ANSWER TO A READER ASKING US TO EXPLAIN TO HIM THE PETROLIUM INDUSTRY. RÉPONSE Á UN LECTEUR NOUS DEMANDANT DE LUI EXPLIQUER L'INDUSTRIE PÉTROLIÈRE





English version


Dear reader, thank you for your question about an explanation of the oil industry. This is a massive and complicated subject but we will try to keep it simple so to provide you and other readers with a sense of how the oil industry works, so you could better understand how Gabon makes its money and how much potential is there for Gabon to be well off if it were better managed.

First, it is important to understand that in absolute value, Africa is not at all poor. In fact, as a continent, Africa produces three times as much oil as Europe, and more oil than South America, and even more than Asia/Oceania excluding the former Soviet Union. As a whole, Africa produces 10.7 million barrels per day and this production constitutes nearly 15% of the world's production. The value of that at current prices of about $85 per barrel would be $910 million every day, which on an annual basis gives $332 billion of revenues per year, or 166000 billion CFA francs.

You may ask yourself: with oil being one of the most valuable resources any country can possess and with Africa making so much money from oil, why are we so poor? This is where it gets complicated because the blessing of having such a valuable resource, often turns out to be a curse as it invites major world powers to intervene in our country to preserve their interests in energy, it invites endemic political corruption and paradoxically given the income value of oil, foreign debt. Oil production is also known to distort national economies and interfere with alternative development strategies as is certainly the case in Gabon. Oil production is fairly localized and its technology and capital investment also isolate it from the rest of the economy, making it totally secluded from local life patterns. In the case of Gabon, oil production is totally removed from any interaction with the rest of the Gabonese economy, except its interaction with the regime. The ease with which foreigners are controlling oil exploitation in their own interests made it less necessary for them to interact with the local populations. In fact, not too long ago, the union of Gabonese citizens working in the oil sector said that the majority of workers in that sector were actually foreigners and not Gabonese.

The oil industry in Gabon is structured as follows: first there is the search for oil-bearing fields onshore or off shore; this is the exploration. Then there is the extraction or production of oil from the earth, which necessitates the construction of production infrastructure like oil wells and gas separators. Then there is transportation which includes pipelines, tankers. Then there is refining, which turns crude oil into usable products like gasoline and fuel oil. Exploration is paid by the oil companies who obtain permits from the Gabonese government for a given amount of money paid to the regime; usually this amount of money is secret. It is the development and production phase of the oil fields that usually require large capital investments.

Because whoever controls the territory controls the oil within it, the territory of Gabon belongs to the state and so do its mineral rights. Oil companies must negotiate with the people ruling Gabon to get what are called concessions, or the rights to produce oil, in exchange for lump-sum payments, rents and royalty payments per unit (barrels or tons) of oil produced. In Gabon, these contracts and transactions are totally opaque so much so that no one really knows for sure the terms of the contract the Gabonese states has with all these companies and how much money is supposed to be going to the state. This system creates a rentier economy which means that income flows in a manner that is disconnected from overall production activities in the country. The production is simply the extraction of oil for exportation, without clear local benefits and above all without significant contribution to a diversified economic system.

While the size of the rent follows to a certain extent the fluctuations in the oil price, the ways in which rent is redistributed to countries like Gabon, appears very problematic and variable, though always in ways that are not favorable to development. In Gabon, the state borrows money using future oil revenues as collateral; these are new debt and short-term loans taken at high rates, to satisfy the cash needs of a given moment. The country is therefore always having to repay these high interest loans with future revenues, which is problematic for good development policies. Because of this and also bad governance, the Gabonese state, despite record levels of oil prices, has been unable to provide simple services to the people such as schools, housing and hospitals. Increasingly, the social functions of the state are left to NGOs, international cooperation like the various gifts to Gabon by China, Japan or Austria etc., and to the private foundations of the Bongo family (Amissa Bongo, Sylvia Bongo etc.) with their obvious populist and propaganda goals.

On the ground in Gabon, unequal access to oil revenues and the opacity of their management are indeed important factors in potential current or future conflicts. This situation weakens the state-building processes by stirring up rivalries between groups or regions. Tensions arise at all levels, because only a small group of people is perceived to benefit from Gabonese oil. Paradoxically, oil has permitted the Gabonese autocracy (the Bongo family), to put in place what can only be called a sustainable failed states; meaning that the oil revenues act as the cement that keeps together a system that is both ineffective regarding the development goals and appears stable on the surface due to the clientelistic practices that oil rent makes possible.





Version française


Cher lecteur, merci pour votre question nous demandant d'expliquer l'industrie pétrolière dans le contexte gabonais. C'est un sujet massif et compliqué et nous allons essayer de faire simple afin de vous donner, ainsi qu'aux autres lecteurs, un sens de comment fonctionne l'industrie du pétrole et permettre une meilleur compréhension de comment le Gabon gagne de l'argent et de l'énorme potentiel qui pourrait aider le Gabon à être prospère s'il était mieux géré.

Tout d'abord, il est important de signaler qu'en valeur absolue, l'Afrique n'est pas du tout pauvre. En fait, en tant que continent, l'Afrique produit trois fois plus de pétrole que l'Europe plus de pétrole que l'Amérique du Sud et même plus que l'Asie/Océanie à l'exception de l'ancienne Union soviétique. Dans l'ensemble, l'Afrique produit 10,7 millions de barils par jour et cette production constitue près de 15% de la production mondiale. La valeur de cette production, à prix courants qui sont de l'ordre de 85 $ par baril, atteindrait 910 millions de dollars par jour; ce qui sur une base annuelle donne 332 milliards de dollars de revenus par an, soit 166000 milliards de francs CFA.

Vous devez vous demander: avec le pétrole qui est l'une des ressources les plus précieuses qu'un pays puisse posséder et l'Afrique se faisant tant d'argent avec le pétrole, pourquoi sommes-nous si pauvres? C'est là que ça se complique parce que le fait d'avoir une ressource aussi précieuse, s'avère souvent être une malédiction car invitant les grandes puissances mondiales à intervenir dans notre pays préserver leurs intérêts en matière énergétique, causant une corruption politique endémique et paradoxalement, compte tenu de la valeur des revenus pétrolier, provoquant la dette extérieure. La production pétrolière est également connue pour causer une distorsion des économies nationales et d'interférer avec les stratégies de développement alternatifs, comme on le voit certainement au Gabon. La production pétrolière est assez localisée et sa technologie et ses investissements sont aussi isolés du reste de l'économie, ce qui rend cette activité tout à fait séparée de la vie locale. Au Gabon, la production pétrolière est totalement éloignée de toute interaction avec le reste de l'économie, à l'exception de son interaction avec le régime. L'hégémonie avec laquelle les étrangers contrôlent l'exploitation pétrolière à leurs propres fins au Gabon, fait en sorte qu'il ne soit pas nécessaire à ces derniers d'interagir avec les populations locales. En fait, il n'y a pas si longtemps, un syndicat de citoyens gabonais travaillant dans le secteur pétrolier a révélé que la majorité des travailleurs de ce secteur étaient en fait des étrangers et non des gabonais.

L'industrie pétrolière au Gabon est structurée comme suit: d'abord, il y a l'exploration pétrolière portant sur des champs on-shore ou offshore. Ensuite, il y a l'extraction ou la production de pétrole, ce qui nécessite la construction d'infrastructures de production, comme des puits et séparateurs de gaz. Ensuite, il y a le transport qui requiert des pipelines et des navires. Puis il y a le raffinage qui transforme le pétrole brut en produits utilisables tels que l'essence et le mazout. L'exploration est financée par les compagnies pétrolières ayant obtenu un permis du gouvernement gabonais pour un montant d'argent donné, versé au régime; habituellement cette somme d'argent est secrète. Ce sont les phases de développement et de production qui nécessitent généralement des investissements importants.

Parce que celui qui contrôle le territoire, contrôle le pétrole en son sein, le territoire gabonais appartient à l'Etat et de ce fait ses droits miniers aussi. Les sociétés pétrolières doivent négocier avec le pouvoir gabonais pour obtenir ce qu'on appelle des concessions ou des droits d'exploitation du pétrole, en échange de paiements forfaitaires, de rentes et de redevances par unité (barils ou tonnes) de pétrole produit. Au Gabon, ces contrats et transactions sont totalement opaques; à tel point que personne ne connaisse vraiment les termes des contrats liant l'Etat gabonais à toutes ces sociétés et les revenus qui sont censés être payés à l'Etat. Ce système crée une économie de rente, ce qui signifie que le flux des revenus se produit d'une manière qui est déconnectée du reste de l'ensemble des activités de production dans le pays. La production est tout simplement l'extraction du pétrole pour l'exportation, sans avantages locaux évidents et surtout sans contribution significative à l'établissement d'un système économique diversifié.

Bien que la nature de la rente suive dans une certaine mesure les fluctuations du prix du baril, la façon dont cette rente est délivrée à un pays comme le Gabon, semble très problématique et variable; mais toujours d'une manière défavorable au développement. Au Gabon, l'État emprunte de l'argent en offrant les revenus pétroliers futurs en garantie; ce sont de nouvelles dettes et emprunts à court terme à taux d'intérêts élevés, pour satisfaire les besoins en trésorerie du moment. Le pays est donc toujours en train de rembourser ces prêts à intérêts élevés, avec des revenus futurs, chose qui est problématique pour les bonnes politiques de développement. Pour cette raison et aussi à cause de la mauvaise gouvernance, l'Etat gabonais, en dépit des niveaux records du prix du baril, a été incapable de fournir des services simples pour les populations, tels que des écoles, des logements et des hôpitaux. De plus en plus, les fonctions sociales de l'État sont laissées aux ONG, à la coopération internationale comme les différents dons faits au Gabon par la Chine, le Japon ou l'Autriche etc., et les fondations privées de la famille Bongo (Amissa Bongo, Sylvia Bongo etc.) avec leur évidents objectifs de populisme et de propagande.

Sur le terrain au Gabon, l'accès inégal aux revenus pétroliers et l'opacité de leur gestion, sont des facteurs importants dans bien d'éventuels conflits actuels ou futurs. Cette situation fragilise le processus de construction de la nation en agitant les rivalités entre groupes ou régions. Les tensions montent à tous les niveaux, parce que seul un petit groupe de personnes est perçu comme bénéficiant de la manne pétrolière gabonaise. Paradoxalement, le pétrole a permis à l'autocratie gabonaise (la famille Bongo), de mettre en place ce qu'il faut bien appeler un "état défaillant" durable; ce qui signifie que les revenus du pétrole agissent comme le ciment qui maintient en place un système qui est à la fois inefficace en ce qui concerne les objectifs de développement et semble stable en surface en raison des pratiques clientélistes que la rente pétrolière rend possible.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>