THE SPEECH BY THE MOVEMENT "ÇA SUFFIT COMME ÇA" AT THE STRATEGICO INTERNATIONAL CONFERENCE, ON COUNTRIES IN CRISIS. ALLOCUTION DU MOUVEMENT "ÇA SUFFIT COMME ÇA" A LA CONFERENCE INTERNATIONALE DE STRATEGICO., SUR LES PAYS EN CRISE



Conference web site



English version

Speech by The Movement Ça Suffit Comme Ça,

represented by the Convention of the Gabonese Diaspora

CROWNE PLAZA - THE PALACE - BRUSSELS

Friday, November 16, 2012

StrategiCo International Conference on countries in crisis.

Ladies and gentlemen, distinguished guests, it is the name of the main Movement of the Gabonese civil society engaged in pressures for democratic reforms in Gabon that I speak to you. For this purpose, I wish to indicate the extent of the general crisis affecting my country and that includes major risks to its stability if the international community let things fester.

Indeed, following the taking of power by Ali Bongo, which occurred through undemocratic means in 2009, based on a completely irregular electoral process, marked by large-scale fraud and consecrated by an electoral coup with the active complicity of the Interior Ministry, the Army and the Constitutional Court, three institutions subservient to the family Bongo; Gabon has been going through an unprecedented social, political, and economic crisis which characteristics are:

In politics:

Since the coming to power of Ali Bongo there is the imposition of a particularly aggressive dictatorship, disrespectful of the Civil and Political Rights of Gabonese citizens, which are otherwise constitutionally recognized. Frequent violations of human rights and fundamental freedoms are witnessed. The population of Port-Gentil, the economic capital, paid a heavy price in September 2009 with the murder of dozens of people and various other abuses which were committed by militias and soldiers acting on the orders of the regime. As a consequence, the International Criminal Court has agreed to open an investigation. Across the country, the civil society condemns arbitrary arrests and the reflexive use of torture and its exponential practice on citizens in all detention centers and prisons nationwide. In the same vein of human rights violations, a fierce repression fell on the student movement at the University of Libreville: a hundred of them were victims of arbitrary arrests inside the university campus in violation of academic freedom recognized to these places of higher learning that are supposed to build the progress of our country. The leader of that movement was sentenced to two months in prison by a justice system at the orders of Ali Bongo. Restriction of freedom of expression is marked by numerous suspensions of newspapers on the grounds that they criticize the regime, like UN and Ezombolo, two of the principals which have received six-month suspension handed down by the National Council of communication, an organization meant to regulate communication in Gabon, but which illustrates itself by trampling regularly on Freedom of the Press. TV+, the largest private television channels has been throughout this year, victim of sabotage by armed elements. The restriction of the action of free civil society organizations and trade unions which are constantly hampered by the Government: Trade Unionists saw their salaries suspended in 2011 for demanding better working conditions and many of them have been imprisoned.

In its desire to impose a one-party system and establish the hegemony of his political clan and to violate the fundemental rules of pluralistic democracy, ALI BONGO has taken a number of anti-democratic actions that reflect eloquently the tyrannical nature of his regime:

• The prohibition of a major political party of opposition namely the Union Nationale for having legitimately vehemently challenged the election of Ali Bongo in 2009;
• Arbitrary legal proceedings that are political in nature, against many executives and supporters of that party.
• The prohibition of marches and other peaceful forms of expression; recently, 48 people were made political prisoners. Some friendly French political parties have joined us in this new denunciation.
• The Constitutional Reform of 2011, unilaterally decided by Ali Bongo, enabling him to concentrate all powers and de facto dedicated making him president for life and transforming the presidency into a monarchy for the benefit of the Bongo family and their subservient;
• The legislative elections of 17 December 2011 which were held in the general indifference because boycotted by more than 90% of the Gabonese population. The Gabonese people refused to vote and endorse a mock election. Poll centers throughout the country were occupied by the armed forces under the exclusive supervision of the representatives of the party-state, the PDG. Of the 120 seats of deputies in the National Assembly of Gabon, 116 are now occupied by the PDG and totalitarian party, the other 4 seats are divided among four other parties including two of the Republican majority, that is subservient to the PDG, and two minority parties and dissident opposition.

In economic terms:

We note the increasing number of unemployed and thus of precarious households. This following decisions as illegal as haphazardly like that on the log export ban. In addition, small and medium-sized businesses are closing one after the other for lack of contracts. While the country lacks hospitals, medicines, schools, the regime has launched lavish expenditures, such as:

• Buying a mansion in Paris in the amount of sixty-five (65) billion CFA francs;
• The purchase for three billion (03) CFA francs the home of Senator Ted Kennedy;
• The purchase of a fleet of car for ten billion (10) CFA francs;
• Buying a ranch in South Africa worth five (05) billion CFA francs;
• The organization in Libreville of a luxury boat race for fourteen (14) billion CFA francs;
• The organization of a part of the African Cup of Nations for five hundred (500) billion CFA francs. For this competition, the award of certain contracts of the CAN was made on the hand shake principle to companies close to the presidential family. To date, the Government has not justified to the Gabonese people use that was made of the billions of the CAN. We expect clear answers on this matter. We want accurate information about how agencies have handled the CAN money.

• There is also the creation of agencies beyond legislative control, directly dependent upon Ali Bongo, which resulted in a non-standard use of the investment budget, while emptying the Government of its constitutional prerogatives to the point that PDG MPs openly criticized under the leadership of Guy Nzouba Ndama, action of agencies created by Ali Bongo. In general, we note that the waste of public money through the organization of festive activities costing billions of CFA francs to taxpayers and to the detriment of social investment; has become the new standard for managing state funds.
• The Land grabbing from people in rural areas and the planned destruction of hundreds of thousands of hectares of virgin forests for the benefit of Asian companies including the infamous company OLAM (Singaporean-Malaysian) is the project of the century for the emergence regime.

Designed with the goal of making Gabon a source of production of palm oil and rubber, in violation of international commitments made by Gabon in preserving the environment, plantation projects of the Olam Group are the latest feat of arms of the Ali Bongo regime. In a country where food security is not achieved, and where the high cost of food is due to the import of food products from neighboring countries, the question we might ask is why Olam does not chose the revitalization of rice cultivation in Nyali in the Nyanga province, Banana in Ndougou and Woleu-Ntem in general, yam in Ngounié etc ... so this time, to help Gabon diversify its economy on a more unanimous, healthy, and likely to allow our country to regain its food sovereignty as was the case until the early 70s.

In its propaganda, Ali Bongo's government had dangled the hypothetical potential OLAM offers to the Gabonese government, as investment funds capable of supporting the process of economic diversification.

After review, it is clear that OLAM is actually a screen business without resources. Olam uses the Gabonese government as a guarantee to raise funds on the international market. The alleged financial capabilities of Olam are nonexistent or virtual. Investments promised by OLAM are therefore fictitious. Faced with this economic imposture and suspicious activity by this company in Gabon, the presence of Olam Group in Gabon raises serious concerns with a large majority of the Gabonese people. We hope that the European Union is conducting investigations into the criminal activities of OLAM in Gabon.

In social matters:

• The destruction in Libreville in 2011 of thousands of housing belonging to low income people without credible alternatives proposed, at the same time exacerbating social divisions did not constitute an act of bravery by the emergent regime;
• The breakdown of the health system is exacerbated by the age of health facilities and the unspeakable degradation of the quality of care;
• The cost of living is more oppressive for hundreds of thousands of Gabonese households, where to provide regular meals to offspring already difficult to educate and take care of, is a feat considering that Gabon is among the top 5 countries richest countries on the continent;
• To feed themselves, some compatriots do their shopping at the municipal landfill of Mindoubé where they recover spoiled cartons of food when they are lucky;
• Strikes are endemic in almost all sectors of the public administration;
• The education system is deteriorating with bad training of our youth amid discontent by faculty.

To find an honorable way out for our country, the Movement Ça suffit comme Ça, the Convention of the Gabonese Diaspora, the political parties of the democratic opposition invite all to mobilize forces for the staging of the Sovereign National Conference.

As responsible citizens concerned about the preservation of peace, social cohesion, determined to impose real democracy in our country, we urge the European Union to help and facilitate the convening of a Sovereign National Conference including all political forces and civil society with the involvement of the international community and France. The 45 years of management of Gabon by the Bongo clan and the predatory political system of the PDG have plunged Gabon in desolation. At all levels, Gabon is a veritable wasteland. Our country needs to be rebuilt on new foundations. Gabon must cease to be the property of the Bongos which they can pilfer at will to the detriment of the majority of the population languishing in abject disgrace. We want to end social injustice and corruption that plague the state and prevent any development in Gabon. It is urgent that the European Union takes appropriate action against the ill gotten assets present in its territory. We want a strong signal from the European Union about the political corruption in Gabon.

Now we want to build a new Republic based on Equity, Justice and Democracy. We want to rebuild Gabon. Around the country, a strong desire for freedom is manifested. People aspire to something else and are eager to be rid of 45 years of mediocrity and obscurantism at the head of the state. A Sovereign National Conference is necessary resolutely as the only alternative to get out of the crisis, to save Gabon from bankruptcy, the current translation of the generalized decay of the state is that all institutions have no legitimacy. Ultimately, it is the same message that was issued at the World Forum on Democracy held in October in Strasbourg, that we wanted to renew so that together we can make Gabon into democratic state following the rule of law, free of one of the most corrupt regime that kills its children.

Done in Brussels, 16 November 2012



Version française


Discours du Mouvement Ça suffit comme Ça,

représenté par la Convention de la Diaspora Gabonaise

CROWNE PLAZA – LE PALACE - BRUXELLES

Vendredi 16 Novembre 2012

Conférence Internationale de StrategiCo sur les pays en crise.

Mesdames et Messieurs, distingués invités, c’est au nom du principal Mouvement de la Société Civile Gabonaise engagé dans les pressions en faveur des reformes démocratiques au Gabon que je m’exprime. Par notre propos, je souhaite vous indiquer l’étendue de la crise générale qui affecte mon Pays et qui comporte des risques majeurs pour sa stabilité si la communauté internationale laisse les choses pourrir.

En effet, suite à la prise du pourvoir antidémocratique d’Ali Bongo en 2009, fondée sur un processus électoral complètement irrégulier, marqué par des fraudes à grande échelle et consacré par un coup d’état électoral avec la complicité active du ministère de l’intérieur, de l’Armée et de la Cour Constitutionnelle, trois Institutions inféodées à la famille Bongo, le Gabon traverse une crise politique, sociale et économique sans précédents dont les caractéristiques sont :

En matière politique :

On constate depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali Bongo la mise en place d’une dictature particulièrement agressive et non respectueuse des droits civils et politiques des citoyens gabonais qui par ailleurs sont constitutionnellement reconnus. On enregistre de fréquentes violations des droits de l’homme et des libertés fondamentales. La population de Port-Gentil, capitale économique a payé un lourd tribut en septembre 2009 avec l’assassinat de plusieurs dizaines de personnes et autres violences diverses dont se sont rendus coupables les milices et autres soldats agissant sous les ordres du régime. De ce fait, la Cour Pénale Internationale a accepté l’ouverture d’une procédure d’enquête. Partout dans le pays, la société civile dénonce les arrestations arbitraires et le recours réflexif à la torture, et à sa pratique exponentielle sur les citoyens dans tous les lieux de détention et les centres pénitenciers à l’échelle nationale. Dans le même registre de violations des Droits de l’Homme, une féroce répression s’est abattue sur le mouvement estudiantin de l’Université de Libreville : une centaine d’entre eux ont été victimes d’arrestations arbitraires à l’intérieur du campus universitaire au mépris des franchises universitaires reconnues à ces hauts lieux de formation des élites appelées à construire le progrès de notre Pays. Le leader de ce mouvement a été condamné à 2 mois de prison par une Justice aux ordres d’Ali Bongo. La restriction de la liberté d’expression marquée par de nombreuses suspensions d’organes de presse au motif qu’ils critiquent le régime, à l’exemple de l’UN et EZOMBOLO, deux des principaux qui écopé de six mois de suspension prononcés par le Conseil National de la Communication, un organisme sensé réguler la communication au Gabon, mais qui s’illustre par des entraves régulières à la Liberté de la Presse. TV+, la plus importante chaine de télévision privée a été durant toute cette année victime d’actes de sabotage par des éléments armés. La restriction de l’action des organisations de la société civile et des syndicats libres qui voient constamment leurs activités entravées par le Gouvernement : des Syndicalistes ont vu leurs salaires suspendus en 2011 pour avoir revendiqué des meilleures conditions de travail et plusieurs d’entre eux ont été emprisonnés.

Dans sa volonté d’imposer un système de parti unique et d’assoir l’hégémonie de son clan politique et de violer les règles fondamentales de la démocratie pluraliste, ALI BONGO a posé un certain nombre d’actes anti démocratiques qui traduisent avec éloquence la nature tyrannique de son régime :
• L’interdiction d’un important parti politique de l’opposition à savoir l’Union Nationale, pour avoir légitimement contesté avec véhémence l’élection 2009 d’Ali BONGO ;
• Des poursuites judiciaires arbitraires à caractère politique contre de nombreux cadres et sympathisants de ce parti.
• l’interdiction des marches et autres modes d’expression pacifique ; Dernièrement, 48 citoyens ont été faits prisonniers politiques. Nos amis Partis Politiques Français nous ont rejoint dans celle nouvelle dénonciation.
• La réforme Constitutionnelle unilatérale de 2011, décidé par Ali BONGO qui lui permet aujourd’hui de concentrer tous les pouvoirs et qui consacre de facto la Présidence à vie et la monarchisation du pays au profit de la famille BONGO et de ses inféodés ;
• l’élection législative du 17 décembre 2011 qui s’est tenue dans l’indifférence générale car boycottées par plus de 90 % de la population Gabonaise. Les Gabonais ont refusé d’aller voter et de cautionner une parodie d’élection. Les centres de votes dans tout le pays étaient occupés par les forces armées sous la supervision exclusive des représentants du parti-état, le PDG. Sur les 120 sièges de députés que compte l’Assemblée Nationale Gabonaise, 116 députés sont aujourd’hui réquisitionnés par le parti totalitaire PDG et, les 4 autres sièges sont partagés entre 4 autres partis dont deux de la majorité républicaine, c’est-à-dire inféodés au PDG, et deux partis minoritaires et dissidents de l’opposition .

En matière économique :

Nous notons l’augmentation du nombre des chômeurs et par conséquent la précarité des ménages. Cela, suite à des décisions aussi illégales qu’hasardeuses comme celle relative à l’interdiction d’exportation de grumes. De plus, les petites et moyennes entreprises locales ferment les unes après les autres fautes de marchés. Alors que le pays manque d’hôpitaux, de médicaments, d’écoles, le pouvoir s’est lancé dans des dépenses somptueuses tels que :

• L’achat d’un hôtel particulier à Paris d’un montant de soixante cinq (65) milliards de francs CFA ;
• L’achat pour trois milliards (03) de francs CFA de la demeure du sénateur Ted KENNEDY ;
• La constitution d’un parc automobile pour dix milliards (10) de francs CFA ;
• L’achat d’un ranch en Afrique du sud d’une valeur de cinq (05) milliards de francs CFA ;
• L’organisation à Libreville d’une course de bateaux de luxe pour quatorze (14) milliards de francs CFA ;
• L’organisation d’une partie de la Coupe d’Afrique des Nations pour cinq cent (500) milliards de francs CFA. Au titre de cette manifestation, la passation de certains marchés de la CAN s’est faite sur le principe du gré à gré à des sociétés proches de la famille présidentielle. A ce jour, le Gouvernement n’a pas justifié au peuple Gabonais l’utilisation qui a été faite des milliards de la CAN. Nous attendons des réponses claires sur cette affaire. Nous voulons des informations précises sur la manière dont les agences ont géré l’argent de la CAN.

• On constate également que la création d’Agences échappant à tout contrôle législatif et dépendant directement d’Ali Bongo a occasionné une utilisation non réglementaire du budget d’investissement, tout en vidant le Gouvernement de ses prérogatives constitutionnelles au point que les députés PDG ont ouvertement critiqué sous l’impulsion de Guy Nzouba Ndama, l’action des agences créée par Ali Bongo . En règle générale, on note que le gaspillage de l’argent public à travers l’organisation d’activités festives à coût de milliards de francs CFA au frais du contribuable et au détriment des investissements sociaux, est devenu la nouvelle norme de gestion des deniers de l’Etat.
• L’accaparement des terres des populations en zones rurales et la destruction programmée de plusieurs centaines de milliers d’hectares de forets vierges au profit des industriels asiatiques dont la tristement célèbre société OLAM (Singapourienne-Malaisienne) constitue le projet du siècle du régime émergent.

Conçus dans l’objectif de faire du Gabon une source de production d’huile de palme et d’hévéa, en violation des engagements internationaux du Gabon en matière de préservation de l’environnement, les projets de plantations du Groupe OLAM sont le dernier haut fait d’armes du régime d’Ali BONGO. Dans un pays où la sécurité alimentaire n’est pas atteinte, et où le coût très élevé des denrées alimentaires s’explique par l’importation des produits vivriers auprès des pays voisins, la question qu’on peut se poser est celle de savoir pourquoi OLAM ne s’orienterait il pas vers la redynamisation de la culture du riz à Nyali dans la Nyanga, la Banane à Ndougou et le Woleu-Ntem en général, le tarot dans la Ngounié etc… afin cette fois, d’aider le Gabon à diversifier son économie sur des bases plus unanimes, saines, et de nature à permettre à notre Pays de retrouver sa souveraineté alimentaire comme se fut le cas jusqu’au début des années 70.

Dans sa propagande, le Gouvernement d’Ali BONGO avait fait miroiter d’hypothétiques potentialités qu’OLAM offrirait à l’Etat gabonais, en tant que fonds d’investissement apte à soutenir son processus de diversification de l’économie.
Après examen, force est de constater qu’OLAM n’est en réalité qu’une entreprise écran sans ressources véritables. OLAM utilise l’Etat Gabonais comme une caution pour lever des fonds sur le marché international. Les prétendues capacités financières d’OLAM sont inexistantes voire virtuelles. Les investissements promis par OLAM sont par conséquent fictifs. Face à cette imposture économique et aux activités suspectes de cette entreprise au Gabon, la présence du Groupe OLAM suscite de vives inquiétudes auprès d’une large majorité des Gabonais. Nous souhaitons que l’Union Européenne mène des investigations sur les activités criminelles d’OLAM au Gabon.

En matière sociale :
• La destruction à Libreville en 2011 de plusieurs milliers de logements des populations économiquement faibles, sans proposition d’alternatives crédibles, aggravant du même coup la fracture sociale, a constitué un acte de bravoure à l’actif du régime émergent;
• La déstructuration du système sanitaire se traduit par la vétusté exacerbée des structures de santé et une dégradation innommable de la qualité des soins de santé;
• La vie chère est de plus en plus oppressante pour des centaines de milliers de ménages Gabonais, où assurer régulièrement des repas à une progéniture difficilement scolarisée et soignée relève de l’exploit alors que le Gabon s’offre un classement parmi les 5 pays les plus riches du continent ;
• Pour se nourrir, certains compatriotes font leur marché à la décharge municipale de Mindoubé où ils récupèrent des cartons de vivres avariées quand la providence leur en donne l’occasion;
• Les mouvements de grèves sont endémiques dans la quasi totalité des secteurs de l’administration publique;
• Le système éducatif va à veau l’eau avec une formation au rabais de notre jeunesse sur fond de grogne du corps enseignant.

Pour trouver une porte de sortie honorable à notre Pays, le Mouvement Ça suffit comme Ça, la Convention de la Diaspora Gabonaise, les Partis politiques de l’opposition démocratique invitent toutes les forces vives à une mobilisation pour la tenue de la Conférence Nationale Souveraine.

En tant que citoyens responsables et soucieux de la préservation de la Paix, de la cohésion sociale, déterminés à imposer la démocratie véritable dans notre Pays, nous appelons l’Union Européenne à nous aider et à faciliter la tenue d’une Conférence Nationale Souveraine incluant l’ensemble des forces politiques et la société civile avec l’implication de la Communauté Internationale et de la France. Les 45 années de gestion du Gabon par le clan Bongo et le système politique prédateur du PDG ont plongé le Gabon dans la désolation. A tous les niveaux, le Gabon est un véritable champ de ruines. Notre pays est à reconstruire sur des bases nouvelles. Le Gabon doit cesser d’être la propriété des Bongo où ces derniers peuvent se servir à volonté au détriment de la majorité de la population qui croupit dans une misère ignominieuse. Nous voulons mettre fin aux injustices sociales et à la corruption qui gangrènent l’Etat et qui empêchent tout développement au Gabon. Il est urgent que l’Union Européenne prenne des mesures appropriées contre les Biens Mal Acquis présents sur son territoire. Nous voulons des signaux forts de l’Union Européenne sur la corruption politique au Gabon.

Nous voulons bâtir maintenant une nouvelle République fondée sur l’Equité, la Justice et la Démocratie. Nous voulons reconstruire le Gabon. Partout à travers le pays, une forte soif de liberté se manifeste. Les gens aspirent à autre chose et souhaitent vivement être débarrassés de 45 ans de médiocrité et d’obscurantisme à la tête de l’Etat. La Conférence Nationale Souveraine s’impose résolument comme la seule alternative de sortie de crise pour sauver le Gabon de la faillite actuelle, traduction de la déliquescence généralisée de l’Etat qui fait que toutes les institutions n’ont plus aucune légitimité. C’est en définitive ce même message qui a été délivré lors du Forum Mondial sur la Démocratie tenu en octobre à Strasbourg que nous avons voulu vous renouveler afin qu’ensemble, nous puissions faire du Gabon, un Etat de droit démocratique, débarrassé d’un régime des plus corrompu, qui tue ses enfants.

Fait à Bruxelles, le 16 novembre 2012

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE