FOLLOWING OUR SERIES ON RITUAL CRIMES, A REGIME’S SUPPORTER WROTE TO US; BUT DO THEY EVEN KNOW WHAT THEY ARE TALKING ABOUT? SUITE Á NOTRE SÉRIE SUR LES CRIMES RITUELS, UN PARTISAN DU RÉGIME NOUS ÉCRIT; MAIS SAIT-IL SEULEMENT DE QUOI IL PARLE?





English version


In the avalanche of e-mail we received these past few days, we have selected the following, from a supporter of the regime who has written to us several times in the past, emails like the one shown here demonstrating the “shallowness” of the regime supporters.

Here is the letter from that reader:

"You've published several articles denouncing ritual crimes in Gabon which is very good and I encourage you to do so. You take the examples of the great figures of history who fought for a noble cause for the emancipation of blacks in the United States, and you put them almost at the same levels as those who showed up at the Trocadero in France, wait there is something wrong in this comparison, all the major figures in this world who fought for a just cause did it in their country and not abroad (it's a little too easy to do it abroad, there is no risk), and say to those inside the country to fight, we are here supporting you as you are cozy in France after your stroll on the Trocadero you go into your little apartment. Martin Luther King, Rosa Parks and Mahatma Gandhi fought in their country, not from abroad or through a blog or whatever, but by real and concrete actions on the ground. What you write and comment on is well but you take no risk you are behind a keyboard and ask others to take action, but other things do you do?”

The response by Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:

Dear reader, forgive us if we remind you not without irony that it is you and yours who first prohibit peaceful marches and then ask the Gabonese citizens living abroad not demonstrate and to only do it in Gabon. We know the music! It's still you and yours who are trying to prevent people like Marc Ona Essangui to use their constitutional right to freedom of expression to say loudly and condemn economic crimes against the Gabonese population, while asking Gabonese citizens living outside not to vilify the country abroad and come home to speak up. Again, we know the chorus too well.

We on this blog and with a majority of our readers believe that man is basically free, wherever they are, and the right to freedom of expression is not limited by geography. To speak of the floods raging in Port-Gentil, Gabon's oil capital, there is no need to be physically in Port-Gentil, technology allows us to give our opinion from almost anywhere in the world today. In fact, dear reader (allow me the familiarity), what bothers you is to observe the danger that young Gabonese citizens are taking charge and making analyzes on emerging topics which are far away from the usual bling-bling preoccupations that punctuate the daily lives of pro-government partisans; and finally say things that nourish and ripen reflection. No, dictatorship do not like reflection, it's too dangerous! You would have preferred to see these young people wear shirts stamped with Ali Bongo’s portrait and reciting laudatory poems in praise of his small majesty you serve so well! Yes that picture would have received your approval. But since these same young people have decided to focus on the butchery of the Gabonese youth for ritual purposes, then this is unacceptable and must be stopped! No, we know your reflexes!

Do you even know where does the phrase "no one is a prophet in their own country" comes from? Since biblical and pre-biblical times, changes have been made with help from the flow from outside. If you read from time to time, you might know that the rise of ancient Greece and Rome owes much to the diaspora of those people who went to learn in Egypt and came back equipped with new knowledge applicable to their "nation" of origin. When we speak of the era of Enlightenment in Europe, whose foundations started in the 15th century, we see the contributions of Diasporas of many countries who have learned from the master in Latin countries, from Anglo-Saxon cultures and even Asians. Closer to us, the Dalai Lama denounces daily Chinese totalitarianism, does he do this in Beijing or in Tibet, or does he speak from India, where he is a refugee? Ayatollah Khomeini who overthrew the corrupt Sha of Iran, where was he based, in Tehran or in Europe? If you had taken the time to read about the examples of great historical figures we have mentioned to indicate how the young Gabonese who demonstrated at the Trocadero last Saturday were ahead of the curve, you would have understood that in their case also, a huge contribution was made from abroad. Indeed, you may be the only person not to know that Mahatma Gandhi spent 21 years of his youth in South Africa from 1893 to 1914, and it is in his own admission an incident in South Africa during which Gandhi was unloaded from a train because he had wanted to travel in the class reserved for whites, which triggered his thoughts on racial discrimination, and first started his activism in South Africa and eventually India. Martin Luther King was inspired by Gandhi, a foreigner; while the German, Dietrich Bonheoffer, first studied in Rome and Barcelona before moving to New York in the United States where he worked in a religious community in Harlem, the black neighborhood of New York. It is enriched by these experiences that he will revolt against Nazism and fascism in his country, opinions that would cost him his life, upon his return.

You see dear reader, your assertion that world leaders act only in their country of origin does not hold up to scrutiny, we just give you a demonstration to the contrary. What bothers you is to see free Gabonese citizen express themselves and escape your control, inside or outside the country. But dear reader, there are more and more free Gabonese citizens and eventually you will not be able to contain this flood. Imagine dozens or hundreds of Marc Ona Essangui, of George Mpaga or Paulette Oyane Ondo or Gregory Ngbwa-Mintsa, beating the pavement in Libreville, where would you put your head? But sit tight, it will happen! The youth of Trocadero, Lyon, Rio and elsewhere will rise to the challenge, it is history which requires this, whether you like it or not!



Version française


Dans l’avalanche de courrier électronique qui nous est parvenu ces derniers jours, nous avons sélectionné le mot qui suit, provenant d’un partisan du régime qui nous a à plusieurs reprises écrit, mot qui comme l’indiquera notre réponse plus bas démontre très bien la « petitesse » des partisans du régime.

Voici le courrier de ce lecteur:

« Vous avez fait plusieurs articles en dénonçant les crimes rituels au Gabon ce qui est très bien et je vous encourage dans ce sens. Vous prenez les exemples des grandes figures de l’histoire qui se sont battus pour une cause noble pour l’émancipation des noirs aux Etats-Unis, et vous les mettez presque au même niveaux que ceux qui ont manifesté au Trocadéro en France, attendez là il y a quelque chose qui ne va pas dans la comparaison, toutes les grandes figures de ce monde qui se sont battus pour une cause juste l’ont fait dans leur pays et pas à l’étranger (c’est un peu trop facile de le faire à l’étranger il n’y a aucun risque), et dire à ceux qui sont aux pays battez-vous, nous ici on vous soutient car on est douillet en France après notre petite balade sur le Trocadéro on rentre dans nos petits appartement. Martin Luther King, Rosa Parks et le Mahatma Ghandi se sont battus dans leur pays, pas depuis l’étranger ou à travers un blog ou quoi ce soit par des actions réel et concrète sur le terrain ce que vous écrivez et vous commenter c’est bien mais vous ne prenez aucun risque vous êtes juste derrière un clavier et demander aux autres de mener des actions mais que faites-vous d’autres? »

Réponse de Le Gabon Enervant/Annoying Gabon:

Cher lecteur, vous nous excuserez de vous rappeler non sans ironie que c’est vous et les vôtres qui dans un premier temps interdisent les marches pacifiques et ensuite demandent aux gabonais vivant à l’étranger de ne manifester que sur place au Gabon. Nous connaissons la musique! C’est encore vous et les vôtres qui tentez d’empêcher à des gens comme Marc Ona Essangui d’user de leur droit constitutionnel à la liberté d’expression pour dire haut et condamner les crimes économiques perpétrés contre la population gabonaise, tout en demandant aux gabonais de l’extérieur de ne pas vilipender le pays à l’étranger et de venir le faire à la maison. Encore une fois, nous connaissons trop bien le refrain.

