STAGGERING REVELATIONS BY A CAMEROONIAN EXECUTIONER ABOUT THE OCCULT PRACTICES OF PEOPLE IN POWER. DÉBALLAGE AHURISSANT D’UN EXÉCUTANT CAMEROUNAIS AU SUJET DES PRATIQUES OCCULTES DES GENS DE POUVOIR

(Photo: Camer.be)




English version


Waiting for the day when a Gabonese running the supply chain of human organs would come out and reveal what they know, we offer in this post the amazing testimony of a Cameroonians morgue employee regarding occult practices being done in some circles of power of that country. Can anyone doubt for a moment that the same dirt is endemic in Gabon? We let you judge for yourselves. These revelations are published in the Cameroonian press.


Here is the article bellow.



Since April 2010, Didier Ovono is no longer responsible for the morgue of the regional hospital of Bertoua. In the interview he granted us on Monday, August 14, 2013, this former morgue employee made revelations about his profession and the evil practices he has had engaged in with some Ministers.

Moving testimony of a 40 years old morgue employee, married and father of three children from his home near the border with Gabon.

How did you become responsible for the morgue?

I first worked as a stretcher porter for five years. It was at the end of that function that I was recruited as head of the morgue in the regional hospital of Bertoua, through a minister who knew me as a great sorcerer. I was also trained as an embalmer by the person I was replacing.

What was your job?

As an employee of the morgue, meaning where the dead bodies are kept. Our job was therefore to keep the morgues to -2 degrees C. We delt mainly with administrative formalities concerning the retention and transfer of remains to funeral homes. However, a morgue employee cannot be confused with an undertaker, we cannot talk about undertaker, in a hospital morgue or funeral home as people do. The undertaker is an employee of a funeral home, the service organizing the funeral of a dead body, the removal of the body from the morgue to its burial in a cemetery. To wash, embalm, beautify the body, are also part of the work of an undertaker. In Cameroon, we need to talk about morgue employees and not undertaker, as people do not know, they confuse morgue employee and undertaker, without being totally to blame, because the two businesses consist of handling of corpses.

Did you happen to play the undertaker?

This often happened to me and it did not displease me to do so. In such situations, I used to feel like I was being valuable for something.

Are the morgue employees seen as ordinary people in our society?

This is not quite the case. People say I have mystical powers. People were afraid of me, as well as they were of the cadavers.

Did they make you a corpse before the time?

No, people do not make me into a corpse. But the fact that I was constantly in contact with the dead, frightened my peers. People thought I was a superman.

You are married with three children. Did you not frighten your family by your job?

I had absolutely no problem at this level. My wife regularly came to my office and often assisted me when I was working on my end of the month reports, which I was doing at night. Maybe she had part of my supposedly mystical powers (laughs).

The manipulation of corpses, tell us about it

At first I had a cold sweat. After I found out that there was no reason to be afraid. We often have strange sensations in handling corpses. There are bodies that are manipulated with ease. But there are others that when manipulated we feel a little unease.

Some people approach you to obtain human organs. Is this true?

It's true, it has happened to me several times. I received the visit of Ministers. CEOs of private and state companies. Those who left Yaoundé to come to Bertoua because they wanted to be discreet about their shenanigans. They arrived at midnight, themselves driving their cars. Some preferred to sodomize the dead, according to the practice imposed on them in their occult environment. Others who were not brave, paid me so that I could deliver to their office. This always happened between 23h and midnight.

I was asked because I maintained the business well. For the cadavers, I had no compunction in doing this. I could earn 500,000 CFA francs per month. Delivery within departments dis not always concern ministers; there were also employees who were practicing these things to access higher positions.

What are the ministries and companies where you were making deliveries?

I will not give you the names of ministers (laughs) because I have to protect you. In my case, I'm not afraid of anybody and they know me, they cannot reach me. Many ministers with whom I have dealt are still in office, others are in prison.

When I delivered the organs to these people, the meeting points were the (hotel name removed; Editor's note), and often (...). They contacted me a week before, I got the number of a room. And when I arrived at the hotel, I did not stop at the front desk. I went directly into the room and I placed the package that was either the tongue, teeth, heart, it depended on the practice. I was paid by delivery 55 000 or 100 000 CFA francs. I made deliveries to... The ministries were... ( 237online.com willfully omits to print the companies named; Editor's note)

All the people who needed to receive deliveries, wanted access to a post. There are those who were put of these organs on their clothes for a year, when they went to work. I assure you, I have no respect for some ministers. They are monsters hiding under suits. Some of them are addicted to the most bizarre practices.

Is your consciousness at peace after you dismembered human remains belonging to families affected by grief?

To tell the truth, I cannot kill someone and sell organs. You know, when you're dead, it's over, it's the end. Your soul is gone. The body that is there, before going to rot in the ground, may be useful, you know what I mean.

Do you think about their families?

I think, but I tell you that it's over. An egg without the yellow and white, has what purpose? You can answer me? So do not insist, I tell you that it is like that.

Have you talked to a corpse one day?

Yes, I think the dead hear. Because as far as I know, the spirits are never far away. What amazes me is to see side by side the bodies of rich and poor, while in real life there's often a gap between the two. I thought that the time spent in the morgue would put me above others. But one day, after the loss of a dear friend, I cried more than anyone. It made me understand many things.

Any work deserves remuneration. How much are morgue employees paid in Cameroon?

In Cameroon, there is no pay scale for morgue employees. But these are guys who live well. Unfortunately this is a profession frowned upon by some people. There's a constraint, we work a lot with regard to the peculiarity of the job. We do not yet have an association, we are not many in the country.

Do you have a call to make to the people?

I want to tell Cameroonians that the morgues belong to them. When there is generally a death, what not to do because there may be problems of contagion. If the person died of a contagious disease. I invite them to deposit their bodies to a morgue where the conditions of preservation of dead bodies are met, even if it costs them 15,000 CFA francs a day.

With everything you just told Cameroonians, will they still trust you?

What did I say? (laughing out loudly)



Version Français


En attendant le jour où un exécutant gabonais de la chaine d’approvisionnement des organes humains se mettra à table pour un grand déballage, nous vous proposons dans ce billet le témoignage ahurissant d’un morguier Camerounais sur les pratiques occultes en vigueurs dans certains cercles de pouvoir de ce pays. Peut-on douter un seul instant que les mêmes saletés soient endémiques au Gabon ? Nous vous laissons juger de vous-mêmes. Ces révélations sont parues dans la presse camerounaise.


Voici l’article ci-dessous.



Depuis avril 2010, Didier Ovono, n’est plus responsable de la morgue de l’hôpital régional de Bertoua. Dans l’entretien qu’il nous a accordé le lundi 14 août 2013, cet ancien morguier fait des révélations sur son métier et les pratiques diaboliques qu’il a entretenues avec des ministres.

Témoignage émouvant d’un morguier de 40 ans, marié et père de trois enfants, depuis sa résidence à la frontière avec le Gabon.

Comment êtes-vous devenu responsable de la morgue ?

J’ai d’abord exercé le métier de brancardier pendant cinq ans. C’est à l’issue de cette fonction que j’ai été recruté comme responsable de la morgue de l’hôpital régional de Bertoua, grâce à un ministre qui me connaissait comme un grand sorcier. J’ai aussi reçu une formation d’embaumeur de corps par celui que je remplaçais.

En quoi consistait votre travail ?

Un morguier est un employé de morgue, l’endroit où on conserve les cadavres. Notre travail consistait donc à conserver les morgues jusqu’à -2 degrés C. Nous nous occupions surtout des formalités administratives concernant la conservation et le transfert des dépouilles mortuaires vers les maisons funèbres. Cependant, le morguier ne peut être confondu au croque-mort, on ne peut pas parler de croque-mort, dans une morgue hospitalière ou maison mortuaire comme les gens le font. Le croque-mort est un employé de pompes funèbres, le service qui organise les funérailles d’un cadavre, de l’enlèvement du corps à la morgue, jusqu’à l’enterrement dans un cimetière. Laver, embaumer, embellir le cadavre, font également partie du travail du croque-mort. Au Cameroun, nous devons parler de morguier et non de croque-mort, comme les gens ne connaissent pas, ils confondent morguier et croque-mort, sans avoir totalement tort, car les deux métiers consistent en la manipulation de cadavres.

Ne vous arrivait-il pas de jouer au croque-mort ?

Cela m’arrivait souvent et ça ne me déplaisait pas de le faire. En de telles situations, j’avais l’impression de servir à quelque chose.

Les morguiers sont-ils vus comme des gens ordinaires dans notre société ?

Ce n’est pas tout à fait le cas. Les gens disent que j’ai des pouvoirs mystiques. Les gens avaient peur de moi, au même titre que les cadavres.

Faisait-on de vous un cadavre avant l’heure ?

Non, les gens ne faisaient pas de moi un cadavre. Seulement, le fait que j’étais en permanence en contact avec les cadavres, faisait peur à mes semblables. On pensait que j’étais un surhomme.

Vous êtes marié et père de trois enfants. N’effrayiez-vous pas souvent votre petite famille par votre fonction ?

Je n’avais absolument pas de problème à ce niveau. Ma femme fréquentait régulièrement mon service et m’assistait souvent quand je travaillais sur mes rapports de fins de mois que je faisais la nuit. Peut-être avait-elle une part de mes, soit disant pouvoirs mystiques (rires).

La manipulation des cadavres parlez nous-en

Au début, j’avais des sueurs froides. Après je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas lieu d’avoir peur. On a souvent des sensations bizarres en manipulant des cadavres. Il y’a des corps qu’on manipule à l’aise. Par contre, il y en qu’on manipule et se sentir un peu mal en point.

Certaines personnes vous approchent pour se procurer des organes humains. Est-ce vrai ?

C’est vrai, cela m’est arrivé plusieurs fois. Je recevais la visite des ministres. Des directeurs généraux des sociétés privées et d’Etat. Ceux-ci quittaient Yaoundé pour Bertoua par ce qu’ils voulaient être discrets dans leurs manigances. Ils arrivaient à minuit eux-mêmes au volant de leurs voitures. Certains préféraient sodomiser les cadavres, selon la pratique qui leur était imposé dans le milieu occulte. D’autres qui n’étaient pas courageux, me payaient pour que j’aille livrer au bureau. Cela se passait toujours vers 23h-minuit.

J’étais sollicité par ce que j’entretenais bien le business. Pour des cadavres, je n’avais aucun remord à faire cela. Je pouvais gagner 500 000 par mois. La livraison dans les ministères ne concernait pas toujours les ministres il y’avait aussi des employés qui faisaient des pratiques pour accéder aux postes supérieurs.

Citez nous les ministères et les sociétés où vous faisiez des livraisons.

Je ne vous donnerai pas les noms des ministres (rires) par ce que je dois vous protéger. En ce qui me concerne, je n’ai peur de personne et ils me connaissent, ils ne peuvent pas m’atteindre. Beaucoup de ministres avec qui j’ai traités, sont encore en poste, d’autres en prison.

Lorsque je livrais les organes à ces gens, les points de rencontre étaient le (nom de l’hôtel enlevé Ndlr), et souvent (…). On me contactait une semaine avant, je recevais le numéro d’une chambre. Et lorsque j’arrivais à l’hôtel, je ne m’arrêtais pas à la réception. J’entrais directement dans la chambre et je déposais le colis qui était soit la langue, les dents, le cœur, ça dépendait de la pratique. J’étais payé par livraison 55 000 ou 100 000 FCFA. J’ai fait des livraisons à ……. Les ministères concernés étaient ……. (237online.com omet volontairement de reprendre les noms des entreprises citées Ndlr)

Toutes les personnes qui demandaient à être livrées, voulaient accéder à un poste. Il y en a qui prenaient ces organes et mettaient dans leurs vêtements pendant un an, lorsqu’ils vont au travail. Je vous assure, je n’ai aucun respect pour certains ministres. Ce sont des monstres qui se cachent sous des vestes. Certains d’entre eux sont les plus accros aux pratiques bizarres.

Votre conscience est-elle tranquille après avoir dépecé des dépouilles appartenant aux familles frappées par la tristesse ?

Pour dire vrai, je suis incapable de tuer quelqu’un et de vendre les organes. Vous savez, lorsque vous êtes mort, c’est fini, c’est terminé. Votre âme est partie. Ce corps qui reste là, avant d’aller pourrir sous la terre, peut être utile suivez mon regard.

Vous pensez à leurs familles ?

J’y pense mais je vous dis que c’est terminé. Un œuf sans son jaune et son blanc, à quoi sert-il ? Vous pouvez me répondre ? Alors n’insistez pas, ce que je vous dis c’est comme cela.

Avez-vous parlé à un cadavre un jour ?

Oui, je pense que les cadavres entendent. Car, selon ce que je sais, les esprits ne sont jamais loin. Ce qui m’étonne c’est de voir côte à côte les cadavres de riches et de pauvres alors que dans la vie courante, il y’a souvent un fossé entre les deux. J’avais pensé que le temps mis à la morgue me mettrait au-dessus des autres. Mais un jour, après la perte d’un ami cher, je pleurais plus que tout le monde. Cela m’a fait comprendre bien des choses.

Tout travail mérite salaire. Comment les morguiers sont-ils rémunérés au Cameroun ?

Au Cameroun, il n’y a pas de grille salariale pour les morguiers. Mais ce sont des types qui vivent bien. Malheureusement c’est un métier mal vu par certaines personnes. Il y’a une contrainte, nous travaillons beaucoup au regard de la particularité du métier. Nous n’avons pas encore une association, nous ne sommes pas nombreux sur le territoire.

Avez-vous un appel à lancer aux populations ?

Je voudrais dire aux Camerounais que les morgues leur appartiennent. Lorsqu’il y a généralement un décès, ce qu’il ne faut pas faire car il peut y avoir des problèmes de contagion. Si la personne est morte d’une maladie contagieuse. Je les invite à aller déposer leurs corps à la morgue où les conditions de conservation des cadavres sont réunies même si cela leur revient à 15 000 la journée.

Avec tout ce que vous venez de raconter les Camerounais vont-ils encore vous croire ?

J’ai raconté quoi ? (rires aux éclats)

Comments

Popular posts from this blog

ARGUMENTS AS WEAK AND WITHOUT SUBTANCE AS THE PERSON ENOUNCING THEM. DES ARGUMENTS AUSSI BIDONS ET SANS CONTENANCE QUE CELUI QUI LES ÉNONCE

WHAT IS THE TAKE HOME MESSAGE OF JEAN PING APPEARANCE ON FRANCE 24? QUE RETENIR DU PASSAGE DE JEAN PING SUR FRANCE 24 ?

OUR RESPONSE TO A RELATIVE OF MBORANTSUO WHO HAS WRITTEN TO US. NOTRE RÉPONSE À UN PARENT DE MBORANTSUO QUI NOUS A ÉCRIT