THE NECESSITY TO KNOW TO SAY NO, EVEN TO POWERFUL PEOPLE! LA NÉCESSITÉ DE SAVOIR DIRE NON, MÊME AUX PUISSANTS


Eric Benjaminson


English Version


Following our series of posts regarding the recent interview by Eric Benjaminson in particular and the general nature of his actions in Gabon, a minority or readers asked us if it was wise for us to take on such a powerful Ambassador from a super power. Our answer to that question is an unequivocal YES! It is the duty of people of conscience, of courageous Gabonese citizen such as Desire Ename who has presented a series of questions to the Ambassador, to challenge and object to any distorted and skewed views of the reality of what is going on in Gabon, regardless of the level of power yielded by those spreading the distortions. The first task of a concerned citizen is to develop and disseminate a clear view of the situation lived by regular people. This involves avoiding accepting weak and incorrect arguments as well as unsound positions taken by anybody, including a US Ambassador, who in practice would only like to push the Gabonese people toward acceptance of the logic of the permanence of an authoritarian regime. This is unacceptable!

What people like Desire Ename and others have understood is that to build a strong national community and consequently a strong country, it is necessary first and foremost for all to have an accurate evaluation of the real relationship of forces within the country today. It is undeniable that the United States Ambassador possesses enormous power by virtue of the stature of their country in the word and its global supremacy. But when the US Ambassador is flagrantly involved in bending the facts and spreading falsehoods, what are we supposed to do if not call him on it by bringing the public attention to this problem? When an Ambassador persists in presenting a skewed view that it is the opposition that is a danger to peace in the country despite evidence to the contrary, what are we supposed to do and say? Are we supposed to remain silent when somebody powerful dares to spin forth the absurd idea that Gabon political and social peace is threatened by a group of unarmed people, when the reverse is obvious for everybody to see? How can we accept to let an Ambassador try to give to Ali Bongo a new identity as a victim of those who are breaking Gabonese law, which then can be used by the regime to justify endless persecution and denial of basic rights to citizens? It is therefore important for all concerned citizens to be vigilant and to seek out and provide alternative sources of news and opinions.

Advocating the disappearance of the political opposition that is potentially threatening to Ali Bongo power structure, is the sure way to obtain the unilateral abdication of any real political alternative in Gabon. It is not the way to a stronger democracy and a stronger country; Eric Benjaminson knows that. So what are we supposed to do, stay quiet while he proposes such silly pathways? His fixation on imposing unilateral abdication on only the opposition in a country heavily characterized by an outrageous domination of a ruling party and a family, can only be a cause for alarm. This implies that he has a keen interest in the perpetuation of current state in Gabon, with everything we already know and see as devastating consequences for the population, as pointed out regularly by members of the free civil society. Dear readers, no concessions are to be made to such people who advocate solutions that are in fact threatening the well-being and the freedoms of the average Gabonese citizens. Unfortunately, under present conditions, it should be clear by now to everybody that a change movement in Gabon cannot look to an Eric Benjaminson led United States embassy in Gabon, for support. He has squarely ignored the plight of the Gabonese people and clearly and stubbornly rejected every attempt to bring him to reason. Therefore, his capacity to act as a neutral body in Gabon is totally discredited and nil, his partisanship having been proven over and over.

The Gabonese people opposition to Ali Bongo’s regime has nothing to do with our opinion or our dislike of Ali Bongo, but to the nature of the regime itself. Let us not wallow in hypocrisy, Eric Benjaminson knows that any genuinely democratic Gabonese state would try to re-enforce its control over its own resources and would be more nationalistic than the current dictatorship and autocracy. We doubt that this is what he really wants for us. It was Lord Curzon, who was the British foreign secretary after World War I who first crafted the doctrine of how to keep political control over the colonies. He postulated that England and largely the West in today’s parlance should want to put in place an indigenous facade ruled and administered under British or western guidance and controlled by a native person totally devoted to the west. The Gabonese people would like to experience more freedom, more independence; they would like to get rid of the Bongos. Is this too much to ask? The Bongo regime will collapse sooner or later, despite every effort by people like Eric Benjaminson to perpetuate it!

It would be a mistake for free Gabonese people to fail to speak out clearly against people like Eric Benjaminson for fear of singled out by the United States, especially when we know that such a powerful person is rapidly losing any moral or intellectual credibility. The battle for the future of Gabon is being won by those who do not hesitate to speak the truth, without concessions to all the people who are trying to ask the Gabonese people to remain servile to the Bongos and to continue to accept their arrogance and their theft of our resources.






Version française



Suite à notre série de messages concernant la récente interview d'Eric Benjaminson en particulier et la nature générale de ses actions au Gabon, une minorité de lecteurs nous ont demandé s'il était sage de nous en prendre à un si puissant Ambassadeur représentant une superpuissance. Notre réponse à cette question est un oui sans équivoque! Il est du devoir des gens de conscience, de citoyen gabonais courageux comme Désiré Ename qui a présenté une suite de questions à l'Ambassadeur, le défiant et s’opposant à toute présentation déformée et faussée de la réalité de ce qui se passe au Gabon, quelle que soit le niveau de puissance de ceux qui étalent ces distorsions. La première tâche d'un citoyen sérieux est de développer et diffuser une vision claire de la situation vécue par les gens ordinaires. Il s'agit d'éviter d'accepter des arguments faibles et incorrectes ainsi que les positions ridicules venant de quiconque, y compris d’un ambassadeur américain, qui, dans la pratique voudrait seulement pousser le peuple gabonais vers l'acceptation de la logique de la permanence d'un régime autoritaire. Cette situation est inacceptable!

Ce que des gens comme Désire Ename et d'autres ont compris, c'est que pour construire une communauté nationale forte et par conséquent un pays fort, il faut d'abord et avant tout pour tous d'avoir une évaluation précise des rapports de forces réels dans le pays. Il est indéniable que l'ambassadeur des États-Unis possède un énorme pouvoir en vertu de la stature de son pays et sa suprématie mondiale. Mais quand il est démontré que l'ambassadeur Américain est manifestement impliqué dans le travestissement des faits et la dissémination de faussetés, que sommes-nous censés faire si ce n'est l'interpeller en portant l'attention du public sur ce problème? Quand un ambassadeur persiste à présenter une vision biaisée voulant que ce soit l'opposition qui représente un danger pour la paix dans le pays malgré les preuves du contraire, que sommes-nous censés faire et dire? Sommes-nous supposés garder le silence quand quelqu'un de puissant fait la promotion de l'idée absurde que la paix politique et sociale Gabon soit menacée par un groupe de personnes non armées, lorsque toutes les évidences nous prouvent un contraire visible à tous? Comment peut-on accepter de laisser un ambassadeur essayer de donner à Ali Bongo une nouvelle identité de victime de ceux qui enfreignent la loi gabonaise; argument pouvant ensuite être utilisé par le régime pour justifier la persécution sans fin et le déni des droits fondamentaux aux citoyens? Il est donc important que tous les citoyens libres soient vigilants, recherchent et aussi fournissent d'autres sources d’informations et d'opinions.

Demander la disparition de l'opposition politique qui est une menace potentielle pour le pouvoir d’Ali Bongo, est le moyen le plus sûr d'obtenir l'abdication unilatérale d'une véritable alternative politique au Gabon. Ce n'est pas la voie vers un renforcement de la démocratie et vers un pays plus fort, Eric Benjaminson le sait. Alors, que sommes-nous censés faire, rester silencieux alors qu'il propose ces idées stupides? Sa fixation sur l'imposition unilatérale de l'abdication de l'opposition dans un pays fortement caractérisé par une domination outrancière d'un parti état et d’une famille, ne peut être qu’une cause d'inquiétude. Ceci signifie qu'il a un vif intérêt à la perpétuation de l'état actuel du Gabon, avec tout ce que nous savons et voyons déjà comme conséquences dévastatrices pour la population; comme le souligne régulièrement les membres de la société civile libre. Chers lecteurs, aucune concession ne doit être faite à ces personnes qui prônent des solutions qui sont en fait menaçantes pour le bien-être et les libertés des citoyens gabonais. Malheureusement, dans les conditions actuelles, il devrait être désormais clair pour tout le monde qu'un mouvement pour le changement au Gabon n’aura jamais les faveurs d’une Ambassade des USA au Gabon dirigée par un Eric Benjaminson. Il ignore allègrement le sort du peuple gabonais et clairement et obstinément rejette toute tentative d’être ramené à la raison. Par conséquent, sa capacité d'agir comme une entité neutre au Gabon est totalement discréditée, son non impartialité ayant été démontré à plusieurs reprises.

L'opposition des gabonais au régime d'Ali Bongo n'a rien à voir avec notre opinion ou notre aversion a la personne d'Ali Bongo, mais à la nature du régime qu’il incarne. Ne nous complaisons pas dans l'hypocrisie, Eric Benjaminson sait qu’un véritable état démocratique gabonais essaierait d’exercer un meilleur contrôle sur ses ressources, comparé à l'actuelle dictature et autocratie. Nous doutons que ce soit ce qu’il souhaite vraiment pour nous. C'est Lord Curzon, qui était le secrétaire au Foreign Office, après la Première Guerre mondiale, qui le premier conçu la doctrine de la façon de garder un contrôle politique et économique sur les colonies. Il a postulé que l'Angleterre et surtout l'Occident, dans le langage d'aujourd'hui, devraient mettre en place une façade indigène gouvernant et administrant sous la direction de l'Occident et placée sous le contrôle d’un indigène totalement dévoué à l'Occident. Le peuple gabonais voudrait faire l'expérience de plus de liberté, plus d'indépendance; il voudrait se débarrasser des Bongo. Est-ce trop demander? Le régime Bongo va s'effondrer tôt ou tard, malgré tous les efforts par des gens comme Eric Benjaminson à le perpétuer!

Ce serait une erreur pour les gabonais libres de ne pas se prononcer clairement contre des gens comme Eric Benjaminson de peur de fâcher les Etats-Unis, surtout quand on sait que cette personne perd rapidement toute crédibilité morale ou intellectuelle. La bataille pour l'avenir du Gabon sera gagnée par ceux qui n'hésitent pas à dire la vérité, sans concession à tous les gens qui essaient de demander au peuple gabonais de rester servile aux Bongo et de continuer à accepter leur arrogance et leur vol de nos ressources.

Comments

Popular posts from this blog

THE RESILIENCE OF THE GABONESE IRRITATES ALI BONGO AT THE HIGHEST POINT. LA RÉSILIENCE DE LA DIASPORA GABONAISE IRRITE ALI BONGO AU PLUS HAUT POINT

FOR ALI BONGO THE SALVATION IS ABOUT: HIDING THE DEAD, ELIMINATING THE WITNESSES, MAKING THE EVIDENCE VANISH. POUR ALI BONGO, LE SALUT PASSE PAR : CACHER LES CADAVRES, ÉLIMINER LES TÉMOINS, FAIRE DISPARAITRE LES PREUVES

ALI BONGO IS AFRAID. ALI BONGO A PEUR