JEAN PING FACING ALI BONGO’S CUSTOMIZED JUSTICE SYSTEM. JEAN PING FACE À LA JUSTICE ‘SUR MESURE’ D’ALI BONGO

Jean Ping (photo: Gabonreview)




English Version

In this past Monday, 19 January 2015, Jean Ping was questioned in the services of the judicial police of Gabon in Libreville. Why was he questioned? Because the prosecutor, Sidonie Flore ouwé, who is in fact the judicial arm of Maixent Accrombessi and Ali Bongo, had decided that Jean Ping should never have either defended himself or immobilized and catch the young people who came to vandalize his property on the morning of 12 January 2015. in a country in which the murder of René Ziza did not attract the attention of the police, nor that of the judiciary, since nobody has ever been heard or arrested for that murder; in a country where no one has ever been arrested or heard for the attempted murder on Albert Ondo Ossa; the judicial system took the step to go into full mobilization for the interpellation of a citizen, who in self-defense in his private property, dared oh my god, to neutralize the attackers!

The actions of the Gabonese justice system in general and of the prosecutor in particular, confirm what is already known to almost all Gabonese, i.e. that there is really no power in the Gabonese judicial order, that is not the power of Ali Bongo. Yet in the Constitution, the judiciary is a State prerogative equal to the executive and the legislature. But this constitutional provision does not exist on the ground in Gabon because the powers that be, represented by the Bongos, have always considered the justice system as a function that it is subordinate to them, and this power has always worked tirelessly for the justice system to be at their exclusive service. So, the Gabonese people find that every day, the judicial system demonstrates its organic dependence and dedication to those in power, in the exercise of its republican mission.

The dependence of magistrates on Ali Bongo’s mood swings is due to the dominant role of the regime in their appointments and management of their careers. It is the regime that makes the choice of positions occupied by judges and their promotions, in spite of the tenure and independence they are supposed to have. For example, for failing to align himself with the political desiderata of the regime, Jean De Dieu Moukagni-Iwangou was simply removed from the bench. When the evidence was made that Ali Bongo did use a fake birth certificate in its bid for the 2009 presidential election; alerted by a complaint, the prosecutor has inexplicably recused herself, saying that she lacked jurisdiction to investigate this case; she has closed the case altogether.

If the Gabonese judicial system knows such snags, it is because the regime punishes independent magistrates and shows gratitude to those who are faithful. This allows magistrates such as the prosecutor, to benefit from promotions to specific positions in recognition of their attitudes in sensitive cases. The regime therefore pervades the judicial system by appointing their faithful minions and subordinating them to its desires.

So we end up with inconsistencies such as seeing at the same time a regime that does nothing to solve the ritual crimes that are endemic in Gabon, work hard to pursue judicially some compatriots whose only crime is to oppose Ali Bongo. This shows that the justice system has its hands tied by the ruling power which uses it to prosecute its critics expeditiously for offenses to public order, unlawful assembly, insulting the president, etc.

The US President Barack Obama declared on 11 July 2009 in Accra, the capital of Ghana: "Africa does not need strongmen, but strong institutions." Regarding the judiciary, it is precisely a strong and independent institution that must be entrusted with that mission, because the temptation of domestication of the Justice system, by a manifest and constant rape and the Constitution, is very great for this regime which wants at all costs to remain in power and to continue to enjoy its fruits indefinitely. In Gabon, the Ping’s affair demonstrates clearly that the justice system is not independent of the regime, because the judge is only their instrument. Therefore, the efficiency of the justice system and its contribution to the building of the "rule of law" in Gabon, requires the removal of Ali Bongo; which is therefore the prerequisite for a human development that is safe, reliable and sustainable in Gabon.

The judicial system in Gabon, as the police and the army, remains an instrument of political power because the judges obey orders. The Ministers of Interior and of Justice talk a lot more about order than justice, as if the injustice is not the primary cause of the disorders or the risk of violence. When you are attacked at your home, and it is you that the judicial system takes to task because you have dared to defend yourself; it is very serious, because the judiciary gets its legitimacy and credibility from the evidence of its independence and the competence and honesty of its magistrates.

In Gabon, there is no separation of powers, but a confusion of powers; because there cannot be talks of a judiciary power, but about of a simple judiciary under the tutelage of the regime, which it serves as a secular arm, just like the police or the gendarmerie. The judiciary is obviously used for political purposes.



Version française

En ce lundi, 19 Janvier 2015, Jean Ping a été entendu dans les locaux des services de la police judiciaire du Gabon à Libreville. Pourquoi y était-il entendu ? Parce que le Procureur de la République, Sidonie Flore Ouwé, qui n’est en fait que le bras judiciaire de Maixent Accrombessi et d’Ali Bongo, a décidé que Jean Ping n’aurait jamais dû, ni se défendre, ni faire immobiliser et appréhender les jeunes gens qui étaient venus vandaliser sa propriété au matin du 12 Janvier 2015. Dans un pays où le meurtre de René Ziza n’a retenu ni l’attention des services de police, ni celle des services judiciaires, vu que personne n’a jamais été entendue ni arrêtée pour ce meurtre ; dans un pays où personne n’a jamais été ni entendue ni arrêtée, pour la tentative de meurtre sur Albert Ondo Ossa ; le système judiciaire se permet de se mobiliser pour l’interpellation d’un citoyen qui, en situation de légitime défense dans sa propriété privée, a osé, oh mon dieu, neutraliser ses agresseurs !

Les agissements de la justice gabonaise en général, et du Procureur de la République en particulier, confirment ce que savent déjà la quasi-totalité des Gabonais, c’est à dire qu’il n’y ait réellement pas de pouvoir dans l’ordre judiciaire gabonais, qui ne soit le pouvoir d’Ali Bongo. Pourtant, dans la Constitution, le système judiciaire est une prérogative d’Etat égale à l’exécutif et au législatif. Mais cette disposition constitutionnelle n’existe pas sur le terrain au Gabon, car le pouvoir en place, représenté par les Bongo, a toujours considéré la justice comme une fonction qui lui soit subordonnée, et ce pouvoir a toujours inlassablement œuvré pour que la justice soit à son seul service. Les Gabonais constatent que tous les jours donc, le système judiciaire démontre sa dépendance organique et son dévouement au pouvoir en place, dans l’exercice de sa mission républicaine.

La dépendance des magistrats aux humeurs d’Ali Bongo est due au rôle dominant du pouvoir dans leurs nominations et dans la gestion de leur carrière. C’est le pouvoir qui fait le choix des postes qu’occupent les magistrats et leurs mutations, malgré l’inamovibilité et l’indépendance dont ils sont sensés bénéficier. A titre d’exemple, pour ne s’être pas aligné sur les désidératas politiques du régime, Jean De Dieu Moukagni-Iwangou, a été tout simplement radié de la magistrature. Quand les preuves ont été faites qu’Ali Bongo ait utilisé un faux acte de naissance dans son dossier de candidature pour la présidentielle de 2009 ; saisie par une plainte, le Procureur de la République s’est inexplicablement déclarée incompétente pour suivre l’instruction de cette affaire ; la classant purement et simplement.

Si le système judiciaire gabonais connait de telles avaries, c’est que le régime en place sanctionne les magistrats indépendants et montre sa gratitude envers ceux qui lui sont fidèles. Cela permet à des magistrats comme le Procureur de la République, de bénéficier de promotions à des postes spécifiques en récompense de leurs attitudes dans les dossiers sensibles. Le régime infiltre donc le système judiciaire en y nommant ses fidèles et en les subordonnant à ses désirs.

On se retrouve donc avec des incongruités qui voient dans les mêmes temps un régime qui ne fait rien pour solutionner les crimes rituels qui sont endémiques au Gabon, mettre les bouchées doubles pour poursuivre judiciairement des compatriotes dont le seul tort est de s’opposer à Ali Bongo. Cela démontre que la justice a les mains liées par le pouvoir en place qui s’en sert pour poursuivre ses détracteurs de manière expéditive de délits de trouble à l’ordre public, attroupement illégal, outrage au président etc.

Le président des USA, Barack Obama, avait déclaré le 11 juillet 2009, à Accra, dans la capitale du Ghana: «L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes». S’agissant de l’appareil judiciaire, c’est justement à une institution forte et indépendante qu’il faut confier cette mission car la tentation de domestication de la justice, au prix d’un viol manifeste et constant de la Constitution, est très grande pour ce régime qui tient coûte que coûte à se maintenir au pouvoir et continuer à en jouir indéfiniment. Au Gabon, l’affaire Ping nous démontre clairement que la justice n’est pas indépendante du pouvoir, car le juge n’en est qu’un instrument. Par conséquent, l’efficacité de la justice et de sa contribution à la réalisation d’un «Etat de droit» au Gabon, nécessite la destitution d’Ali Bongo; ce qui constitue donc la condition sine qua non d’un développement humain sûr, fiable et durable au Gabon.

Le système judiciaire au Gabon, tout comme la police et l’armée, reste un instrument du pouvoir politique car les magistrats obéissent à ses injonctions. Les ministres de l’Intérieur et de la Justice, parlent beaucoup plus d’ordre que de justice, comme si l’injustice n’était pas la première cause du désordre ou des risques de violence. Quand on vient vous agresser chez vous, et que ce soit à vous que le système judiciaire demande des comptes parce que vous avez osé vous défendre, c’est très grave car le pouvoir judiciaire n’a de légitimité et de crédibilité que par l’évidence de son indépendance et par la compétence et l’honnêteté des magistrats.

Au Gabon, il n’y a pas de séparation des pouvoirs, mais plutôt une confusion des pouvoirs ; car on ne peut pas parler de pouvoir judiciaire, mais plutôt d’une simple autorité judiciaire sous tutelle du régime en place, qu’elle sert comme bras séculier, au même titre que la police ou la gendarmerie. Cette autorité judiciaire est utilisée de manière évidente à des fins politiques.

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI