THE OMNIPRESENCE OF RITUALS CRIMES IN GABON; BETWEEN OUTRAGES, FIGHTS, NAIVETY AND COMPLICITY. L’OMNIPRÉSENCE DES CRIMES RITUELS AU GABON; ENTRE OUTRAGES, COMBATS, NAÏVETÉ ET COMPLICITÉ.

The hypocrite march of the regime against ritual crimes they are themselves responsible of sponsoring

La marche hypocrite du régime contre les crimes rituels qu’il commandite lui-même.

(Photo: Associated Press)


The reality that threatens Gabonese family; the body of the little girl recently butchered near Libreville

La réalité qui menace les familles gabonaises; la dépouille de la fillette récemment dépecée près de Libreville

(Photo: Moulenda)


English version

With the precision of a Swiss clock, the election cycle continues to follow suit to ritual crimes, and neither the executioners nor the sponsors of these crimes are worried about any action against them by the authorities. We do not wish to repeat here the genesis of these crimes because everyone now knows what it is, but in this post, we want to ask about the status quo that characterizes this issue in Gabon and ask how to break the lock jam.

This past week saw a press conference held in Libreville, during which the grieving mother of the young Catherine Ekovone, savagely butchered recently in the Nkoltang suburb of Libreville, testified along with the courageous journalist, Jonas Moulenda, whose life is constantly threatened because he tells us the truth on this subject, and Jean Elvis Ebang Ondo president of the Association Against Ritual Crimes (ALCR). A press conference to try once more to bring awareness to a people paralyzed by torpor; a press conference to present to us this poor mother whose daughter had been the victim of this ritual crime too many, but we all know in the depths of our conscious and unconscious, that those responsible for these crimes are among us. We shake hands with them every day, exchange pleasantries with them, ask them small services, and sometimes even eat at their tables. Those responsible for these crimes are the people who run Gabon and order their minions to provide them with the fresh blood of children to consolidate their power. We all know these truths and in unison we choose to do nothing, because we are all transferring the burden of risk-taking on the back of Jonas Moulenda or Jean Elvis Ebang Ondo .

When we have passed the stage of anger and contempt for the perpetrators, we must ask ourselves as good citizens, what can we do to put the sponsors on notice that they will be hunted down and unmasked? The first thing would be to have, it seems, the ability to identify these sponsors directly and unambiguously, regardless of the denials they would want to express. But how to identify these sponsors? For this blog, the identification of sponsors can be done by answering the following questions:

1. Who has the ability to affect the physical and occupational safety of Jonas Moulenda, the journalist who has made the public display of ritual crimes, his focal point? Who has the clout to make his life impossible in the team of L'Union, and send the security services in his pursuit with death threats? When you can answer these questions, you know who are the sponsors of ritual crimes!

2. Who has the ability to make the prosecutor, one of the country's most important legal institutions, to say before the world that the discovered human parts in bags in an educational institute in Libreville, are organs of pachyderms; and mobilize false histological tests done in a Gabonese laboratory which does not have that expertise, just to cover up the scandal of this discovery, by discrediting along the way a trained Gabonese forensic doctor whose expertise is to recognize such human organs on the spot? When you can answer this question, you know who are the sponsors of ritual crimes!

3. Who has the ability to prohibit any independent march by the civil society in protest of the resurgence of ritual crimes in Gabon, while commandeering the NGO apparatus (except the diehards of Ça Suffit Çomme Ça) which have been campaigning for years against the ritual crimes, to march alongside the sponsors to give the impression to the outside world, that those at the helm of Gabon are interested in the ending of this scourge? When you can answer this question, you know who are the sponsors of ritual crimes!

4. Who has the ability to block any investigation wanting to elucidate the circumstances of these crimes and punish the sponsors? When you can answer this question, you know who are the sponsors of ritual crimes!

You see dear readers, despite what they say in Gabon, finding out who are the sponsors of these crimes is not very difficult. We all know who the people who pull the strings of these crimes are. The question is for us to decide how much longer will we play ostrich?

Whether ritual crimes will continue or not in Gabon, depends to the attitudes and actions of all of us. It is our collective responsibility to end this awful practice. To prevent year after year, the death of hundreds of innocent victims. We have the power to prevent this phenomenon. When some among us, accept to be manipulated by Sylvia Bongo in going to march with the sponsors, they display at a minimum a very naïve view of the issue, and at the maximum, they become complicit in the scourge of these crimes because they are enabling the sponsors to save face by muddying the waters. When to do nothing, say nothing to combat this scourge, we are in fact tolerating this inhuman and impious practice which has no place in a civilized nation. Let us not be naïve, the Gabonese government is not willing to stop and eradicate this practice because it is itself the essential beneficiary of these body parts. At this stage, since the Gabonese authorities are not to be trusted with solving this problem, we must form a strong international coalition and bring this issue before international bodies of human rights; asking them to hold countries such as Gabon, where human sacrifice is still going on, accountable and responsible for that situation and punish them for it. We must activate enough international pressure on this issue so the local authorities feel the heat. This is an objective we can all help achieve, starting today. This is something we can do for the victims and their families.


Version Française

Avec la précision d’une horloge Suisse, le cycle électoral continue de s’emboiter à celui des crimes rituels, sans que ni les exécutants, ni les commanditaires ne soient inquiétés de moindres représailles par les pouvoirs publics. Nous ne referons pas ici la genèse de ces crimes car tout le monde sait dorénavant de quoi il s’agit ; mais dans billet, nous voudrons nous interroger sur l’immobilisme qui caractérise ce dossier au Gabon et nous demander comment faire bouger les lignes.

La semaine qui se termine a vu se tenir à Libreville une conférence de presse au cours de laquelle la mère affligée de la jeune Catherine Ekovone, sauvagement dépecée récemment à Nkoltang en banlieue de Libreville, est venue témoigner en compagnie du courageux journaliste Jonas Moulenda dont la vie est constamment menacée parce qu’il nous dit la vérité sur ce sujet; et Jean Elvis Ebang Ondo le président de l’Association de lutte contre les crimes rituels (ALCR). Une conférence de presse de plus pour essayer de conscientiser un peuple envahi par la torpeur; une conférence de presse pour nous présenter cette pauvre mère dont la fille venait d’être victime de ce crime rituel de trop, mais dont nous savons tous dans les tréfonds de nos conscients et inconscients, que les responsables de ces crimes sont parmi nous. Nous leur serrons la main tous les jours, échangeons des plaisanteries avec eux; leur demandons des petits services, mangeons même parfois à leur tables. Les responsables sont ces gens qui qui dirigent le Gabon et ordonnent à leurs sbires de leur fournir du sang frais d’enfants pour consolider leur pouvoir. Nous connaissons tous ces vérités et nous choisissons à l’unisson de ne rien faire, car nous mettons tout le fardeau de la prise des risques sur le dos de Jonas Moulenda ou de Jean Elvis Ebang Ondo.

Quand on a passé le stade de la colère et de l’outrage, on doit se demander en bons citoyens que pouvons-nous faire pour signifier aux commanditaires qu’ils seront traqués et démasqués? La première chose serait d’avoir, il nous semble, la capacité d’identifier ces commanditaires de manière directe et non ambigüe, quel que soit les négations que ces derniers veuillent exprimer. Mais comment identifier ces commanditaires? Pour ce blog, l’identification des commanditaires se fait en répondant aux questions suivantes:

1. Qui a la capacité de porter atteinte à l’intégrité physique et à la sécurité professionnelle du journaliste Jonas Moulenda qui a fait de l’étalage sur la place publique des crimes rituels, son cheval de batail? Qui a suffisamment d’influence pour lui rendre la vie impossible au sein de l’équipe du journal L’Union, et d’envoyer les services de sécurité à ses trousses le menacer de mort? Quand vous répondez à ces questions, vous savez qui sont les commanditaires des crimes rituels!

2. Qui a la capacité de faire dire au Procureur de la République, l’une des institutions juridiques les plus importantes du pays, devant le monde entier, que les organes humains découverts dans des sacs dans un établissement d’enseignement à Libreville, sont des organes de pachydermes; et de mobiliser de faux test histologiques fait dans un laboratoire gabonais qui n’en a pas l’expertise ; juste pour étouffer le scandale de cette découverte, en discréditant au passage un médecin légiste gabonais dûment formé à la tache de reconnaitre de telles organes humains ? Quand vous répondez à cette question, vous savez qui sont les commanditaires des crimes rituels!

3. Qui a la capacité d’interdire toute marche indépendante de la société civile contre la recrudescence des crimes rituels au Gabon, tout en réquisitionnant l’appareil des ONG (sauf les irréductibles de Ça Suffit Çomme Ça) qui militent depuis des années contre les crimes rituels, pour les faire marcher aux côtés des commanditaires pour donner à l’opinion l’impression de les gouvernants s’intéressent à la résorption de ce fléau? Quand vous répondez à cette question, vous savez qui sont les commanditaires des crimes rituels!

4. Qui a la capacité de bloquer toute enquête voulant élucider les circonstances de ces crimes et voulant punir les commanditaires ? Quand vous répondez à cette question, vous savez qui sont les commanditaires des crimes rituels!

Voyez-vous chers lecteurs, en dépit de ce qu’on raconte au Gabon, savoir qui sont les commanditaires de ces crimes n’est pas bien difficile. Nous savons tous qui sont les gens qui tirent les ficelles de ces crimes. La question est pour nous de savoir pendant encore combien de temps allons-nous jouer aux autruches?


Si les crimes rituels doivent continuer ou non au Gabon, dépend de l'attitude et des actions de chacun d'entre nous. Il est de notre responsabilité collective de mettre fin à cette pratique horrible. D’éviter d'année en année, la mort de centaines de victimes innocentes. Nous avons la possibilité de prévenir ce phénomène. Quand certains d'entre nous acceptent d'être manipulés par Sylvia Bongo en allant marcher avec les commanditaires, ils font preuve au bas mot, d’une vision très naïve de la question ; et si on veut être plus stricte, on dirait qu’ils se font complices du fléau de ces crimes parce qu'ils permettent aux commanditaires de sauver la face, en brouillant les cartes. Quand on ne fait rien, ne dit rien contre ce fléau, on tolère en fait cette pratique inhumaine et impie, qui n'a pas sa place dans une nation civilisée. Ne soyons pas naïfs, le gouvernement gabonais n'est pas prêt d’arrêter ni d'éradiquer cette pratique, car il est lui-même le bénéficiaire essentiel de ces organes. A ce stade, étant donné que les autorités gabonaises ne sont pas dignes de confiance pour la résolution de ce phénomène, nous devons former une forte coalition et porter cette question devant les instances internationales des droits de l'homme; leur demandant de tenir les pays tels que le Gabon, où le sacrifice humain est encore de mise, comptable et responsable de cette situation et les punir en conséquence. Nous devons activer la pression internationale de manière soutenue sur cette question afin que les autorités locales se sentent sur la sellette. C'est un objectif pour lequel nous pouvons tous contribuer à la réalisation, et ce à partir d'aujourd'hui. C'est quelque chose que nous pouvons faire pour les victimes et leurs familles.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI