CAN ANYONE STILL TAKE ERIC BENJAMINSON SERIOUSLY (PART 2)? PEUT-ON ENCORE PRENDRE ERIC BENJAMINSON AU SÉRIEUX (PART 2)?


Eric Benjaminson second from left/deuxieme de la gauche




English version



In an interview published in the Gabonese newspaper Gabon "La Loupe" the U.S. Ambassador to Gabon, Eric Benjaminson, finished killing his credibility, or the little of it that remained, by making fanciful statements that do not stand up to a kid level analysis.


1. In "La Loupe" the Ambassador said that: "Three or four weeks before her announced departure, Paulette Oyane Ondo gave an interview to La Lettre du Continent in Paris in which she mentioned three things about our program. First she said she was invited to receive an award from the State Department in the United States. Unfortunately, this was not true. The program was for the training of 35 or 37 African women so it was not only a program for Ms. Oyane. Secondly, she said that she was chosen because of her position in the Gabonese opposition. However, this statement was still wrong. We all know she is a lawyer and has been well trained, she is a particularly strong woman in politics in Gabon but for me, we do not care if she is for the opposition or the current regime. Third, the most serious problem is that she said that the U.S. government's decision to send her to the United States was made in the context of retaliation of Washington against the government of President Ali Bongo. '


The analysis of Le Gabon Enervant/Annoying Gabon: after reading this story told to "La Loupe" by Ambassador Benjaminson, nobody could ever accuse him of lacking imagination, because if the statements reported by this newspaper are actually out of Benjaminson’s mouth, it may be time to worry about the moral integrity of the representative of the country of Uncle Sam. Indeed, dear readers, we have recovered the article which the Ambassador attempts to reference, and the contents of this article, as you can see for yourself, has no resemblance to the hallucinations reported by Benjaminson in his interview. Reading the article of La Lettre du Continent proves that: a) this article is not an interview, b) the article does not even say that the information came from Paulette Oyane Ondo; c) that there is reason to wonder where Eric Benjaminson went to fetch the three counts on which he said to have based his decision to cancel the trip because they are not readable in the communication of la Lettre du Continent; unless of course (everything is possible, is not it?) it is the case that the U.S. Embassy in Gabon receives a special edition of La Lettre du Continent, the content of which is secret and forbidden to hillbillies like us, in which the famous interview is clearly reported. We almost have pity for Eric Benjaminson because we never would have thought that a U.S. Ambassador could fall lower than dirt, now moving in the excretions of Ali Bongo. We are pained to observe that Ambassador forced to desperately try to seal as it may, the falsehood gaps opened by him to begin with.


2. In "La Loupe" the Ambassador said that: "For the contents of the letter, it was a long letter well written. It was a little weird for me, because they wrote this letter to criticize me, then they asked me to send it to my bosses in Washington. Without saying anything, I accepted.... It was a little amusing! I ended up sending the letter to my boss at the Ministry of Foreign Affairs in Washington.


The analysis by Le Gabon Enervant/Annoying Gabon: Here is an Ambassador who either is mocking the reporters from La Loupe who interviewed him, or even worse, ignores standard practices of his profession. Indeed, dear readers, when a complaint is made against a diplomatic mission or any of its employees, the usual practice is for local complainants to lodge their complaint to that embassy to make it follow its hierarchy, this is the classical pathway. Dear readers, all the time, during the Cold War, the protagonists demanded the expulsion of diplomats they considered undesirable, from their country, these letters of protest and expulsion were delivered in the same embassy in which was demanded the expulsion of diplomats. This is elementary in the practice of diplomacy, but apparently Eric Benjaminson finds it surprising that Gabonese citizens would go to his embassy to file a letter of protest against his activities in the country. He finds it amusing, but it is the only one laughing, which means this is a hollow laugh because apart from this letter that followed the traditional diplomatic channels, the same letter was conveyed directly to the State Department and other Gabonese citizens on their own initiatives, phoned these services to give their opinions on the actions of Eric Benjaminson in Gabon. So when Eric Benjaminson says smugly that he is amused, well it is a hollow laugh because his actions do not amuse a lot of free Gabonese.


3. In "La Loupe" the Ambassador said the following about a previous interview with Gabonreview: "During the period of political activities of the UN in late 2010 early 2011. It was a small period of political crisis in the country. At the time, my biggest concerns were first the controversy from time to time having to do with issues of tribalism. I worked in several African countries such as Burkina Faso, Nigeria, Namibia, where issues of tribalism are critical issues of the politics of these countries and there is no good that derives from it. So in the context of the UN, I had concerns regarding emissions someone of the party on policy issues regarding the Fang or policies of any ethnic group. So I took the initiative at that time and after that time to tell the government and the regime to accept criticism from opposition parties, be they from UN, UPG or others. The problem of the government which fully involved all Gabonese at the time was that UN was doing illegal things regarding compliance with Gabonese laws."


The analysis of Le Gabon Enervant/Annoying Gabon: This Ambassador takes people for idiots. He asserts that between 2010 and 2011, the activities of the UN were mainly focused on the exacerbation of tribalism and it is concern with the consequences of what could ensue that led him to say what he said in an interview published in Gabonreview. We want to take this Ambassador at his word and ask him to give us one example that will demonstrate that the UN party was engaged in ethnic stigmatization, one example, not two or three, one. Then the Ambassador said that a member of the UN party had Fang policy "programs"! Here is another statement that deserves to be cleared up, because we want to know who that member is; what kind of program is he talking about here and in what form the Fang policy manifests itself in Gabon? If the Ambassador believes that this situation was dangerous enough to make him say in an interview in Gabonreview that the party UN must disappear, so let him explain the outline of the situation in question and the evidence he had to reach his conclusion on the "program" on Fang policy.


Dear readers, you would agree with us that once again, Eric Benjaminson goes from inconsistencies to inconsistencies in his statements. But the wine is drawn, he will have to drink it to the dregs, because do not let him fool you; this interview in La Loupe is an attempt by the Ambassador to restore his image that looks more like Swiss cheese than anything else these days. He is totally discredited and his margin of hearing among free Gabonese citizens is now below zero. So he shrugs, hoping that there would be one or two Gabonese, naive enough to still lend him an ear. The selective judgment of this Ambassador is no longer in doubt. He would do everything in his power to help the consolidation of Ali Bongo’s power and as such he is willing to lie and invent situations that have only existed in his imagination. The Paulette Oyane Ondo’s case is very instructive in this regard because the Ambassador asks us to accept the existence of a fictitious interview that he uses blatantly to justify his action. No, Eric Benjaminson, all of your snickering contempt and hollow laughter are not being poured on the free Gabonese citizens, but your own honor and that of your country that you keep on tarnishing.





Version française



Dans une interview parue dans le journal gabonais « La Loupe », l'Ambassadeur des USA au Gabon, Eric Benjaminson, fini de massacrer sa crédibilité, ou le peu qui lui en restait, en faisant des déclarations fantaisistes qui ne résistent pas à une analyse de gamin.


1. Dans « La Loupe » l’Ambassadeur dit ce qui suit : « Trois ou quatre semaines avant son départ annoncé, Mme Paulette Oyane Ondo a donné une interview à La Lettre du Continent à Paris dans laquelle elle a mentionné trois choses concernant notre programme. Premièrement elle a souligné qu'elle était invitée pour recevoir un prix de la part du département d'Etat aux Etats-Unis. Malheureusement, ce n'était pas vrai. Le programme était celui d’une formation de 35 ou 37 femmes africaines donc, ce n'était pas un programme uniquement destiné à Mme Oyane. Deuxièmement, elle disait qu'elle a été choisie dans le cadre de sa position dans 1'Opposition gabonaise. Or, cette affirmation était toujours fausse. Nous savons tous qu'elle est avocate et qu’elle a été bien formée, c'est une femme particulièrement forte dans la vie politique du Gabon mais pour moi, cela nous est égal, si elle est pour l'Opposition ou pour le régime actuel. Troisièmement, le problème le plus grave ce qu’elle a dit que la décision du gouvernement américain de l'envoyer aux Etats-Unis était prise dans le cadre d'une contre-attaque de Washington contre le gouvernement du président Ali Bongo. »


Analyse de Le Gabon Enervant/Annoying Gabon : après lecture de ce récit livré à « La Loupe » par l’Ambassadeur Benjaminson, personne ne l’accuserait jamais de manquer d’imagination car, si les propos rapportés par ce journal sont réellement sortis de la bouche de Benjaminson, il y a lieu de s’inquiéter sur la probité morale de ce représentant du pays de l’Oncle Sam. En effet, chers lecteurs, nous avons ressorti l’article auquel tente de faire référence l’Ambassadeur ; et le contenu de cet article, comme vous pouvez vous-même le vérifier ci-dessous, n’a aucune ressemblance avec les hallucinations rapportées par Benjaminson dans son interview. La lecture de l’article de La Lettre du Continent prouve que : a) cet article n’est pas une interview ; b) l’article ne permet même pas de dire que l’information émanait de Paulette Oyane Ondo ; c) qu’il y ait lieu de se demander où donc Eric Benjaminson est-il allé chercher les 3 chefs d’accusation sur lesquels il dit avoir basé sa décision d’annuler le voyage, car ils ne sont nullement lisibles dans la communication de la Lettre du Continent ; à moins bien sur (tout est possible, n’est-ce pas ?) que l’Ambassade des USA au Gabon reçoive un numéro spécial de La Lettre du Continent, au contenu secret et interdit aux pequenots comme nous, dans lequel la fameuse interview est clairement relatée. On a presque pitié pour Eric Benjaminson, car jamais on n’aurait cru qu’un Ambassadeur des USA puisse tomber plus bas que terre, pour désormais se mouvoir dans les excrétions d’un Ali Bongo. On est peiné d’observer cet Ambassadeur, obligé de colmater comme il peut, les brèches mensongères qu’il a lui-même ouvertes.





2. Dans « La Loupe » l’Ambassadeur dit ce qui suit : « Pour le contenu de la lettre, c’était une longue lettre bien écrite. C'était un peu bizarre quant à moi, parce qu'elle a écrit cette lettre pour me critiquer, ensuite, elle m’a demandé de l’envoyer à mes patrons à Washington. Sans dire quoi que ce soit, j’ai accepté…. C'était un peu amusant! J’ai fini par envoyer la lettre à mon patron du ministère des Affaires Etrangères à Washington.


Analyse de Le Gabon Enervant/Annoying Gabon: Voici un Ambassadeur qui soit se moque des reporters de La Loupe venus l’interviewer, soit encore plus grave, ignore les pratiques de sa profession. En effet chers lecteurs, quand une plainte est faite à une représentation diplomatique ou à un de ses membres, la pratique usuelle est pour les plaignants locaux d’aller déposer leur plainte à cette ambassade pour qu’elle fasse suivre dans sa hiérarchie, c’est la voie classique. Chers lecteurs, à chaque fois, pendant la guerre froide, que les protagonistes demandaient l’expulsion de leur pays de diplomates qu’ils estimaient indésirables, ces lettres de protestation et d’expulsion étaient déposées dans les ambassades mêmes dont on exigeait l’expulsion des dits diplomates. C’est élémentaire dans la pratique de la diplomatie; mais apparemment, Eric Benjaminson trouve cela surprenant que des citoyens gabonais aillent déposer à son ambassade, une lettre de protestation de ses activités dans le pays. Il trouve cela amusant, mais il est le seul à rire, ce qui veut dire qu’il rit jaune, car en dehors de cette lettre qui a suivi les canaux diplomatiques classiques, la même lettre a été convoyé directement au State Département et d’autres gabonais ont de leur propres libres arbitres téléphoné à ces services pour leur donner leur opinions sur les agissements d’Eric Benjaminson au Gabon. Donc quand Eric Benjaminson se dit, avec suffisance, amusé; et bien, il rit jaune car ses agissements n’amusent pas beaucoup de gabonais libres.


3. Dans « La Loupe » l’Ambassadeur dit ce qui suit au sujet d’une précédente interview donnée à Gabonreview: « Pendant la période des activités politiques de l'UN de fin 2010 début 2011. C’était une période de petite crise politique dans le pays. En ce moment, mes plus grands soucis étaient premièrement la polémique de temps en temps qui est dirigée vers les questions de tribalisme. J’ai travaillé dans plusieurs pays africains comme le Burkina, le Nigeria, la Namibie où les questions de tribalisme sont des questions primordiales de la politique de leurs pays et il n'y a pas de bonnes choses qui dérivent de ça. Donc dans le contexte de l'UN, j'avais de soucis en ce qui concerne les émissions de quelqu'un de ce parti sur les questions de la politique Fang ou la politique de n'importe quel groupe ethnique. Aussi, j'ai pris 1'initiative à ce moment et après cette période pour dire au gouvernement et au pouvoir d'accepter les critiques des partis de l’Opposition que ce soit l'UN, l'UPG ou les autres. Le problème du gouvernement qui concernait entièrement tous les Gabonais en ce moment était que I 'UN faisait des choses illégales en ce qui concerne le respect des lois gabonaises ».


Analyse de Le Gabon Enervant/Annoying Gabon: Cet Ambassadeur prend les gens pour des crétins. Il affirme en fait qu’entre 2010 et 2011, les activités de l’UN étaient essentiellement axées sur l’exacerbation du tribalisme et c’est son inquiétude face aux conséquences de ce qui pouvaient en découler qui l’a conduit à dire ce qu’il avait dit dans cette interview parue dans Gabonreview. Nous voulons bien prendre cet Ambassadeur au mot et aimerions donc lui demander de nous donner un seul exemple qui permettra de démontrer de que ce parti politique se livrait à la stigmatisation ethnique; un seul exemple, pas deux ou trois, un seul. Ensuite, cet Ambassadeur dit qu’un membre du parti UN faisait des « émissions » sur la politique Fang ! Voici une autre affirmation qui mérite d’être éclaircie car nous aimerions connaitre qui est ce membre ; de quelle émission il est ici question et en quoi et sous quelle forme la politique Fang se manifeste-t-elle au Gabon ? Si l’Ambassadeur estime que cette situation a été suffisamment dangereuse pour lui faire dire dans cette interview dans Gabonreview que le parti UN devait disparaitre, qu’il nous explique donc les contours de la situation en question et les éléments dont il disposait pour arriver à sa conclusion sur les « émissions » de la politique Fang.


Chers lecteurs, vous conviendrez avec nous qu’encore une fois, Eric Benjaminson aille d’incohérence en incohérence dans ses propos. Mais le vin étant tiré, il va devoir le boire jusqu'à la lie, car ne vous en laissez pas compter; cette interview dans La Loupe n’est qu’une tentative par cet Ambassadeur de redorer son blason qui ressemble plus à du gruyère qu’autre chose. Il est totalement discrédité et sa marge d’audience auprès de gabonais libres est aujourd’hui en dessous de zéro. Alors il gesticule, espérant qu’il se trouverait un ou deux gabonais suffisamment naïfs pour lui prêter une oreille attentive. La dimension sélective du jugement de cet Ambassadeur ne fait plus aucun doute. Il fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider à la consolidation du pouvoir d’Ali Bongo et à ce titre, il est prêt à mentir et inventer des situations qui n’ont jamais existé que dans son imagination. L’affaire Paulette Oyane Ondo est très instructive à ce sujet car cet Ambassadeur nous demande d’accepter l’existence d’une interview fictive dont il se sert de manière éhontée pour justifier son action. Non, Eric Benjaminson, tout votre mépris et jaune ricanement ne se déverseront pas sur les gabonais libres, mais sur votre propre honneur et celui de votre pays que vous ne cessez de ternir.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE