THE FEINT BY MOULOMBA AND MAYILA IS ONLY WORTHY OF DISDAIN! LA FEINTE DE MOULOMBA ET MAYILA NE MÉRITE QUE DU DÉDAIN!


Richard Moulomba




English version



All observers of the Gabonese political scene would agree that the great danger for the Ali Bongo regime is the possibility that several opposition parties could work together and join forces to finally topple the regime. It is to prevent this eventual outcome that Louis Gaston Mayila and some of his friends are currently attempting to create a sense of chaos and disorganization within the UFC, the coalition of opposition parties.


Since his eviction from the UFC, Mayila has gone on public television to protest that decision and to even announce that he is in fact creating a replicate "UFC" with its own leadership. He seems supported in this foolishness by some people such as Richard Moulomba and the leadership of the Ali Bongo wing of the UPG party (not to be confused by the Loyalist wing). The issue is that this group of Mayila-Moulomba-UPG/Ali Bongo, has no constituency. These people have no substantial public following. Their mission is not to interact with the population and help improve the Gabonese democracy; their mission is to destroy the cohesiveness of the opposition. For this purpose, Ali Bongo is showering money on these people like rainwater; yet their impact will be zero, because the Gabonese public sees through their ridiculous and detestable scheme.


The Gabonese people have evolved and this time around, the bloc of the opposition that excluded Mayila is intact and the departure of a few bad apples is not going to detract from the mission. The population and the free civil society look set to play an important role in their future, as they have been ignored, underestimated or even bullied for sometime, by all Bongo regimes. The current vibrant civil society is on the ground and makes frequent visit to towns and villages across the nation and its members are better informed about what is going on the ground than people like Mayila who's role is to tell Ali Bongo what he wants to hear. The loyal opposition made of the population, the Civil Society and strong leaders and parties of the opposition, is just too strong to be destabilized by someone like Mayila.


Most Gabonese people understand that Gabon cannot get any better and will only get worse as long as the Bongos remain in power. Many in the opposition and in the Civil Society consistently show their capacity to bring positive change to the country, despite all kinds of road blocks put on their wake; many talented Gabonese came up through hard work and dedication and have years of experiences that could be used to bring the country to great heights. But for that, the Bongos must first go! This is why people like Richard Moulomba are now being heard, unfortunately publishing press releases in which they are calling members of the opposition: "intolerant fanatics". It looks like Richard Moulomba is more concerned by the opposition than by the monarchy in power in Gabon. Mayila and Moulomba will not be able to manipulate the opposition in Ali Bongo's benefit.


In doing Ali Bongo's biding, Mayila, Moulomba and others trying to destroy the momentum of the opposition, are only lying to themselves because the truth of their insignificance hurts too much. The reality is that Mayila is insignificant, the members of the Ali Bongo wing of the UPG are also insignificant; only Moulomba had the opportunity to build a political carrier based on the aspiration of the people; but he decided that instead of trying to become a giant, he would work with the Lilliputians, which makes him insignificant. All of these people should be ignored, and then they would slowly but surely descend into irrelevancy.


It is curious that when Ali Bongo's regime commits crimes against the Gabonese people, people like Mayila and Moulomba are never heard from. But as soon as the opposition is showing signs of vitality and strength, there they come to throw a monkey wrench into the opposition's machinery. This ruse by Mayila and Moulomba is to force the opposition to concentrate on them instead of on the real target, Ali Bongo. Members of the opposition should not follow the feint being attempted by these people, it would be a waste of time and energy on people who only deserve disdain.






Version française



Tous les observateurs de la scène politique gabonaise seraient d'accord avec la notion que le grand danger pour le régime Ali Bongo est la possible synergie que plusieurs partis d'opposition t travaillant ensemble et unissant leurs forces, pourraient générer pour finalement prendre le pouvoir. C'est pour éviter cette issue finale que Louis Gaston Mayila et certains de ses amis tentent actuellement de créer un sentiment de chaos et de désorganisation au sein de l'UFC, la coalition des partis de l'opposition.


Depuis son éviction de l'UFC, Mayila est passé plusieurs fois à la télévision publique pour protester contre cette décision et même annoncer qu'il créait en fait une réplique de "l'UFC" avec son directoire distinct. Il semble soutenu dans cette rigolade par certaines personnes comme Richard Moulomba et le bureau de l'aile Ali Bongo du parti UPG (à ne pas confondre avec l'aile loyaliste du même parti). Le problème est que ce groupe de Mayila-Moulomba-UPG/Ali Bongo, n'a pas d'auditoire. Ces gens n'ont pas une base populaire. Leur mission n'est pas d'interagir avec la population et contribuer à l'amélioration de la démocratie gabonaise, mais plutôt de détruire la cohésion de l'opposition. A cet effet, Ali Bongo fait pleuvoir de l'argent sur ces gens comme les eaux de pluie; mais leur impact sera nul, parce que le public gabonais voit clair à travers leurs caricaturales et détestables manœuvres.


Les Gabonais ont évolué et cette fois-ci, le bloc de l'opposition qui a exclu Mayila est intact et le départ de quelques brebis galeuses ne va pas nuire à la mission. La population et la société civile libre semblent prêtes à jouer un rôle important dans l'avenir collectif, car ils ont été ignorés, sous-estimé, voire malmené pendant longtemps, par tous les régimes Bongo. La courageuse société civile est sur le terrain et rend de fréquentes visites aux population dans les villes et villages à travers le pays et ses membres sont mieux informés sur ce qui se passe sur le terrain que des gens comme Mayila qui ont pour rôle de chanter à Ali Bongo ce qu'il veut entendre. La loyale opposition constituée par la population, la société civile et les leaders solides des partis de l'opposition, est tout simplement trop forte pour être déstabilisée par quelqu'un comme Mayila.


Les gabonais comprennent que le Gabon ne peut pas faire mieux et la situation ne fera que s'aggraver tant que les Bongos resterons au pouvoir. Beaucoup dans l'opposition et la société civile démontrent constamment leur capacité à apporter des changements positifs dans le pays, en dépit de toutes sortes de d'embûches mises sur leur passage; beaucoup de talentueux gabonais s'étant imposés grâce au travail acharné et au dévouement, ont des années d'expérience qui pourraient être utilisées mener le pays vers de grandes hauteurs. Mais pour cela, les Bongos devront d'abord s'en aller! C'est conscient de cela que des gens comme Richard Moulomba s'agitent en faisant malheureusement publier des communiqués de presse dans lesquels ils traitent les membres de l'opposition de: «fanatiques et intolérants». Curieusement, il semblerait que Richard Moulomba soit plus préoccupé par l'opposition que par la monarchie au pouvoir au Gabon. Mayila et Moulomba ne seront pas en mesure de manipuler l'opposition au profit d'Ali Bongo.


En faisant le petit boulot qui leur est confié par Ali Bongo, Mayila, Moulomba et d'autres essaient de détruire l'élan de l'opposition; mais ils ne font que se mentir à eux-mêmes parce que la vérité de leur insignifiance leur fait trop mal. La réalité est que Mayila est insignifiant, que les membres de l'aile Ali Bongo de l'UPG sont aussi insignifiants; que seul Moulomba aurait eu l'occasion de se bâtir une carrière politique basée sur l'aspiration du peuple, mais il a décidé plutôt que d'essayer de devenir un géant, il travaillerait avec les Lilliputiens, ce qui le rend automatiquement insignifiant. Toutes ces personnes doivent être ignorées afin qu'elles descendent lentement mais sûrement dans l'obsolescence.


Il est curieux de constater que lorsque le régime Ali Bongo commet des crimes contre le peuple gabonais, des gens comme Mayila et Moulomba ne sont jamais entendus. Mais dès que l'opposition montre des signes de vitalité et de dynamisme, là ils viennent mettre des bâtons dans les roues de l'opposition. Cette ruse de Mayila et de Moulomba consiste à vouloir forcer l'opposition à se concentrer sur eux plutôt que sur la véritable cible, Ali Bongo. Les membres de l'opposition ne devraient pas suivre la feinte tentée par ces gens, ce serait une perte de temps et d'énergie pour des gens qui ne méritent que dédain.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>