans leur pays et ils ne réagissent pas contre cela. Les singapouriens pensent d'abord et avant tout à eux-mêmes; à leur patrie au dessus de tout. Au Gabon, il n'existe pas de nationalisme, le citoyen gabonais est bousculé et piétiné dans son propre pays. Même pour travailler au palais présidentiel, dans le secteur pétrolier ou dans tout autre secteur important de l'économie, se sont le plus souvent des domaines réservés aux étrangers. Mais enfin, heureusement qu'il y a les postérieurs brésiliens qui nous occupent!

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR