THE ALI BONGO REGIME IS FORCED TO WRAP ITSELF IN STUPIDITY (THE END). LE RÉGIME ALI BONGO EST CONTRAINT DE S'ENVELOPPER DANS LA STUPIDITÉ (FIN)


Mrs/Mme Mekamne




English version


The importance of debate in a democracy

In the last half hour of the program Agora, Mrs. Paulette Oyane Ondo said:

"The debate that we are having now proves one thing, it is that in Gabon there is no democracy. You know, the basis of democracy is dialogue. If it is even being said that we cannot have a national conference because there is no political crisis, it means that we are not even in a democracy. I'll take a case like François Hollande. As soon as he took office, he immediately made contact with the unions, yet there were no problems. He entered into dialogue with all segments of the population and created a commission for just about every theme, because he is a Democrat. When we are told that there is no political crisis, what do we mean by crisis? They themselves are saying that we must recognize their champion as president; it means that they themselves have a problem with that! Is there a crisis only when blood flows? Democracy is what we are doing here, someone wants to talk, we will give them the floor ... So even discussing the Sovereign National Conference proves that Gabon is not a democracy. For alternating political regimes to take place, there must be a neutral state; the state should not be partisan. But in Gabon, even a Secretary in a service considers that insofar as she was appointed to the service, she must protect her job by pleasing the people in power. The state is not neutral in Gabon it is personified and even personalized. This is not a state that believes that it is the general agent of all Gabonese."

Ms. Maganga Moussavou joined Ms. Ondo Oyane in her reasoning, both saying:

"The opposition does not have the reins of the state. It is those are those who have the reins of the state who must call the others to establish the rules of a functioning state. Regarding all election, the rules must be made by consensus. Democracy is based on consensus. People should talk all the time, we must talk. "

Speaking afterwards, the hilarious mayor of Owendo proclaimed:

"Never has the regime insulted the opposition; that has never seen ... We're not here to judge the state! This is not a case here against the state but we are talking about political violence."

To what Mrs. Maganga Moussavou responded by telling her how the PDG sent youths to Mouila to disrupt the meeting of the UFC. Once again the Mayor of Owendo found herself in the mud.

Ms. Mekamne enters the dance by saying that:

"Intolerance is to not recognize that someone has been elected for 7 years. He must be allowed to work during these 7 years in peace. It is not a group of individuals who will decide one morning to conduct a Sovereign National Conference; according to the constitution, the sovereignty belongs to the people. It is stated in the constitution that no group of people can claim sovereignty. Those who demand the Sovereign National Conference, do they have the power of the people? People send their representatives to the parliament. The people give their power through elections. The president was elected by the people, the MPs. were elected by the people, they are the representative of the people. Institutions work well, we're not going to question them every 20 years. "

The analysis of Gabon Enervant / Annoying Gabon:

The Agora program we are commenting since the beginning of the week is certainly the most important that this blog ever watched and analyzed. Most important because of the extent of the subject matter covered and also because of the quality of the speakers who have allowed the audience to measure, if they were still doubtful, the tectonic drift of ideas between supporters and advocates of the established order and those who want Gabon to change and enter the 21st century and the era of democracy. Even Jeanne Mbagou, within her limits, has attracted the sympathy of our readers, who have written a lot saying, "but what do you want from her when she owes everything to the Bongo? Without the Bongos, she is nothing, she must be understood." The four ladies present at this debate personified the divide between those in Gabon who are not bothered by a burgeoning arbitrary and mediocre monarchy and those for whom it would be time for a republican ideal of governance, institutions and practices replace the archaic despotically ubiquitous family that has been ruling Gabon for 45 years.

The two paths going in opposite directions, we have seen ladies Maganga Moussavou and Oyane Ondo demonstrate and ask that Gabon becomes a country administered through the greater participation of citizens in public affairs and in all forms of governance. This evolution which is commonly called "democracy" would be the best guarantee for protection of fundamental freedoms, equality between citizens and response to the needs of all people and the preservation of long-term peace in the country. These interveners brilliantly defended the belief that the ultimate goal of democracy is to preserve and promote the dignity and fundamental rights of the individual, to achieve social justice in the country, promote economic and social development of the community, strengthen social cohesion and create an environment conducive to peace. For them, democracy, development and human rights are therefore interdependent.

At the opposite, ladies Mekamne and Mbagou also demonstrated their commitment to the existing order, even to the point of absurdity as when one stated that there was no problem in Gabon, but more insidiously the one who was university educated and a lawyer tried to normalized the arbitrary and despotic gangrene affecting Gabon, as long as "the head of state was elected" and that "institutions functioned normally." If the childlike reasoning of Mrs. Mbagou could make you smile, the cynical calculations of Mrs. Mekamne are more disconcerting because she was rejecting outright any suggestion of national dialogue on Gabon's governance and denying the entire Gabonese people the opportunity to exercise control over the rules and policy governing the country under the pretext that "institutions are work" so people can move on because there is nothing to see. Ms. Mekamne pushes it further by saying that none other than members of parliament have the right to speak on behalf of the Gabonese people, because only these parliamentarians are constitutionally vested with public representation. But Ms. Mekamne knows very well that the Gabonese Parliament does not meet any of the parameters that make such an institution representative of the people in all its diversity. In saying this, Mrs. Mekamne, in fact, expressed her approval for a 2 tier Gabon: the PDG which arrogates to hitself the right to speech and dialogue, and others who suffer. There is the Gabon that they want to sustain.

Debate is important in a democracy because it allows every citizen having a capacity for reflection to get an idea on those who govern and where they want to lead the country. The debate that took place in Agora was a rare democratic debate in a country that is not so. We witnessed the ideological clash between the established order which would continue to marginalize people by confining them to the outskirts of the state and leaving the management of the country to the monarch and his "functioning institutions" and other citizens wishing to consolidate the Gabonese state and give it a new birth from which could come out a more transparent electoral process; more present political rights and civil liberties and defined roles and responsibilities of each other in a democratic system clearly established.

It is to decide between these two camps that a Sovereign National Conference is not only necessary but also indispensable for Gabon. That debate program, Agora, allowed Gabonese people to know the implications of this Sovereign National Conference. The refusal of the regime to engage in this dialogue between political parties, the civil society and all citizens, speaks volumes about the regime's intentions for the country.





Version française


L'importance du débat en démocratie

Dans la dernière demi heure de l'émission Agora, c'est Mme Paulette Oyane Ondo qui a dit:

"Le débat qu'on a là présentement prouve bien une chose, c'est qu'au Gabon il n'y a pas de démocratie. Vous savez, à la base de la démocratie c'est le dialogue. Si on en est même à dire que nous ne pouvons pas faire de conférence nationale parce qu'il n'y a pas de crise politique, ça veut dire que nous ne sommes même pas en démocratie. Je vous prends un cas comme François Hollande. Dès qu'il est entrée en fonction, tout de suite il a pris langue avec les syndicats, pourtant il n'y a avait pas de problèmes particuliers. Il est entré en dialogue avec toutes les couches de la population; il a créé des commissions pour a peu près chaque thème, parce que c'est un démocrate. Quand on nous dit qu'il n'y a pas de crise politique, qu'est-ce qu'on entend par crise? Eux mêmes sont en train de dire qu'il faut reconnaitre leur champion comme président; ça veut dire qu'eux mêmes ont un problème avec ça! Est-ce que la crise c'est seulement quand le sang coule? La démocratie est ce que nous sommes en train de faire là; quelqu'un veut parler, on va lui donner la parole… Donc qu'on en soit même à discuter de la Conférence Nationale Souveraine prouve que le Gabon n'est pas une démocratie. Pour qu'il y ait alternance, il faut un état neutre; l'état ne doit pas être partisan. Mais au Gabon, même la secrétaire d'un service considère que dans la mesure où elle a été nommée à ce service, elle doit protéger son emploi en faisant plaisir au pouvoir. L'état n'est pas neutre; l'état gabonais est personnifié et même personnalisé. Ce n'est pas un état qui considère qu'il soit le mandataire général de tous les Gabonais."

Mme Maganga Moussavou rejoignant Mme Oyane Ondo dans son raisonnement, en cœur les deux affirment que:

"L'opposition n'a pas les rênes de l'état. Ce sont ceux qui ont les rênes de l'état qui doivent appeler les autres pour établir ensembles les règles d'un bon fonctionnement de cet état. Tout ce qui concerne les élections doit être fait de manière consensuelle. La démocratie est basée sur le consensus. Il faut se parler tout le temps, il faut dialoguer".

Intervenant ensuite, l'inénarrable maire d'Owendo proclamera:

"Jamais le pouvoir n'a insulté l'opposition; cela ne s'est jamais vu… Nous ne sommes pas venus ici pour juger l'état! Ce n'est pas un procès ici contre l'état mais plutôt nous parlons de violence politique".

Ce à quoi Mme Maganga Moussavou lui répondra en racontant comment le PDG à envoyé des jeunes à Mouila perturber les assises de l'UFC. Une fois encore le maire d'Owendo s'est retrouvée dans la gadoue.

Mme Mekamne entre dans la danse en disant ce qui suit:

"L'intolérance c'est ne pas reconnaitre que quelqu'un a été élu pour 7 ans. Il faut qu'on le laisse travailler pendant ces 7 ans dans la quiétude. Ce n'est pas un groupe d'individus qui va décider un matin de faire une Conférence Nationale Souveraine; la souveraineté selon la constitution appartient au peuple. Il est dit dans la constitution qu'aucun groupe de personnes ne peut s'arroger cette souveraineté. Ceux qui réclament la Conférence Nationale Souveraine, est ce qu'ils ont le pouvoir du peuple? Le peuple envoie ses représentants à l'assemblée. Le peuple donne le pouvoir à travers les élections. Le chef de l'état a été élu par le peuple; il est représentant du peuple. Le député est élu par le peuple; il est représentant du peuple. Les institutions fonctionnent bien, on ne va pas les remettre en question tous les 20 ans."

Analyse par Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:

L'émission Agora que nous commentons depuis le début de la semaine est certainement la plus importante que ce blog n'ait jamais regardée et analysée. Plus importante à cause de l'étendu du sujet couvert et aussi à cause de la qualité des intervenants qui ont permis à l'auditoire de mesurer, si le doute subsistant encore, la dérive tectonique d'idées qui existe entre les partisans et tenants de l'ordre établi et ceux qui désirent une évolution du Gabon vers le 21ième siècle et la démocratie. Même Mme Jeanne Mbagou, dans ses limites, a suscité la sympathie de nos lecteurs, beaucoup nous ayant écrit en disant: "mais qu'est-ce que vous voulez qu'elle fasse quand elle doit tout aux Bongo? Sans les Bongo elle n'est rien; il faut la comprendre". Les quatre dames présentes à ce débat personnifiaient la ligne de fracture au Gabon entre ceux qu'un pouvoir monarchisant, arbitraire et au demeurant médiocre, ne dérange absolument pas et ceux pour qui il serait temps qu'un idéal de gouvernance, d'institutions et de pratiques républicaines prenne désormais le pas sur l'archaïsme familial et ubiquitairement despotique, en vigueur au Gabon depuis 45 ans.

Les deux trajectoires allant dans les sens opposés, on a pu voir Mesdames Maganga Moussavou et Oyane Ondo démontrer et demander que le Gabon devienne un pays administré par la participation plus grande des citoyens aux affaires publiques et dans toutes les formes de gouvernance. Cette évolution que l'on appelle communément "démocratie" serait la meilleure garantie de protection des libertés fondamentales, d'égalité entre citoyens et de réponse aux besoins de tous et à la préservation de la paix à long terme dans le pays. Ces intervenantes ont magistralement défendu le credo selon lequel le but ultime de la démocratie soit de préserver et de promouvoir la dignité et les droits fondamentaux de l’individu, de réaliser la justice sociale dans le pays, de favoriser le développement économique et social de la communauté, de renforcer la cohésion de la société et créer un environnement propice à la paix. Pour elles, la démocratie, le développement et les droits de l’homme sont par conséquent interdépendants.

A l'opposée, mesdames Mekamne et Mbagou aussi ont démontré leur attachement à l'ordre actuel; au point même de l'absurdité comme quand l'une affirmait qu'il n'y avait pas de problème au Gabon; mais plus insidieusement par l'autre qui en universitaire et avocate, a essayé de faire passer la gangrène arbitraire et despotique du Gabon comme étant normale, du moment que "le chef de l'état a été élu" et que "les institutions fonctionnaient normalement". Si le raisonnement cru et presqu'infantile de Mme Mbagou pouvait faire sourire; le calcul cynique de Mme Mekamne était lui plus déconcertant car rejetant en bloc toute suggestion de concertation nationale sur la gouvernance du Gabon et déniant au peuple gabonais tout entier l'opportunité d'exercer un contrôle sur les règles et la politique régissant son pays, sous prétexte que les "institutions fonctionneraient" donc le peuple peut circuler car il n'y a plus rien à voir. Mme Mekamne pousse le bouchon plus loin en affirmant que nul autre que les membres du parlement ait le droit de parler au nom du peuple Gabonais, car seuls ces parlementaires sont constitutionnellement investis de la représentativité publique. Mais Mme Mekamne sait très bien que le Parlement gabonais ne réunis aucun des paramètres pouvant en faire une institution représentative du peuple dans toute sa diversité. En disant cela, Mme Mekamne, en fait, exprime son approbation pour un Gabon à 2 vitesses: le PDG qui s'arroge le droit à la parole et à la concertation, et les autres qui subissent. Voici ce Gabon qu'on veut pérenniser.

Le débat est important en démocratie car il permet à tout citoyen doté d'une capacité de réflexion de se faire une idée sur ceux qui le gouvernent et où veulent-ils mener le pays. Le débat qui a eu lieu à Agora a été un rare débat démocratique dans un pays qui ne l'est pas. Nous avons assisté au clash idéologique entre un ordre établi qui voudrait continuer à marginaliser les citoyens en les confinant à la périphérie de l'état et laissant la gestion au monarque avec ses "institutions qui fonctionnent"; et d'autre part des citoyens voulant refondre l'état gabonais et lui donner une nouvelle naissance d'où sortiront des processus électoraux plus transparents; des droits et libertés civils et politiques plus présents et des rôles et responsabilités des uns et des autres dans un système démocratique clairement établi.

C'est afin de départager ces 2 camps qu'une Conférence Nationale Souveraine est non seulement nécessaire, mais surtout indispensable au Gabon. Cette Emission débat d'Agora aura permis aux gabonais de savoir quels sont les enjeux de cette Conférence Nationale Souveraine. Le refus du pouvoir de se livrer à ce dialogue entre les partis politiques, la société civile et tous les citoyens en dit long sur les intentions du régime pour le pays.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR