THE THESIS OF THE GABONESE HERVÉ ESSONO-MEZUI PROVES THAT THE BAPTISM OF ALI BONGO IN 1961 IN AKIENI IS ANOTHER FICTION. LA THÈSE DU GABONAIS HERVÉ ESSONO-MEZUI PROUVE QUE LE BAPTÊME D’ALI BONGO EN 1961 À AKIENI N’EST QU’UNE AUTRE FICTION

Image: Gabon TV




English Version

During his recent so called Republican tour of Gabon, Ali Bongo and his family have made repeatedly published in state media, the news that they had found in an old register of the parish "of St. Jerome of Akieni" in Haut-Ogooué, the proof that he was baptized there in 1961 alongside his late sister Albertine Bongo.

Dear readers, we do not even mention the inconsistencies related to the content of the register; names spelled differently etc. We invite you to confront the story of the Bongos saying that their family members had been baptized in a Catholic parish located in Akieni in 1961, with the historical reality of the establishment of the Catholic Church in Gabon. In other words, the question that must be asked is whether that parish existed during that time? If so, who was the priest in charge, i.e. the one who baptized the children?

For this, we make reference to the doctoral thesis, very carefully documented, of our compatriot Hervé Essono-Mezui, defended in 2006 at Université Lumière Lyon 2. Here's what we learned from that this document:

1. Until independence, there were no Catholic parish in Akieni


2. The Following Catholic parishes were created in Gabon between 1945 and 1959



3. The so called St. Jerome parish of Akieni was founded in 1988



Dear readers, here is another proof that with the Bongos, nothing is ever "as one expects it to be"! How could Ali Bongo have been baptized in 1961 in a parish whose creation only occurred in 1988 based on verifiable and verified documents? If this parish existed under a different name, they must provide it to us and we will seek that name in the archives. For now, we have evidence of another lie by this family.



Version française

Pendant sa récente tournée dite républicaine à l’intérieur du Gabon, Ali Bongo et les siens ont fait annoncer en boucle dans les media d’Etat, qu’ils avaient retrouvé dans un vieux registre de la paroisse «Saint Jérôme d’Akieni» dans le Haut-Ogooué, la preuve qu’il y fut baptisé en 1961, en compagnie de sa défunte sœur Albertine Bongo.

Chers lecteurs, nous ne mentionnerons même pas les incongruités liées au contenu de ce registre; les noms épelés différemment etc. Nous vous invitons à confronter le récit des Bongo qui dit que des membres de leur famille avaient été baptisés dans une paroisse catholique d’Akieni en 1961, avec la réalité historique de l’implantation de l’église catholique au Gabon. En d’autres termes, la question qu’il faut se poser est celle de savoir si cette paroisse existant bien en ce temps-là ? Si oui, qui en était le prêtre responsable, c’est dire celui qui baptisait les enfants?

Pour ceci, nous nous sommes référés à la thèse de doctorat, très minutieusement documentée, de notre compatriote Hervé Essono-Mezui, soutenue en 2006, à l’Université Lumière Lyon 2. Voici ce que nous apprend ce document :

1. Jusqu'à l’indépendance, il n’y a pas de paroisse catholique à Akieni



2. Voici les paroisses catholiques créées au Gabon entre 1945 et 1959



3. La paroisse d’Akieni nommée Saint Jérôme n’est fondée qu’en 1988




Chers lecteurs, voici une autre preuve qu’avec les Bongo, rien n’est jamais « comme on l’entend »! Comment Ali Bongo peut-il être baptisé en 1961 dans une paroisse dont la création se situe en 1988 d’après les documents vérifiables et vérifiés? Si cette paroisse existait sous un autre nom, qu’on nous le donne et nous chercherons cette dénomination dans les archives. Pour l’instant, nous avons la preuve d’un autre faux de cette famille.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE