THE ALI BONGO REGIME IS FORCED TO WRAP ITSELF IN STUPIDITY (PART V). LE RÉGIME ALI BONGO EST CONTRAINT DE S'ENVELOPPER DANS LA STUPIDITÉ (CINQUIÈME PARTIE)

Mrs/Mme Paulette Oyane Ondo





English version



The problem of Gabon is the impossibility of political change" says Paulette Oyane Ondo!


For Ms. Oyane Ondo, in a country where you cannot have alternation, where you do not even have the eventuality of a possibility of alternation, it is the source of problems. She goes on to explain that when the rulers know that they can be changed, that they can be sent home at any time, they are careful in their governance. For Ms. Oyane Ondo, the problem is that in Gabon, the governing people know that nobody can change them, as institutions in their foundation and their operation, have as their only purpose the sustainability of the regime, and for her, so long as this problem would not have been solved, nothing will change. Ms. Oyane argues that human beings are not just about material things, they need to be able to dream and in Gabon they are not dreaming because things are blocked.


In answering, Mrs. Mekamne wondered if the opposition wants to be handed power. If change should be a gift to political opponents. For her, everything is played by elections and she is surprised that the opposition which refuses to go to elections as it did during the last legislatives, for example, complains later about a lack of alternation. She believes that the opposition should be organized toward providing the Gabonese people with this alternation. She suggests that the opposition demonstrates that it is able to offer that dream to Gabon.


For Mrs. Maganga Moussavou, there is a return of the single line of thought in Gabon. She says that the malfunction of the country is felt even in the camp of the PDG but that its members lack the political courage to speak out. You must have sufficient intellectual honesty to say that something does not work well. Alternating conditions are unfortunately not met in Gabon, she says. As an example, she tells us that although the text of the application of biometrics has been enacted, the mechanisms of its implementation remain taboo, they are not discussed officially, but everything is done under cloak precisely to allow the regime to be better prepared to take advantage of the form of biometrics that would be established in Gabon without the watchful eyes of neutral, impartial or adverse parties. The government lacks honesty and it lacks justice. She said to be sorry and refuses to let members of the PDG think that they are superior to her just because they belong to that party. When one is not a member of the PDG, he or she is excluded from any debate, but for Mrs. Maganga Moussavou, Gabon does not belong to the PDG because it is not the PDG which created it.


Analysis by Gabon Annoying / Annoying Gabon:


A popular adage says that there is no great democracy without political change. Democracy is etymologically, to be simple, the expression of people's power. It is this expression that allows the people to choose who should embody their sovereign power. This is not only about the choice of who would be the incarnation of this sovereign power for a time, but also and especially it is about the choice of a political orientation. Democracy has also made its merry way. Originally restricted in the Greek cities, to the privileged only, it is now practiced in most modern countries in its representative form.


Representative democracy means that the people are an integral part of the state, that through their elected officials, people take part in the deliberations of public and national affairs. Today, at the hour of almost global victory for democracy, despite some pockets of resistance in China, Cuba, Eastern Europe, Francophone Africa and the Middle East, it should also be understood in Gabon, the reality and the need of the phenomenon of political change. Without this alternation, what meaning does voting still have? What importance does citizen expression of sovereignty have in the context of a rigged election?


When Mrs. Mekamne complained of the opposition boycotting the elections, it is well known that these elections are boycotted due to chronic manipulation of poll results which unfortunately does not guarantee the free expression of citizens' democratic choice and therefore will never lead the country towards political change. As explained in turn Mrs Maganga Moussavou and Oyane Ondo, alternation can occur only when a neutral and republican state is put in place; that is to say, if the organization of government and institutions have been built around the concept of nation and not around people. The political alternation will be in place in Gabon when the citizens corpus, that is to say, the electorate, would become the sole repository of sovereignty. Under current conditions, this exercise is confiscated by a few individuals. Any controversy on this point, from Ms. Mekamne is nonsense since the democratic mechanisms that recognize the sovereignty of the people are clear and universally accepted throughout the free world.


The political alternation, as described by Mrs. Oyane Ondo and Maganga Moussavou and to which Mrs. Mekamne said she was not opposed, is for citizens his rightful means he has as the ruler, to determine policy direction, formulated through the expression of a vote, a political choice for the time of a legislature or a mandate. At the end of this term, the sovereign meaning the people, watch the results and decide to continue in the same direction or change course. This is how free countries evolve over time while perfecting themselves through democracy that holds rulers on a leash as was well explained by Mrs. Oyane Ondo. Alternation offers to a country a peaceful mechanism for periodic renewal and regeneration that allows the country to be improved. Its absence leads inevitably to the sclerosis of rulers and institutions they embody and political decay that can only lead to violent clashes since human beings are instinctively free and dictatorships always end up causing popular uprisings.


When Mrs. Mekamne asks the opposition to go to elections in the current state of things in Gabon, she is of course aware of the corruption of these elections and the fact that they give the voter a ballot at the entry and then rob him of that vote thereafter through fraud which invariably designates winners who are always the same! This is the hallmark of the regime. This is called "stability" in Gabon.


Who says alternating regimes, talks about the possibility from the people's choice to switch between various political poles. When the Bongo regime refuses the conditions of political alternation, it is an indicator that they know that if they allow the expression of the people's sovereignty, their chances to remain in power would be virtually nil. But faced with this blockade by the regime, the people must now impose political change which is an absolute necessity for the advancement of Gabon.


 
To be continued. Last post of the series: "The importance of debate in a democracy"




Version française



"Les problèmes du Gabon viennent de l'impossibilité de l'alternance" soutient Paulette Oyane Ondo!


Pour Mme Oyane Ondo, dans un pays où vous ne pouvez pas avoir l'alternance, où vous n'avez même pas l'éventualité d'une possibilité d'alternance, c'est la source de problèmes. Elle poursuit en expliquant que lorsque les gouvernants savent qu'ils peuvent être changés, qu'on peut les renvoyer chez eux à n'importe quel moment, ils font attention dans leur gouvernance. Pour Mme Oyane Ondo, le problème est qu'au Gabon, les gouvernants savent que personne ne peut les changer car les institutions dans leur fondement et leur fonctionnement, ne sont faites que pour la pérennité du régime en place; et pour elle, tant qu'on n'aura pas réglé ce problème, rien ne changera. Mme Oyane soutient que l'être humain ne soit pas que matériel, qu'il puisse pouvoir rêver; et au Gabon on ne rêve pas parce que les choses sont bloquées.


Renchérissant, Mme Mekamne elle, se demande si l'opposition voudrait que l'alternance lui soit offerte? Est-ce que l'alternance devrait être un cadeau fait à ses adversaires politique? Pour cette dernière, tout se joue par élections et elle s'étonne du fait que l'opposition qui refuse d'aller aux élections législatives par exemple, se plaigne par la suite du manque d'alternance. Elle estime que l'opposition devrait s'organiser pour offrir aux gabonais cette alternance. Que l'opposition démontre qu'elle est capable d'offrir ce rêve aux gabonais.


Pour Mme Maganga Moussavou, il y a un retour de la pensée unique au Gabon. Elle affirme que le mauvais fonctionnement du pays est ressenti jusque dans le camp du PDG mais que ses membres manquent de courage politique pour en parler ouvertement. Il faut avoir l'honnêteté intellectuelle suffisante pour dire que telle chose ne marche pas bien. Les conditions d'alternance ne sont malheureusement pas réunies au Gabon, nous dit-elle. En exemple, elle nous apprend que bien que le texte de l'application de la biométrie ait été promulgué, les mécanismes de mise en place de cette biométrie restent un sujet tabou; on n'en parle pas officiellement mais tout ce passe sous cape, justement pour permettre au pouvoir de mieux se préparer à tirer avantage de la forme de biométrie qui serait mise en place au Gabon sans le regard vigilant de partenaires neutres, impartiaux ou adverses. C'est un manque d'honnêteté qui est exercé par le pouvoir; c'est un manque de justice. Elle se dit désolée et refuse de laisser les membres du PDG penser être au dessus d'elle parce qu'ils sont au PDG. Quand on n'est pas du PDG on est exclu de tout débat, mais pour Mme Maganga Moussavou le Gabon n'appartient pas au PDG car ce n'est pas le PDG qui l'a créé.


Analyse par Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:


L'adage populaire dit qu'il n’y a pas de grande démocratie, sans alternance politique. La démocratie étant étymologiquement, pour simplifier, l’expression du pouvoir du peuple. C'est cette expression qui permet à ce peuple de choisir qui devrait incarner son pouvoir souverain. Il s'agit non seulement de choisir qui serait titulaire de ce pouvoir souverain, pour un temps, mais aussi et surtout de choisir une orientation politique. La démocratie a fait aussi son bonhomme de chemin. A l’origine restreinte, dans les cités grecques, aux seuls privilégiés, elle est aujourd'hui pratiquée dans la plupart des pays modernes sous sa forme représentative.


Démocratie représentative implique que le peuple fasse intégralement parti de la Cité; que par le truchement de ses élus, ce peuple prenne part aux délibérations des affaires publiques et nationales. Aujourd'hui, à l’heure de la victoire planétaire ou presque de la démocratie, malgré quelques poches de résistance en Chine, à Cuba, en Europe de l'Est, en Afrique Francophone et au moyen orient, il convient aussi de comprendre au Gabon la réalité de la nécessité du phénomène qu’est l’alternance politique. Sans cette alternance, quel sens a encore le vote? Quelle importance revêt l’expression citoyenne et souveraine de celui qui opère un choix électoral qui finira truqué?


Quand Mme Mekamne se plaint de l'opposition qui boycotte les élections, elle sait très bien que ces élections ne sont boycottées qu'à cause des manipulations chroniques des scrutins qui ne garantissent malheureusement pas l'expression libre du choix démocratique des citoyens et par conséquent ne mèneront jamais le pays vers l'alternance politique. Comme l'ont expliqué tour à tour Mesdames Maganga Moussavou et Oyane Ondo, l’alternance ne peut voir le jour qui si un état neutre et républicain se mettait en place; c'est-à-dire si l’organisation des pouvoirs publics et des institutions venait à s'articuler autour de la nation et non autour des personnes. L’alternance politique se mettra en place au Gabon quand il sera permis au corps des citoyens, c'est-à-dire l'électorat, d'être l'unique dépositaire de la souveraineté. Dans les conditions actuelles, cet exercice est confisqué par quelques individus. Toute polémique sur ce point, de la part de Mme Mekamne est un non-sens puisque les mécanismes démocratiques reconnaissant aux peuples la souveraineté des nations, sont clairs et unanimement acceptés dans le monde libre.


L’alternance politique, telle que décrite par Mesdames Oyane Ondo et Maganga Moussavou et dont Mme Mekamne dit ne pas être contre, est pour le citoyen le moyen qui lui revient à lui, le souverain, de déterminer une orientation politique, de formuler à travers l’expression d’un vote, un choix politique le temps d’une législature ou d'un mandat. A la fin de cette échéance, le souverain c'est-à-dire le peuple regarde le bilan et décide de continuer dans la même direction ou de changer de cap. C'est ainsi que les pays libres évoluent en se perfectionnant à la longue grâce à la démocratie qui tient les gouvernants en laisse comme l'a si bien expliquée Mme Oyane Ondo. L'alternance offre donc au pays un mécanisme pacifique de renouvellement et de régénérescence périodique permettant au pays d'être perfectible. Son absence entraine inévitablement la sclérose des gouvernants et des institutions qu'ils incarnent et le pourrissement politique qui ne peut déboucher que sur des affrontements violents car l'être humain est instinctivement libre et toute dictature finie toujours par causer un soulèvement populaire.


Quand Mme Mekamne demande à l'opposition d'aller aux élections dans l'état actuelle des choses au Gabon, elle est bien entendue consciente du dévoiement de ces scrutins et du fait qu'ils donnent à l'électeur un bulletin de vote à l'entrée et l'en dépossèdent par la suite grâce à la fraude qui donne invariablement vainqueurs, toujours les mêmes! C'est la marque de fabrique du régime. C'est cela qu'on appelle "stabilité" au Gabon.


Qui dit alternance dit possibilité du choix du peuple de basculer entre divers pôles politiques. Que le régime Bongo refuse les conditions d'alternance est un indicateur qu'il sache que s'il laissait au peuple l'expression de la souveraineté, les chances de ce régime seraient quasi nulles. Mais face à ce blocus du régime il appartient désormais au peuple d'imposer l’alternance politique qui est une nécessité absolue pour l'avancement du Gabon.


A suivre. Dernier billet de la série: "L'importance du débat en démocratie"

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT