WHY TEACHERS ARE RIGHT TO THREATEN TO STRIKE! POURQUOI LES ENSEIGNANTS ONT RAISON DE MENACER DE SE METTRE EN GREVE!




Fridolin Mve Messa, Président of the Gabonese Teachers Union
Fridolin Mve Messa,President du Syndicat des Enseignants




English version

A heavy cloud is hovering over the Gabonese education system as the teacher union following a recent general assembly meeting, announced that the government was not keeping its promises and that they might as a result, go on strike. This would not be the first or unfortunately the last teachers strike in Gabon and the reason for this is that for 45 years, the teaching profession, at all level in Gabon, has been the most neglected professional sector of the Gabonese society. In fact, this blog can even venture to say that since 1967, the teaching profession has been utterly destroyed.

However, things have not always been as dark, since in post-independence the best and brightest were regularly recruited from the ranks of teachers to fill positions of responsibility in the young administration of Leon Mba. As an illustration, we can verify that in the first Gabonese government after independence, out of 15 members, including the President, there was a high proportion of teachers of which one is still alive, Jean-Marc Ekoh, the first Minister of Education. We can also cite François Meyé who was a teacher and others like Vincent de Paul Nyonda who have distinguished themselves in the arts and letters, the list is long. These choices expressed the prominent place given to teachers in the minds of those who wanted to build the Gabon at that time. Do not forget that Leon Mba himself was highly literate, having published in 1938, " Essai de droit coutumier Pahouin" which is to this day a reference for lawyers and intellectuals. He published other works, but the point here is to note that Leon Mba had dispositions that allowed him to understand the role of teaching and teachers in society and this was felt in the prestige enjoyed by the teachers at the time of independence in Gabon.

It is clear that after independence, teachers were regarded as providing a precious and essential service to society. To be sure, each profession occupies a specific niche in society: doctors heal, engineers design and bankers handle our money. Teaching, however, stands out as a special entity. At a preliminary stage, teachers instill the transcendent faculties of communication, decision making and awareness of social responsibilities. Later in life, no matter which field we choose to pursue, we again turn to teachers for training. A strong information base and well developed capabilities of comprehension and analysis are critical for progress. These crucial responsibilities of inculcating knowledge, kindling inspiration and encouraging creative thought are all vested in the teacher. These days, teachers are also expected to build a strong moral character and provide emotional support. Thus, the teacher has to build a rapport with the student and be simultaneously approachable and authoritative. Their role encompasses that of an instructor, friend, role model and confidant. In summary we can say that teachers educate future generations; they act as role models and they play a larger role in a child's life because children spend more time with their teachers than with their parents. So why are they treated with such neglect in Gabon?

In Gabon, teachers are neglected because the people who rule Gabon did not need any education to where they are. In fact, they have utter contempt for the educated class and they show it every day. How else would someone like Ali Bongo who has no real verifiable academic credentials and yet becomes president of a country full of really well educated people, is supposed to feel about the value of education? In a country in which the Minister of Education is suspected to have obtained a doctorate by having someone else write his thesis, how can education be valued? The people who rule Gabon only care about one thing: greed and the desire for immediate wealth. They can care less about anything else. Greed and immediate wealth has been the bane of the Bongos. Every day they travel to Europe and Asia but fail to realize that these nations patiently built their workforce before achieving industrialization. They do not realize that the roads, airports, seaports, dams, and other structures do not just appear from thin air. Wisdom would advise that a nation should educate and train the youths so that they can acquire the knowledge, skills and competences for building and maintaining the infrastructures the nation need. The wise man educates his children before erecting any structure for them to inherit, but the foolish man builds estates for his illiterate children to inherit. Similarly, a greedy governing body erects structures through very expensive contracts, even when the nation is facing mass unemployment. A wicked and mediocre leadership manipulates all situations so as to get rich overnight. Nations that encourage their citizens to do things themselves and face challenges, achieve rapid technological growth. When people emphasize education and training, they achieve rapid technological growth. The Bongos have been wasting all the opportunities for building a nation by wasting the country resources and neglecting teachers and their students.

Because the Bongos do not really know the real benefits of education, they never have needed it, they think that education is overrated and teachers are a nuisance. Most nations in the world believe that education is central to their survival. But in Gabon, there is still do no understanding of the role of education in all aspects of the life of a successful nation. All that the wicked and mediocre people ruling Gabon do is to disparage the educational system and the teachers who are trying to fight to keep high standard in the system; largely because the rulers of Gabon do not know what the role of education is in promoting national growth and development. The teachers union should continue to fight to revalorize the teaching profession in the country and if the Ali Bongo regime does not listen, they are totally justified to go on strike, because education is too important to let these mediocre rulers continue to destroy it.






Version française


Un lourd nuage plane sur le système éducatif gabonais, alors que le principal syndicat des enseignants vient de tenir une assemblée générale, au cours de laquelle il a été annoncé que le gouvernement n'avait jusque-là, pas toujours tenu ses promesses et que les membres du syndicat pourraient, par conséquent, se mettre en grève. Ce ne serait pas la première ni malheureusement, la dernière grève des enseignants au Gabon et la raison en est que depuis 45 ans, la profession d'enseignant, à tous les niveaux, a été le secteur professionnel le plus négligé de la société gabonaise. En fait, ce blog peut même s'aventurer à dire que depuis 1967, la profession d'enseignant a été complètement détruite.

Pourtant, les choses n’ont pas toujours été aussi sombres, car au sortir des indépendances, les gabonais les plus compétents et brillants étaient régulièrement recrutés des rangs des enseignants pour occuper les postes de responsabilité dans la jeune administration de Léon Mba. A titre illustratif, nous pouvons vérifier que dans le premier gouvernement gabonais après l’indépendance, sur 15 membres, le Président compris, il y avait une forte proportion d’enseignants dont l’un est d’ailleurs toujours en vie, Jean Marc-Ekoh, le tout premier Ministre de l’Education Nationale. On peut aussi citer François Meyé qui était enseignant et d’autres comme Vincent de Paul Nyonda qui se sont illustrés dans les arts et les lettres; la liste est longue. Ces choix exprimaient une certaine place faite aux enseignants dans l’esprit de ceux qui voulaient bâtir le Gabon à cette époque. N’oublions pas que Léon Mba lui-même était hautement lettré, ayant publié en 1938, «Essai de droit coutumier Pahouin» qui reste encore aujourd’hui une référence pour les juristes et intellectuels. Il publiera d’autres ouvrages mais le propos ici est de signaler que León Mba avait des dispositions qui lui permettaient de comprendre le rôle de l’enseignement et des enseignants dans la société et cela se ressentait dans le prestige dont jouissaient les enseignants du temps de l’indépendance au Gabon.

Il est vérifiable qu’au temps de l'indépendance, les enseignants étaient considérés comme fournissant un précieux et indispensable service à la société. Il est certain que chaque profession occupe un créneau spécifique dans la société: les médecins guérissent, les ingénieurs conçoivent et les banquiers gèrent notre argent. Cependant, l'enseignement se distingue comme étant une entité particulière. Aux tout petits, les enseignants inculquent les facultés transcendantes de la communication, de la prise de décision et de la conscience de ses responsabilités sociales. Plus tard dans la vie, quel que soit le domaine que nous choisissions de poursuivre, nous nous tournons vers les enseignants en matière de formation. Une base d'information solide et des capacités bien développées de compréhension et d'analyses, sont indispensables pour progresser dans la vie. La responsabilité cruciale d’inculquer ces connaissances, de créer l’émulation et d’encourager la pensée créative, est dévolue à l'enseignant. De nos jours, les enseignants sont également responsables de bâtir chez les élèves, un fort caractère moral et de leur fournir un soutien émotionnel. Ainsi, l'enseignant doit forger une relation avec l'élève et être simultanément accessible et maintenir son autorité. Le rôle de l’enseignant englobe à la fois, celui d'instructeur, de guide, de modèle et de confident. En résumé, nous pouvons dire que les enseignants sont chargés de l’éducation des générations futures; d’agir comme modèles et de jouer un rôle important dans la vie des élèves parce que les enfants passent plus de temps avec leurs enseignants qu'avec leurs parents. Alors, pourquoi les enseignants sont-ils traités avec une telle négligence au Gabon?

Au Gabon, les enseignants sont négligés parce que les gens qui gouvernent le pays n'ont pas eu besoin d'une éducation pour se retrouver à l'endroit où ils se trouvent aujourd’hui. En fait, ils ont un mépris total pour la classe instruite et ils le confirment tous les jours. Sinon, comment quelqu'un comme Ali Bongo qui n'a pas de réels vérifiables parcours scolaire et pourtant devient président d'un pays bourré de gens très instruits, serait censé apprécier la valeur de l'éducation? Dans un pays où le ministre de l'Éducation est soupçonné d'avoir obtenu un doctorat en se faisant écrire sa thèse par quelqu'un d'autre, comment l'éducation peut-elle être valorisée? Les gens qui dirigent le Gabon n’ont qu’une seule chose en tête: la cupidité et le désir d’enrichissement rapide. Ils se foutent du reste. La cupidité et la richesse immédiate est le fléau des Bongos. Chaque jour, ils parcourent l'Europe et l'Asie, mais ne réalisent pas que ces nations ont patiemment construit leur capital humain avant la réalisation de leur industrialisation. Ils ne réalisent pas que les routes, les aéroports, les ports maritimes, les barrages et autres structures, n’apparaissent pas comme par enchantement. La sagesse pourtant conseille qu'une nation doit éduquer et former ses jeunes afin qu'ils puissent acquérir les connaissances, les aptitudes et les compétences pour construire et entretenir les infrastructures nécessaires à la nation. Le sage éduque ses enfants avant d'ériger une structure dont ils hériteront, mais l'homme insensé construit des châteaux pour ses enfants analphabètes. De même, un corps dirigeant cupide érige des structures au moyen de contrats très coûteux, même lorsque la nation est confrontée à un chômage massif. Un leadership médiocre et méchant manipule toutes les situations de manière à devenir riche du jour au lendemain. Les nations qui encouragent leurs citoyens à compter sur leurs propres talents et faire face à leurs défis, atteignent rapidement le développement technologique. Quand les gens mettent l’accent sur l'éducation et la formation, ils atteignent rapidement la croissance. Les Bongos ont gaspillé toutes les opportunités de construire une nation en dilapidant les ressources du pays et en négligeant l’enseignement, les enseignants et leurs élèves.

Parce que les Bongos ne connaissent pas vraiment les avantages réels de l'éducation, n'en ayant jamais eu besoin, ils pensent que l'éducation est surfaite et que les enseignants sont une nuisance. La plupart des pays dans le monde savent que l'éducation est essentielle à leur survie. Mais au Gabon, on ne comprend pas encore le rôle de l'éducation dans tous les aspects de la vie d'une nation prospère. Tout ce que ces gens malveillants et médiocres au pouvoir au Gabon font, consiste à rabaisser le système éducatif et réprimer les enseignants qui essaient de se battre pour que ce système conserve des normes assez élevées. Tout ceci largement parce que les dirigeants du Gabon ne savent pas quel est le rôle de l'éducation dans la promotion de la croissance et du développement. Le syndicat des enseignants devrait continuer à se battre pour revaloriser la profession enseignante dans le pays et si le régime Ali Bongo ne l'écoute pas, il serait tout à fait justifié d'entrer en grève, parce que l'éducation est trop importante pour laisser ces dirigeants médiocres continuer à la détruire.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE