THE CIVIL SOCIETY UNDERSTANDS THE DANGER OF POLITICAL INERTIA. LA SOCIÉTÉ CIVILE MESURE LES DANGERS DE L'INERTIE POLITIQUE




English version


It was Charles De Gaulle who famously quipped: “I have come to the conclusion that politics are too serious a matter to be left to the politicians.” Given the way things are going in Gabon at the moment, it looks like the movement "Ça Suffit Comme Ça" is adapting this Charles De Gaulle's adage, to the Gabonese situation. Because the politicians have been shown to be dragging their feet as far as challenging Ali Bongo is concerned, the free Civil Society had to step up and take charge by putting in place a framework for the Sovereign National Conference that would not be dependent upon the politicians.

In Gabon unfortunately, every time the Gabonese people have expected their politicians to fight for them, they have been bitterly disappointed. There have been a few exceptions but it is fair to say that those politicians who have really fought for the betterment of ordinary Gabonese people are few and far between. Even these days in the current situation, there is poverty engulfing more and more people who struggle everyday to eke a living. These people struggle everyday for jobs, they struggle to get clean drinking water, shelter, better health care; while politicians are fighting for monies that go with their allegiance to Ali Bongo. Politicians could fight to improve things; but they are instead fighting for the meagre crumbs Ali Bongo throws their way. It is not surprising therefore that many people are progressively getting fed up with politics and politicians.

It is clear to this blog that members of the movement "Ça Suffit Comme Ça" understand the danger of allowing Gabon to continue to descend in political inertia. Political inertia is what Ali Bongo and his cronies are promoting. Indeed, one could be mistaken for thinking that all is normal in Gabon right now, if they were to only listen to Ali Bongo and his cronies. But as described above, people lives continue to deteriorate and Ali Bongo's governance continues to be intolerable while he is screaming: "crisis? What crisis? The free Civil Society is mindful of the fact that the inertia and lack of initiative that is encouraged by the Ali Bongo regime must be dismantled so the entire country could recast its political future. The authoritarianism of the Bongos which is now a way of life in what in Gabon, must stop.

With the help of the free Civil Society, the Gabonese people are telling politicians that they may not be necessary for the process to move forward. The people can develop self confidence and trust themselves to drive the process of organizing the Sovereign National Conference. The hesitation by the political class to robustly impose the Sovereign National Conference is puzzling, since such a conference should be a platform for open debate in front of the Gabonese people, where people would put forth their points, ideas and arguments; defend their proposition and people would have the opportunity to gage the validity of these ideas and proposal and make a determination whether or not they should be accepted or rejected. Any open minded person with a sense of dialogue and free exchange of ideas in a democratic environment, would certainly seize the opportunity to make their case in front of the Gabonese people. The refusal by Ali Bongo of a Sovereign National Conference is understandable, since he operates in an environment where what he does cannot be criticized as bad or terrible, everything he does, says or touches must automatically be considered good; going to a Sovereign National Conference would be painful for him. In that case, Ali Bongo is in the wrong field and the wrong function, because the essence of a democracy is the ability of the people to evaluate decisions made by the rulers, and, yes, to slam them when they are bad decisions for the country. The Sovereign National Conference would deliberate about the future of the country and Ali Bongo does not want such deliberations because he knows that most people would agree that Gabon's governance needs to change.

The free Civil Society understands that in a democracy, decisions are made with the authorization of the people. In Gabon, who does Ali Bongo consult for his decisions? The Sovereign National Conference will put decisions directly into the hands of the Gabonese people and this is what Ali Bongo is trying to avoid. The movement "Ça Suffit Comme Ça" is showing great leadership in a critical time of Gabon's history. Its members are refusing to be fatalistic and throw their hands in the air in despair. Instead, they are bringing solutions and vision to our collective future.

Martin Luther King Jr., was once asked to be patient in the fight against segregation because things would eventually change. His response was telling: "Such an attitude stems from a tragic misconception of time, from the strangely irrational notion that there is something in the very flow of time itself that will inevitably cure all ills. Actually, time itself is neutral; it can be used either destructively or constructively … human progress never rolls in on wheels of inevitability." What this means is that waiting for change without doing anything, will never change our situation. When we do not stand up for what is right and remain quiet, we become part of the problem because our inaction allows for the negative forces to grow. But if we stand up and fight, there is a possibility that we can eventually influence the outcome and thus our future.





Version française


C'est à Charles de Gaulle que nous devons le célèbre aphorisme: "J'en suis venu à la conclusion que la politique est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux politiciens." Compte tenu de la façon dont les choses se présentent au Gabon en ce moment, il semble que le mouvement «Ça Suffit Comme Ça » fasse l'adaptation de ce vieil adage de Charles De Gaulle, à la situation du pays. Parce que les politiciens se sont avérés être des trainards en termes de pression sur le régime Ali Bongo, la société civile libre a dû intervenir et prendre les choses en charge, en annonçant la mise en place par elle d'un cadre pour la Conférence nationale souveraine, qui ne serait pas forcement tributaire des politiciens.

Au Gabon, malheureusement, à chaque fois que le peuple gabonais a attendu que les politiciens agissent pour eux, ils ont été amèrement déçus. Il y a eu quelques exceptions, mais il est juste de dire que ces politiciens qui ont vraiment lutté pour l'amélioration des conditions d'existence du gabonais moyen, sont peu nombreux. Même de nos jours, alors que la pauvreté engloutie de plus en plus de citoyens qui se battent tous les jours pour gagner leur maigre pitance; alors que les populations luttent tous les jours pour l'emploi, pour obtenir de l'eau potable, un gite, pour de meilleurs soins de santé, certains politiciens eux se battent pour les prébendes qui vont de pair avec leur allégeance à Ali Bongo. Ces politiciens pourraient se battre pour améliorer les choses, mais ils choisissent plutôt de se battre pour les maigres miettes qu'Ali Bongo jette sur leur chemin, les invitant à picorer. Il n'est donc pas surprenant que beaucoup de gabonais se soient progressivement mis en marge de la politique et des politiciens.

Il est clair pour ce blog que les membres du mouvement "Ça Suffit Comme Ça" comprennent le danger de laisser Gabon continuer sa descente dans l'inertie politique. Cette dernière, l'inertie politique, étant ce dont Ali Bongo et ses acolytes font la promotion. En effet, on pourrait se permettre de croire que tout est normal au Gabon en ce moment, si on se contentait d'écouter Ali Bongo et ses auxiliaires. Mais, comme décrit ci-dessus, la vie des populations continue de se détériorer et la gouvernance d'Ali Bongo persistante dans l'insupportable, alors qu'il dit a qui veut l'entendre: "crise? Quelle crise?" La société civile libre est consciente du fait que l'inertie et le manque d'initiative qui sont encouragés par le régime Ali Bongo, doivent être démantelés afin que le pays tout entier puisse reconcevoir son avenir politique. L'autoritarisme des Bongos, qui est maintenant un mode de vie au Gabon, doit cesser.

Avec l'aide de la société civile libre, les gabonais disent désormais aux politiciens qu'ils ne sont pas indispensables à l'avancement du processus. Les citoyens peuvent développer une confiance en soi et se décider à conduire le processus d'organisation de la Conférence Nationale Souveraine. L'hésitation de la classe politique à imposer vigoureusement la Conférence Nationale Souveraine est surprenante, étant donné qu'une telle conférence doit être un lieu de débat ouvert devant le peuple gabonais, où les gens devront mettre en avant leurs points, leurs idées et leurs arguments; défendre leurs propositions et les citoyens auront l'occasion de jauger la validité de ces idées et de ces propositions et décider si elles doivent ou non être acceptées ou rejetées. Toute personne ouverte d'esprit et dotée d'un sens du dialogue et de l'échange libre d'idées dans un environnement démocratique, saisirait certainement l'occasion de faire valoir leurs arguments devant le peuple gabonais. Le refus par Ali Bongo d'une Conférence Nationale Souveraine est compréhensible, car il fonctionne dans un environnement où ce qu'il fait ne peut être considéré comme étant mauvais ou nul; tout ce qu'il fait, dit ou touche doit automatiquement être regardé comme exquis; dans ces conditions aller à une Conférence Nationale Souveraine serait douloureux pour lui. Dans ce cas, Ali Bongo est à la mauvaise place et fonction, parce que l'essence de la démocratie est la capacité des citoyens à évaluer les décisions prises par les dirigeants, et, oui, de les rejeter quand elles sont mauvaises pour le pays. La Conférence nationale souveraine serait l'occasion idéale de délibérer sur l'avenir du pays et Ali Bongo ne veut pas de ces délibérations car il sait que la plupart des gabonais seraient d'avis que la gouvernance du Gabon doive changer.

La Société Civile libre comprend que, dans une démocratie, les décisions sont prises avec le consentement des citoyens. Au Gabon, Ali Bongo consulte qui pour ses décisions? La Conférence Nationale Souveraine va placer d'importantes décisions directement entre les mains du peuple gabonais et c'est ce qu'Ali Bongo cherche à éviter. Le mouvement "Ça Suffit Comme Ça» fait preuve de leadership à un moment critique de l'histoire du Gabon. Ses membres refusent d'être fataliste et de baisser les bras avec désespoir. Au lieu de cela, ils apportent des solutions et une vision pour notre avenir collectif.

Une fois qu'on suggérait à Martin Luther King Jr. de faire preuve de patience dans la lutte contre la ségrégation, parce que les choses finiraient bien par changer avec le temps; sa réponse fut la suivante: "Une telle attitude découle d'une mauvaise conception du temps; de la notion étrangement irrationnelle qu'il y ait quelque chose dans le flux même du temps, qui ne manquerait pas de guérir à termes tous les maux. En fait, le temps lui-même est neutre; il peut être utilisé de manière soit destructrice ou constructive... le progrès humain ne découle jamais de la roue de la fatalité." Ce que cela signifie est que l'attente d'un changement sans rien faire, ne changera jamais notre situation. Quand nous ne défendons pas ce qui est juste et restons muets, nous devenons une partie du problème, car notre inaction permet aux forces négatives de croître. Mais si nous nous levons et nous combattrons, il y a une possibilité que l'on puisse éventuellement influencer le résultat et donc notre avenir.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE