DOES THE MORALITY OF CANDIDATES HAVE A PLACE IN THE EVALUATION OF CANDIDACIES? LA MORALITÉ DES CANDIDATS A-T-ELLE UNE PLACE DANS L’ÉVALUATION DES DOSSIERS ÉLECTORAUX?





English version


Omar Bongo was accustomed of saying with pride of ownership, that in Gabon he could make a dog into a Minister and a Minister, into a dog. The Gabonese are used to seeing people mushroomed at the tops of the state apparatus, all kinds of fools whose only merit was that they were liked by the Bongos. In this case, we are talking of appointments, and as good kings or emperors, Omar Bongo yesterday and his son Ali today, are trigger happy when it comes to appointing people out of the blue to positions of responsibility at the highest echelon of the state. But an election usually follows the standards laid down in the constitution. A candidate for election must meet specific conditions, including a certain level of morality that should be above a certain threshold of acceptability.


In Gabon Electoral Code, it can be read in Article 26 that:


Are subject to disenfranchisement
1) Individuals convicted of crime;
2) Those convicted of theft, fraud, breach of trust, subtraction or embezzlement, forgery and use of forgery, bribery, influence peddling, bankruptcy, indecent activity, a prison sentence of three months or a suspended sentence of six months, etc...


These provisions must be considered very seriously when examining the application for candidacy of a member of the PDG in power, in the 2nd district of Libreville. The candidate in question is none other than Seydou Kane, who has been the subject of posts by us. But here, it is the morality of Seydou Kane that is of interest because, in a report by the PERMANENT SUBCOMMITTEE ON INVESTIGATIONS of the Committee on Homeland Security and Governmental Affairs of the United States of America Senate, chaired by senator Carl Levin, you can read beginning on page 149 the chapter entitled: Bongo Use of a Daughter’s U.S. Bank Accounts To Move Suspect Funds Into the United States. A summary of this Chapter reads:


President Omar Bongo brought substantial amounts of suspect funds into the United States, not only through the bank accounts of a U.S. lobbyist, but also by using U.S. bank accounts and safe deposit boxes opened by one of his daughters, Yamilee Bongo-Astier. Yamilee Bongo-Astier is the daughter of President Omar Bongo and Marie-Yva Astier. She is a Canadian citizen who has lived at times in the United States. Ms. Bongo-Astier opened an account at Commerce Bank in New York City without disclosing relationship to President Omar Bongo. Commerce Bank maintained accounts for Mr. Bongo-Astier. Over that time period, she made multiple large cash deposits into her account, totaling $1.6 million, and continued on occasion to purchase vehicles requested by her father. After two large cash deposits triggered a review of her account, Commerce Bank learned that President Omar Bongo was the primary source of the funds in her accounts. The bank immediately designated her a PEP and began enhanced monitoring of her accounts. In 2007, Ms. Bongo-Astier asked the bank to count certain cash she had stored in safe deposit boxes at the bank. The bank found she had stored in her safe deposit boxes $100 bills wrapped in plastic totaling $1 million. Ms. Bongo-Astier explained that President Omar Bongo had provided the funds when he came to New York City and often brought cash into the country. President Omar Bongo did not declare his transport of the $1 million into the United States as required by law. The bank learned that Ms. Bongo-Astier expected additional funds from him to help her purchase a $2.2 million condominium in New York City. In 2007, Ms. Bongo-Astier moved her funds to JP Morgan Chase, without disclosing her relationship to President Omar Bongo or her PEP status. She deposited over $800,000 at the account opening, and over the next two years, withdrew the funds to pay for living expenses… Bongo-Astier advised that she does not have a job and her only source of income is monies received from her father. The monies are received in the form of US currency and a CTR is immediately filed by her when the funds are deposited. The deposits coincide with the arrival of her father when he comes to the United States for official purposes. On other occasions cash is sent by her father through Gabon emissaries… Commerce Bank noted that, throughout the time they were open, Ms. Bongo-Astier’s accounts received occasional wire transfers from individuals and entities outside the United States. Bank records show that her mother, Marie-Yva Astier, for example, sent her several wire transfers from accounts in Haiti and Canada, and Mr. Seydou Kane sent her funds from Monaco. She also received wire transfers from an account in her name at BGFI Bank in Libreville, Gabon. Seydou Kane Transfer can be seen in the table on page 160. Given that this report found that these funds came illegally into Ms. Bongo-Astier’s accounts from suspicious sources, the US Senate report concluded these were cases of money laundering and corruption. This case is very clear; we are providing you with the entire report below in English so you can read it for yourself. Can Seydou Kane stand in an election in Gabon if he has been cited in a documented case of money laundering and corruption? Isn’t this a violation of the disposition of the Gabonese Electoral Code? You be the judge!






Version Français


Omar Bongo avait coutume d’affirmer, avec la fierté du propriétaire d’ailleurs, qu’il pouvait au Gabon faire d’un chien un Ministre et d’un Ministre, un chien. Les Gabonais se sont donc habitue à voir champignonner sur les sommets de l’appareil de l’état, toutes sortes de zouaves dont le seul mérite était qu’ils plaisaient aux Bongo. Dans ce cas, ok on parle des nominations; et en bons rois ou empereurs, Omar Bongo hier et son fils Ali aujourd’hui, ont la gâchette facile quand il s’agit de nommer des gens sortis du néant, aux postes de responsabilité les plus élevés de l’état. Mais une élection normalement obéit à des normes fixées dans la constitution. Un candidat à une élection doit remplir des conditions spécifiques, dont un certain niveau de moralité qu’on voudrait au-dessus d’un certain seuil d’acceptabilité.


Dans le Code Electoral Gabonais, on peut lire dans l’Article 26 ce qui suit:


Sont frappés d'incapacité électorale
1°) Les individus condamnés pour crime;
2°) Ceux condamnés pour vol, escroquerie, abus de confiance, soustraction ou détournement de deniers publics, faux et usage de faux, corruption, trafic d'influence, banqueroute, attentat aux mœurs, à une peine d'emprisonnement ferme de trois mois au moins ou d'emprisonnement avec sursis de six mois; etc…


Ces stipulations doivent être considérées avec beaucoup de sérieux quand on examine la candidature d’un membre du PDG au pouvoir, dans le 2ième arrondissement de Libreville. Le candidat en question n’est autre que Seydou Kane, qui a déjà fait l’objet d’autres billets par nos soins. Mais ici, c’est la moralité de Seydou Kane qui nous intéresse car, dans un rapport du Sous-Comité Permanent sur les enquêtes du Comité sur la Sécurité Intérieure et Les Affaires Gouvernementales du Sénat des États-Unis d'Amérique, présidé par le sénateur Carl Levin, vous pouvez lire, à partir de la page 149 le chapitre intitulé: Utilisation par Bongo des Comptes Bancaires d’une de ses filles aux USA pour Transfer des Fonds Suspects vers les États-Unis. Un résumé de ce chapitre peut être ainsi libellé:


Le président Omar Bongo a fait entrer d'importantes quantités de fonds suspects vers les États- Unis, non seulement via les comptes bancaires d'un lobbyiste américain, mais aussi en utilisant des comptes et des coffres bancaires américains ouverts par une de ses filles, Yamilee Bongo-Astier. Elle est la fille du président Omar Bongo et Marie-Yva Astier. Elle est citoyenne canadienne mais a vécu un temps aux États-Unis. Melle Bongo-Astier a ouvert un compte à la Commerce Bank à New York sans divulguer sa relation avec le président Omar Bongo. La Commerce Bank a donc géré les comptes de Melle Bongo-Astier. Au cours de cette période, elle a fait plusieurs dépôts importants en espèces sur son compte, pour un total de 1,6 millions de dollars, et a continué à l'occasion à acheter des véhicules sur demande de son père. Après que deux dépôts importants en espèces aient déclenché un examen de son compte, la Commerce Bank a appris que le président Omar Bongo était la principale source des fonds contenus dans ces comptes. La banque l’a immédiatement désignée comme PEP et a commencé une surveillance accrue de ses comptes. En 2007, Melle Bongo-Astier a demandé à la banque de compter certaines espèces qu’elle avait stockées dans un coffre-fort à la banque. La banque a découvert qu'elle avait entreposé dans ses coffres, des billets de 100 dollars emballés dans du plastique totalisant 1 million de dollars. Melle Bongo-Astier a expliqué que le président Omar Bongo lui avait donné ces fonds quand il était venu à New York et amenait souvent de l'argent dans le pays. Le président Omar Bongo n'a pas déclaré qu’il transportait ce million de dollars vers les aux États-Unis tel que requis par la loi. La banque a appris que Melle Bongo-Astier attendait des fonds supplémentaires de son père pour l’achat d’un condominium de 2,2 millions de dollars à New York. En 2007, Melle Bongo-Astier a déménagé ses fonds vers la JP Morgan Chase, sans divulguer sa relation avec le président Omar Bongo ou son statut de PEP. Elle a déposé plus de 800000 dollars à l'ouverture du compte, et au cours des deux années suivantes, a retiré les fonds pour payer ses frais de subsistance... Bongo- Astier a informé les autorités qu'elle n'a pas de travail et sa seule source de revenu sont les sommes reçues de son père. Les fonds sont reçus sous la forme de devises américaines et un CTR est immédiatement exécuté par elle quand les fonds sont déposés. Les dépôts coïncident avec l'arrivée de son père venant aux États-Unis à des fins officielles. En d'autres occasions l’argent est envoyé par son père via des émissaires originaires du Gabon... La Commerce Bank a noté que pendant tout le temps qu'ils y étaient ouverts, les comptes de Melle Bongo-Astier ont reçu des virements occasionnels de personnes et d'entités hors des Etats -Unis. Les relevés bancaires montrent que sa mère, Marie-Yva Astier, par exemple, lui a envoyé plusieurs virements à partir de comptes en Haïti et au Canada, et M. Seydou Kane lui a envoyé des fonds a partir d’un compte à Monaco. Elle a également reçu des virements d'un compte à son nom à la BGFI Bank à Libreville, au Gabon. Les transferts de Seydou Kane peuvent être examinés dans le tableau de la page 160.Étant donné que ce rapport a constaté que ces fonds arrivant illégalement dans les comptes de Melle Bongo-Astier provenaient de sources douteuses, le rapport du Sénat américain a conclu qu’il s'agissait d’un cas de blanchiment d'argent et de corruption. Cette affaire est très claire: nous vous fournissons ci-dessus l'intégralité du rapport en anglais de sorte que vous puissiez le lire par vous-même. Seydou Kane peut-il se présenter à une élection au Gabon s'il a été compromis dans un cas documenté de blanchiment d'argent et de corruption? N'est-ce pas là une violation de la disposition du Code électoral gabonais? À vous de juger!

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE