SELMA, THE NEW FILM ON THIS TROUBLEMAKER OF THE PUBLIC ORDER: MARTIN LUTHER KING. SELMA, LE NOUVEAU FILM SUR CE FAUTEUR DE TROUBLE À L’ORDRE PUBLIC : MARTIN LUTHER KING




 Martin Luther King in jail or being arrested
Martin Luther King en prison ou en train d’être arrêté

(Photos : Library of Congres)



David Oyelowo plays MLK in Selma
David Oyelowo dans le rôle de MLK dans Selma
(Photo: Selma)





English version

While in Gabon, the regime in power is telling the people that any expression of their civil liberties would be akin to a disturbance to public order and security, a movie comes out on the screens, to remind all torturers and dictators that nothing can stop the desire for freedom of a people, the determination of people of good will; and that the arc of the universe is long, but bends towards justice.

This film is entitled "Selma" and it narrates the historical struggle of Dr. Martin Luther King for racial desegregation in his country and for voting rights for blacks in the United States of America. It was a dangerous and terrifying challenge, when one considers the forces against which Martin Luther King fought. He will give his life to that struggle in 1968. The film takes its title from the famous march organized by Martin Luther King from the city of Selma to that of Montgomery, in Alabama, in 1965, despite the warning of the Governor of the State of Alabama who declared that march to be illegal.

It is important for the Gabonese people to have an interest in the fight of Martin Luther King for the civil rights of black Americans, particularly the importance of civil disobedience, as these events orchestrated by Martin Luther King, were strongly marked by the repression of political and security authorities of that time, who did not want the system to change (as in Gabon) and by the attacks of the Ku Klux Klan. But despite these difficulties, it is the vision of Martin Luther King that won the day and the torturers ended up in the dustbin of history.

We will not give away the whole movie because we want you to go see it when it comes out in your respective places of residence; but we want to mention some points:

The year 1965 was an important year for Martin Luther King and the struggle for civil rights for blacks in the USA. He had just been awarded the Nobel Prize in October 1964; and in February 1965, the other great black leader Malcolm X, was assassinated in New York. Racial tensions were at their worst. Martin Luther King was increasingly impatient and exasperated by this situation; he decided to put his weight where segregation was the most abominable; in the Southern States. He wanted to make Selma, Alabama, the epicenter of his new strategy. Several marches of defiance of segregation and of civil disobedience were organized; particularly that of 7 March 1965 from Selma to Montgomery, which was renamed "bloody Sunday" because the repression of the police and the Ku Klux Klan had been particularly brutal. The march gathered about 2000 black demonstrators, who were joined by numerous justice and equality minded whites. A white pastor, James Reeb, who participated in the march, would also be murdered in the streets of Selma by members of the Ku Klux Klan.

Selma and Montgomery are cities separated by a distance of 87 kilometers. Martin Luther King and his group of protesters decided to cover that in 5-stages, on average walking 17-18 km per stage. Jim Clark was the Chief of Police of Selma; he was in charge of enforcing the law. This law said that blacks were second class citizens and needed to be kept as such. His job was to enforce these segregation laws; and he did it with an amazing zeal! On 7 March 1965, the protesters quietly began their nonviolent march through Selma. But when they arrived at the Edmund Pettus Bridge they wanted to cross, they saw in front of them, standing, an impressive police roadblock under the direction of Jim Clark himself, ordering them to disperse because their illegal march "disturbed public order" . The demonstrators did not move. The order was given to the police to charge and a massacre ensued, hence the name "Bloody Sunday" given to that march. Television cameras were also present and the images went around the world. America was ostracized. How could such an important country as the United States, considered to be democratic, treat some of its citizens with such brutality and disdain? Puritan America could not answer.

To prevent Martin Luther King and his group of activists to protest again, the Federal Judge Frank M. Johnson Jr., took a special injunction prohibiting Martin Luther King to engage in public demonstrations until further notice, to protect "public order ". The US President at the time, Lyndon Baines Johnson, asked Martin Luther King to stop protesting to "preserve peace and harmony" in the country. But Martin Luther King and his team decided to disobey the law again and to recidivate two days later. Thus, on 9 March 1965, at the head of a group of about 2,000 protesters, some of whom came straight from the hospital with their bandages from bloody sunday, Martin Luther King, barehanded, challenged the law, by returning to the street and walking towards the same Edmund Pettus Bridge, where waiting for him was the same Jim Clark and his police armed to the teeth and ready to kill and injure. When the Chief of Police ordered Martin Luther King to ask his protesters to disperse, in reply, he asked his group to kneel on the bridge facing the police. Not knowing what to do, the police observed the kneeling protesters in a nonviolent position and did not dare to attack them. Television cameras were there and were broadcasting the event live.

Martin Luther King had just triumphed by successfully conducting his "illegal" march and showing that violence was on the authorities' side. The protesters were peaceful and sought no confrontation with the police. What they wanted was to have the same rights as everyone else. Faced with these images, the President of the United States called a press conference during which he said the following: "Americans everywhere join in deploring the brutality with which a number of Negro citizens of Alabama were treated when they sought to dramatize their deep and sincere interest in attaining the precious right to vote." A few days later, he introduced a bill in the US Congress, granting voting rights to blacks. On 6 August 1965, President Johnson signed the Voting Rights Act, which allowed the unrestricted registration of all blacks as voters and the full exercise of their right to vote, like all other American citizens. Martin Luther King place in the "pantheon" of the greatest was made. What a lesson!

Dear readers, it would be good to ask Ali Bongo, Guy Bertrand Mapangou, and Sidonie flore Ouwé to tell us what they think of Martin Luther King, this man who to free his people and allow his country to move in the right direction, did not hesitate to "disturb the public order".



Version française

Alors qu’au Gabon, le régime en place dit aux populations que toute expression de leurs libertés civiques serait un trouble à l’ordre public et à la sécurité, un film sort sur les écrans, venant rappeler à tous les tortionnaires et dictateurs que rien ne peut arrêter la soif de liberté d’un peuple, la détermination des gens de bonne volonté ; et que l’arc de l’univers est long, mais tend vers la justice.

Ce film a pour titre « Selma », et il narre la lutte historique du Dr Martin Luther King pour obtenir la déségrégation raciale dans son pays et le droit de vote par les Noirs aux Etats-Unis d’Amérique. Ce fut un dangereux et terrifiant défi, quand on connait les forces contre lesquelles Martin Luther King luttait. Il y laissera sa vie en 1968. Ce film tient son titre de la fameuse marche organisée par Martin Luther King depuis la ville de Selma jusqu’à celle de Montgomery, en Alabama, en 1965, en dépit de l’avertissement du gouverneur de l’Etat de l’Alabama qui avait déclaré cette marche illégale.

Il est important pour les Gabonais de s'intéresser au combat de Martin Luther King pour les droits civiques des noirs américains, et plus particulièrement de l’importance de la désobéissance civile, car ces manifestations orchestrées par Martin Luther King furent fortement marquées par la répression des autorités politiques et sécuritaires de l’époque, qui ne voulaient pas que le système change (comme au Gabon), et par les attaques du Ku Klux Klan. Mais malgré ces difficultés, c’est la vision de Martin Luther King qui a abouti et les tortionnaires ont fini dans les poubelles de l’histoire.

Nous n’allons pas vous raconter tout le film, car nous souhaitons que vous alliez le voir à sa sortie dans vos lieux de résidence respectifs ; mais nous tenons à faire mention de certains points:

L’année 1965 a été une année importante pour Martin Luther King et pour la lutte pour les droits civiques des noirs aux USA. Il venait d’être auréolé du prix Nobel en Octobre 1964; et dès février 1965, l’autre grand leader noir, Malcolm X, fut assassiné à New York. Les tensions raciales étaient à leur comble. Martin Luther King est de plus en plus impatient et exaspéré par cette situation; il décide de s’engager de tout son poids là où la ségrégation est la plus abominable, dans les Etats du Sud. Il souhaite faire de Selma en Alabama l’épicentre de sa nouvelle stratégie. Plusieurs marches de défiance à la ségrégation et de désobéissance civile y sont organisées; notamment celle du 7 mars 1965 allant de Selma à Montgomery, qui fut rebaptisée « la marche du dimanche sanglant », tellement la répression de la police et du Ku Klux Klan fut brutale. Cette marche rassembla environ 2000 manifestants noirs, auxquels s’associèrent de nombreux Blancs épris de justice et d’égalité. Un pasteur blanc, James Reeb, qui participa à la marche, sera d’ailleurs assassiné dans une rue de Selma par des membres du Ku Klux Klan.

Selma et Montgomery sont des villes séparées par une distance de 87 kilomètres. Martin Luther King et son groupe de manifestants décidèrent de les couvrir en 5 étapes, faisant en moyenne 17-18 km à pied par étape. Jim Clark était le Chef de la Police de Selma; c’était à lui que revenait le rôle de faire respecter la loi. Cette loi disait que les Noirs étaient des citoyens de catégorie inferieure qu’il fallait maintenir comme tels. Son travail était de faire respecter aux Noirs ces lois ségrégationnistes; et il le fit avec un zèle ahurissant! Le 7 Mars 1965, les manifestants commencèrent tranquillement leur marche non violente à travers Selma. Mais arrivés au pont Edmund Pettus qu’ils voulaient traverser, ils virent face à eux se dresser un impressionnant barrage de police sous la direction de Jim Clark lui-même, leur ordonnant de se disperser car leur marche illégale « troublait l’ordre public ». Les manifestants ne bougèrent pas. L’ordre fut donné à la police de charger et ce fut le massacre, d’où le nom « dimanche sanglant» donné à la marche. Les caméras de télévision étaient aussi présentes et les images firent le tour du monde. L’Amérique fut mise au ban. Comment un pays aussi important que les Etats-Unis, se disant démocratique, pouvaient-il traiter une partie de ses citoyens avec autant de brutalité et de dédain ? L’Amérique puritaine ne pouvait répondre.

Pour empêcher Martin Luther King et son groupe d’activistes de manifester à nouveau, le juge fédéral Frank M. Johnson Jr., promulgua une injonction spéciale, interdisant à Martin Luther King toute manifestation publique jusqu'à nouvel ordre, pour protéger « l’ordre public ». Le Président des USA à l’époque, Lyndon Baines Johnson, demanda à Martin Luther King d’arrêter de manifester, pour « préserver la paix et l’harmonie » dans le pays. Mais Martin Luther King et son équipe décidèrent de désobéir à la loi une nouvelle fois, et de récidiver 2 jours plus tard. C’est ainsi que le 9 Mars 1965, à la tête d’un groupe de 2000 manifestants environ, dont certains arrivaient tout droit de l’hôpital avec leurs bandages du massacre du 7 Mars, Martin Luther King à mains nues défia l’ordre établi en retournant dans la rue et marchant vers le même pont Edmund Pettus, où l’attendait le même Jim Clark et ses policiers armés jusqu’aux dents prêts à tuer et à blesser. Quand le Chef de la police ordonna à Martin Luther King de demander à ses manifestants de se disperser, pour toute réponse, ce dernier demanda à son groupe de s’agenouiller sur le pont face à la police. Ne sachant que faire, les policiers observaient les manifestants à genoux, dans une position non-violente et n’osèrent pas les attaquer. Les caméras de télévision étaient là et retransmettaient l’évènement en direct.

Martin Luther King venait de triompher en réussissant sa marche « illégale » en démontrant que la violence se trouvait du côté des autorités. Les manifestants étaient pacifiques et ne cherchaient aucunement la confrontation avec la police. Ce qu’ils voulaient était d’avoir les mêmes droits que tout le monde. Devant ces images, le Président des Etats-Unis convoqua une conférence de presse au cours de laquelle il annonça: « Tous les Américains se joignent à moi pour déplorer la brutalité avec laquelle furent traités de nombreux citoyens noirs, en Alabama, où ils essayaient d’exprimer leur profond et sincère intérêt d’obtenir le précieux droit de vote ». Quelques jours plus tard, il introduisait un projet de loi au Congrès Américain, octroyant le droit de vote aux Noirs. Le 6 aout 1965, le président Johnson signa le Voting Rights Act, qui permettait l’inscription de tous les Noirs sur les listes électorales sans restriction ainsi que le plein exercice de leur droit de vote, comme tous les autres citoyens Américains. La place de Martin Luther King au « panthéon » des plus grands venait d’être faite. Quelle leçon !

Chers lecteurs, il serait bon de demander à Ali Bongo, à Guy Bertrand Mapangou et Sidonie flore Ouwé, de nous dire ce qu’ils pensent de Martin Luther King, cet homme qui pour libérer son peuple et faire avancer son pays dans le bon sens, n’hésitait pas à « troubler l’ordre public».

Comments

Popular posts from this blog

URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ

FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES

PARIS MATCH EXPLAINS WHY ALI BONGO IS UPSET WITH THE OBSERVERS OF THE EUROPEAN UNION. PARIS MATCH NOUS EXPLIQUE POURQUOI ALI BONGO EN VEUT AUX OBSERVATEURS DE L’UNION EUROPÉENNE