Nous sur ce blog et avec une majorité de nos lecteurs, pensons que l’homme soit fondamentalement libre, où qu’il se trouve et que le droit à la liberté d’expression n’est pas circonscrit par la géographie. Pour parler des inondations qui sévissent à Port-Gentil, la capitale pétrolière gabonaise, il n’est nul besoin d’être physiquement à Port-Gentil; la technologie nous permettant de donner notre opinion de n’importe quel point du monde, ou presque, aujourd’hui. En fait, cher lecteur (vous me permettrez la familiarité), ce qui vous dérange reste le danger d’observer que des jeunes gabonais se prennent en main et fassent des analyses qui sortent des sujets bling-bling qui rythment le quotidien des partisans du pouvoir, pour enfin dire des choses qui nourrissent et murissent la réflexion. Non, la dictature n’aime pas la réflexion; c’est trop dangereux! Vous auriez tant aimé voir ces mêmes jeunes arborer de chemises frappées du portrait d’Ali Bongo et disant des poèmes dithyrambiques à la gloire de la petite majesté que vous servez si bien! Oui cette image aurait reçu votre approbation. Mais puisque ces même jeunes ont décidé de s’intéresser au charcutage de la jeunesse gabonaise à des fins rituelles, là plus rien ne va et il faut arrêter ça! Non nous connaissons vos reflexes!

Savez-vous seulement d’où vient l’expression « nul n’est prophète en son pays ? » Depuis les temps bibliques et même prébibliques, les changements ont toujours été le fait de flux provenant de l’extérieur. Si vous lisiez de temps à autres, vous sauriez peut être que l’essor de la Grèce et de Rome antique doit beaucoup aux diasporas de ces peuples qui allèrent s’instruire en Egypte et revinrent munis de nouvelles connaissances applicables dans leur « nation » d’origine. Quand on parle du siècle des lumières en Europe dont les fondements partent du 15ieme siècles, on y retrouve les contributions de diasporas de plusieurs pays qui ont appris auprès des maitres latins, anglo-saxons et même asiatiques. Plus près de nous, le Dalai Lama qui dénonce tous les jours le totalitarisme chinois, le fait-il à Beijing ou dans son Tibet natal, ou en Inde où il s’est réfugié? L’Ayatollah Khomeiny qui renversa le Sha d’Iran corrompu, était basé où, a Téhéran ou en Europe? Si vous aviez pris le temps de vous documenter sur les exemples des grandes figures historiques que nous avons mentionnées pour indiquer combien les jeunes gabonais qui se sont déplacés pour la place du Trocadéro samedi dernier étaient avant-gardistes, vous vous serez aperçu qu’il y a dans leur cas aussi, un apport énorme de l’étranger. En effet, vous êtes peut être la seule personne à ne pas savoir que le Mahatma Gandhi passa 21 années de sa jeunesse en Afrique du sud de 1893 à 1914; et c’est de son propre aveux un incident en Afrique du Sud au cour duquel Gandhi fut débarqué d’un train pour avoir voulu voyager dans la classe réservée aux blancs, qui fut l’élément déclencheur de sa réflexion sur la discrimination raciale, et la cause des prémices de son activisme qui commencera en Afrique du Sud et finira en Inde. Martin Luther King s’inspirera de Gandhi, un étranger; alors que l’Allemand Dietrich Bonhoeffer étudia d’abord à Rome, puis à Barcelone avant de se rendre à New York aux Etats-Unis où il travaillera dans une communauté religieuse d’Harlem, le quartier noir de New-York. C’est enrichi de ces expériences qu’il s’insurgera contre le nazisme et le fascisme dans son pays, des opinions qui lui couteront la vie à son retour.

Vous voyez donc cher lecteur, votre assertion que les grands de ce monde n’agissent que dans leur pays d’origine ne tient pas la route; nous venons de vous faire la démonstration du contraire. Ce qui vous embête est de de voir des gabonais libres s’exprimer et échapper à votre contrôle, à l’intérieur ou à l’extérieur du pays. Mais cher lecteur, des gabonais libres il y en a de plus en plus et à terme, vous ne pourrez contenir cette déferlante. Imaginez des dizaines ou centaines de Marc Ona Essangui, de George Mpaga ou de Paulette Oyane Ondo ou encore de Gregory Ngbwa-Mintsa battant le macadam à Libreville, où mettriez-vous la tête? Mais ne vous en faites pas; ça arrive! Les jeunes du Trocadéro, de Lyon, de Rio et d’ailleurs relèveront le défi; c’est l’histoire qui l’exige, que vous le vouliez ou non!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE