THE LILLIPUTIANS INTRODUCE POLITICAL KIDNAPPING IN GABON! LES LILLIPUTIENS INTRODUISENT LE KIDNAPPING POLITIQUE AU GABON


Jean Christophe Owone Nguéma



English version


The Lilliputians in power in Gabon have just crossed another dangerous line; they are now engaging in political kidnapping of those they consider to be political enemies and their families. Within the last day the son of a member of the opposition and the free Civil Society, Jean Christophe Owone Nguéma, was abducted by armed men who put a hood over his head and took him toward an unknown destination. But when they realized that they had captured the son instead of the father, they released him. This is a scary and dangerous development indicating that the Ali Bongo regime is ratcheting up political violence against the opposition. When Gabon will explode, hopefully the people would remember who started this escalation.

According to several reports, Jean Christophe Owone Nguéma's son was coming back from dropping his siblings to school in the morning driving his father's car, when he was ambushed about a hundred meter from his home by individuals who cut off his vehicle, put a hood on his head and threw him in their car and they also took his car. Then they drove toward the north of the capital Libreville. But after a while they realized that the person they abducted was not the father. At that point they went to the police headquarters where they told the officers that they were bringing an individual who had hit a pedestrian with his car. But quickly the story fell apart and the son was eventually released after his family had intervened.

Dear readers, as we all could imagine, this has to be a tremendously traumatizing event for that family and especially the young son who may never recover from this harrowing event. When he had the hood over his head, he probably was terrified because he had no idea what was going on or where he was going taken; and even scarier whether he would be alive from one minute to the next. This is why all fair minded Gabonese citizens should firmly condemn this attempt to intimidate Jean Christophe Owone Nguéma by trying to abduct him and ending up abducting his son. A regime that is reduced to abducting members of its opposition cannot be allowed to continue to be in power. History tells us that such actions always lead to disasters and these regimes always end very badly as we saw in Argentina and in Chile un Pinochet.

A whirlwind of speculations about this abduction will certainly ensue. But what is clear to all Gabonese citizens is that in Gabon, only members of the Bongo regime are allowed to abduct people with impunity and fabricate a motive that is given to the police which invariably is incapable to do anything against these abductors. What is even more proof that the regime is behind this abduction is that Ali Bongo's henchmen have been for some time, trying to discredit Jean Christophe Owone Nguéma. You may remember that a few months ago, he was accused by the regime of plotting to set Libreville on fire. For that purpose, the regime fabricated a recording suggesting that he was having conversation with another person about these acts of arson. But as you certainly remember, this blog was able to debunk that recording as a fake and a fabrication.

If the Ali Bongo regime is going to start abducting members of the opposition and their families, then the Gabonese people would have to start arming themselves to defend their families. This would inevitably lead to the militarization of the Gabonese population and that situation can only lead to one thing, a civil war. While many Gabonese citizens of ca live through arrests, severe beatings, and constant harassment, they will not accept the notion of people being abducted in the street just because they disagree with Ali Bongo. If Ali Bongo starts attacking the physical integrity of those who oppose him, he would have a civil war on his hands.

Free citizens have the right to guarantee the protection of their families. When these families are being threatened by the dictatorial regime, people have to take action if they do not want to end up at the morgues. They have to attack the regime before the regime attacks them.





Version française


Les Lilliputiens au pouvoir au Gabon viennent de franchir une autre ligne dangereuse, ils s'engagent maintenant dans le rapt de ceux qu'ils considèrent comme des ennemis politiques et de leurs familles. Dans la dernière journée, le fils d'un membre de l'opposition et de la société civile libre, Jean-Christophe Owone Nguéma, a été enlevé par des hommes armés qui lui ont mis une cagoule sur la tête et l'ont emmené vers une destination inconnue. Mais quand ils ont réalisé qu'ils avaient capturé le fils à la place du père, ils l'ont libéré. Il s'agit d'un développement effrayant et dangereux indiquant que le régime Ali Bongo est en train de faire escalader la violence politique contre l'opposition. Lorsque le Gabon va exploser, espérons que les gens se souviendront de l'origine de cette escalade de violence.

Selon plusieurs sources, le fils de Jean-Christophe Owone Nguéma revenait de déposer ses frères et sœurs à l'école le matin au volant de la voiture de son père, quand il a été pris dans une embuscade à une centaine de mètres de son domicile, par des individus qui lui coupèrent la route, mirent une cagoule sur la sa tête et l'ont jeté dans leur voiture et ont également pris sa voiture. Puis ils se sont dirigés vers le nord de la capitale Libreville. Mais après un certain temps ils ont réalisé que la personne qu'ils avaient enlevée n'était pas le père. Ils sont allés alors à la préfecture de police où ils ont dit aux policiers qu'ils leur apportaient une personne qui avait heurté un piéton avec sa voiture. Mais très vite cette histoire s'est effondrée et le fils a finalement été libéré après que sa famille soit intervenue.

Chers lecteurs, comme nous pouvons tous l'imaginer, cette tentative de kidnapping a dû être un événement extrêmement traumatisant pour la famille et surtout le jeune fils qui peut être ne se remettra jamais de ce pénible événement. Quand on lui a glissé la cagoule sur la tête, il est probable qu'il était terrifié parce qu'il n'avait aucune idée de ce qui se passait ni où on allait l'amener; et encore plus effrayant a du être le fait de ne pas savoir s'il serait encore en vie d'une minute à l'autre. C'est pourquoi tous les citoyens gabonais doivent condamner fermement cette tentative d'intimider Jean Christophe Owone Nguéma en essayant de l'enlever et ravissant son fils à sa place. Un régime qui est réduit au kidnapping des membres de son opposition ne peut pas être permis de continuer à demeurer au pouvoir. L'histoire nous apprend que ces agissements conduisent toujours à des catastrophes et ces régimes finissent toujours très mal, comme nous l'avons vu en Argentine et au Chili de Pinochet.

Un tourbillon de spéculations au sujet de cet enlèvement se produira certainement. Mais ce qui est clair pour tous les citoyens gabonais, est qu'au Gabon, seuls les membres du régime Bongo sont autorisés à enlever des gens en toute impunité et fabriquer un mobile qui est donné à la police qui elle-même est invariablement incapable de faire quoi que ce soit contre ces ravisseurs. Ce qui réconforte encore plus la thèse que le régime est derrière cet enlèvement, est qu'Ali Bongo et ses sbires essaient depuis un certain temps de discréditer Jean-Christophe Owone Nguéma. Vous vous rappelez qu'il y a quelques mois, il a été accusé par le régime de comploter pour mettre le feu à Libreville. A cet effet, le régime a fabriqué un enregistrement suggérant qu'il avait une conversation avec un individu au sujet de ces actes d'incendie criminel. Mais comme vous vous souvenez certainement, ce blog a été en mesure de démystifier cet enregistrement comme étant un faux et une fabrication.

Si le régime d'Ali Bongo veut commencer à enlever des membres de l'opposition et leurs familles, alors le peuple gabonais devrait commencer à s'armer pour se défendre. Cela conduira inévitablement à la militarisation de la population gabonaise et cette situation ne peut que conduire à une chose, une guerre civile. Alors que de nombreux citoyens gabonais vivent déjà à coup d'arrestations, de passages à tabac et de harcèlement constant, ils ne seront pas près d'accepter l'idée de citoyens qui sont enlevés dans la rue juste parce qu'ils sont en désaccord avec Ali Bongo. Si Ali Bongo commence à attaquer l'intégrité physique de ceux qui s'opposent à lui, il aurait une guerre civile entre les mains.

Les citoyens libres ont le droit d'assurer la protection de leurs familles. Lorsque ces familles sont menacées par un régime dictatorial, les gens doivent prendre des mesures afin d'éviter de se retrouver dans les morgues. Ces gens doivent attaquer le régime avant que le régime ne les attaque.

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT