THE ALI BONGO REGIME IS FORCED TO WRAP ITSELF IN STUPIDITY (PART IV). LE RÉGIME ALI BONGO EST CONTRAINT DE S'ENVELOPPER DANS LA STUPIDITÉ (QUATRIÈME PARTIE)


Mrs/Mme Jeanne Mbagou




English version



For Mme Jeanne Mbagou, there are no problems in Gabon!


During the program Agora, Mrs. Jeanne Mbagou said the following:


"Democracy is not synonymous with disobedience, democracy is not synonymous with destruction ... The president was elected and after that election, he reached out to everyone. Unfortunately many did not seize the extended hand and all they did was to slander him... This situation is like when you have a son who does not respect his father, the latter cannot sit down with him to discuss anything ... Today when they say that there are problems in Gabon, I do not see where there are problems. There is no problem, you look at the institutions, they are definitely there! The institutions operate, the people are going about their business, when there are health problems, people get care. The schools are working. You see, it is the politicians who want the Gabonese and international community to believe that there are problems; specifically the opposition creates this situation ... The School year just started; are the schools not open? CNAMGS You know, I'm the mayor of Owendo and I see what is happening, there are distributing cards and pension securities right now ... So what is the problem referred to by the opposition when it says that there is a problem in Gabon, there is a crisis in Gabon?"


Totally stunned and visibly shocked by what had just been said by the Mayor of Owendo, Mrs. Maganga Moussavou took the audience for witness by saying the following: "do you realize what the Mayor just said? She is saying that all is well, that Gabon is an idyllic country, an Eden, the paradise. While it is not the case. Intellectual honesty would prevent you from ever saying that everything works well, it is not possible ... the fact that you say the opposition is responsible for creating problems, means that you do the ostrich, you put your head in the sand and deny reality ... the country does not work well, I'm sorry. When you have classes overcrowded with children who find it difficult to learn, we must recognize that things are not well..."


Wishing to save face and get her sidekick out of the ditch in which she sank, Mrs Mekamne recognized that there are many things yet to be done in Gabon. But nevertheless also wanted to pull the cover to her side by saying that things are being done and that if the opposition believed that the country was not well, it would present its programs that provide alternatives to current state.


Speaking afterwards, Mrs Oyane Ondo reminded the Mayor of Owendo that in Gabon, which she thinks that all works well, each year there are 500 women who die of complications during childbirth. Before hitting the nail by adding that in a country where people live well, there are not many death during childbirth, at least not in the proportions existing in Gabon. Mrs. Oyane Ondo subsequently informed the mayor of Owendo that life expectancy in Gabon was 52 years and was well below the observed life expectancy in countries where people live well. Life expectancy of 52 years indicates that Gabon does not have a good quality of life and health care is not doing well either.


Analysis by Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:


The first thing this blog would like to say is that we will not take the easy road and attack the mayor of Owendo, because we believe that Mrs Maganga Moussavou and Mrs Oyane Ondo already demonstrated during the program just how ridiculous and absurd her statement about Gabon not having any problem was. What this blog would like to examine is the fact that someone like Jeanne Mbagou can be invited to such a debate and even worse, that someone like her can be the mayor of a large suburb like Owendo.


It is sad to say and we hope that our readers will understand that we are not here to disrespect Mrs. Mbagou. But she did not deserve to be at that debate. She was way too limited in her reasoning and did not display any cognitive capacity susceptible to allow her to contribute any intelligent thoughts to the debate. While other participants tried to elevate the debate, Mrs. Mbagou consistently brought it down by speaking in general platitudes. That such a TV program invited her is very curious because the responsible of the program must have known who she was and who she would be debating. To have 3 university educated professionals debate with a person who seems to come from nowhere is not doing a favor to that person because her weaknesses would be exposed for all to see and this is what happened to the Mayor of Owendo.


However, the real question this blog would like to ask is to know how somebody like Jeanne Mbagou can become Mayor of a large suburb in a country like Gabon? Unfortunately, Mrs. Mbagou personifies and reinforces the idea that the Bongo regime and the PDG party are dominated by people of dubious intellectual credentials and cognitive capacity. This helps explain why this regime and the ruling party have in their mode of functioning an anti intellectual attitude. Many people within the Ali Bongo cabinet, his government his trusted circles, are cut from the same cloth as Mrs. Jeanne Mbagou; in that they did not get where they are because of their brains. After listening to the series of idiocies pronounced by Mrs. Jeanne Mbagou, does anybody think that she can be an efficient Mayor? Does anybody think that that lady is capable to understand the planning and managing of a city?


More importantly, dear readers, could a country run by a collection of lousy students have a chance to be successful in the long run? What is this country where ignorance is celebrated and absurdly ignorant people are invited on television where they display their stupidity? Surely, Gabon can do better than that. Gabon deserves better than that. Because of the prominence of stupid people at the apex of the state, a disturbing trend has appeared in Gabon; a trend that devalues the merit of education because people can point to former rotten students and know-nothing individuals who have high state responsibilities. Case in point, the minister of Education is someone particularly undistinguished when it comes to education; how ironic.


The message the Bongo regime has always given to the Gabonese people is to not worry too much about working hard in school, because they can still reach powerful leadership positions thanks to their affinity or support for the Bongo family and heavy militancy within the PDG party. This is not a good example for young people in an increasingly competitive world. Mrs Mbagou is one example among many of the attitude of the people in power in Gabon; they know next to nothing but they insist that there are simple, brute-force, instant-gratification answers to every problem, and that anybody who dares to suggest otherwise is a dangerous subversive who must be incarcerated. The Bongo regime does not like to think things through, that's too hard. The PDG seems to have an allergy to reason and evidence, preferring to take refuge in empty slogans and blind loyalty. People like Ali Bongo and for that matter Jeanne Mbagou do not care what the statistics say about Gabon, they do not care what life expectancy is or what it indicates; they do not care about what economists, sociologist, historians, etc., have to say; for these members of the regime, the only things that matters is to stay in power and how to do that is the only information they need.


To sum it up, for members of this regime, there is no reason to know anything or show any intelligence when they feel that the truth, facts and evidence do not matter. Nothing matters to them: they steal elections, fabricate false curriculum vita and usurp everything. It doesn't matter if the Gabonese people suffer, it doesn't fit their world view and they don't care. The easiest way for them to solve problems is to pretend that they do not exist! Even Mrs. Jeanne Mbagou knows that!



To be continued. Next post: "The problem of Gabon is the impossibility of political change" says Paulette Oyane Ondo!




Version française



D'après Mme Jeanne Mbagou, il n'y aurait pas de problème au Gabon!


Au cours de l'émission Agora, Mme Jeanne Mbagou a dit ce qui suit:


"La démocratie n'est pas synonyme de désobéissance, la démocratie n'est pas synonyme de destruction…Le président de la république a été élu et après cette élection, il a tendu la main à tout le monde. Malheureusement beaucoup n'ont pas saisi cette main et tout ce qu'ils ont trouvé à faire était de le calomnier… La situation est comme quand vous avez un fils qui ne respecte pas son père, ce dernier ne peut pas s'assoir avec lui pour discuter… Aujourd'hui quand on dit qu'il y a des problèmes au Gabon, moi je ne vois pas là où il y a des problèmes. Il n'y a pas de problèmes; vous regardez les institutions, elles sont bel et bien là! Les institutions fonctionnent, les gens vaquent à leurs occupations; lorsqu'il y a des problèmes de santé, les gens se soignent. Les établissements scolaires fonctionnent. Vous voyez, ce sont les politiques qui veulent faire croire aux gabonais et à l'opinion internationale, plus précisément l'opposition qui crée cela… La rentrée scolaire a eu lieu; est-ce que les établissements scolaires ne sont pas ouverts? Vous avez la CNAMGS, moi je suis le maire d'Owendo, allez voir ce qui se passe; il y a la distribution des cartes et des titres de pension qui se font actuellement… Où se situe donc le problème dont parle l'opposition qu'il y a problème au Gabon, qu'il y a crise au Gabon?"


Totalement abasourdie et visiblement choquée par ce que venait de dire le Maire d'Owendo, Mme Maganga Moussavou pris l'audience à témoin en ces termes: "vous vous rendez compte de ce que vient de dire le Maire? Elle est en train de dire que tout va bien, que le Gabon serait un pays idyllique, l'Eden, le paradis. Alors que ce n'est pas le cas. Par honnêteté intellectuelle simplement madame, vous ne pouvez pas dire que tout marche bien, ce n'est pas possible…Le fait que vous attribuez à l'opposition la responsabilité des problèmes, veut dire que vous faites l'autruche, vous vous mettez la tête dans le sable en refusant la réalité… Le pays ne marche pas bien, je suis désolée. Quand vous avez des classes avec des effectifs pléthoriques avec des enfants qui ont de la peine à apprendre, il faut reconnaitre que ça ne va pas…"


Voulant sauver les meubles et sortir sa comparse de la mauvaise passe dans laquelle elle s'est enfoncée, Mme Mekamne est venue reconnaitre qu'il y avait beaucoup de choses à faire au Gabon. Mais elle a néanmoins aussi voulu tirer la couverture de son côté en disant que des choses se faisaient et que si l'opposition pensait que le pays n'allait pas bien, il lui faudrait présenter ses programmes qui offriraient des alternatives.


Intervenant par la suite, Mme Oyane Ondo a rappelé au Maire d'Owendo qu'au Gabon, dont elle pense que tout marcherait bien, chaque année, il y a 500 femmes qui succombent de complications lors de l'accouchement. Avant d'enfoncer le clou en disant que dans un pays où l'on vit bien, on ne meurt plus en couche; en tous cas pas dans les proportions existant au Gabon. Mme Oyane Ondo informe par la suite le maire d'Owendo de l'espérance de vie au Gabon qui est de 52 ans et qui est bien en deçà de la longévité observée dans un pays où l'on vivrait bien. L'espérance de vie de 52 ans indique qu'au Gabon il n'y a pas la qualité de vie et que la santé ne s'y porte pas bien non plus.


Analyse par Le Gabon Enervant / Annoying Gabon:


La première chose que ce blog tient à préciser est que nous n'allons pas prendre la voie facile et attaquer le maire d'Owendo ad hominem; car nous pensons que Mme Maganga Moussavou et Mme Oyane Ondo ont déjà démontré au cours de l'émission, à quel degré de ridicule et d'absurdité se situait sa déclaration selon laquelle le Gabon n'aurait pas de problèmes. Ce que ce blog voudrait examiner est le fait que Mme Jeanne Mbagou puisse être le choix du PDG comme invitée à un tel débat et, pire encore, qu'elle puisse être le maire d'une grande banlieue comme Owendo.


C'est triste à dire, et nous espérons que nos lecteurs vont comprendre que nous ne voudrions pas ici manquer de respect à Mme Mbagou; mais elle ne méritait pas de participer à ce débat. Elle s'est montrée bien trop limitée dans son raisonnement et de manquer en capacité susceptibles de lui permettre de contribuer des arguments intelligents pour un tel débat. Alors que les autres participantes essayaient d'élever le débat, Mme Mbagou constamment le ramenait vers le sous sol en parlant de platitudes généralisantes. Qu'une telle émission de TV l'invite est très curieux parce que le responsable de l'émission devait savoir qui elle était et avec qui elle se retrouverait sur le plateau. Placer 3 femmes professionnelles et universitaires dans un débat avec une quatrieme personne qui semble sortir de nulle part, ne rend pas service à cette dernière parce que ses carences sont exposées aux yeux de tous et c'est ce qui est arrivé au maire d'Owendo.


Cependant, la vraie question que ce blog voudrait poser est de savoir comment quelqu'un comme Mme Jeanne Mbagou a pu devenir maire d'une grande banlieue dans un pays comme le Gabon? Malheureusement, la prestation de Mme Mbagou à Agora incarne et renforce l'idée que le régime Bongo et le PDG sont dominés par des gens aux capacités douteuses et à l'apport intellectuel et cognitif souvent minimal. Cela contribue à expliquer pourquoi ce régime et le parti au pouvoir ont une attitude anti intellectuelle dans leur mode de fonctionnement. Beaucoup de gens autour de ce regime, partant d'Ali Bongo aux membres de son cabinet, de son gouvernement et dans ses cercles de confiance, sont taillés dans le même moule et vêtus de la même étoffe que Mme Jeanne Mbagou, en ce sens qu'ils ne sont pas arrivés là où ils sont grâce à leur cerveau. Après avoir écouté avec peine la série de sottises prononcées par Mme Jeanne Mbagou, qui peut penser qu'elle puisse être un maire efficace? Qui peut penser que cette dame soit capable de comprendre la planification et la gestion d'une cité?


Plus important encore, chers lecteurs, est ce qu'un pays dirigé par des gens ayant été de piètres étudiants pourrait avoir une chance de réussir dans le long terme? Quel est ce pays où l'ignorance est célébrée et dans lequel des personnes absurdement incultes sont invitées à la télévision pour y étaler toute la splendeur de leur stupidité? Certainement, le Gabon peut faire mieux que ça. Le Gabon mérite mieux que ça. En raison du nombre de ce type de personnes au sommet de l'Etat, une tendance inquiétante est apparue au Gabon; un penchant qui dévalorise le mérite et l'éducation parce que les gens peuvent pointer du doigt les anciens élèves minables et vaut-rien qui ont des responsabilités importantes au sommet de l'état. L'exemple le plus loufoque est celui du Ministère de l'éducation qui a été confié à quelqu'un dont le mérite est loin d'être évident; quelle ironie!


Le message que le régime Bongo a toujours envoyé au peuple gabonais est de ne pas trop se soucier de travailler dur à l'école, car on peut toujours acceder à d'importants postes de leadership grâce aux affinités personnelles ou de soutien à la famille Bongo et au militantisme tapageur au sein du PDG. Ce n'est pas un bon exemple pour les jeunes gabonais confrontés à un monde de plus en plus concurrentiel. Mme Mbagou est un exemple parmi d'autres illustrant l'attitude des gens de pouvoir au Gabon; ils ne connaissent souvent à peu près rien, mais insistent qu'il y ait de simplistes, brutales et instantanées réponses à tous les problèmes; et que quiconque ose suggérer autre chose n'est par ailleurs qu'un dangereux subversif qui doit au minimum être incarcéré. Le régime Bongo n'aime pas penser les choses en profondeur, c'est trop dur. Le PDG semble avoir une allergie à la raison et aux faits, préférant se réfugier dans des slogans vides et la fidélité aveugle. Des gens comme Ali Bongo et d'ailleurs Jeanne Mbagou, se moquent de ce que disent les statistiques sur le Gabon, ne se soucient pas de ce qu'est l'espérance de vie ou de ce qu'elle indique; ils ne se soucient pas de ce que pensent les économistes, les sociologues, les historiens, etc., pour ces membres du régime, ce qui importe est de rester au pouvoir et la manière de le faire est la seule information dont ils ont besoin.


En résumé, pour les membres de ce régime, il n'y a aucune raison de cultiver le savoir ni de manifester une curiosité intellectuelle car ils pensent que la vérité, les faits et les preuves n'ont pas d'importance. Rien ne compte pour eux: ils truquent les élections, fabriquent de faux documents et curriculum vitae et usurpent de tout. Ce n'est pas grave si le peuple gabonais souffre, car ces considérations n'entrent pas dans leur vision du monde et ils ne s'en soucient donc pas. Le moyen le plus facile pour eux de résoudre les problèmes est de faire comme s'ils n'existent pas! Même Mme Jeanne Mbagou le sait, c'est dire!



A suivre. Prochain billet: "Les problèmes du Gabon viennent de l'impossibilité de l'alternance" soutient Paulette Oyane Ondo!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE