THE ALI BONGO REGIME IS FORCED TO WRAP ITSELF IN STUPIDITY (PART II). LE RÉGIME ALI BONGO EST CONTRAINT DE S'ENVELOPPER DANS LA STUPIDITÉ (DEUXIÈME PARTIE)


Mrs/Mme Maganga Moussavou



English version

Where does the violence come from, the regime or the opposition?

The first question from the moderator of the program Agora, Hasse Nziengui, was as follows:

"With you we will be talking about politics as we now live it in our country, with the bottom line of political violence, in other words, is there interest for the political dialogue in our country to turn on political violence in the public square? What is your reading of the current political situation? ... We have seen recently the president of the UPNR be molested by opposition supporters; there is a resurgence of political violence ... What is your reading of the current political situation?"

To this question, Mrs. Maganga Moussavou answered by expressing her surprise that the small incident of Mr. Mayila was front page news, when it is know that there are many acts of violence deserving to be noticed that are never mentioned. Violence always has an origin, one does not become violent unnecessarily, there is always a cause. Is it frustration? Is it a lack of understanding? She asked everyone to find out why there is such violence. She also reminded the audience that at the foundation of the UFC in Mouila, Louis Gaston Mayila was appointed to chair that meeting and he has for vice president, Zachary Myboto. He knew well that Zachary Myboto was a representative of the Union Nationale. It was therefore surprising that the participation of Zachary Myboto to the meeting of Rio presented problems to Louis Gaston Mayila, especially since all parties knew that Myboto and other representatives of the Union Nationale would be there; this had been decided. She then went on to say that violence has always a cause. It is born of injustice, of a certain weariness of the fact that the real issues are never addressed in Gabon. Instead, secondary problems are always approached without seeking the root cause.

Mrs. Denise Mekamne answers the same question by saying that the violence of the 90s are not those of today, and if those in the 90s were related to certain facts, today's violence is not justified. She says that whatever the reasons, in a country ruled by laws, there should not find excuses for violence. Regarding Mayila, she believes that regardless of what he could have done, there was no reason to push him around. For her, today violence should not be an argument for anything. Democratic debate cannot be founded upon violence.

For the Mayor of Owendo, Mrs. Jeanne Mbagou, the answer was that she does not want the political problems to be transformed into violence in the public place, because politics is a debate of ideas and Gabon since 1990 has experienced violence that have yielded no results. At that time, the late president, she says, convened a National Conference which led to multiparty democracy. She then jumps to the Mayila case, deploring the regrettable scenes which saw Mayila treated as less than nothing. She condemns that violence that has no reason to occur in Gabon.

Responding to the same question, Mrs Monique Oyane-Ondo states that violent people are not always whom people think. History shows that it is those who have the means of force, who always say that others are violent. She gives examples such as members of French Resistance who were treated as terrorists during World War II and Nelson Mandela, who was also called a terrorist. For Mrs. Oyane, violence is a matter of perspective insofar as it is always the people who have the means, who are the strongest at the moment, who treat others as being violent. She maintains that in Gabon, it is the state that is violent not the opposition. She gives as an example, the fact that she was a victim of the Gabonese state violence when they sent 300 gendarmes to her village, to vandalize her home and desecrate her father's grave. She goes on to say that there are Gabonese incarcerated today because they are suspected of having wanted to participate to an event, an act of public liberty, a fundamental right, but the event in question did not take place and these people were still arrested. She concludes that this is clearly a case of state violence. She adds that a state that dissolves political parties is a violent state. Ms. Oyane explained later that, given the monopoly of the state of Gabon in the dissemination of information, the state is trying to make the opposition appears violent when it is the state that is violent.


Analysis by Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:

Having listened to all the responses given by all 4 participants to this TV program, the first impression of this blog is that this is a very complex question that requires serious thoughts in order to determine under what conditions, if any, violent action may be said to be "legitimate". This is not a question that can be answered in a superficial manner. This kind of question cannot be answered in a meaningful way when it is abstracted from the context of particular concrete circumstances. This is why this blog finds the response of Mrs. Denise Mekamne to be unsatisfactory when she said that under no circumstances is violence unacceptable. She cannot be taken seriously because her own government that she supports uses violence all the time against civilian and she has never complained about these act of violence. So she must not be totally against violence. Of course, any rational person would agree that violence is not legitimate unless the consequences of such action are to eliminate a greater evil. Therefore, when Mrs Mekamne says that under no conceivable circumstances should violence ever be justified, she makes a factual assumption that is certainly false. This blog cannot therefore accept a general and absolute opposition to violence, because against the evil of oppression, people yearning to be free have the right to resort to violence when all else has failed.

Mrs Mekamne position is absurd given the fact that she refuses to examine the role of her government in creating the conditions for political violence to take place in Gabon. In selectively choosing the incident involving Mr Mayila, she is decidedly one sided in her outrage against political violence. As Mrs. Maganga Moussavou and Mrs. Paulette Oyane Ondo have reminded her, there are circumstances of state sponsor violence in Gabon that are never address and Mrs. Mekamne as a legislator has never been heard condemning these acts. This blog can then conclude that Mrs Mekamne seems to accept the violence conducted by the state against the opposition, but condemns the acts of violence the opposition might undertake against an oppressor state. In this case, Mrs. Mekamne's indignation can only be qualified as disingenuous. Naturally, the easiest reaction is to say that all violence is abhorrent, that both sides are guilty, and to stand apart retaining one's moral purity and condemn them both. But unfortunately neither Mrs. Mekamne nor Mrs. Mbagou have neutral views or are even neutral observers of Gabonese politics They are card carrying members of the PDG and vocal supporters of Ali Bongo and as such, they are saying no to violence only when the opposition is under the lens.

In fact, when faced with a repressive regime such as the one in Gabon, the people can be justified in the use of specific and targeted use of violence against those who are oppressing them. This has the potential to free the population from its fear complex and permits it to enter into political life. This could release the Gabonese people from their role of passivity into a more and robust active role in their liberation. This has the potential to show the Gabonese people that they could take over the country. This could be the mechanism necessary to break the bonds of passivity that made continue to make the Gabonese people totally incapable of meaningful political action. And if targeted violence does move the populace to the point where it can overcome the sort of permanent bondage of the sort that exists today in Gabon, then this blog is for it. There are several historical examples that a people that decides to stand up for itself usually becomes free while those who accept their fate remain in bondage.

To be continued: in the next post: ["The Gabonese state is not violent; the Gabonese state enforces the law!" Said Denise Mekamne]



Version française


D'ou vient la violence, du pouvoir ou de l'opposition?

La première question du modérateur de l'émission Agora, Hasse Nziengui, fut la suivante:

"Avec vous il est question de parler de politique telle que nous la vivons actuellement dans notre pays; en ligne de fond des violences politiques, autrement dit y a-t-il intérêt à ce que le dialogue politique dans notre pays se transforme sur la place publique en violence politique? Quelle est la lecture que vous faites de la situation politique du moment?... On a vu dernièrement, le président de l'UPNR se faire molester par des partisans de l'opposition, on a une recrudescence des violences politiques… Quelle est la lecture que vous faites de la situation politique du moment?"

A cette question, Mme Maganga Moussavou a répondu en marquant son étonnement du fait que le petit incident de Mayila faisait la une de toutes les conversations quand on sait que des violences, il y en a beaucoup qui ne sont jamais mentionnées. La violence a toujours une origine, on ne devient pas violent inutilement; il y a toujours une cause, a-t-elle continuée. Est-ce une frustration, est-ce un manque de compréhension? Elle a demandé à tous de rechercher pourquoi il y a ces violences. Elle a aussi rappelé à l'audience que lors des assises de l'UFC à Mouila, Louis Gaston Mayila avait été désigné pour présider ces assises et il avait pour vice président Zacharie Myboto. Il savait donc pertinemment que Zacharie Myboto était un représentant de l'Union Nationale. Il était donc surprenant que la participation de Zacharie Myboto au meeting de Rio pose des problèmes à Louis Gaston Mayila, d'autant plus que tous les partis savaient que Myboto et d'autres représentants de l'Union Nationale seraient là; cela avait été décidé d'avance. Avant de poursuivre en disant que la violence a toujours une cause; elle nait de l'injustice, d'une certaine lassitude fasse au fait que les vrais problèmes ne soient jamais abordés au Gabon. On aborde toujours des problèmes secondaires sans rechercher la cause profonde.

Mme Denise Mekamne répond à la même question en disant que les violences de 1990 ne sont pas celles d'aujourd'hui et si celles de 90 étaient liées à un état de fait, celles d'aujourd'hui ne se justifient pas. Elle affirme que quelles que soient les raisons, dans un état de droit on ne peut pas trouver d'excuses pour un acte de violence. En ce qui concerne Mayila, elle estime que quel que soit ce qu'il ait pu faire, on n'avait aucune raison de le bousculer. Pour elle, la violence ne doit plus être aujourd'hui un argumentaire pour quoi que ce soit. Un débat démocratique ne pouvant pas avoir pour fondement la violence.

Concernant le maire d'Owendo, Mme Jeanne Mbagou, la réponse a été qu'elle ne souhaite pas que les problèmes politiques se transforment en violence sur la place publique, parce que la politique est un débat d'idées et depuis 1990 le Gabon a connu des violences qui ne nous ont rien données. A cette époque, le feu président, poursuit-elle, a convoqué une Conférence Nationale qui a abouti à la démocratie multipartite. Elle saute ensuite sur le cas de Mayila en déplorant les scènes regrettables qui ont vu Mayila traité comme un moins que rien. Elle condamne cette violence qui n'a pas raison d'être au Gabon.

Répondant à la même question, Mme Monique Oyane-Ondo affirme que les violents ne sont pas toujours ceux qu'on croit. L'histoire montrant que c'est la personne qui a les moyens, la force, qui traite toujours l'autre de violent. Elle prend des exemples tels que ceux des résistants français qui furent traités de terroristes lors de la seconde guerre mondiale et Nelson Mandela qui a aussi été traité de terroriste. Pour Mme Oyane, la violence est une question de point de vue dans la mesure où ce sont toujours les personnes qui ont les moyens, qui sont les plus forts du moment, qui traitent les autres de violent; hors au Gabon, les violents ne sont pas les gens de l'opposition, c'est plutôt l'état gabonais qui est violent. Elle donne en exemple le fait qu'elle ait été victime de cette violence de l'état gabonais qui a envoyé dans son village, 300 gendarmes vandaliser son domicile et profaner la tombe de son père. Elle continue en disant qu'il y ait des gabonais incarcérés aujourd'hui parce qu'on les soupçonne d'avoir voulu participer à une manifestation; un acte de liberté publique, un droit fondamental; mais la manifestation en question n'a pas eu lieu et ces personnes sont quand même arrêtées. Elle conclue que cela est manifestement une violence d'état. Elle rajoute qu'un état qui dissout les partis politiques est un état violent. Mme Oyane explique par la suite qu'étant donné la situation de monopole de l'état gabonais dans la diffusion de l'information, cet état fait passer l'opposition pour violente alors que c'est elle même qui l'est.

Analyse par Le Gabon Enervant / Annoying Gabon:

Après avoir écouté toutes les réponses données par les 4 participantes à ce programme télévisé, la première impression de ce blog est que c'est une question très complexe qui nécessite une réflexion sérieuse afin de déterminer dans quelles conditions, le cas échéant, une action violente peut être «légitime». Ce n'est pas une question qui peut être évacuée de façon superficielle. Ce genre de questions ne peut être examiné d'une manière correcte seulement quand elle est remise dans le contexte des particularités concrètes. C'est pourquoi ce blog trouve que la réponse de Mme Denise Mekamne n'est pas satisfaisante quand elle dit qu'en aucun cas, la violence n'est acceptable. Elle ne peut être prise au sérieux, car son propre gouvernement, qu'elle soutient, recours à la violence tout le temps contre des civils et elle ne s'est jamais plainte de ces actes de violence. Alors, elle ne doit pas être totalement contre la violence! Bien entendu, toute personne sensée serait d'accord que la violence n'est légitime que si les conséquences d'une telle action sont d'éliminer un plus grand mal. Par conséquent, lorsque Mme Mekamne dit qu'en aucun cas imaginable, la violence ne devrait jamais être justifiée, elle fait un réquisitoire qui est certainement faux. Ce blog ne peut donc pas accepter une opposition générale et absolue à la violence, parce que contre le mal de l'oppression, les gens aspirant à être libres ont le droit de recourir à la violence quand tout le reste a échoué.

La position de Mme Mekamne est absurde compte tenu du fait qu'elle refuse d'examiner le rôle de son gouvernement dans la création des conditions conduisant à la violence politique qui se déroule au Gabon. En choisissant de manière sélective de ne parler que de l'incident impliquant M. Mayila, elle est décidément unilatérale dans son indignation contre la violence politique. Comme Mme Maganga Moussavou et Mme Paulette Oyane Ondo le lui ont rappelé, il y a des circonstances de violence d'Etat au Gabon, dont on ne veut jamais répondre et Mme Mekamne en tant que législatrice n'a jamais été surprise en train de condamner ces actes. Ce blog peut donc en conclure que Mme Mekamne semble accepter la violence menée par l'État contre l'opposition, mais condamner les actes de violence que les membres de l'opposition pourraient entreprendre contre un Etat oppresseur. Dans ce cas, l'indignation de Mme Mekamne ne peut être qualifiée que de malhonnête. Naturellement, la réaction la plus noble serait de dire que toute violence soit odieuse, que toutes les parties soient coupables, et donc de se démarquer de tout jugement en conservant sa pureté morale en condamnant les deux camps. Mais malheureusement, ni Mme Mekamne ni Mme Mbagou n'ont des points de vue neutres, ou sont des observatrices impartiales de la politique gabonaise. Elles sont membres et partisanes du PDG et vocales supportrices d'Ali Bongo et en tant que telles, ne disent non à la violence que lorsque c'est l'opposition qui est placée sous la lentille de la loupe.

En effet, face à un régime répressif comme celui du Gabon, les populations peuvent être justifiées dans leur utilisation spécifique et ciblée de la violence contre ceux qui les opprimeraient. Cela a le potentiel de libérer la population de son complexe de peur et lui permettre d'entrer de plein pied dans l'autodétermination. Cela peut libérer le peuple gabonais de son attitude de passivité vers un rôle plus actif et robuste dans sa libération. Cela a la capacité de montrer au peuple gabonais qu'il peut s'emparer du contrôle de son pays. Cela pourrait être le mécanisme nécessaire pour briser les chaines de passivité qui continuent à rendre le peuple gabonais tout à fait incapable d'une participation politique significative. Et si la violence ciblée permettait de déplacer les lignes au point où la population pourrait surmonter le genre d'appel à la servitude volontaire et permanente qui existe aujourd'hui au Gabon, alors ce blog est en faveur de cette évolution. Il existe plusieurs exemples historiques montrant que les peuples qui décident de se tenir debout, se libèrent généralement; tandis que ceux qui acceptent leur sort sans broncher, restent en esclavage.


A suivre: dans le prochain billet: ["L'état Gabonais n'est pas violent, l'état Gabonais applique la loi!" Dixit Denise Mekamne]

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE