GERARD ELLA NGUEMA DARES TO GO BEYOND COWARDICE (PART I)! GERARD ELLA NGUEMA OSE ALLER AU DELÁ DE LA COUARDISE (PREMIÈRE PARTIE)!

Gerard Ella Nguema


English version


Surely, things are moving in Gabon in the direction of change. The momentum is with the freer segments of society; those who are opposed to any kind of compromise with the regime short of a new beginning for the country. It is now clear that there is a move toward pushing Ali Bongo out. The most important aspect of this momentum is the fact that the people are now taking charge. They are no longer willing to sheepishly follow political leaders who have no intention of fighting for power. When Louis Gaston Mayila tried his duplicitous trick, it was the regular people who told him that he was not welcome among the UFC, before the leaders followed with his official exclusion.

Recently, when a meeting called by the party Union Nationale failed to satisfy the partisans who were asking for concrete action against the regime, the people reacted negatively, sending a clear message to the political leaders that their patience had ran its course and they were no longer willing to accept an opposition that does not ascend to power. Now, on Thursday 22 of November, Gerard Ella Nguema of the party Union Nationale, delivered what has the chance to become one of the most important speeches delivered by a political figure in Gabon. That speech is already receiving plaudits from freedom seeking Gabonese people, while those in favor of the status quo in Gabon are calling it a dangerous escalation in rhetoric. This blog believes that this speech is too important to be allowed to risk being misunderstood, or misinterpreted deliberately by those who would gain in emptying the speech of its meaning. This is why this blog will take the time to analyze this speech in a series of posts. This first post gives you the speech in its entirety. The next one would analyze its content point by point.

The English translation of this speech is from the blog "Gabon Libre/Free Gabon"

Here is the speech by Gerard Ella Nguema


My fellow Gabonese!

Political discourse in Gabon became in the last half-century of independence, an attraction, a sport, a simple distraction.

The political debate is merely an opportunity to fine sparring, during which time our country (Gabon) is being killed softly, if we do nothing.

I speak to you today beyond political rhetoric.

For many years, the population of Gabon can not exceed one million five hundred thousand inhabitants. The mortality rate increased, fertility decreased, and life expectancy of Gabon is still only about fifty years. This is the will of the regime in power, which wants that our lands be occupied by foreigners.

This is the truth they will not tell you about on national television, but me, I will explain it to you like this:

The facts date back to the long reign of half a century of the Bongo family, who considered public affairs in Gabon as private property, in the promotion of all kinds of moral deviances for the mental hypertrophy of an entire population, with a longevity (in power) unacceptable for any proud and worthy people.

Some of our children, our sisters and daughters are without work in Libreville and Port-Gentil, but they have (ironically) large motor vehicles and villas, and a lot of money, but they also dress in layers because of steady flows of blood, because they have sold their genitals to people in power and foreigners to eat them as kebabs.

In every corner of the country, there are lifeless body whose organs were removed to be served as food to those in power and their foreign accomplices. Some of our son, who suddenly become so rich with expensive cars and luxurious homes, spend their time to be sodomized by men of power and foreigners. Some of our son die because they have had sex with women using condoms to collect their sperm for sale within the networks of people in power.

These acts have been given the pretty name of "ritual crimes" in political discourses, without telling us what lies behind this term that we denounce without (the justice system) doing anything. No executer was arrested, nobody is prosecuted and tried, no one has been convicted. Then Gabonese people can no longer have healthy children.

My fellow Gabonese,

Beyond the political discourse, the show and comedy played by some politicians who are sometimes in opposition, sometimes with regime in power, like the party of Mr Louis Gaston Mayila, who does not need an introduction, the Gabonese people is endangered. About Mr Mayila, I'm sorry, but I usually answer only intelligent and honest people.

Religion is the first major complicit in this situation. When I say religion, I mean first of Christianity and all its variants.

The Church (with all its denominations) is a silent complicit but active in the decay of Gabon. It is silent because it says nothing to expose and encourage the fight against these evil deeds. Its exegesis and preaching put Gabonese asleep and kill their pride. In fact, a man who prays and goes to bed hungry, worried because not knowing what their children will eat in the morning and in what condition they will go to school, is not sleeping with the peace of the Lord. When you know that it is with the same Bible, the same word of God, that Rev. Martin Luther King took out the black oppression, and restored to man the fullness of his human condition, we realize that religion is, in Gabon, such as Karl Marx foresaw, "the opium of the people". The church is an active accomplice because it anoints and very openly supports those who perpetrate satanic acts.

As a proof, I want to say, and no Gabonese will deny it, that it is a fact that during the presidential campaign of 2005, priests and pastors circulated with arrogance, pride and comfort in motor vehicles marked "BONGO 2005." They, with the full knowledge of the whole world, campaigned for the candidate Bongo, forgetting that other candidates were members of their churches, and many of their flocks belonged to other political families since they have their freedom of opinion and expression. For this reason, they have sown in their own temples seeds of discord and division. They are used to eat their cake on the table of those that the church should consider friends of Satan. They bear the historical responsibility of the woes of the people of Gabon, and the Lord, Almighty God, will punish them according to their deeds.

Islam, which is said to be a religion of peace, has its share of responsibility in the imprisonment of Gabon. I will not say much, but I deplore activism in its marabouts assassination attempt by poisoning and fetichism of some personalities, at the request of Mr Ali Bongo Ondimba, the RAÏS.

My fellow Gabonese,

Few years ago, many scholars know, Rose Croix and Freemasonry were considered the most prestigious schools of knowledge of the world. This is no longer the case today, I must say. We have evidence of moral decay that Freemasonry produced in Gabon.

It circulates online, and many of you have it in your homes, that Video CD in which grand lodges of East and West, as well as African lodges, installed Ali Bongo in Libreville at the head of the lodge of Gabon, as if it was a model of intelligence and wisdom. Ali Bongo Ondimba had taken a republican oath to serve only the interests of Gabon. You also see and hear in the video CD his Masonic oath to serve only the interests of the masonry, reinforcing the oath is that the gesture to have his throat cut in case of violation of the oath. That is to say, Ali Bongo Ondimba has given his life to serve only the interests of the masonry. This means that he only manages Gabon according to the interests of that esoteric order, and we all Gabonese, whether we like it or not, are slaves of Freemasonry.

Well, the power of Ali Bongo Ondimba and masonry are to introduce and promote in Gabon, as a practice of power, pederasty.

Pederasty is essentially the practice of sodomy, and sodomy is the sexual act in which a man puts his penis into the anus of another man. This is what, against our morals and values, now gives the power and money to some of our proud young Gabonese, but with their behinds already damaged. Competence and merit can then go hell.

If you have forgotten, let me remind you: the word "sodomy" comes from the name of the city of Sodom because sodomy was one of the practices of Sodom and Gomorrah. You know what God has done to these two cities. There rained brimstone and fire. This means, and this is a divine and natural law, that when a society practice sodomy, nature and life apply to make them disappear. That is the goal of Ali: the population of one million five hundred thousand heads disappear and the rich lands left easily then fall into his and foreigners' hands. Thus small towns, like that of AMBOWE, where people have been displaced by the army one morning wanting to drop in foreigners in secret, receive these illegal and official immigrants of the state. It's a bit like the biblical story in which the people elected shall, to appropriate the land (country) flowing with milk and honey, be decimating its original inhabitants.

Here is the truth beyond debate and political discourse: an occult force tries to steal our country Gabon, in spite of our right to life.

I do not forget about Marie Madeleine Mborantsouo, protector of the monolithic regime of Ali. She became herself, the spectrum that scares even our birds in the bush. I laugh at it in the face of the international community, and wonder why eminent members of constitutional courts in some countries, such as France, which is fully aware of the actions of the clan Bongo, are coming in Libreville to praise the merits of this woman who kills coldly our people and institutions of our country. Is it, as the old adage goes, "who assemble, alike »?

Certainly, the sisterly and friendly countries did not know that the good lady is renting her own building and house to the institution she runs; she runs big businesses, has a school; all activities inconsistent with her function as President of the Constitutional Courts. This should not even be surprising. She became herself an unconstitutional. I say better, she represents the anti constitutional.

She will answer for her actions.

My fellow Gabonese,

We do not die as snakes, which have been hit on the head with batons without being able to scream. We accept the challenge. Now!

I say we start now, regardless of gropings and hesitations of the political debate, a fight to the death against the government and its allies, known or hidden. Against the tyrannical violence of the state, we now oppose the force of numbers and the law.

This is what we are actually going to do.

We begin by retrieving the power that is ours. Remember that during the presidential campaign of 2009, the elected candidate, but rejected by Mborantsouo and Masonic forces, Mr André OBAME MBA, promised that "we will not let them steal our victory."

Because we are men of their words and a proud people, let's recover by any means the power that was stolen from us in 2009. I say: recover BY ANY MEANS POSSIBLE THE POWER THAT WAS STOLEN FROM US IN 2009.

How are we going to take it back?

We are going do this step by step.

We are today outlaws, because no man should obey a law aims to destroy him. So, I ask the Gabonese people to spare a thought for our martyrs and pious for all victims of ritual crimes. Furthermore, we demand the immediate release of political prisoners imprisoned because of the meeting called in Cocotiers on August 15 2012.

We also demand the departure of the U.S. ambassador to Gabon, which is an obstacle to the democratization process in our country.

Now we are launching a major campaign of civil disobedience with details to be communicated as its realization progresses. It should be recalled that the mandate of President Ali Bongo Ondimba will be ending on December 2, 2012, the date of termination of the contract of Gabon and the Bongo's clan. We do not want more of them!

We are sending a solemn (clear) message to President François HOLLANDE of France that we do not want Ali Bongo Ondimba anymore (as so-called president of Gabon).

I conclude with a call to brotherly security and defence forces. What we do is for the benefit of all Gabonese of all occupations. Your army bodies should not just be machines or robots aim to state brutality and repression. Your mission is to protect the people that you are all a part of, although some rumours do indicate the presence of several new foreign forces within security and defence bodies. Your wives and ours go to the same market, your children and ours go to are the same schools. If you receive the order to fire on us, and actually do so, whenever one of us falls, remember that you do not all live in barracks, but also in the same neighbourhood as us. This is not a threat but an interpellation. Our work will continue in the direction of the resistance to all forms of oppression.

Long life to our country, Gabon.

I swear to give my life for the motherland!

Thank you very much!








Version française


Les choses bougent certainement au Gabon dans le sens du changement. La dynamique est avec les segments de la société aspirants à la liberté, ceux qui sont opposés à toute forme de compromis avec le régime et voudraient d'un nouveau départ pour le pays. Il est maintenant clair qu'il y a un mouvement poussant Ali Bongo vers la sortie. L'aspect le plus important de cette dynamique est le fait que les gens sont maintenant en train de se prendre en charge. Ils ne sont plus disposés à suivre timidement les dirigeants politiques qui n'ont aucune intention de se battre pour le pouvoir. Quand Louis Gaston Mayila a essayé son truc hypocrite, ce sont les gens ordinaires qui lui ont dit qu'il n'était pas le bienvenu au sein de l'UFC, avant que les dirigeants suivent avec son exclusion officielle.

Récemment, quand un meeting convoqué par le parti Union Nationale n'a pas réussi à satisfaire les partisans qui réclamaient une action concrète contre le régime, les gens ont réagi négativement, envoyant un message clair aux dirigeants politiques que leur patience avait fait son cours et ils n'étaient plus disposés à accepter une opposition qui n'accède pas au pouvoir. Puis ce jeudi 22 Novembre, Gérard Ella Nguema du parti de Union Nationale, a prononcé ce qui a la chance de devenir l'un des discours les plus importants jamais prononcé par une personnalité politique au Gabon. Ce discours est déjà reçu très favorablement par les gabonais en quête de liberté, alors que ceux en faveur du statu quo au Gabon en dise que c'est une dangereuse escalade dans la rhétorique. Ce blog est d'avis que ce discours est trop important pour être dénaturé et risqué d'être mal compris ou mal interprété volontairement par ceux qui gagneraient à vider ce discours de sa signification. C'est pourquoi ce blog va prendre le temps d'analyser ce discours dans une série de billets. Ce premier vous donne le discours dans son intégralité. Le prochain analysera le contenu de ce discours point par point.


Voici le discours de Gérard Ella Nguema


Gabonaises, Gabonais !

Le discours politique au Gabon est devenu, depuis un demi-siècle d’indépendance, une attraction, un sport, une simple distraction. Le débat politique est simplement une occasion de belles joutes oratoires, et pendant ce temps le Gabon se laisse tuer, sans rien faire.

Je vous parle aujourd’hui au delà du discours politique.

Depuis de longues années, la population du Gabon n’arrive pas à dépasser un million cinq cent mille habitants. Le taux de mortalité a augmenté, la natalité a diminué, et l’espérance de vie du Gabonais est de cinquante ans environ seulement. Ceci est la volonté du pouvoir, qui voudrait que nos terres soient occupées par les étrangers. Cette vérité, on ne vous la dira pas sur un plateau de télévision, mais moi, je vous l’’explique ainsi :

Les faits remontent au long règne d’un demi siècle des Bongo, qui ont considéré la chose publique comme une propriété privée, dans la promotion de toutes sortes de déviances morales pour hypertrophier le mental de tout un peuple, longévité inacceptable pour tout peuple fier et digne.

Certains de nos enfants, nos sœurs et nos filles qui, sans travail à Libreville ou Port-Gentil, ont de gros véhicules, de grandes villas, et beaucoup d’argent, mais s’habillent de couches à cause des écoulements permanents de sang, parce qu’elles ont vendu leurs organes génitaux pour faire des brochettes que mangent les gens du pouvoir et les étrangers. Dans tous les coins du pays, l’on trouve des corps sans vie dont les organes ont été enlevés pour servir de nourriture aux hommes du pouvoir et leurs complices étrangers.

Certains de nos fils, qui deviennent subitement si riches, avec des véhicules coûteux et des maisons luxueuses, passent leur temps à se faire sodomiser par les hommes du pouvoir et les étrangers. Certaines de nos fils meurent parce qu’ils ont couché avec des femmes qui, se servant des préservatifs recueillis, ont récolté leur sperme pour le vendre dans les réseaux du pouvoir. Ces actes-la, le discours politique leur donne le jolie nom de « crimes rituels », sans ressortir ce qui se cache derrière ce terme, que l’on dénonce sans rien faire.

Aucun acteur n’est interpellé, personne n’est poursuivi et jugé, nul n’est condamné. Alors les Gabonais ne peuvent plus faire des enfants sains.
Gabonaises, Gabonais!

Au delà du discours politique, au-delà du théâtre et de la comédie que jouent certains acteurs politiques qui, tantôt sont de l’opposition, tantôt du pouvoir, à l’exemple du parti de Mr Louis Gaston MAYILA, que l’on ne présente plus, le peuple Gabonais est en voie de disparition.

A propos de Mr MAYILA, je regrette, mais j’ai l’habitude de ne répondre qu’aux personnes intelligentes et intègres. La religion est le premier grand complice de cet état de fait.

Quand je dis religion, je parle d’abord du Christianisme dans toutes ses variantes. L’Eglise, toutes dénominations confondues, est la complice muette mais active de la décrépitude du Gabon. Elle est muette parce qu’elle ne dit rien pour dénoncer et inciter au combat contre ces actes maléfiques. Son exégèse et ses prédications endorment le Gabonais et tuent sa fierté, car, un homme qui prie et se couche affamé, inquiet parce que ne sachant pas ce que ses enfants mangeront le matin et dans quelles condition ils iront à l’école, ne dort pas dans la paix du seigneur. Quand on sait que c’est avec la même Bible, la même parole de Dieu, que le pasteur Martin LUTHER KING a sorti les noirs de l’oppression, et restitué à l’homme la plénitude de sa condition d’homme, l’on se rend compte que la religion est, au Gabon, telle que l’entrevoyait Karl MARX , « l’opium du peuple ».

L’église est complice active parce qu’elle donne l’onction et soutient de manière très ouverte ceux qui perpétuent des actes sataniques.

J’en veux pour preuve, et aucun Gabonais ne peut le nier, le fait que lors de la compagne présidentielle de 2005, les prêtres et les pasteurs circulaient avec arrogance, fierté et aisance, dans des véhicules estampillés « BONGO 2005 ». Ils ont, au vu et au su de tout le monde, battu campagne pour le candidat Bongo, oubliant que d’autres candidats étaient leurs chrétiens, et que plusieurs de leurs ouailles appartenaient à d’autres familles politiques par le droit qu’ils ont de leur liberté d’opinion et d’expression. Par ce fait, ils ont semé dans leurs propres temples les graines de la discorde et de la division.

Ils se sont appliqués à manger leur part de gâteau à la table de ceux que l’église devrait considérer comme les suppôts de Satan. Ils portent la responsabilité historique des malheurs du peuple Gabonais, et l’Eternel Dieu, qu’ils pêchent des lèvres, leur rendra selon leurs actes.

L’Islam, que l’on dit être une religion de paix, a sa part de responsabilité dans l’embrigadement des Gabonais. Je n’en dirai pas beaucoup, mais je déplorerai l’activisme de ses marabouts dans la tentative d’assassinat de certaines personnalités par empoisonnement et fétichisme, sur la demande de Mr Ali Bongo Ondimba, le RAÏS.

Gabonaises, Gabonais !

Il y’a quelques années encore, et bien d’intellectuels le savent, la Rose Croix et la Franc-maçonnerie passaient pour les plus prestigieuses écoles de connaissance de la planète. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, il faut le dire.

Nous avons la preuve de la déchéance morale que la Franc-maçonnerie produit au Gabon. Il circule, et plusieurs d’entre vous l’avez dans vos maisons, le CD visuel dans lequel les grandes loges d’Orient et d’Occident, ainsi que les loges Africaines, installent à Libreville Ali Bongo Ondimba à la tête de la loge Gabonaise, comme si ce dernier était un modèle d’intelligence et de sagesse.
Ali Bongo Ondimba venait de prêter le serment républicain de ne servir que les intérêts du Gabon. Vous le voyez et l’entendez, dans le CD vidéo, prêter le serment maçonnique de ne servir que l’intérêt de la maçonnerie, serment qu’il renforce par le geste qui consiste à avoir la gorge tranchée en cas de violation du serment. C’est-a-dire qu’Ali Bongo Ondimba a donné sa vie pour ne servir que les intérêts de la maçonnerie. Cela signifie qu’il gère le Gabon uniquement pour les intérêts de cet ordre ésotérique, et que nous tous, Gabonais, que nous le voulions ou pas, sommes des esclaves de la Franc-maçonnerie.

Eh bien, le pouvoir d’Ali Bongo Ondimba et la maçonnerie viennent d’introduire, et font la promotion au Gabon, comme pratique du pouvoir, la pédérastie. La pédérastie consiste essentiellement à la pratique de la sodomie, et la sodomie est l’acte sexuel par lequel un homme enfonce son pénis dans l’anus d’un autre homme.
C’est cela qui, envers et contre notre pudeur et nos bonnes mœurs, donne aujourd’hui le pouvoir et l’argent à certains de nos jeunes Gabonais, fiers, mais au derrière déjà abîmé. Finie la compétence et le mérite. Si vous l’avez oublié, je vous le rappelle : le mot « sodomie » vient du nom de la ville de Sodome, car la sodomie était l’une des pratiques de Sodome et gomor. Vous savez ce que Dieu a fait de ces deux villes. Il ya fait pleuvoir le souffre et le feu. Cela signifie, et c’est une loi divine et naturelle, que lors qu’une société pratique la sodomie, la nature et la vie s’appliquent à la faire disparaître.

C’est là l’objectif d’Ali : que la population de un million cinq cent mille têtes disparaisse, pour que les terres riches laissées tombent aisément entre ses mains et celle des étrangers. C’est ainsi que de petits débarcadères, comme celui d’AMBOWE, où les populations ont été chassées un matin par l’armée qui voulait débarquer en catimini des étrangers, reçoivent ces clandestins officiels de l’Etat. C’est un peu comme l’histoire biblique dans laquelle le peuple élu doit, pour s’approprier le pays où coulent le lait et le miel, décimer ses habitants originels.

Voila la vérité, au-delà du débat et du discours politiques : une force occulte tente de faire main basse sur le Gabon, notre pays, en dépit de notre droit à la vie.

Je n’oublie pas de parler de Mme Marie Madeleine Mborantsouo, protectrice du monolithisme d’Ali. Elle est devenue, à elle seule, le spectre qui fait peur même à nos oiseaux de la brousse. Je ris d’elle à la face de la communauté internationale, et m’étonne que d’éminentes personnalités des cours constitutionnelles de certains pays, comme la France, laquelle est parfaitement au courant des actes du clan Bongo, soient venues à Libreville vanter les mérites de cette femme qui tue froidement un peuple et les institutions de notre pays.

Est-ce, comme le dit le vieil adage, « qui s’assemblent, se ressemblent. » ?
Certainement, ces pays frères et amis ignoraient que la bonne dame fait louer sa propre maison à l’institution qu’elle dirige, qu’elle possède un grand commerce et des affaires, qu’elle a une école, activités incompatibles à ses fonction de Présidente de la cours constitutionnelle. Cela ne devait pas étonner. Elle est devenue elle- même anticonstitutionnelle. Je dirai mieux, elle est l’anti constitutionnalité. Elle répondra de ses actes.

Gabonaises, Gabonais !

Nous ne mourons pas comme des serpents, à qui l’on donne des coups de bâtons sur la tête sans qu’ils ne puissent crier. Nous relevons le défi.
Maintenant !

Je dis bien que nous commençons maintenant, sans tenir compte des tâtonnements et des hésitations du débat politique, un combat à mort contre le pouvoir et ses alliés, connus ou occultes. A la violence tyrannique de l’Etat, nous opposons désormais la force du nombre et du droit. Voici ce que nous allons faire concrètement.

Nous commençons par récupérer par la force ce qui est à nous. Rappelez-vous que pendant la campagne présidentielle de 2009, le candidat élu, mais écarté par Mborantsouo et les forces maçonniques, Mr André MBA OBAM, promettait ceci : « nous ne nous laisserons pas voler notre victoire ». Parce que nous sommes des hommes de parole et un peuple fier, récupérons par n’importe quel moyen le pouvoir qui nous a été volé en 2009.

Je dis bien : RECUPERONS PAR N’IMPORTE QUEL MOYEN, LE POUVOIR QUI NOUS A ETE VOLE EN 2009. Comment allons-nous faire pour le reprendre ?

Nous allons par étape.

Nous sommes dès aujourd’hui des hors la loi, car aucun peuple n’obéit à une loi qui le détruit. Ainsi, je demande au peuple gabonais d’avoir une pensée pieuse pour nos martyrs et pour toutes les victimes des crimes rituels. Par ailleurs, nous exigeons la libération immédiate des prisonniers politiques du 15 Août 2012 à Cocotiers. Nous exigeons aussi le départ de l’ambassadeur des Etats-Unis au Gabon, qui fait obstacle au processus de démocratisation dans notre pays.

Nous lançons dès maintenant une grande campagne de désobéissance civile dont le programme et les articulations seront données au fur et à mesure de sa réalisation. Il faut rappeler que le mandat du Président Omar BONGO ONDIMBA s’achève le 02 décembre 2012, date de la fin du contrat des Gabonais et du Gabon avec le clan BONGO. Nous n’en voulons plus !

Nous envoyons un message solennel au Président François HOLLANDE que nous ne voulons plus d’Ali BONGO ONDIMBA.

Je termine par un appel fraternel aux forces de sécurité et de défense. Ce que nous faisons est à l’avantage de tous les Gabonais, toutes les professions confondues. Vos corps d’armés ne doivent pas être que des machines ou des robots de répression de l’Etat.

Votre mission première est la protection du peuple auquel vous faites tous partie, bien que certaines rumeurs fassent état de la présence de plusieurs nouveaux étrangers au sein des forces de sécurité et de défense. Vos épouses et les nôtres fréquentent les mêmes marchés, vos enfants et les nôtres vont dans les même écoles. Si vous recevez l’ordre de tirer sur nous et que vous le faites, chaque fois qu’il tombera un des nôtres, souvenez- vous que vous n’habitez pas tous des casernes, mais aussi que dans les mêmes quartiers que nous.

Ce n’est pas une menace, mais une interpellation.

Notre action se poursuivra dans le sens de la résistance à toutes les formes d’oppression, pour que vive le Gabon. Je jure de donner ma vie pour la patrie !

Je vous remercie,

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>