THE SOLAR ECLIPSE OFFERS SYLVIA BONGO ANOTHER OPPORTUNITY TO SPEND THE GABONESE PEOPLE’S MONEY. L’ÉCLIPSE SOLAIRE OFFRE À SYLVIA BONGO UNE AUTRE OCCASION DE DÉPENSER L’ARGENT DES GABONAIS

Photo: Desire Minkoh




English version


The budget for fiscal year 2014 of the French Ministry of Higher Education and Research has been approved by Parliament and included in the organic law on finance, as amounting to 23.04 billion euros. Knowing that the Gabonese government budget for 2014 is anticipated to be approximately 3,000 billion CFA francs, that is to say 4.5 billion euros. This means that the budget of the French Ministry of Higher Education and Research is 5 times the entire budget of the Gabonese state. You're probably wondering dear readers, why do we make this comparison! You will understand by reading below.


The Meudon Observatory is part of the Observatoire de Paris, and is a reference laboratory for the study of the Sun. It was created in 1875 and this observatory is under the French Ministry of Higher Education and that French allocates to it an annual budget of 55 million euros, or about 37 billion CFA francs for 333 employees (source : Evaluation of the Paris Observatory Report).


The astronomer Jean -Pierre Luminet is described as being an astrophysicist, a lecturer, a writer and poet, a specialist of black holes and cosmology, director of research at the CNRS, member of the Paris-Meudon Observatory team. Jean-Pierre Luminet was recently in Gabon, to observe the solar eclipse of last November 3, 2013. He was not alone, but accompanied by a group of 6 members of the Meudon Observatory. So far nothing bad to report. However, who funded the travel of the six French astronomers? The French Ministry for Higher Education and Research? Or the Meudon Observatory, which have enough funds for these kinds of expeditions if they were useful for the enrichment of their scientific research? The answer to this question is found on the Futura website. In an article on that site, Jean-Pierre Luminet says the following:


"A group of six astronomers from the Observatory of Meudon was invited by the Gabonese Presidency... The President of the Gabonese Republic Ali Bongo and his wife Sylvia (whose foundation funded the travels of the astronomers) came to Benguié 4, to attend the event as illustrated by our demonstrations and explanations."


And yes, dear readers! Here we go again! They are having fun with Gabonese taxpayers’ money; spending it not for activities close to the concerns of the rightful owners of the money, but to satisfy the delusions of grandeur and nouveau riche fantasies. In her book "Dictators’ Wives" published in 2011 by Editions Perrin, Diane Ducret develops the typical profile of a dictator’s wife whose role is to fill the empty spaces of legitimacy of her husband by creating fake charities which are just other networks for even better puncture of the country’s treasury, which anyway, always pays the bill.


When you know that Gabonese researchers live in or near poverty levels on almost daily basis, and it is quasi impossible for them to receive financial assistance for travel or conferences abroad; given that local entities assumed to represent the flagship of Gabonese research are outdated and chronically under-equipped, how not to find it ironic that Sylvia Bongo would use the Gabonese people’s money to offer to French researchers an all expense stay in Gabon, to observe a solar eclipse. If these French researchers wanted to watch this eclipse in Gabon, they have their own research budgets which have funds for trips that would have allowed them to do so without any problem. But no, it still had to be the dictatorship which distinguished itself in wasting public money by funding activities which should never have been funded by Gabon.


When this kind of stupidity is observed, it is difficult to estimate what this despotic family at the head of Gabon has cost the people due to their whims of any kind, while the young Gabonese citizens who dare to demand better conditions for their education, regularly face the security forces.


So goes the Bongos’ Gabon!



Version Français


Le budget pour l’exercice 2014 du Ministère français l'Enseignement Supérieur et de la Recherche a été voté par le parlement et figure dans la loi organique relative aux lois de finances comme s’élevant à 23,04 milliards d'euros. Sachant que le budget de l’Etat gabonais pour 2014 est anticipé s’élever à environ 3000 milliards de francs CFA, c'est-à-dire 4,5 milliards d’euros. C’est dire que le budget du Ministère français l'Enseignement Supérieur et de la Recherche est de 5 fois supérieur au budget entier de l’état gabonais. Vous vous demandez certainement chers lecteurs, pourquoi faisons-nous cette comparaison! Vous allez comprendre en lisant plus bas.


L'Observatoire de Meudon fait partie du dispositif de l'Observatoire de Paris, et est un laboratoire de référence pour l'étude du Soleil. Il fut créé en 1875 et cet observatoire est sous la tutelle du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche français qui lui alloue un budget annuel de 55 millions d’euros, soit près de 37 milliards de francs CFA pour 333 employés (source: Rapport d'évaluation de l’Observatoire de Paris).


L’astronome Jean-Pierre Luminet est décrit comme étant à la fois astrophysicien, conférencier, écrivain et poète; spécialiste des trous noirs et de la cosmologie, directeur de recherches au CNRS, membre de l’équipe de l’observatoire de Paris-Meudon. Jean-Pierre Luminet était récemment au Gabon, pour observer l’éclipse solaire du 3 Novembre dernier. Il n’était pas seul, mais accompagné d’une équipé de 6 membres de l’Observatoire de Meudon. Jusque-là ça va ; rien de fâcheux à signaler. Mais qui a donc financé ce déplacement des 6 astronomes Français ? Le Ministère français l'Enseignement Supérieur et de la Recherche ? Ou encore l'Observatoire de Meudon; qui ont suffisamment d’argent pour financer ce genre de déplacement s’ils les trouvaient utiles pour l’enrichissement scientifique de leurs chercheurs ? La réponse à cette question, c’est sur le site internet Futura que vous la trouverez. Dans un article sur ce site, Jean-Pierre Luminet déclare:


« Un groupe de six astronomes de l'observatoire de Meudon a été invité par la Présidence Gabonaise… Le président de la République gabonaise Ali Bongo et son épouse Sylvia (dont la fondation a financé le séjour des astronomes) se sont déplacés à Benguié 4, pour assister à l'événement, illustré par nos démonstrations et explications. »


Et oui, chers lecteurs! Encore une fois, nous y sommes! On s’amuse avec l’argent du contribuable gabonais en le claquant non pas pour des activités proches des préoccupations des propriétaires légitimes de cet argent, mais pour assouvir des folies des grandeurs et des fantasmes d’arrivistes. Dans son ouvrage «Femmes de Dictateur» paru en 2011 aux Editions Perrin, Diane Ducret, élabore le profil type de la femme de dictateur dont le rôle est de combler les espaces vides de légitimité du mari, en créant des organisations caritatives bidons qui ne sont que d’autres réseaux pour mieux encore ponctionner le pays qui de toute façon, paie toujours la facture.


Parmi les chefs d’état africains qui piochent le plus éhontément dans le budget national de leur pays, il y a le Président Obiang Ngéma de Guinée équatoriale qui fait partie des 4 chefs d’état africains contre lesquels le parquet de Paris a ouvert. En juin 2007, une enquête préliminaire pour des biens mal acquis sur initiative de trois associations françaises (Survie, Sherpa et la Fédération des Congolais de la Diaspora).


Quand on sait que les chercheurs gabonais vivent la misère ou presque au quotidien et il leur est quasiment impossible de recevoir un apport financier pour des voyages ou conférences à l’étranger; quand on sait que les locaux des entités supposées représenter le fleuron de la recherche gabonaise sont désuets et chroniquement sous équipés; comment ne pas trouver ironique que Sylvia Bongo se serve de l’argent du peuple Gabonais pour offrir à des chercheurs français un séjours tout frais payés au Gabon, pour observer une éclipse. Si les chercheurs Français tenaient à vouloir observer cette éclipse au Gabon, leurs propres budgets ont des provisions voyages de recherche qui leur permettaient de le faire sans problème. Mais non, il fallait encore que la dictature se distingue dans le gaspillage des derniers publics en finançant ce qui ne devrait pas être financé par le Gabon.


Quand on observe ce genre de bêtise, il est difficile d’estimer ce que cette despotique famille à la tête du Gabon nous coûte en caprice en tout genre, pendant que les jeunes Gabonais qui osent réclamer de meilleures conditions d’études, doivent affronter régulièrement les forces de l’ordre.


Ainsi va le Gabon des Bongo !

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

THIS IS WHY CENTRAL AFRICA HAS SUCH A LACK OF DEMOCRACY. VOICI POURQUOI L’AFRIQUE FRANCOPHONE EST SI PEU DÉMOCRATIQUE