MESSAGE OF THE FRONT OF THE OPPOSITION TO THE NATION. MESSAGE DU FRONT DE L’OPPOSITION À LA NATION






English Version

Gabonese, my dear compatriots

2014 ends. As I speak to you today, I would first like to wish you all my best wishes for 2015. I wish it fruitful for your families and for people who are dear to you. Nationally, it is my hope that it will lead to the realization of our goals for all. In this regard, I urge all Gabonese to work towards the realization of change and for the departure of Ali Bongo Ondimba from power.

I would then like to remind all that in constituting the Front on last 19th of July, we made the finding of the seriousness of the political, economic and social situation of our country. The months that have followed have worsened it to the point that it is now blocked.

The situation is blocked because a young student was killed by a violent regime without regard for the laws, freedoms and public morality.

Yes, our compatriot Mboulou Beka was murdered by the regime, because it has improperly used the security forces to prevent the manifestation of freedom of expression and freedom of assembly. Thus it is now clearly established, that public force was used on 20 December 2014, against the citizen Mboulou Beka and to prevent the exercise of his constitutional right to public space.

Mboulou Beka was murdered by the regime because he had come on 20 December 2014 to say with thousands of Gabonese that Ali Bongo Ondimba must leave power.

Mboulou Beka was murdered because the regime had decided to kill for example in order to strike fear in the country.

Mboulou Beka was murdered to discourage others Gabonese to come out into the public space to show their desire to see Ali Bongo Ondimba removed from power.

The reading of the pro-government press before and after these events, the words of those supporting the regime and the procedure of the defense and security forces have confirmed that the intentions of the regime were unambiguous on the 20th December 2014.

To this compatriot are added other victims whose bodies have not been found. Many testimonies establish unambiguously those occurrences. I also emphasize the case of the missing, that is to say those who have not returned home after the demonstration and whose families have no news of them. Finally, there are those taken prisoner on this occasion whose number continues to increase by the admission of the forces of repression themselves.

Regarding these events of 20 December, the Front reiterates its request for an international commission of inquiry to shed light on the consequences of unleashing violence against unarmed demonstrators. It also requires the release of political prisoners and the cessation of the travesty of justice to which they are subjected.

The blocking of the political situation in our country is also a result of the denial of civil liberties, of a curious conception of law and order, of corruption of justice and of the institutions which are in charge.

My fellow compatriots

From 14 October 2009, reacting to the decision of the Constitutional Court about the contentious presidential election, all political parties of opposition and candidates in that election spoke to the national community and to the whole World saying: "... the decisions of the Constitutional Court complete the scenario of a forced passage organized against all by people more concerned by particular interests than the consolidation of our democracy and the pursuit of the public interest ...

... On the eligibility of the candidate Ali Bongo Ondimba, the Court, by refusing to deal with this issue in depth, further strengthened the strong suspicion hanging over the actual ability of the former to be a candidate in a presidential election in our country. The conflicting information about his birth would have required the Court to inquire to shed light on this very important and essential issue...".

Thus, in accordance with Article 10 paragraph 3 of the Constitution that prevents any person who acquired the Gabonese nationality to run for the Presidency of the Republic, Gabon’s Opposition questioned the eligibility of Ali Bongo Ondimba in 2009. This issue was raised by Luc Bengono Nsi first before the Constitutional Court and the Court of first Instance of Libreville. In both cases, the court refused to apply the law.

Despite this denial of justice, Luc Bengono Nsi and other members of the Front have recently this time gone to the civil court for a ruling on this crude forgery of a document of civil status. Once again, the prosecutor has enslaved the justice system to the interests of Ali Bongo Ondimba. Mr. Moukagni-Iwangou for his part petitioned the High Court of Justice. To date, he has received no response.

As a reaction to the current situation of the country, the Honorable Guy Nzouba Ndama has filed a bill aimed at punishing xenophobia, racism and tribalism which are, in his view, the main scourges of Gabon. Again, here is the National Assembly which is, once again manipulated to serve only the interests of the Ali Bongo Ondimba’s clan. The Gabonese people are waiting for the reaction of the National Assembly by rejecting this proposal of stupid law.

The Front is not distracted by this kind of maneuver. It challenges Ali Bongo Ondimba to shed light on civil status, in order to put an end to this surreal situation.

My dear compatriots,

The political situation is blocked by bad governance in the management of public finances in particular by the massive misappropriation of public funds.

From 2010 to 2014, Gabon has had more budgetary resources than it has had before. This particularly favorable situation is due to the natural growth of our economy and the exceptionally high level of oil prices.

Thus, from 2000 to 2008, for 9 years, the cumulative resources of the State budget amounted to 11345 billion CFA francs, an average of 1261 billion CFA francs per year. From 2010 to 2014, the cumulative resources of the State budget are 11908 billion CFA francs, an average of 2382 billion CFA francs per year. Thus, over the last five years, the State has had twice the amount of resources that it has had during the previous decade.

At the same time, from 2010 to 2014, Gabon has taken debt of over 443 billion CFA francs per year on average. The amount of public debt has gone from 15% of gross domestic product in 31 December 2008 to over 32% of gross domestic product by 30 September 2014. Thus, the debt of Gabon has been multiplied by 2 in 5 years. Where have the 11908 billion CFA francs of resources and 2218 billion CFA francs of debt, gone?

Beyond the extravagant and ostentatious spending by Ali Bongo Ondimba and his clan, it is thus clear that he has orchestrated the mass diversion of the financial resources of Gabon since 2009.


My dear compatriots,

The situation is also blocked socially. The absence of expression and the contempt for workers are only their instruments of social dialogue. The incessant strikes paralyzing public services and large parts of the private sector are the only way for workers to claim their rights and improve their working conditions. To date, the universities are closed and guarded by the security forces. The public administration has been blocked for several months and strikes have ended up spreading to all sectors.

The regime, which has expressed only contempt and has answered only by violence on citizens demanding improved conditions in the exercise of their professional activities, is no longer credible. The negotiations succeed to agreement protocols, without any evolution.

* *
My dear compatriots,

The departure of Ali Bongo is the necessary condition for the recovery of our country. In addition to having fraudulently taken office, he has convinced us that he is a danger to our country and its future.

Nobody wants to live in a society where the rule of law gives way to the law of the strongest, where virtue gives way to corruption. This is not democracy. This is not the Republic. This is tyranny and despotism, although occasionally they sprinkle around a rigged election. It is time for that style of governance to disappear.

In this regard, we hear many voices raised in Gabon and abroad inviting politicians and the social body to a national dialogue that would prevent our country from falling into chaos, as the political, economic and social crisis in which it finds itself is serious. We have read or heard the statements of politicians claiming to be of the majority and the opposition. We also read the statements of diplomatic missions and of the Special Representative of the Secretary General of the United Nations in Central Africa. Finally, we have been sensitive to strong concerns expressed by Gabon's friends abroad, including several French political parties.

The Front wishes to thank all the authors of these expressions of interest for the situation of Gabon. It reminds all that it is Ali Bongo Ondimba who opposed such an occasion by using the means of his usurped power had granted him to silence the opposition to exclude it from the public debate, or to limit its influence. The Front believes that any crisis solution must now take into account the enhanced revelations that strike the status of Ali Bongo and his presence in power being illegal. This status is now not in accordance with Article 10 of the Constitution. Indeed, what serious country can accept to be headed by a leader who, like a magician, exhibits civil status documents as false as each other?

Our political objective is the development of Gabon to serve each and every Gabonese. On this point, history offers a clear verdict: governments that respect the will of their people, that govern by consent and not by coercion, are more prosperous, more stable and more successful than those who do not. "What is done in our name and without us, is against us," said Nelson Mandela. Gabon, our country, will never be developed through the will of a dictator who wants the good of the Gabonese against their will.

Already, we invite the Gabonese people, opinion leaders, trade unions, the civil society organizations, the religious denominations and all other forces of the nation, to mobilize to put an end to this shameful and unacceptable situation for our country and for each of us.

Happy New Year 2015

Long live Gabon.



Version Française

Gabonaises, Gabonais, mes chers compatriotes

2014 s’achève. En m’adressant à vous en ce jour, je voudrais d’abord vous souhaiter tous mes vœux les meilleurs pour l’année 2015. Je la souhaite féconde pour vos familles et pour les personnes qui vous sont chères. Au plan national, je forme le vœu qu’elle aboutisse à la réalisation de nos objectifs à tous. A ce propos, j’engage tous les Gabonais à œuvrer pour la réalisation de l’alternance et pour le départ d’Ali Bongo Ondimba du pouvoir.

Je voudrais ensuite rappeler qu’en constituant le Front le 19 juillet dernier, nous avons fait le constat de la gravité de la situation politique, économique et sociale de notre pays. Les mois qui se sont écoulés l’ont empirée à tel point qu’elle est désormais bloquée.

La situation est bloquée parce qu’un jeune étudiant a été assassiné par un pouvoir violent, sans égards pour les lois, les libertés et la morale publiques.

Oui, notre compatriote Mboulou Beka a été assassiné par le pouvoir, parce que celui-ci s’est abusivement servi de la force publique pour empêcher la manifestation de la liberté d’expression et de la liberté de réunion. Ainsi qu’il est désormais et clairement établi, la force publique a été utilisée ce 20 décembre 2014 contre le citoyen Mboulou Beka et pour empêcher l’exercice de son droit constitutionnel dans l’espace public.

Mboulou Beka a été assassiné par le pouvoir parce qu’il avait entrepris de venir, ce 20 décembre 2014 dire avec des milliers de Gabonais qu’Ali Bongo Ondimba doit quitter le pouvoir.

Mboulou Beka a été assassiné parce que le pouvoir avait décidé de tuer pour l’exemple dans le but de semer la peur dans le pays.

Mboulou Beka a été assassiné pour décourager d’autres Gabonais à venir sur la place publique manifester leur désir de voir Ali Bongo Ondimba quitter le pouvoir.

La lecture de la presse pro-gouvernementale avant et après ces évènements, les propos des tenants de la prétendue majorité comme le mode opératoire des forces de défense et de sécurité confirment que les intentions du pouvoir étaient sans ambiguïté ce 20 décembre 2014.

A ce compatriote s’ajoutent d’autres victimes dont les corps n’ont pas été retrouvés. De nombreux témoignages établissent sans ambiguïté leur survenance. J’insiste aussi sur le cas des disparus, c’est-à-dire ceux qui n’ont pas regagné leur domicile après la manifestation et dont les familles n’ont aucune nouvelle. Enfin, il y a les prisonniers faits à cette occasion dont le nombre, minoré à dessein, ne cesse de s’accroître de l’aveu même des forces de répression.

Par rapport à ces événements du 20 décembre, le Front réitère sa demande d’une Commission d’enquête internationale pour faire toute la lumière sur les conséquences du déchaînement de violence contre des manifestants aux mains nues. Il exige aussi la libération des prisonniers politiques ainsi que la cessation de la parodie de justice à laquelle ils sont soumis.


Le blocage de la situation politique de notre pays résulte aussi de la négation des libertés publiques, d’une curieuse conception de l’ordre public, de la corruption de la justice et des institutions qui en ont la charge.


Mes chers compatriotes

Dès le 14 octobre 2009, réagissant à la décision de la Cour Constitutionnelle relative au contentieux de l’élection présidentielle, l’ensemble des Partis politiques de l’opposition et des candidats à cette élection s’adressaient à la communauté nationale et au Monde entier en ces termes : "… les décisions de la Cour constitutionnelle achèvent le scénario d'un passage en force organisé envers et contre tout par des esprits plus préoccupés par les intérêts particuliers que par la consolidation de notre démocratie et la recherche de l'intérêt général…

… Sur l'éligibilité du candidat Ali Bongo Ondimba, la Cour, en refusant de traiter au fond cette question a renforcé les forts soupçons qui planent sur la réelle capacité de celui-ci à être candidat à une élection présidentielle dans notre pays. Les informations contradictoires sur sa naissance auraient exigé de la Cour qu'elle enquêtât pour faire la lumière sur ce problème très important et essentiel…".

Ainsi, conformément à l’article 10 alinéa 3 de la Constitution qui empêche toute personne ayant acquis la nationalité gabonaise d’être candidat à la présidence de la République, l’Opposition gabonaise a posé la question de l’éligibilité d’Ali Bongo Ondimba dès 2009. Cette question a été soulevée par Luc Bengono Nsi d’abord devant la Cour Constitutionnelle, puis devant le Tribunal de première instance de Libreville. Dans les deux cas, la justice a refusé de dire le droit.

Malgré ce déni de justice, Luc Bengono Nsi et les autres membres du Front ont tout dernièrement saisi cette fois le tribunal civil afin qu’il se prononce en droit sur ce grossier faux acte d’état civil. Cette fois encore, le Procureur de la République a asservi la justice aux intérêts d’Ali Bongo Ondimba. Monsieur Moukagni-Iwangou a pour sa part saisi la Haute Cour de Justice. A ce jour, il n’a reçu aucune réponse.

Pour toute réaction à la situation actuelle du pays, l’honorable Guy Nzouba Ndama a déposé une proposition de loi dont le but est de sanctionner la xénophobie, le racisme et le tribalisme qui sont, à ses yeux, les principaux fléaux du Gabon. Là encore, c’est l’Assemblée Nationale qui se trouve, une nouvelle fois, instrumentalisée pour servir les seuls intérêts du Clan d’Ali Bongo Ondimba. Le peuple gabonais attend la réaction de l’Assemblée Nationale en rejetant cette proposition de loi inique.

Le Front ne se laisse pas distraire par ce type de manœuvre. Il met au défi Ali Bongo Ondimba de faire toute la lumière sur son état civil, pour mettre un terme à cette situation surréaliste.


Mes chers compatriotes,

La situation politique est bloquée par la mal gouvernance dans la gestion des finances publiques notamment par les détournements massifs des deniers publics.

De 2010 à 2014, le Gabon a disposé de plus de ressources budgétaires qu’il n’en a eu auparavant. Cette situation particulièrement favorable s’explique par la croissance naturelle de notre économie et le niveau exceptionnellement élevé des cours du pétrole.

Ainsi, de 2000 à 2008, soit 9 ans, les ressources propres cumulées du budget de l’Etat s’élèvent à 11.345 milliards de Fcfa, soit en moyenne 1.261 milliards de Fcfa par an. De 2010 à 2014, les ressources propres cumulées du Budget de l’Etat sont, quant à elles, de 11.908 milliards de Fcfa, soit en moyenne 2.382 milliards de Fcfa par an. Ainsi donc, au cours des cinq dernières années, l’Etat a disposé de deux fois plus de ressources propres qu’au cours de la décennie qui avait précédé.

Dans le même temps, de 2010 à 2014, le Gabon a été endetté de plus de 443 milliards de Fcfa en moyenne par an. L’encours de la dette publique est passé de 15% du Produit intérieur brut au 31 décembre 2008 à plus de 32% du Produit intérieur brut au 30 septembre 2014. Ainsi donc, l’endettement du Gabon a été multiplié par 2 en 5 ans. Où sont donc passés les 11.908 milliards de Fcfa de ressources propres et les 2.218 milliards de Fcfa de ressources d’emprunt ?

Au-delà des dépenses somptuaires et ostentatoires d’Ali Bongo Ondimba et de son clan, il apparaît ainsi clairement qu’il a orchestré le détournement en masse des ressources financières du Gabon depuis 2009.


Mes chers compatriotes,

La situation est aussi bloquée au plan social. L’absence de parole et le mépris des travailleurs sont ses seuls instruments de dialogue social. Des grèves incessantes qui paralysent les services publics et des pans entiers du secteur privé constituent les seuls moyens pour les travailleurs de faire valoir leurs droits et l’amélioration de leurs conditions de travail. A ce jour, les universités sont fermées et gardée par les forces de sécurité. L’Administration publique est bloquée depuis plusieurs mois et la grève a fini par gagner tous les secteurs.

Le pouvoir, qui n’a exprimé que mépris et n’a su répondre que par la violence aux citoyens qui réclamaient l’amélioration des conditions d’exercice de leurs activités professionnelles, n’est plus crédible. Les négociations succèdent aux protocoles d’accord sans aucune évolution.

* *
Mes chers compatriotes,

Le départ d’Ali Bongo Ondimba est la condition nécessaire au redressement de notre pays. En plus de s’être frauduleusement imposé au pouvoir, il a fini de nous convaincre qu’il représente un danger pour notre pays et son avenir.

Personne ne veut vivre dans une société où la règle de droit cède la place à la loi du plus fort, où la vertu cède la place à la corruption. Ce n’est pas de la démocratie. Ce n’est pas la République. C’est de la tyrannie et du despotisme, même si de temps en temps on y sème une élection truquée. Il est temps que ce style de gouvernance disparaisse.

A ce propos, nous entendons de nombreuses voix s’élever au Gabon comme à l’étranger pour inviter la classe politique et le corps social à un dialogue national qui éviterait à notre pays de tomber dans le chaos, tant la crise politique, économique et sociale dans laquelle il se trouve est grave. Nous avons lu ou entendu les déclarations des responsables politiques se réclamant de la majorité comme de l’opposition. Nous avons également lu les déclarations des missions diplomatiques et du représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique centrale. Enfin, nous avons été sensibles aux fortes inquiétudes exprimées par les amis du Gabon à l’étranger, notamment plusieurs partis politiques Français.

Le Front tient à remercier tous les auteurs de ces manifestations d’intérêt pour la situation du Gabon. Il rappelle que c’est Ali Bongo Ondimba qui s’est opposé à une telle occasion en utilisant les moyens que son pouvoir usurpé lui avait octroyé pour bâillonner l’Opposition pour l’exclure du débat public ou pour en limiter l’influence. Le Front estime que toute solution de sortie de crise doit désormais tenir compte des révélations renforcées qui frappent le statut d’Ali Bongo Ondimba et sa présence au pouvoir d’illégalité. Ce statut est désormais non conforme à l’article 10 de la Constitution. En effet, dans quel pays sérieux peut-on accepter à sa tête un dirigeant qui, comme un magicien exhibe des pièces d’état civil aussi fausses les unes que les autres ?

Notre objectif politique est le développement du Gabon au service de chaque Gabonaise et de chaque Gabonais. Sur ce point, l’histoire prononce un verdict clair : les gouvernements qui respectent la volonté de leurs peuples, qui gouvernent par le consentement et non par la coercition, sont plus prospères, plus stables et plus florissants que ceux qui ne le font pas. «Ce qui est fait en notre nom et sans nous est contre nous» disait Nelson Mandela. Le Gabon notre pays ne se développera jamais par la volonté d’un dictateur qui voudra le bien des Gabonais envers et contre leur volonté.

D’ores et déjà nous invitons le peuple gabonais, les leaders d’opinion, les syndicats, les organisations de la société civile, les confessions religieuses et toutes les autres forces vives de la nation à la mobilisation pour mettre un terme à cette situation honteuse pour notre pays et inadmissible pour chacun de nous.

Bonne et heureuse année 2015

Vive le Gabon.

Comments

Popular posts from this blog

<b>URGENT: FOLLOWING OUR NOISY COMPLAINTS, THE US EMBASSY IN GABON HAS STEPPED BACK. URGENT : SUITE À NOS BRUYANTES PLAINTES, L’AMBASSADE DES USA AU GABON A RECULÉ</b>

<b>FRANCE WITHDRAWS ITS SECURITY ADVISORS FROM THE GABONESE SECURITY FORCES. LA FRANCE RETIRE SES COOPÉRANTS DES FORCES DE SÉCURITÉ GABONAISES </b>

<b>FRANCE HAS ASKED ALI BONGO TO RECOGNIZE JEAN PING’S VICTORY AS SOON AS TUESDAY. LA FRANCE AURAIT DEMANDÉ À ALI BONGO DE RECONNAITRE LA VICTOIRE DE JEAN PING DÈS MARDI</b>