WE WELCOME MARC ONA ESSANGUI'S INTELLECTUAL RIGOR DURING HIS INTERVIEW ON FRENCH RADIO INTERNATIONAL. NOUS SALUONS LA RIGUEUR INTELLECTUELLE DE MARC ONA ESSANGUI DANS SON INTERVIEW SUR RFI








INV AFR -29/11- GABON MARC ONA Société Civile Gabonaise
(05:29)







English version


In an interview broadcasted on French Radio International on Thursday, November 29, 2012, our compatriot Marc Ona Essangui gives us the opportunity, if doubt still remained, to realize that Gabon has good human resources capable of the highest intellectual rigor when it comes to addressing the complex issues of the past, present and future of Gabon. In the space of five minutes that the interview lasts, our compatriot answers all the questions fully and directly, without modulation in light of the reality of “françafrique” relations between the two countries that are France and Gabon and without ignoring the incongruities which cause people to observe that an improvement in the socio-political situation of Gabon today is not only a myth but also and especially an expectation in bad faith. In this interview, we are far from the platitudes of regime supporters who like to repeat in response to any question: "but the institutions work". Here Marc Ona Essangui gives food for thought!

In any analysis, you must first agree on definitions. What does this blog mean by "intellectual rigor"? For us, intellectual rigor would be defined as the ability to examine the facts and extract what is true and goes in the sense and logic of events. It is thinking like a detective, that is to say, analyze realistically, strive for objectivity, have an interest in the exchange of ideas, demonstrate openness, have a critical mind and especially demonstrate the capacity to work methodically. Therefore, dear readers, when one has intellectual rigor, they do not allow themselves to be manipulated by the authorities in power in Gabon, in order to promote the fallacy that permeates their regime.

In this interview, for example, when asked about his position on the Sovereign National Conference, Marc Ona Essangui goes straight to the point, saying that it has become necessary because all the trappings of state of Gabon are truncated if not completely guided by the regime. There is therefore no space of national entity not belonging to the system which operates in a vacuum. This is a situation that persists for 45 years and Marc Ona Essangui reminds us of all the known anachronisms; regarding the Constitutional Court of Gabon which is led by a Bongo family member and the National Assembly which consists of 116 PDG MPs out of a total of 120 MPs, these situations are many among others, which indicate that the country is far from practicing republicanism, thus once again the need for the Sovereign National Conference.

Faced with this scientific reasoning, that is made of deduction in the sense that if the Constitutional Court is headed by the Ali Bongo’s step mother, we cannot say that it is a republican institution; what do the supporters of the regime answer? What is their justification for a unique situation in Gabon that is retrograde with respect to the evolution of institutions in the free world? Nothing! No reasoned and scientific explanation with intellectual rigor, which could bring the neutral observer to consider the appropriateness of the choice of Marie Madeleine Mborantsuo to this strategic position. The Gabonese people are only given bizarre explanations such as: "but the institutions are functioning normally, let us move forward, you are embittered; ethnicity here and ethnicity there, you want civil war etc." Anyway dear readers, we hear all kinds of crazy stuff, but nothing essential, that is to say, a reasoned explanation of why the current regime must stay in power in Gabon. Here is the difference; people like Marc Ona Essangui reason, the others ask not to reason and to accept things as they are, without question.

Answering the question as to whether he was an undercover member of the Gabonese opposition, again Marc Ona Essangui does not evade the question and says clearly that he interferes in politics because it is his role as an activist and member of the Civil Society. When one looks at the social situation of a country, and when the social situation is affected by political decisions, then it becomes necessarily to get involved in politics. It is unfortunate that Marc Ona Essangui should still remind this kind of thing to the African audience in general and to the Gabonese people in particular, because the notion of intervention of civil society in the political arena is known throughout the world. In the largest country in Africa, Nigeria, we saw Ken Saro Wiwa lose his life in this battle; in the same country, people like Wole Soyinka and Chinua Achebe have spent their lives examining the deeds and misdeeds of various governments. What about China, where Liu Xiaobo, a Nobel Prize and the artist Ai Weiwei constantly keep the Chinese Communist Party in check? How not to take the example of the USA, where Martin Luther King, also a Nobel laureate incidentally, was jailed 29 times in 13 years of fighting for civil rights for blacks, was he a politician? Had he no right to interfere in the political decisions that negatively affected his fellow citizens? If through these examples, you are able to locate and understand the struggle that Marc Ona Essangui leads, this means that you understand the path of intellectual rigor.

Regarding his arrest during the time Andre Mba Obame was Minister of the Interior, again Marc Ona Essangui does not use any dodge, clearly explaining that for him the opposition is not just Mr. Andre Mba Obame and the battle to fight is not a question of individuals as it should move beyond personalized debate to resolutely aim towards a future Republican state. Similarly speaking of the bustle which faced some opposition leaders in recent times, from the people, Marc Ona Essangui bluntly asserts that the political class has a discourse in Gabon that the base does not want to listen to anymore; playing nice has demonstrated its limitations, and the base would like to see something else base an action and one of such action is precisely the Sovereign National Conference.
Toward the end, Marc Ona Essangui speaks of ill-gotten gains and the quasi mafia behavior of companies like Olam which collide with the Ali Bongo regime for economic activities that do not always have the consent of the people who will be the first affected. Here too, he demonstrates sufficient intellectual rigor that allows him to avoid the trap of being accused of being anti-progress. It is clearly understood that Marc Ona Essangui is for the progress of Gabon, but not in any kind of way.

Dear readers, as we told you at the beginning, this interview of Marc Ona Essangui, like those of Paulette Oyane Ondo and George Mpaga movement " Ça Suffit Comme Ça ", and some other Gabonese who are still free are instruments of liberation through the truth and therefore have a high value not only educational, but also therapeutic for Gabon as a whole is suffering! If in place of Marc Ona Essangui, this interview was conducted with government supporters, what would we have heard? Certainly that Gabon is a country that respects the rule of law, that its institutions function perfectly, and perhaps we would have even been served the magnificent "there is no problem in Gabon." Now dear readers, do the juxtaposition between the intellectual path of government supporters and that of Marc Ona Essangui to arrive at their respective conclusions, the distance is very serious isn’t it? Unfortunately, dishonesty also!



Version française


Dans une interview diffusée sur RFI au courant de la journée de Jeudi, 29 Novembre 2012, notre compatriote Marc Ona Essangui nous donne l'opportunité, si le doute subsistait encore, de nous rendre compte que le Gabon dispose bien de ressources humaines capables de la plus haute rigueur intellectuelle quand il s'agit d'aborder les plus complexes des sujets sur le passé, le présent et le futur du Gabon. En l'espace des 5 petites minutes que dure l'interview, notre compatriote répond à toutes les questions de son interlocuteur de manière complète et directe, sans les moduler à l'aune de la réalité des relations françafricaines entre les deux pays que sont la France et le Gabon et sans passer sous silence les incongruités qui font qu'observer un progrès sociopolitique dans le Gabon d'aujourd'hui relève non seulement du mythe mais aussi et surtout de la mauvaise foi. Dans cette interview, nous sommes loin des platitudes des partisans du régime qui aiment à répéter en réponse à toute question: "mais les institutions fonctionnent!". Ici, Marc Ona Essangui donne matière à réflexion!

Dans toute analyse, il faut au préalable s'accorder sur les définitions. Qu'entend ce blog par "rigueur intellectuelle"? Pour nous, la rigueur intellectuelle se définirait comme la capacité d'examiner les faits et en extraire ce qui est vrai et va dans le sens véritable et logique des évènements. C'est penser comme un détective, c'est-à-dire analyser avec réalisme, rechercher l’objectivité, avoir un intérêt pour la confrontation des idées, démontrer une ouverture d'esprit, avoir un sens critique et surtout démontrer le sens du travail méthodique. Par conséquent, chers lecteurs, quand on a cette rigueur intellectuelle, on ne se laisse pas par exemple manipuler par les autorités en place au Gabon, en vue de promouvoir la fausseté qui imbibe leur régime.

Dans cette interview par exemple, quand on lui demande sa position sur la Conférence Nationale Souveraine, Marc Ona Essangui va droit au but, affirmant que celle-ci est devenue nécessaire car tous les apparats de l'état gabonais sont tronqués sinon complètement orientés par le pouvoir en place. Il n'y a donc pas de cadre respiratoire pour toute entité nationale n'appartenant pas au dispositif du régime qui fonctionne en vase clos. C'est une situation du perdure depuis 45 ans et Marc Ona Essangui de nous rappeler les anachronismes connus de tous en ce qui concerne la Cour Constitutionnelle gabonaise qui est dirigée par un membre de la famille Bongo et l'Assemblée Nationale qui est constituée de 116 députés PDG sur 120; situations parmi tant d'autres qui indiquent que le pays soit loin du républicanisme, d'où encore une fois la nécessité de cette Conférence Nationale Souveraine.

Face à ce raisonnement scientifique, c'est-à-dire fait de déduction en ce sens que si la Cour Constitutionnelle a à sa tête la belle-mère d'Ali Bongo, on ne peut pas dire que ce soit une institution républicaine; que nous répondent les partisans du pouvoir en place? Quels sont leurs justifications pour une situation unique au Gabon qui est rétrograde au regard de l'évolution des institutions dans le monde libre? Rien! Aucune explication argumentée, scientifique et empreinte de rigueur intellectuelle, qui puisse amener l'observateur neutre à considérer la justesse du choix de Marie Madeleine Mborantsuo à ce poste stratégique. Les gabonais n'ont droit qu'à des explications bizarres du style: "mais les institutions fonctionnent normalement; laissez-nous avancer; vous êtes des aigris; repli identitaire par ci et repli identitaire par là; vous voulez la guerre civile etc." Bref chers lecteurs, on entend des vertes et des pas mures, sauf l'essentiel; c'est-à-dire une explication raisonnée du pourquoi de la justesse du dispositif actuel au pouvoir au Gabon. Voilà la différence, des gens comme Marc Ona Essangui raisonnent, les autres demandent à ce qu'on ne raisonne pas et qu'on accepte les choses telles qu'elles sont, sans se poser des questions.

Répondant à la question selon quoi il serait un sous-marin de l'opposition gabonaise, encore une fois Marc Ona Essangui ne prend pas d'échappatoire et dit clairement s'immiscer en politique car c'est son rôle d'activiste et de membre de la Société Civile. Quand on s'intéresse à la situation sociale des populations d'un pays, et quand cette situation sociale est impactée par les décisions politiques, eh bien on intervient forcement dans la politique. C'est dommage que Marc Ona Essangui doive encore rappeler ce genre de chose à l'auditoire africain en général et gabonais en particulier, car la notion d'interventionnisme de la Société Civile dans l'arène politique est connue dans le monde entier. Dans le plus grand pays d'Afrique, le Nigeria, nous avons vu l'écrivain Ken Saro Wiwa laisser sa vie à ce combat; dans le même pays, des gens comme Wole Soyinka et Chinua Achebe ont passé leur vie à examiner les faits et méfaits des différents gouvernements. Que dire de la Chine où Liu Xiaobo, Prix Nobel et l'artiste Ai Weiwei empêchent le Parti Communiste Chinois de tourner en rond? Comment ne pas prendre l'exemple des USA, où un pasteur Martin Luther King, lui aussi Prix Nobel au demeurant, fut 29 fois emprisonné en 13 ans de lutte pour les droits civiques des noirs; était-il un homme politique? N'avait-il pas le droit de se mêler des décisions politiques de son pays qui affectaient négativement ses concitoyens? Si parmi ces exemples, vous êtes capable de situer et comprendre le combat que mène Marc Ona Essangui, c'est que vous avez compris le cheminement de la rigueur intellectuelle.

Concernant son arrestation du temps où André Mba Obame était Ministre de l'Intérieur, là aussi Marc Ona Essangui n'use d'aucune esquive, expliquant clairement que pour lui l'opposition ne se résumait pas à M. André Mba Obame et que le combat à mener n'était pas une question d'individus car ce débat personnalisé devait être dépassé pour s'orienter vers un avenir résolument républicain. De même parlant du chahut dont ont dû faire face certains leaders de l'opposition ces derniers temps de la part des populations, Marc Ona Essangui sans ambages affirme que la classe politique au Gabon a un discours que la base ne veut plus écouter; la convivialité ayant démontrée ses limites, la base aimerait autre chose et l'une des actions réclamée est justement la Conférence Nationale Souveraine.

Sur la fin, Marc Ona Essangui parle des biens mal acquis et des comportements quasi mafieux d'entreprises comme Olam en collision avec le régime Ali Bongo pour des activités économiques n'ayant pas toujours l'assentiment des populations qui seront les premières impactées. Ici aussi, il démontre une rigueur intellectuelle suffisante qui lui permet d'éviter le piège de se faire accuser d'être anti-progrès. On comprend clairement que Marc Ona Essangui est pour le progrès du Gabon, mais pas n'importe comment.

Chers lecteurs, comme nous vous le disions d'entrée, cette interview de Marc Ona Essangui, comme celles de Paulette Oyane Ondo et Georges Mpaga du mouvement "Ça Suffit Comme Ça", et de certains autres gabonais qui sont encore libres, sont des instruments de libération par la Vérité et par conséquent ont une forte valeur non seulement éducative, mais aussi thérapeutique; car le Gabon dans son ensemble est souffrant! Si en lieu de Marc Ona Essangui, cette interview était réalisée avec des partisans du pouvoir, qu’aurions-nous entendu? Certainement que le Gabon est un état de droit, que ses institutions fonctionnaient à merveille, et peut être même qu’on nous aurait servi le magnifique « il n’y a pas de problème au Gabon ». Maintenant chers lecteurs, faites la juxtaposition entre le cheminement intellectuelle des partisans du pouvoir et celui de Marc Ona Essangui, pour arriver à leurs conclusions respectives ; la distance est gravissime n’est-ce pas ? La malhonnêteté aussi, malheureusement !

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE